Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Contenu le plus populaire depuis 2020-03-14 (Partout)

  1. 6 points
    Qu'on se le dise bien franchement : Tovarichtch semble bandé en permanence depuis le mois de janvier à parler du COVID-19 et s'imaginer l'apocalypse. Sa participation dans ce sujet est comme la cerise sur le sundae de tout le reste : le topic sur le réchauffement planétaire, son Whisky dans la révolte, son amour du film Children of Men de Cuaron, sa passion éhontée pour les guerres civiles en général... Ça te vient d'où, cette lubie étrange ? Pourquoi sembles-tu autant excité à l'idée qu'il y ait une crise sans issue, et pourquoi cela te fait-il dire des mensonges aux gens ? On ne peut pas lire ton article du Parisien parce qu'on n'est pas abonné. Je doute qu'il en soit autrement pour toi. L'OMS affirme que 80% des cas sont bénins et que les malades se guérissent d'eux-mêmes. Les possibles conséquences à long terme sont à surveiller, certes, mais it is what it is. Le 20% restant, ce sont des vieux et des gens avec certaines pathologies, comme on sait déjà (hypertension artérielle, diabète, problèmes cardiaques). L'OMS n'a absolument aucun intérêt à mentir à la population en leur cachant une obscure réalité qui fait plus de mal qu'on pense.
  2. 3 points
    Selon les dernières informations d'Italie et surtout de France, le nombre de cas hospitalisé grimpe chez les plus jeunes (en bas de 50 ans) sans aucune pathologie ou antécédent médical. Ce sont des personnes parfaitement en forme qui arrivent, de plus en plus, sur les lits à soins intensifs jusque dans la salle de réanimation. Nous nous basions exclusivement sur les chiffres données par le gouvernement chinois et ceux-ci mentent tout simplement. Ils nous empêchent de comprendre réellement le virus et sa maladie COVID-19. Aux dires de l'infectiologue Gilles Pialoux, qui au début voyait le virus comme étant moins contagieux et sévère que le SRAS, désormais change de ton. Il affirme que nous ignorons la raison pour laquelle ces individus atteint un état gravissime, que certains semblent être rétablis et, deux jours plus tard, subissent un arrêt respiratoire. Les malades seront épuisés jusqu'à six mois après le rétablissement en raison de la caractéristique neuroinvasive : ça s'en prend aux fonctions musculaires de la respiration (j'en avais déjà fait mention il y a quelques pages plus tôt). De plus, le temps moyen des patients en réanimation sous ventilation artificielle demeurent vingt jours. Sachant la faible quantité de civière et lits adaptés pour soins intensifs, c'est une grave problématique - et il s'agit de la France. Transposer le problème au Québec et on a devant nous un futur charnier. 86% des patients morts en France de la grippe entre 2011 et 2019 avaient en haut de 75 ans. En Chine, c'était 50%. L'idée-reçue de "juste les vieux en meurent, les jeunes sont immortels" ne tient pas la route. On continue à en apprendre sur le virus et ses séquelles, mais visiblement c'est peu rassurant. P.S.: L'Espagne, les États-Unis, la Suède et la Grande-Bretagne sont les prochains pays à exploser dans le nombre de malades. Les mesures entreprises dans ces pays pour affronter le virus sont quasi-inexistantes.
  3. 2 points
    C'est un cercle vicieux, tout simplement. Les paquets de papier de toilettes sont les choses qui prennent le plus de place d'inventaire pour la plus petite marge de profit [c'est juste un gros paquet d'air, pratiquement] - donc les commerçant ne s'en tiennent qu'au stock minimal en inventaire [tant qu'à utiliser une tablette d'inventaire au complet pour l'équivalent de 10x1$ de profit, aussi bien l'utiliser pour 300x5$ de profit, t'sais veut dire]. Suffit qu'une situation particulière se présente et les stocks de PQ se vident plus rapidement. Les premières personnes à avoir vider les tablettes n'étaient probablement pas particulièrement parano ou en panique, mais juste une augmentation de quantité de gens un peu plus prévoyant aura suffit à vider les tablettes. Mais au niveau manufacturier, y'a du PQ qui se fabrique en masse et y'a aucune pénurie ou rupture à l'horizon, c'est seulement les commerces qui n'en tiennent pas assez en stock sur leurs tablettes. Les gens voient ça, croient qu'il va y avoir rupture de stock et panique et se goinfre de PQ, rendant la situation pire. Mais si y'a pas de PQ à votre épicerie du coin maintenant, il va y en avoir à la prochaine livraison, pas d'inquiétude. Si vous êtes inquiet, achetez vous un bidet portable à 20$ sur Amazon et votre problème sera réglé.
