Aller au contenu

Cathou matawan

Éboueur syndiqué
  • Contenus

    10 612
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    94

Tout ce qui a été posté par Cathou matawan

  1. La redevance a finalement été renégociée. Elle est maintenant à 4,75%, mais ça coûté une beurrée (de l'argent pis des actions). Le coût par once diminue, mais le profit par action diminue. Sinon, il y a btr et fvl qui ont retenu mon attention. La première est au Québec et attend le certificat d'autorisation du ministère de l'environnement pour agrandir son moulin et la deuxième est en Alaska et un forage prometteur a dévoilé un gisement aurifère de plusieurs centaines de mètres d'épais.
  2. Une de ces compagnies révolutionna notre quotidien. https://www.cnbc.com/2020/06/16/meet-the-2020-cnbc-disruptor-50-companies.html
  3. “Attirer” ? Les riches ont tendance à s’agglutiner aux riches. On pourrait faire un parallèle avec le système éducatif. Un quartier mal famé mais devenu à la mode peut se transformer via l’embourgeoisement (les pauvres sont chassés par la hausse des prix) Un quartier mal famé mais bien situé peut rester éternellement le point de chute des immigrants ( ceux qui s’enrichissent le quitte et son remplacés par des nouveaux immigrants pauvres économiquement mais riche culturellement) Un quartier mal famé avec l’implantation de quelque chose de structurant qui emploi de la main d’œuvre locale (usine par exemple) peut attirer des services de qualité par l’enrichissement de ces citoyens et l’augmentation de l’assiette fiscale). Le défi est de réussir la mixité socio-économique: Construire des HLM et des COOP qui n’ont pas l’air de détonner avec le reste du quartier pour éviter que les indigents soient chassés de leur quartier et de leur réseau social. Assurer une mixité verticale ( des commerces au rez-de-chaussé et des logements aux étages) dans les rues commerçantes diminuant ainsi la criminalité par le fait qu’il y a plus de d’activité, donc de surveillance.
  4. Ça pourrait être ça la phase 2... https://www.lapresse.ca/actualites/sciences/2020-06-29/decouverte-d-un-virus-de-grippe-porcine-propice-a-une-prochaine-pandemie.php
  5. 2021: Accident virologique de la Chine et fin du tourisme de masse (confinement) 2031: Catastrophe nucléaire (hiver et famine nucléaire ) (confinement total)
  6. Fais-tu référence à ce livre ? https://www.luxediteur.com/catalogue/propaganda/
  7. La NAACP, la grande organisation de défense des droits civiques des Afro-Américains et une organisation de lutte contre l’antisémitisme, la Anti Defamation League, ont appelé à un boycottage de la publicité sur Facebook pendant le mois de juillet. Starbucks, Unilever et de Coca-Cola ont annoncé une pause similaire. « Nous allons faire une pause de la publicité sur toutes les plateformes de réseaux sociaux pendant que nous continuons nos discussions en interne, avec nos partenaires des médias et les organisations de droits civiques pour mettre fin aux discours de haine », ajoute encore Starbucks. https://www.lapresse.ca/affaires/techno/2020-06-28/au-tour-de-starbucks-de-cesser-la-publicite-sur-les-reseaux-sociaux.php @Nostradaw00t Es-tu prêt à débarquer de ton canoë de haine ???
  8. Ça m'a tout l'air... https://www.lapresse.ca/actualites/sciences/2020-06-27/une-hausse-faible-de-radioactivite-d-origine-humaine-relevee-en-europe-du-nord.php
  9. Êtes-vous un adepte de la cartographie ? Si oui. Allez sur ce site. https://www.foretouverte.gouv.qc.ca/ Vous pouvez créer vos propres cartes en particulier avec les données LIDAR Des heures de plaisir ! Exemple pas encore complètement fignolé:
  10. Imitant les Blancs, les Indiens avaient des esclaves noirs En 2011, la deuxième plus grande tribu indienne d'Amérique avait privé une majorité d'Afro-Amérindiens de leur appartenance tribale. Quelque 2800 Freedmen n'étaient plus admissibles aux avantages tribaux et ne pouvaient plus participer aux élections tribales... https://www.journaldemontreal.com/2020/06/24/imitant-les-blancs-les-indiens-avaient-des-esclaves-noirs
  11. Une prison sans barbelés Des meurtriers et violeurs autochtones retrouvent leurs racines dans Lanaudière https://www.journaldemontreal.com/2016/09/30/une-prison-sans-barbeles
