Aller au contenu

Les masques de Goffman

Éboueuse en formation
  • Contenus

    26
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Les masques de Goffman a gagné pour la dernière fois le 14 janvier

Les masques de Goffman a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

28 Plutôt bonne

À propos de Les masques de Goffman

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Je vais paler du système québécois, je n'y connais pas grand à ce qui à trait au reste du monde. Ceci étant dit, une généralité se défile, l'éducation, dans la majorité des sociétés, est basée sur une pédagogie fermée avec un cursus prédéfini des acquis, qui valorise les notions apprises plutôt que comment et pourquoi elles le sont, ce qui crée une multitudes de troubles, autant pour ceux qui apprennent que pour ceux qui enseignent, ce qui à une incidence indéniable sur la société dans laquelle ils évoluent. Le système scolaire, tel qu'il est présentement, est anxiogène, compétitif et conformiste. Toutefois, un retour du bouclier est en train de s'opérer (nous saluerons ici l'apport de la Suède et de ses politiques éducatives) en ce qui concerne l'éducation au Québec, particulièrement en petite enfance, qui est, soi dit en passant, une période charnière du développement de l'être humain (allez voir les postulats du Centre de la collaboration sur les politiques publiques et de la santé et du Human early learning partnership (2012)). En effet, plusieurs études prouvent que le moment entre 0-5 ans est celui qui est le plus déterminent sur la trajectoire de vie d'un individu et par le fait meme dans son implication et sa "productivité" dans le futur (Foresight Mental and Capital Well-Being Project (2008), Pat Levitt (2009) tiré de Center on the developping child, Harvard University). Le ministère de la famille du Québec vient tout juste de pondre un nouveau programme pédagogique et il est particulièrement intéressant au point de vue de la considération de l'humain et du développement de son plein potentiel. En effet, les interactions sociales positives, les stratégies d'apprentissage, la motivation intrinsèque et les intérêts personnels sont mis de l'avant et valoriser, mettant en arrière plan les acquis et les exigences. Ce programme part des prémisses que chaque individu fera les acquisitions qui lui sont nécessaires pour assurer son adaptation et son évolution, que ses apprentissages, s'ils sont contextualisés et motivés par des intérêts personnels, favoriserons leur metacognition, que le processus d'apprentissage est bien plus important que l'apprentissage en soi. Ce dernier point est le plus important puisqu'il est la pierre angulaire de tous les autres. Dans la majorité des centres de la petite enfance au Québec les enfants n'apprennent pas à compter ou a réciter l'alphabet, en fait, ils le font, simplement de manière détournée et significative, plutôt qu'abrutissante et automatisée. Les enfants apprennent aussi à faire valoir leur point de vue et à le justifier tout en gardant en perspective celui des autres pour en arriver à un consensus, leur esprit critique est sollicité et solidifié par les interventions du personnel éducatif. Ils apprennent à se connaitre, à se valoriser et à se faire confiance ce qui font d'eux des humains particulièrement impliqués et conscients. Malheureusement, le système d'éducation, tel qu'il est présentement, lui, vient casser tout cela, il apprend aux enfants à se taire, à se conformer et à être meilleur que les autres plutôt que de miser sur la collaboration et optimiser les aptitudes de chacun par le fait meme. Je ne vais pas faire le procès de ce système, je crois que malgré tout, les gens qui y œuvrent, font, pour la plupart, de leur mieux avec les moyens qu'ils ont. Le manque de financement et de soutien, la lourdeur bureaucratique, le désabusement et l'épuisement ont le meilleur d'eux. Dans les dernières années de plus en plus d'écoles et de classes alternatives font leur apparition, ce n'est pas suffisant mais c'est déjà un pas de plus vers l'humanisation des apprentissages. En se moment notre société investit dans la réadaptation, nous intervenons auprès de personnes n'ayant plus seulement des symptômes mais biens des troubles et des pathologies. Le processus pour revenir à un bien être est, à ce point, bien plus complexe et difficile que si nous investissions dans l'intervention précoce face aux premiers signe de malaise ou encore dans la mise en place de politique de prévention visant à réduire l'apparitions de ces symptômes. Bref, permettre aux enfants d'apprendre selon leurs intérêts et nourrir leurs passions feront d'eux des être capable de s'aimer et de s'investir dans leur vie et dans leur société de façon positive. Ils seront en mesure de considérer leur impact comme étant suffisant et sain plutôt que de se baser seulement sur des facteurs de motivations externes tel que le statut social et les gains financiers pour juger de leur valeur. (Je sors clairement d'un cours de didactique et je prêche définitivement ma paroisse)
  2. La seule fois où je suis tombé sur du DMT, c'était via une connaissance qui faisait souvent des allers/retour Québec Europe et qui rapporte plein de substances illicites. J'ai bien aimé mais je ne trouve pas que le "hype" est justifié. Toutefois, nous recherchons tous des expériences différentes avec les drogues, j'imagine que certains apprécient beaucoup. Moi, je préfère de loin le LSD et ses effets de distorsions de la réalité. Le DMT, je ne sais pas si j'en ai trop fumer ou pas assez mais j'ai perdu contact avec la réalité. Je n'avais plus de corps. Toute ma conscience était concentrée dans mon cerveau. Ce que j'ai vu ressemble aux images d'un électroencéphalogramme version immersive 3D : un flux électrique en mouvement, des ramifications de couleurs éclatantes, des volutes de lumières. Une sensation d'oppression est apparue à un certain moment, quand l'effet se dissipait, j'imagine, j'ai commencé à avoir peur de rester prise à jamais dans ma tête. Une fois "revenue" ma vison était un peu altérée, les mouvements, les contrastes, les couleurs tout était exacerbé comme si je voyais de l'écho. Un peu comme avec le LSD moins la grissante euphorie. Bref, si je devais noter, je donnerais un 2.5/5.