  4. 1 point
    Si seulement toutes les barmaids de France pouvaient se retrouver au chômage dès minuit, ça me réjouirait terriblement. Oh, le cosmos est d'accord ! https://www.lefigaro.fr/sciences/coronavirus-les-bars-restaurants-et-commerces-non-essentiels-fermes-le-premier-tour-des-municipales-maintenu-20200314
  5. 1 point
    Plus au sud, en Toscane, les hôpitaux commencent aussi à souffrir. Comme à Grossetto, où une infirmière, Alessia Bonari, a posté sur Instagram une photo de son visage portant la marque du masque chirurgical à peine quitté lors d’une journée harassante. Nous publions le discours sur les réseaux sociaux de Daniele Macchini, médecin aux Humanitas Gavazzeni Clinics. Un témoignage important sur l'étendue réelle du coronavirus et sur les médecins dans les tranchées pour faire face à l'urgence.
  6. 1 point
    Ils peuvent remercier leurs aïeux.
  7. 1 point
    Si on pouvait atteindre le stade 3 et confiner Paris, ça me réjouirait terriblement. Édit Coronavirus : Par Raffaele MORELLI, psychiatre et psychothérapeute italien « Je crois que le cosmos a sa façon de rééquilibrer les choses et ses lois, quand celles-ci viennent à être trop bouleversées. Le moment que nous vivons, plein d’anomalies et de paradoxes, fait réfléchir…Dans une phase où le changement climatique, causé par les désastres environnementaux, a atteint des niveaux inquiétants. D’abord la Chine, puis tant d’autres pays, sont contraints au blocage ; l’économie s’écroule, mais la pollution diminue de manière considérable. L’air s’améliore, on utilise un masque, mais on respire…Dans un moment historique où, partout dans le monde, se réactivent certaines idéologies et politiques discriminatoires, rappelant avec force un passé mesquin, un virus arrive, qui nous fait expérimenter que, en un instant, nous pouvons nous aussi devenir les discriminés, les ségrégués, ceux qu’on bloquent aux frontières, qui amènent les maladies. Même si nous n’y sommes pour rien. Même si nous sommes blancs, occidentaux, et que nous voyageons en première classe, complexe de toute puissance. Dans une société fondée sur la productivité et la consommation, dans laquelle nous courons tous 14 heures par jour après on ne sait pas bien pourquoi, sans samedi ni dimanche, sans plus de pause dans le calendrier, tout à coup, le «stop» arrive. Tous à l’arrêt, à la maison, pendant des jours et des jours. À faire le compte d’un temps dont nous avons perdu la valeur, dès qu’il n’est plus mesurable en argent, en profit. Sait-on seulement encore quoi en faire ? Dans une période où l’éducation de nos propres enfants, par la force des choses, est souvent déléguée à des figures et institutions diverses, le virus ferme les écoles et nous oblige à trouver des solutions alternatives, à réunir les mamans et les papas avec leurs propres enfants. Il nous oblige à refaire une "famille". Dans une dimension où les relations, la communication, la sociabilité, se jouent essentiellement dans ce non-espace du virtuel des réseaux sociaux, nous donnant l’illusion de la proximité, le virus nous enlève la proximité, celle qui est bien réelle : personne ne doit se toucher, pas de baisers, pas d’embrassades, de la distance, dans le froid du non-contact. Depuis quand avons-nous pris pour acquis ces gestes et leur signification ? Dans un climat social où penser à soi est devenu la règle, le virus nous envoie un message clair : la seule manière de nous en sortir, c’est la réciprocité, le sens de l’appartenance, la communauté, se sentir faire partie de quelque chose de plus grand, dont il faut prendre soin, et qui peut prendre soin de nous. La responsabilité partagée, sentir que de nos actions dépendent, non pas seulement notre propre sort, mais du sort des autres, de tous ceux qui nous entourent. Et que nous dépendons d’eux. Alors, si nous arrêtons la "chasse aux sorcières", de nous demander à qui la faute et pourquoi tout ça est arrivé, pour nous interroger plutôt sur ce que nous pouvons apprendre, je crois que nous avons tous beaucoup de matière à réflexion et à agir. Parce qu’avec le cosmos et ses lois, de manière évidente, nous avons une dette excessive. Il nous le rappelle au prix fort, avec un virus."