  12. Bref, tout ça c’est à cause de l’esclavage. Le métissage est la seule solution.
  13. Je déménage dans le coin de Saint-Côme dans Lanaudière en juillet.
  14. Anick Bériault Valérie-Micaela Bain Nabi-Alexandre Chartier Azeb Wolde-Giorghis Alexis De Lancer Melissa François Maxime Bertrand Francois Bugingo Michael Jean
  15. Les sociologues sont un peu comme des ingénieurs; ils cherchent des solutions à un problème qu'ils ont identifié au niveau macroscopique, tandis que les philosophes sont un peu comme des physiciens qui élaborent des théories au niveau microscopique, où l'on peu isoler chaque variable et rêvent secrètement de produire une théorie du tout satisfaisante. Le terme est défini pour la première fois par Horkheimer en 1937, dans son essain intitulé Théorie critique et traditionnelle. Il y écrit que la théorie critique est une théorie sociale dont l'objectif est non-seulement la critique, mais aussi la modification de la société tout entière, contrairement à la théorie traditionnelle qui cherche à comprendre ou expliquer. Les membres de ce courant cherchent ainsi à réaliser la onzième thèse sur Feuerbach, selon laquelle "Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, [mais] ce qui importe c'est de le transformer". Pour Horkheimer, Marx s'est trompé sur le fait que l'appauvrissement des travailleurs conduirait à la solidarité et donc à la révolution. GND a produit sa thèse de maîtrise sur la théorie critique Les luttes plus traditionnellement socio-économiques tendent elles-mêmes, afin d'être audibles dans l'espace public, à emprunter le langage de la reconnaissance, les dénonciations des inégalités sociales s'organisant de plus en plus autour des thématiques du respect et du mépris.
  16. Quaker Oats, propriétaire de la marque Aunt Jemima, s’apprête à annoncer un changement de nom et d’image pour éviter d’entretenir de vieux stéréotypes racistes. Dans la foulée, l’entreprise Mars a aussi déclaré qu’elle évaluait des changements possibles à la marque de riz emballé Uncle Ben’s, qui présente un homme afro-américain aux cheveux blancs nommé d’après un riziculteur du Texas. Le portrait symbole de la marque n'est pas celui d'Uncle Ben, décédé au lancement de celle-ci, mais celui de Frank Brown, maître d’hôtel d'un restaurant de Chicago. « Aunt Jemima » désigne une femme noire amicale, obséquieusement soumise, ou agissant en protectrice des intérêts des blancs. L'inspiration du personnage de Tante Jemima vient de d'une chanson de vaudeville et minstrel. Les spectacles de minstrel ont atteint leur pic de popularité entre les années 1850 et 1870. La popularité des spectacles de minstrel a incité plusieurs Blancs à questionner les conditions de vie des esclaves noirs. Ils ont commencé à s’inquiéter pour ceux-ci, sans être pleinement informés de la vie quotidienne des esclaves. En effet, les thèmes des spectacles blackface étaient alors superficiels. Certains esclaves étaient représentés comme étant joyeux alors que d’autres étaient victimes d’actes inhumains. Durant les années 1850, les spectacles de minstrels ont soutenu le maintien de l’esclavagisme en donnant à voir des esclaves romantiques et optimistes. Les histoires montraient des esclaves cherchant à plaire à leurs maîtres par le chant et par la danse. Les propriétaires d'esclaves les suppliaient de rester esclaves en soulignant « la chance » qu’ils avaient de travailler pour eux. L'année 1880 revit l’arrivée du personnage « coon», un homme noir comique qui pouvait parfois être dangereux. Les minstrels étaient mixtes, par contre les rôles pour les Noirs étaient beaucoup plus limités. Les textes du « coon », pleins de stéréotypes sur les Noirs, se rapportaient souvent à l’alcool, aux problèmes causés par les paris, au melon d’eau, au poulet, etc. Des troupes composées seulement de Noirs ont alors suivi dès 1855. Afin d’augmenter leur popularité et d’attirer des spectateurs, ces troupes mettaient énormément d’emphase sur l’authenticité de leurs numéros en raison de leurs origines ethniques. Des compositeurs d’origine africaine sont devenus des artistes reconnus grâce aux spectacles de minstrels. La curiosité des Blancs envers les personnes noires expliquait leur intérêt pour les spectacles de