Aller au contenu

Cathou matawan

Éboueur syndiqué
  • Contenus

    10 628
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    94

Cathou matawan a gagné pour la dernière fois le 6 juin

Cathou matawan a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

6 802 Légendaire

À propos de Cathou matawan

Informations

  • Sexe
    Non défini

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

21 966 visualisations du profil
  1. Marie-Pierre Morin n’a pas harcelé Safia Ben Mohand. Démonstration
  2. Voici ce que c’est, la diffamation, qui constitue une limite au droit à la liberté d’expression: «une atteinte, par des propos verbaux ou écrits, au droit à l’honneur et à la réputation que possède toute personne.» Et elle se manifeste de trois manières, établies dans le jugement de la Cour Suprême Prud’homme c. Prud’homme: «La première survient lorsqu’une personne prononce des propos désagréables à l’égard d’un tiers tout en les sachant faux. De tels propos ne peuvent être tenus que par méchanceté, avec l’intention de nuire à autrui. La seconde situation se produit lorsqu’une personne diffuse des choses désagréables sur autrui alors qu’elle devrait les savoir fausses. [...] Enfin, le troisième cas, souvent oublié, est celui de la personne médisante qui tient, sans justes motifs, des propos défavorables, mais véridiques, à l’égard d’un tiers.» En vertu de l’extrait ci-haut, retenez que même si des propos pourraient être véridiques, s’ils sont tenus par une personne «médisante», ce qui veut dire «méchante», et sans justes motifs, cela peut constituer de la diffamation. Je crois que c’est terrible la manière dont Safia Nolin a agi en sachant très bien que son geste allait détruire la vie de Maripier Morin, quand il y avait beaucoup d’autres façons de faire pour régler la situation. https://www.journaldemontreal.com/2020/07/10/joffre-a-maripier-morin-de-poursuivre-safia-nolin-en-diffamation https://www.droit-inc.com/article26999-Un-futur-avocat-xenophobe-et-misogyne
  3. Est-ce qu'il y a quelque chose de plus louche qu'une mascotte ? Un éducateur en garderie ? Un vendeur de sucreries?
  4. C"est pas toutes les Rockstar qui ont suffisamment de groupies pour assouvir leurs bas instincts de chasseur. Yann Perrault Herby Moreau Christopher Williams (l'humoriste) Alex Nevsky (autodiss)
  5. Busted https://www.cliqueduplateau.com/2020/07/06/est-ce-que-tu-restes-avec-un-gars-comme-ca/#more-103656
  6. Le concept pose plusieurs problèmes. Le premier réside dans le fait que les inégalités ne découlent pas forcément du racisme, mais de plusieurs autres conditions socio-économiques, et que cette approche débouchera donc sur une multiplication d’accusations de racisme. Par exemple, les écoles du quartier Centre-Sud de Montréal sont parmi les plus défavorisées au Québec, mais on ne peut pas en déduire que c’est parce que la société québécoise est intolérante et haineuse envers les gens de ce quartier à majorité «blanche». Plus qu’heureux de diviser pour mieux régner, cette mouvance est soutenue vigoureusement par le fédéral, les Justin Trudeau et Mélanie Joly de ce monde participant avec empressement à toutes les manifestations antiracistes, satisfaits de voir le communautarisme racial s’installer au Québec Le tour de force que doivent réussir les Québécois, c’est de rejeter les théories racialistes et les accusations non fondées, tout en ayant l’honnêteté de nommer les problèmes et agir là où il y a du racisme. L’objectif est fondamental, il découle du principe que pour maintenir une paix sociale, nous devons tous être égaux devant la loi, comme le veut le principe britannique de la Rule of Law tout comme le principe français du Contrat social. La lutte au racisme est donc un prérequis à la paix sociale et nous devons, peu importe nos origines, réaliser qu’il ne suffit pas d’affirmer que les races n’existent pas: une personne qui subit de la discrimination au moment de se trouver un emploi, un logement ou même de circuler en voiture devant des policiers vous répondra à juste titre qu’il n’est pas suffisant de simplement affirmer qu’il n’y a pas de races. Il est clair à mes yeux que si nous continuons à sous-financer nos services publics alors que nous accueillons chaque année un nombre important d’immigrants qui n’ont pas d’autres options que les écoles, les soins et les programmes du réseau public, nous construisons de toute pièce une société sans espoir de mobilité ni de justice sociale pour nos Québécois d’adoption. Sur ce point, les inégalités sont d’abord le résultat de nos choix démocratique et non d’actes de racisme, et je suis toujours abasourdi du fait que les communautés culturelles votent religieusement pour le PLQ depuis de décennies, alors que ce parti s’affaire à chaque mandat à creuser les inégalités sociales et couper dans les services publics. https://www.journaldemontreal.com/2020/06/14/racisme-systemique-soyons-contre-la-racialisation-de-notre-societe
  7. Une petite famille a quitté au début juin son appartement du quartier Limoilou pour aller habiter tout l’été en pleine nature au nord du Lac-Saint-Jean, avec pour seul toit une tente-roulotte, tout en vivant dans la simplicité volontaire et loin du stress de la pandémie. https://www.journaldemontreal.com/2020/07/06/une-famille-sexile-en-foret-pour-lete
