Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Contenu le plus populaire depuis 2014-11-02 (Partout)

  1. 6 points
    Behemoth est une victime, cessez!
  2. 4 points
    Arrête de t'humilier comme ça pour 1 banal point et apprends donc de ton erreur à la place? On parle quand même pas d'une suspension. Je n'ai rien de plus contre toi que contre bien d'autres membres. Au contraire, je suis pas mal impartiale, et je pèse toujours le pour et le contre avant de placer un point. J'ai jugé que tu méritais un avertissement, et je t'ai donné le minimum puisque la faute est quand même de moindre importance. C'était plus pour que tu comprennes que ce genre de comportement n'est pas accepté. Prends sur toi et continue d'avoir une bonne attitude générale et tout va bien aller.
  3. 3 points
    1: Ne pas dépasser 5 caractères (facultatif) 2: Chialer contre le Cercle du Saucisson de Bologne (encouragé) 3: Ne pas faire parti du Cercle susmentionné (obligatoire) 4: Lol (Réda)
  4. 3 points
    Le titre dit "Les filles". Avoir des gros seins, pleurnicher et te plaindre sans arrêt ne fait pas de toi une fille BMO alors laisse notre sujet tranquille.
  5. 3 points
  6. 2 points
    Ça va paraitre niaiseux comme question, mais comment on apprend à pêcher? Essai/erreur, lectures, ou en ayant un bon maitre? Est-ce qu'aller dans une pourvoirie avec un guide est une bonne idée pour apprendre les rudiments? Ça fait des années que je veux pêcher, mais jamais personne dans ma famille/mes proches ne sont des pêcheurs, et j'ai absolument aucune idée comment commencer, quoi acheter, les histoires de mouches et d'appâts etc.
  7. 2 points
    Je viens de remarquer que les tags de ce thread sont "behemoth" "pedophilie" "à l'aide". Je trouve ça akwardement drôle.
  8. 2 points
    Si tu savais comme j'aimerais que tu appliques ce conseil à toi même. Non, au lieu de ça tu nous saoule tous les jours que Dieu, miséricordieux, masochiste ou sadique, te donne pour gâcher ton existence et celle d'autrui.
  9. 2 points
    Rien de mieux qu'accéder à la légitime dignité en triant les gars à coup de parasuco moulants et de camisoles plongeantes.
  10. 2 points
    T'en as d'la chance qu'il ne soit plus mod. Ça ferait longtemps qu'il t'aurait fait péter au frette. La démesure dans l’insignifiance crasse...
  11. 2 points
    En quoi est-ce qu'un Goune-show diffère des autres shows tout autant cerné sur la petitesse individuelle de chacun ? Toutes les caractéristiques que tu viens d'énumérer s'applique à toutes les personnes ayant participé à la vague de haine contre Goune à son retour de sa suspension. Je suis très content qu'elle soit suspendue, cela ne me dérange pas. Cependant, il faut cesser de faire l'autruche et admettre qu'il y a un favoritisme : Goune est le bouc émissaire sur lequel tout le monde se rabat et condamne. J'approuve ces condamnations, mais ayez (oui, deuxième personne du pluriel - spectre de la clique) au moins le culot d'être honnête et conséquent. On ne peut pas suspendre et accuser de tous les maux une personne sur des caractéristiques qui s'appliquent à tout un ensemble de personnes actuellement actif. Je pense notamment aux montages photos de son visage (des photos publiées sans son consentement, rappelons-le, par une certaine personne qui a été suspendue par la suite) associé à des pénis. Ceci est un viol des règlements mais, ironiquement, cette pratique a été approuvée et encouragée parce que - et uniquement parce que - c'était dirigée contre Goune. On peut même dire qu'il est pédagogique d'insulter Goune à tous les niveaux. M'enfin, disons les choses simplement : Goune subit ce que tout le monde devrait subir. L'unique différence entre elle et ceux ayant participé à la confiture fécale c'est la provocation. Elle provoque, les autres mordent à l'hameçon et embarquent. C'est tout ce qui les sépare. Autrement, c'est du pareil au même. Je n'ai plus rien à rajouter. Retour aux messages impertinents d'une longueur de 15 mots et moins.