minstrel. Ils cherchaient à voir les Noirs dans leur « état naturel » supposé. Lorsqu’ils présentaient des spectacles dans le sud des États-Unis, ils devaient rester dans la peau de leur personnage s’ils désiraient se promener dans les villes. Ils gardaient leurs vieux vêtements « d’esclave » et souriaient constamment pour éviter le harcèlement. Le talent en chant et en danse des acteurs de minstrel noirs a grandement participé à la montée en popularité de leur spectacle. « L’authenticité » de leurs représentations suscitait les éloges de la part des spectateurs. Un facteur important qui différenciait les troupes noires des troupes blanches était l’ajout des thèmes religieux à leurs spectacles. Les comédiens afro-américains étaient perpétuellement confrontés au dilemme de plaire au public en sachant que leurs spectacles ridiculisaient le peuple noir. Intégrant le fait que les spectacles de minstrel perpétuaient des stéréotypes racistes défavorables aux Noirs, des acteurs travaillaient subtilement à faire évoluer ceux-ci tout en se moquant de la société blanche. Jim Crow et Zip Coon figuraient les personnages les plus célèbres du mouvement de minstrel, se moquant des esclaves autant que des Noirs libres. Les personnages blancs se concentraient plutôt sur les stéréotypes de groupes spécifiques. Les Irlandais et les Allemands étaient souvent personnifiés. Les premiers personnages irlandais apparurent en 1840 ; ils retenaient des traits de personnes alcooliques et peu cultivées, dotées d'un accent très prononcé. Les Allemands étaient représentés de façon plutôt favorable lors de leur introduction dans les spectacles de minstrel en 1860. Ils étaient dépeints comme des personnes responsables, sensibles et sévères. Par leurs caricatures et leurs musiques présentées comme « typiquement » noires, les spectacles de minstrel procuraient une touche d’inconnu et de surprise aux spectateurs blancs. Les auditoires étaient surtout dupés par les représentations imaginaires utilisées par ces spectacles. Les instruments utilisés dans les spectacles de minstrel étaient très variés. S'y retrouvait un mélange du banjo américain, des tambourines européennes, du violon et de différents instruments de percussion. Cette musique et la danse des spectacles de minstrel ne provenaient pas de la culture noire de l’époque. C’était plutôt une interprétation de cette culture au moyen d'instruments usuels des Blancs nord-américains.
  17. Quand l’ambassadeur des États-Unis a posé une plaque à côté de la porte du 8232, Rachel Robinson était présente. C’était en février 2011. Et de se souvenir que les bonnes gens de l’avenue de Gaspé ont envoyé un message d’amour qui a nourri la pensée de Martin Luther King et de Malcolm X 20 ans plus tard. https://www.journaldemontreal.com/2020/06/10/jackie-robinson-a-montreal-8232-avenue-de-gaspe-on-doit-se-souvenir
  18. Le docu sur Gilles V https://ici.tou.tv/gilles-villeneuve-a-toute-vitesse
  19. Les chrétiens retiennent habituellement une seule signification: Jésus enseigne à ses disciples à « se laver les pieds » les uns aux autres, c’est-à-dire à se servir mutuellement, même – et en particulier – lorsque cela implique de s’abaisser pour honorer l’autre. Le lavement des pieds peut être interprété de trois manières différentes: 1. Lavement des pieds = purification décisive et complète 2. Lavement des pieds = purification régulière de la conscience 3. Lavement des pieds = humble service mutuel parmi les disciples https://dominiqueangers.toutpoursagloire.com/significations-lavement-des-pieds-jesus-jean-13/
  20. C'est un livre qui a été recommandé hier soir par Didier Lucien, un invité d'un talk-show de fin de soirée et porte-parole d'une fête.
  21. La stupidité est une variable constante dans toutes les populations. Toutes les catégories qu’on peut imaginer –de genre, ethnique, religieuse, de nationalité, de niveau d’éducation, de revenus– possède un pourcentage fixe de personnes stupides. Il y a des professeurs d’université stupides. Il y a des gens stupides au Forum de Davos, à l’ONU et dans toutes les nations de la terre. Combien y en a-t-il? Personne ne sait. Voir la Loi 1. https://www.slate.fr/story/144804/lois-stupidite-humaine?amp
×
×
  • Créer...