  8. La plupart des producteurs s’entendent pour dire que les économies réalisées rendent la culture en champ très intéressante. Dans le cas de 48North, l’entreprise affirme que certaines études estiment à deux dollars le coût d’un gramme de cannabis cultivé en serre. « On a récolté 12 000 kilogrammes l’an dernier à 0,25 $ le gramme, ce qui est assez déstabilisant », observe Charles Vennat. https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/2020-07-05/des-producteurs-de-cannabis-se-tournent-vers-la-culture-en-champ.php
  9. Entrer dans l’intimité des arbres est une expérience bienfaisante, revigorante. Comme en attestent les recherches, la forêt a l’heur de diminuer le stress, de calmer l’anxiété et de contrer la dépression. La sylvothérapie, d’origine japonaise, se répand un peu partout. Prendre un bain de forêt ramène à soi et, curieusement, permet aussi d’échapper à soi. Cette annulation de soi-même au milieu des arbres crée le sentiment d’une présence au monde à nulle autre pareille, une exultation tranquille. La forêt dans son immensité donne un sentiment d’agrandissement de soi. Elle immensifie l’être. Devant cette vastitude, on ressent le besoin de se réfugier dans un abri, une cabane, une tente, de nous replier sur notre intériorité. La forêt resserre ce que la ville disperse. Les bois deviennent l’occasion d’une renaissance, d’une rédemption. Lucas Besse-Dicaire a vécu dans la réserve faunique La Vérendrye pendant cinq ans, mangeant des écureuils et jouant de la flûte traversière pour les orignaux. Associée au sublime, comme la mer ou le désert, la forêt tutoie le sacré. C’est la figure de l’Autochtone, pour qui l’humain n’est pas au centre du monde, mais fait partie du monde, au même titre que l’épinette, la rivière ou la lune. https://www.ledevoir.com/societe/environnement/581880/forets-interieures-nous-sommes-de-sang-mele-avec-la-foret
  10. Une insulte popularisée par Jean-Paul Sartre lors de sa conférence de 1945 qui a été retranscrite et dont on retient la phrase “l’existence précède l’essence “ ? https://fr.wikipedia.org/wiki/L'existentialisme_est_un_humanisme (suis-je le seul qui a lu ce livre en philo II ?) Il ne nie pas le racisme systémique dont sont victimes les jeunes entrepreneurs noirs qui roulent en belle voiture et qui portent des vêtements amples ou des personnes racisées avec un diplôme étranger et un nom singulier. N’est-ce pas ? Bon point. Les policiers devraient-ils procéder à plus d’arrestations du côté des femmes pour rééquilibrer les statistiques ou alterner une femme puis un homme ? Devrait-ils mettre plus d’effectif du côté des cosmétiques et des clubs de gogo boy?
  11. Le daltonisme racial consiste, en gros, à ne pas reconnaître le racisme systémique de notre société. En gros, si vous n’admettez pas la présence du racisme systémique, vous êtes vous-mêmes raciste. Les «réactions suscitées par l’idée d’appropriation culturelle à l’été 2018 (l’annulation de la pièce de théâtre SLAV) ou encore l’annulation de la consultation publique sur le racisme systémique à l’automne 2017 montrent à quel point cet angle mort persiste au Québec. Le multiculturalisme repose sur l’inversion du devoir d’intégration et en donne encore une fois la confirmation. Faut-il voir dès lors dans la loi 101 une loi animée implicitement par la logique du racisme systémique? Paradoxalement, nous n’avons pas le droit de voir du racisme chez ceux qui racialisent les rapports sociaux et nous invitent à compartimenter la société en groupes raciaux. Selon la théorie du racisme systémique, une loi à prétention universelle peut contribuer au racisme systémique si elle touche davantage certains segments de la population. Ainsi, la loi 21, qui proscrit l’ensemble des signes religieux chez les employés de l’État en situation d’autorité, mais touche particulièrement celles qui portent le voile islamique, participerait au racisme systémique. Au nom de l’antiracisme, on entend démanteler les structures symboliques et identitaires de la société d’accueil — on présente cela comme une simple volonté d’abolir des privilèges injustes. Il serait temps de ne plus se laisser bluffer par des mots présentés comme des étendards vertueux. Lespseudo-antiracistes jouissent moralement de leur croisade qui leur accorde une grande satisfaction psychologique. Alors pour continuer de combattre le racisme, ils ne cessent d’en étendre la définition, quitte à la dénaturer complètement. https://www.journaldemontreal.com/2020/06/01/la-loi-101-est-elle-raciste-apparemment-selon-certains-antiracistes https://www.journaldequebec.com/2020/06/04/racisme-systemique-pourquoi-il-faut-refuser-ce-concept
  12. De juin à octobre, le potager de 30 à 40 mètres carrés d'Éric Duchemin situé dans la cour arrière d’une ancienne maison d’ouvrier produit deux cents kilos de légumes par an et n’utilise que des engrais naturels. Il plante ses tomates sur la même superficie ensoleillée que ses fraises. Ces dernières commencent par produire en juin, puis les plants de tomates grossissent et les fraisiers gardent l’humidité de la terre. Il y a deux types de matières qui entrent dans la composition du compost : 1/3 de verts, (fruits et légumes, riches en eau et en azote) et 2/3 de bruns (par exemple les feuilles mortes et le bois, riches en carbones). Il est important d’éviter l’ajout de résidus de viande et de produits laitiers, pour ne pas attirer la vermine et créer des odeurs désagréables. https://www.ledevoir.com/vivre/jardinage/581793/l-une-culture-intensive-aux-petits-oignons https://cultivetaville.com/fr/encyclopedie/le-jardin-a-z/entretenir-son-jardin/compostage/
  13. Avez-vous des produits fétiches ? Faites-vous tout pour retarder l'arrivée de la rouille ? Êtes-vous un anti lave auto automatique ?
×
×
  • Créer...