  12. 1 point
  13. 1 point
    Je m'en criss que Réda soit en partie juif et maghrébin ou qu'il ne soit pas croyant en Allah,Yahvé ou Whatever, c'est une dickhead et c'est tout ce qui m'intéresse. Bien sûr.
  14. 1 point
  15. 1 point
  16. 1 point
  17. 1 point
    À retenir : "30 fps", "Ok", "zzz" et "lol" reflètent les opinions de Réda.
  18. 1 point
    Merci! J'ai appris beaucoup avec le temps et malgré le fait que vous en doutez surement, en vrai vie, je suis de nature de calme et je prône la discussion. Elle est une perle à mes yeux, mes agissements seront conséquents!
  19. 1 point
  20. 1 point
    Seigneur, donnez-lui sa suce. :\
  21. 1 point
    Je gère l'éclatement de la cellule familiale de ma copine. Après avoir fait plein de tâches ménagères, sa mère se lève en voyant que j'avais fait tout ça et c'est l'explosion en sanglot et elle est allée retrouver ma copine qui dormait. Je suis donc maintenant au sous-sol avec mon portable, à faire de devoir en ayant froid au pied because sous-sol.
  22. 1 point
    Leur GT s'est bien passé finalement. Les deux tiers des participants ont sortie leur PC, tablettes ou autres appareils électroniques, puis ils ont eu bien du fun à parler de RPG pis de trucs sans aucun rapport avec le monde réel. C'est probablement à des années lumières d'un GT du Dépotoir.
  23. 1 point
    Pour ça, il faut demander à Pandore et Drox.
  24. 1 point
    Allez voir le rôdeur ou Ceci n'est pas un polar
  25. 1 point
    Japan, like China, encountered Western ships wielding unfamiliar technology and overwhelming force in the mid-nineteenth century—in Japan’s case, the 1853 landing of the American Commodore Matthew Perry’s “black ships.” But Japan drew from the challenge the opposite conclusion as China: it threw open its doors to foreign technology and overhauled its institutions in an attempt to replicate the Western powers’ rise. (In Japan, this conclusion may have been assisted by the fact that foreign ideas were not seen as connected to the question of opium addiction, which Japan largely managed to avoid.) Shimazu Nariakira, a nineteenth-century lord and leading advocate of technological modernization, “If we take the initiative, we can dominate; if we do not, we will be dominated, If Chinese exceptionalism represented the claims of a universal empire, Japanese exceptionalism sprang from the insecurities of an island nation borrowing heavily from its neighbor, but fearful of being dominated by it. The Chinese sense of uniqueness asserted that China was the one true civilization, and invited barbarians to the Middle Kingdom to “come and be transformed.” The Japanese attitude assumed a unique Japanese racial and cultural purity, and declined to extend its benefits or even explain itself to those born outside its sacred ancestral bonds. At the apex of Japan’s society and its own world order stood the Japanese Emperor, a figure conceived, like the Chinese Son of Heaven, as an intermediary between the human and the divine. The title “Emperor” itself—insistently displayed on Japanese diplomatic dispatches to the Chinese court—was a direct challenge to the Chinese world order. In China’s cosmology, mankind had only one Emperor, and his throne was in China. Other Asian peoples accepted the protocol of the Chinese tribute system, labeling their trade as “tribute” to gain access to Chinese markets. Japan refused to conduct its trade with China in the guise of tribute. It insisted on at least equality to China, if not superiority. If China’s sphere of influence waxed and waned along its long frontiers in accordance with the power of the empire and the surrounding tribes, Japan’s leaders came to conceive of their security dilemma as a much starker choice. Possessing a sense of superiority as pronounced as the Chinese court’s but perceiving their margin of error as far smaller. While foreign armies were marching across China and extorting humiliating terms, the Celestial Court never stopped asserting its claim to central authority and managed to implement it over most of China’s territory. The invaders were treated as other invaders had been in previous centuries, as a nuisance, an unwelcome interruption of the eternal rhythm of Chinese life. Perhaps most remarkably, they did so using almost entirely traditional methods. A segment of the Qing ruling class wrote eloquent memorials in the classical style about the challenges posed by the West, Russia, and a rising Japan, and the resulting need for China to practice “self-strengthening” and improve its own technological capabilities. But China’s Confucian elite and its generally conservative populace remained deeply ambivalent about such advice. Many perceived the importation of foreign-language texts and Western technology as endangering China’s cultural essence and social order. After sometimes bruising battles, the prevailing faction decided that to modernize along Western lines was to cease to be Chinese, and that nothing could justify abandoning this unique heritage. To weather the storm, China