  8. 1 point
    Le canardvirus bat le cours de l'or, Monseñor.
  9. 1 point
    Cool. La chien de la soeur du frère de l'ami de la cousine de... zzzzzz
  10. 1 point
    Tova fantasme sur une possible situation de chaos qui ferait planter notre système, voire sur une possible décroissance de la population, en fier extrême-extrême gauchiste qu'il est. WootWoot espère au fond de lui une élimination rapide des gens vulnérables, espérant que ça coûte moins cher à la société et fasse payer moins de SES taxes et SES impôts. Il souhaite peut-être que le système public de santé s'effondre , en bon diffuseur de l'évangile selon Saint Jeff....
  11. 1 point
  12. 1 point
    Quand j'étais femme de chambre, je dois avouer que j'ai parfois fait des choses dégueulasses, parce que ça m'intéressait pas et parce qu'on avait pas le temps de procéder correctement. En quel sens ? Parce qu'ils se retrouvent avec des jeunes mères désespérées et esseulées ? Apparemment ils sont pas à gros risque pour le virus lui-même. Mais ça doit être très dur à vivre pour la mère. Tu viens de passer 48 h à galérer à le sortir, tout le monde se comporte comme si c'était la fin du monde, tu peux pas avoir l'aide de tes proches et t'as aucune idée de ce que tu fais. Ca fait 25 ans qu'avec mon amie on parle de quand on sera mamans et là elle pleurait presque au téléphone, ça fait super mal au coeur.
  13. 1 point
    1- Comment vous êtes vous retrouvés ici? en cherchant un reddit/forum francais 2- Quelle est votre nationalité (si vous voulez partager)? Êtes-vous une personne pariotique qui croit en la puissance de sa culture et son pays ou vous vous en calissez? je suis québecois et je suis nullement patriotique 3- Nommez vos trois plus grands champs d'intérêts dans la vie. Seulement trois. Donnez-nous une brève et concise explication. les jeux de société, la sociologie et tous les domaine de connaissance comme la science 4- Avez-vous un rêve auquel vous tenez (partager si le rêve n'est pas secret)? numéro de 1 ma "bucket list" passé 3 semaine au Japon 5- Quels sites web avez vous l'habitude de visiter? Youtube, site de jeux de société, site de jeux vidéo 6- Quel a été le site web (qui existe encore ou non) qui vous a marqué le plus au cours de votre vie? youtube 7- Votre personnalité en trois mots? bohème, anti-conformiste, créatif 8- Votre plus grand espoir? [un espoir ce n'est pas comme un rêve. L'espoir est le moteur de vos journées. Le rêve est le moteur de votre vie] Que le monde comprenne 9- Que recherchez vous ici? a me vider l'esprit de plein d'idée de discutions
  14. 1 point
    Lol imagine ça dans ta vie. La compagnie qui t'emploie peut refuser que tu prennes des vacances parce qu'elle aime pas ce que t'en fait. "Ouais Monique voulait prendre deux semaine en mai mais finalement le boss a refusé, il a estimé que passer 2 semaines avec son amant dans la nord allait être nocif pour le bien de la société."
×
×
  • Créer...