Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Contenu le plus populaire depuis 2017-08-30 (Partout)

  1. 3 points
    Préambule: J’occupe un poste de G.O en ressources humaines dans un village vacances Club Med. Étant bachelier en relations industrielles avec un an d’expérience supra enrichissante dans une PME, le poste ici est loin d’être stimulant ou intellectuellement challengeant…les études et l’expérience ne sont définitivement pas un pré-requis pour remplir les exigences du poste. Résultat: je me retrouve avec beaucoup de temps libre. Cet après-midi, j’ai choisi d’aller me remémorer des souvenirs de ma belle époque du dépotoir pour combler ce dit temps. C’est en lisant des déchets du Sujet dont tout le monde se câlice que j’ai pensé que je pourrais partager avec vous mon expérience ici. Préambule #2: La terminologie Club Med G.O: Gentils organisateurs (les employés venant de partout dans le monde) G.M: Gentils membres (les clients) Je suis ici depuis le mois de mai et j’aime dire que la vie ici n’est pas la vraie vie. Tous les G.O ont leur tâches primaires reliées à leur poste (il y a une multitude de postes, allant de technicien à l’éclairage à instructeur de ski nautique). En dehors de nos tâches primaires, tous les G.O doivent obligatoirement participer à ce qu’on appelle la vie du village, et c’est ce qui rend l’expérience Club Med assez spéciale. On est appelé à faire toutes sortes de niaiseries qui personnellement m’amusent. Par exemple, pour célébrer la fête nationale belge, 4 G.O et moi étions déguisés en différent personnages de la culture belge (j’étais un Schtroumpf). Nous étions chacun debout sur une planche de paddle board dans la piscine et les G.M nous lançaient des ballounes d’eau…ils avaient préalablement fait des paris sur lequel resterait debout le plus longtemps. J’ai aussi posté un petit déguisement d’abeille pour fille pour distribuer des fruits aux G.M sur la plage. Je vais à l’aéroport quelques fois par semaine: lorsque les G.M quittent, on les accompagnent à l’aéroport jusqu’à ce qu’ils traversent la sécurité, puis on attend ensuite les nouveaux G.M. On les prend en charge dès qu’ils ont traversé la douane en leur offrant breuvage et serviette humide. Il faut dire que l’île où se trouve mon village est si petite que l’aéroport ne sert presqu’uniquement au Club Med, et se situe à peine à une minute de voiture du village…la mise en place de l’accueil est donc assez facile. Une fois dans le village, on les accompagne jusqu’à leur chambre en leur soulignant les points de repères principaux de la place. Chaque repas (excepté le déjeuner) doit être pris avec les G.M. Ça donne lieu parfois à des conversations fort intéressantes, et parfois à des moments plutôt malaisants. J’ai fait des rencontres superbes, mais j’ai aussi eu des moments plus difficiles: lors de la conversation, on abordait des sujets plus ‘’chauds’’ et je devais me taire face à des commentaires plutôt racistes par exemple. J’ai déjà quitté la table en plein repas. Ensuite, ça devient intéressant en soirée…il y a un spectacle tous les soirs. Je participe à deux de ceux-ci. Ben oui, je danse sur scène dans des accoutrements ridicules! J’étais un peu nerveux au tout premier, mais finalement c’est vraiment une partie de plaisir….on rigole dans l’arrière-scène avant le show, puis on s’éclate sur la scène. Parfois un peu (ou très) chaud. Ensuite, il y a une coutume chez Club Med: les Crazy Signs. Ce sont des espèce de chorégraphies sur différents morceaux musicaux…animés par des G.O, les Crazy Signs rassemblent tous les G.O ainsi que la plupart des G.M. Ils ont lieu au bar pour lancer la soirée, et à divers moments au cours de la journée. Si vous tapez Crazy Sign Club Med sur YouTube, vous allez pouvoir les voir, dont le célèbre Haut les mains! Toute l’ambiance qu’on met dans le village, les spectacles, les activités, l’animation, etc, c’est assez quétaine par moment (souvent). Mais les gens qui y viennent et reviennent, ils le font pour ça et dieu que c’est divertissant à faire! C’est un lifestyle intense en sapristi! On travaille 6 jours sur 7, des 14-15h par jour. Parce que oui, on doit être au bar jusqu’à au moins 11:30 le soir. Une particularité de mon village, qui est aussi une difficulté, est le fait qu’on est sur une toute petite île vraiment isolée…l’île compte environ 800 habitants, et y’a vraiment pas grand chose. Ce qui fait qu’on est un peu prisonnier du village. Pour avoir parlé à plusieurs G.O qui ont travaillé sur d’autres villages, ils pouvaient, pendant leur journée de congé, sortir en ville, aller au cinéma, aller magasiner, etc…ici si on sort c’est pour aller sur une autre plage, plus tranquille. Ensuite, un autre aspect assez spécial, c’est qu’on est 7 jours sur 7 avec nos collègues…on les voit constamment, mais en même temps on se connait peu parce qu’on a pas tant le temps d’échanger…on doit s’occuper des G.M. Reste tout de même que les fins de saisons sont difficiles: des G.O changent de village, certains restent et d’autres mettre un trait sur cette expérience de vie, on doit donc dire au revoir à toutes ces personnes avec qui on aura quand même partagé de moments qu’on oubliera jamais. Pareil avec les G.M qui quittent à chaque semaine. En ce moment, le village se vide peu à peu: il ferme dès le 1er septembre parce qu’on est dans le sweet spot des ouragans automnaux dans les Caraïbes. Les aux revoir ont commencé. Pour ma part, je rentre à Montréal le 6 septembre, et je reviens en octobre pour une deuxième et ultime saison. Mes tâches primaires m’ennuient, mais je pense qu’en 3 mois, je n’aurais pas vécu pleinement l’expérience Club Med.
  2. 1 point
    Fec j'ai une galerie pi une entrevue dans le Québecscope. http://www.galeriebeauchamp.com/art/fr/artist/lortie-antoine
  3. 1 point
    j'en suis rendue à une étape de ma vie où être une "adulte" est désormais une fatalité que je dois accepter. disons que j'ai beaucoup strugglé avec l'idée ces 5 dernières années. c'est difficile de voir comment la routine metro-boulot-dodo peut être plus plaisante que l'école, les amis et les découvertes. par exemple, je n'aime plus la musique comme avant. cette musique qui me donnais envie de réfléchir, de danser et de fredonner est devenu un manège ennuyant voire irritant. j'essaie de compenser avec autre chose comme les podcasts et la lecture audio. la recherche de plaisirs et d'expériences qui était autrefois le moteur de mes journées est devenu une recherche d'accomplissement sociale sous forme de reward professionnel / pécunier. ensuite, il faudra éventuellement réfléchir à d'autres projets d'adulte comme la maison et les enfants parce que. (ah oui, je reviens de la Floride et c'est mes blues post-vacances qui parlent)
×
×
  • Créer...