relied not on technology or military power but instead on two deeply traditional resources: the analytical abilities of its diplomats, and the endurance and cultural confidence of its people. It developed ingenious strategies for playing off the new barbarians against one another. Officials charged with managing China’s foreign relations offered concessions in various cities—but they deliberately invited multiple sets of foreigners to share in the spoils, so that they could “use barbarians against barbarians” and avoid dominance by any one power. They eventually insisted on scrupulous adherence to the “unequal treaties” with the West and to foreign principles of international law, not because Chinese officials believed them to be valid, but because such conduct provided a means to circumscribe foreign ambitions. If chess is about the decisive battle, wei qi is about the protracted campaign. The chess player aims for total victory. The wei qi player seeks relative advantage. In chess, the player always has the capability of the adversary in front of him; all the pieces are always fully deployed. The wei qi player needs to assess not only the pieces on the board but the reinforcements the adversary is in a position to deploy. Chess teaches the Clausewitzian concepts of “center of gravity” and the “decisive point”—the game usually beginning as a struggle for the center of the board. Wei qi teaches the art of strategic encirclement. Where the skillful chess player aims to eliminate his opponent’s pieces in a series of head-on clashes, a talented wei qi player moves into “empty” spaces on the board, gradually mitigating the strategic potential of his opponent’s pieces. Chess produces single-mindedness; wei qi generates strategic flexibility. he seminal figure in this tradition is known to history as Sun Tzu (or “Master Sun”), author of the famed treatise The Art of War. Its maxims found vivid expression in the twentieth-century Chinese civil war at the hands of Sun Tzu’s student Mao Zedong, and in the Vietnam wars, as Ho Chi Minh and Vo Nguyen Giap employed Sun Tzu’s principles of indirect attack and psychological combat against France and then the United States. (Sun Tzu has also achieved a second career of sorts in the West, with popular editions of The Art of War recasting him as a modern business management guru.) What distinguishes Sun Tzu from Western writers on strategy is the emphasis on the psychological and political elements over the purely military. The great European military theorists Carl von Clausewitz and Antoine-Henri Jomini treat strategy as an activity in its own right, separate from politics. Even Clausewitz’s famous dictum that war is the continuation of politics by other means implies that with war the statesman enters a new and distinct phase. Sun Tzu merges the two fields. Where Western strategists reflect on the means to assemble superior power at the decisive point, Sun Tzu addresses the means of building a dominant political and psychological position, such that the outcome of a conflict becomes a foregone conclusion. Western strategists test their maxims by victories in battles; Sun Tzu tests by victories where battles have become unnecessary. he Art of War advises the commander to induce his opponent into accomplishing the commander’s own aims or force him into a position so impossible that he opts to surrender his army or state unharmed. Perhaps Sun Tzu’s most important insight was that in a military or strategic contest, everything is relevant and connected: weather, terrain, diplomacy, the reports of spies and double agents, supplies and logistics, the balance of forces, historic perceptions, the intangibles of surprise and morale. Each factor influences the others, giving rise to subtle shifts in momentum and relative advantage. There are no isolated events. Hence the task of a strategist is less to analyze a particular situation than to determine its relationship to the context in which it occurs. No particular constellation is ever static; any pattern is temporary and in essence evolving. The strategist must capture the direction of that evolution and make it serve his ends. The Art of War articulates a doctrine less of territorial conquest than of psychological dominance; it was the way the North Vietnamese fought America (though Hanoi usually translated its psychological gains into actual territorial conquests as well). For China’s classical sages, the world could never be conquered; wise rulers could hope only to harmonize with its trends. There was no New World to populate, no redemption awaiting mankind on distant shores. The promised land was China, and the Chinese were already there. The blessings of the Middle Kingdom’s culture might theoretically be extended, by China’s superior example, to the foreigners on the empire’s periphery. But there was no glory to be found in venturing across the seas to convert “heathens” to Chinese ways; the customs of the Celestial Dynasty were plainly beyond the attainment of the far barbarians.
  26. 1 point
    Goune ne fait que suivre le ton général du forum. Ne t'inquiètes pas, dès qu'elle fait un faux pas, elle reçoit des points. En ce qui concerne Carlos, il reçoit régulièrement sa part de points. Encore faut-il que ce soit punissable. Médire et insulter ont toujours été des choses tolérées ici.
  27. 1 point
  28. 1 point
    Ce sujet est tellement n'importe quoi que je lui donnerais 5 points pour spam.
  29. 1 point
    1. Tu dis ne pas vouloir participer à la discussion 2. Tu dis ne pas vouloir échanger, donc regarder et partager, des photos de costumes d'Halloween 3. Le sujet parle d'Halloween 4. Tu nous racontes ta vie insipide Tu spammes comme un osti de sans dessein, coupable
  30. 1 point
    Grave Laviolette. J'avais posté il y a deux ans sur le sujet et mon avis est un peu changé car je sais que les hommes sont capable de totalement ignorer une fille sur laquelle il auront bavé dans la rue si celle ci retire ses talons, ses jupes et son rouge a lèvres pour un ensemble survet-basket. Moi j'adore qu'on me matte, je le dis clairement. J'aime le regard des hommes, un peu moins de ceux qui dépassent les 50 ans, mais je pense que ce genre de réaction fait partie de votre ADN ( j'ai aussi du succès avec les petits garçons ), vous êtes des visuels au sens érotique du terme. Chez vous les yeux garantissent le désir sexuel, contrairement a nous. Et je suis convaincue qu'il y a plus de jolies filles sur Terre que d'hommes séduisants, et que ça joue..."étrangement" les mecs qui ont ce comportement sont surtout des types qui pensent n'avoir rien a perdre. Je compatis avec eux, j'aimerai pas en être réduite a dire " bonne journée tu es beau" a tous les mecs pour avoir une chance infime d'en chopper un. Quand on me parle, je réponds: ignorer et se taire c'est un réflexe de faiblesse a mes yeux. On me parle, je réponds: merci, c'est gentil, ah non désolée cava pas être possible mais c'est cool, bonne soirée merci... Avec le smile. Je suis sûre qu'ils sont super heureux de recevoir un retour un peu positif face au complexe d'invisibilité qui les touche, et le respect entraîne le respect. Je n'ai jamais eu le droit a des insultes grace a cela contrairement a certaines qui se font traiter de "pute" pour avoir fait l'erreur de faiblesse de baisser les yeux ou ne pas répondre. Moi je plante mes yeux dans ceux de mon interlocuteur, je lui dis "merci du compliment". Pour moi c'est le genre d'attitude ferme qu'une femme doit avoir pour être respectée quand elle se fait belle et qu'elle récolte les commentaires sur son passage: beaucoup d'hommes connaissent la capacité des femmes a jouer vicieusement avec leurs attributs pour ensuite jouer les ingénues. Quand je mets un short, je m'attends a ce qu'on regarde mon anatomie du bas car le simple fait de mettre ce vêtement attirera le regard et ça ça marche que n'importe qui; ça peut être chiant a vivre quand on veut être sexy sans ce genre d'inconvénient mais aucune campagne de sensibilisation n'arrivera changer ce genre de comportement "biologique". L'autre fois j'allais faire mes courses au monoprix et une voiture s'est arrêtée avec deux blacks dedans, les deux m'ont lancé un grand sourire et celui qui conduisait m'a dit " Mademoiselle, vous êtes absolument ravissante". Et ils sont partis. Franchement, quand on va faire des courses dans le marasme de la vie et de ses blasantes habitudes, et que subitement on vous dise des douceurs comme ça, moi je trouve que c'est scandaleux de cracher dessus. Y a tellement de morues qui en rêveraient... Mais bon. Harcèlement, slut shaming, c'est plus que ça. On peut pas changer les instincts primaire de certains, si ça vous saoule je vous préconise la musique via casque audio ça devrait régler le problème. Après, si y a contact, je suggère les hurlements et la furie type erinyes. Ahahaha Goune ça m'intéresserait de savoir dans les détails comment tu le vis. Pareil pour Kai.
  31. 1 point
    Pas quand t'es pas en mesure de saisir les jokes.
  32. 1 point
    Finalement, je me déguise en Daenerys Targaryen et mon chum en Jon Snow. LOLOLOL.
  33. 1 point
    Ils l'ont installé au Pays-Bas... sur 100m et sur une piste cyclable !!!!11 http://nautil.us/blo...ole-lot-smarter http://www.theconstr...-in-netherlands Solar cells are fitted in one travelling direction underneath a tempered glass top layer which is approximately 1-cm thick.
  34. 1 point
  35. 1 point
    Sinon pour être sérieux, je viens de me faire des pâtes au pesto. Bordel le pesto. Invention de Dieu
  36. 1 point
    WTF ? Pourquoi tu poses toujours cette question la ? En quoi c'est pertinent sur un forum de savoir ça ?
  37. 1 point
  38. 1 point
    Si tu savais à quel point j'en ai rien à fouttre. T'as perdu de l'éclat. T'es plus ce que t'étais. Mais tu veux pas le voir. Tes histoires ne m'intéressent pas, Esch. Sur ce, pour pas que tu t'humilies trop longtemps, je vais aller jouer dehors et te laisser tranquille. Je croyais que ça allait être amusant mais au final, c'est carrément décevant et risible.
  39. 1 point
    Comme on dit, tout est relatif. J'apprécie pas Goune, mais 1984 mérite un ban aussi.
  40. 1 point
    Question sans rapport au sujet, si je comprends bien, ce n'est pas légale sur le dep de faire des petits montages avec les photos des dépotoiriens, comme je fais parfois pour m'amuser ?
  41. 1 point
  42. 1 point
    J'approuve 100% Pavor Noctornus. En privation, le corps ne stockera pas plus de graisse. L'exercice c'est bon pour la perte de poids, mais une grande partie reste l'alimentation. Je ne crois pas en ''manges tout ce que tu veux, tant que tu le dépenses.''
  43. 1 point
    En fait, peut-être que les gens atteints de maladies mentales comme la schizophrénie et la bipolarité ont une sensibilité qui diffère de celle des gens dit ''normaux'' vu leur mon différent. C'est peut-être cela qui rend leur ''art'' très intéressant, le monde vu sous un autre angle? Ce n'est qu'une simple hypothèse. Très intriguant comme sujet.
  44. 1 point
    J'espère que je n'aurai pas d'appel pour pouvoir y aller!
  45. 1 point
    Plague Inc. Un jeu dans lequel on doit créer un virus qui détruira l'humain.
  46. 1 point
    Tu y vas par toi-même ou avec un groupe organisé? J'ai une amie qui est allé faire un stage en soins infirmiers à Zanzibar en Tanzanie, et elle a été très bien accueillie, les gens étaient curieux avec les ''blancs''. Il n'y avait que des jeunes filles qui ne les appréciaient pas, car elles avaient peur qu'elles leurs prennent leurs mecs, car elles avaient beaucoup d'attention des garçons là-bas.
  47. 1 point
    Je vois pas pourquoi, si elle a envie de partager ce moment avec le forum, elle devrait se taire plus que quelqu'un qui raconte ses déboires sexuels. C'est encore tabou de parler de santé mentale?
  48. 1 point
    J'ai jamais compris pourquoi autant de femmes aiment faire du ''drama'' et créer des situations de conflit pour avoir de l'attention, mauvaise ou bonne....
  49. 1 point
  50. 1 point
    1- Que recherchez-vous sur le Dépotoir? D'autres points de vue, d'autres visions et opinions que celles que j'ai dans mon entourage. Je suis peut-être un peu du genre voyeuse, j'aime lire, mais et observer, un peu moins commenter. 2- Comment avez-vous découvert ce site? Des connaissances sur Facebook qui ont aimé la page, et j'étais curieuse. 3- Quels autres sites avez-vous l'habitude de visiter? Youtube, Facebook, Fashion Gone Rogue, 4- Décrivez-nous votre journée typique. Métro, Boulot, Dodo? Rêver éveillée, réfléchir, faire un peu de gym et la fin de semaine, on s'amuse! 5- Vous avez quoi d'intéressant à nous partager? À vous de voir 6- Serez-vous encore des nôtres la semaine prochaine? Certainement!
×
×
  • Créer...