  3. 1- Cette communauté me semble être un centipede humain masturbatoire. Les uns s'enfonçant la tête dans le cul des autres, tout en se branlant sur leur supériorité intellectuelle. Ceci étant dit, je rechigne rarement à me mettre la tête dans un postérieur … 2- Si, lors d'une argumentation, toi, ou quiconque se résout à insulter mon apparence, ou celle d'un autre, plutôt que l'argumentaire en soi, je t'affirme que la honte sera sur vous plutôt que sur eux ou sur moi. 3- Je t'assure que si mon objectif ici sont les conquêtes, je vais à l'encontre du but escompté, certain, bien qu'apparemment subjugué semble particulièrement effarouché. 4- Ce point est le plus persuasif de tous quoiqu'encore insuffisant. L'irrévérencieuse impétuosité de Chicken me plaît beaucoup. Toutefois, je t'assure que si j'ai la chance de la violer, je conviendrai d'abord d'un mot de sécurité pour te rassurer sur son consentement. 5-Discutons plutôt de ta police d'assurance vie alors. 6- Tout ceci ne m'allègue-t-il pas déjà le droit? 7- Ce genre d'affabulation me plaît particulièrement, d'autant plus qu'ajouter mon visage ne les cesserons point. Au contraire, la fantaisie sera décuplée, superposant mon sourire satisfait, au tien. 8- Mais … es-tu grosse?
  4. Si 1984 est capable de fournir deux avantages différents à sortir notre face de l'anonymat, et ce, pour chaque membre invité à se dévoiler, ainsi que deux bénéfices pour chacun des autres membres sur ce thread, l'incluant bien sûr, je veux bien jouer.
  5. Les garçons, plutôt que de simplement envoyer une photo impersonnelle, allez y gros et envoyez un vidéo. Tant qu'à faire de la porno, faites le comme il faut!
  6. Tu es beaucoup trop vanille, je préfère de loin le chocolat.
  7. Tu veux me racontez des saloperies? Ce thread m'a rendue beaucoup trop consciencieuse et léthargique.
  8. Ma répulsion face à la situation vient du fait que j'ai l'impression que toutes tes explications sont un privilège d'affiliation dû au fait qu'un membre m'a cautionné. Et les privilèges je vais toujours me les mettre dans le cul, les couvrir de merde et les relancer au visage de ceux qui les donnent. En effet, tu me connais pas et je vais te donner une bride de moi pour que tu puisses, si tu le veux, comprendre mon point de vue. Mon problème d'estime vient du fait que je suis une jolie jeune femme qui évolue dans une société ou l'apparence physique est primordiale et bien malheureusement trop souvent garante de succès. Les privilèges, on me les lance, les portes, on me les ouvre, les nons, on me les refuse. Je suis devenue extrêmement suspicieuse à toute forme de sympathie et de gentillesse. J'ai développé un trouble de l'opposition, un syndrome de l'imposteur et une propension à l'auto destruction. Tu peux pas t'imaginer le nombre de fois ou j'ai voulu me foutre de l'acide dans le visage pour voir si j'allais encore être autant appréciée. (Sauf que là, je serai victimisée, prise en pitié et je serai de retour à la case départ avec en prime un traumatisme physique.) Je le sais que je suis sur une dérape de persécution par privilèges et que je grossis vraiment trop l'histoire dans ma tête juste parce que je me suis sentie un peu materné. Je sais aussi que la vague de rassurance était davantage pour les autres que pour moi et que je me donne beaucoup trop d'importance dans cette histoire. Ah oui, j'ai aussi des tendances narcissique qui viennent s'ajouter au lot, je suis vraiment un beau numéro. Bref, ma tête me joue des tours et je sais jamais ce qui est vrai et légitime, je me sous estime tout en me sur estimant. Je vais ajouter que j'ai une trajectoire de vie somme toute très positive. Je suis entourée de gens qui m'aime et qui m'accepte malgré mes délires. Je suis heureuse et satisfaite de ma vie et je vis plein de réussite. J'ai un suivit psychologique et je suis adaptée à la vie en société. Je suis trop stable et responsable pour un TPL, trop consciente de ma réalité pour une psychose et trop empathique pour une sociopathie. Je suis juste une grosse dualité tourmentée. Je réitère que je perçois tes commentaires comme se voulant sympathiques et accueillants, j'ajoute que je n'y vois pas de mesquinerie. Je ne veux pas me mettre dans ta face, je te demande de ne pas te mettre dans la mienne et de ne pas t'investir dans la traduction de la complexité psychosociale des interactions. Je suis arrivé avec des envies de te brûler avec le fiel de ma causticité, toutefois j'ai un quotient émotionnel suffisamment élevé pour me rendre compte que ceux qui sont présents ici sont encore à vifs des affres subit sous le joug de ce Esch. Je m'en abstiendrai donc par respect. Je croiserai le fer avec le Gamin arrogant sous un autre thread, je crois que ça sera plus approprié.
  9. Gamin, je sais que tu es probablement sympathique et accueillant mais laisse tomber le "mansplaining". J'avais pas besoin que tu m'expliques la chute et j'ai pas besoin que tu m'expliques la situation Esch. Ça frôle la condescendance. Je suis assez intelligente et résiliente pour gérer les nuances. Merci mais non merci. @xdrox et toi me donnez l'impression d'être couvée comme un poussin et j'ai juste le goût de vous donner des coups de bec. Vous êtes quoi, des pingouins?
  10. Merci Gamin Je vais faire comme mon grand-père quand il se faisait recevoir avec une brique et un fanal … je t'offre des fleurs
  11. J'ai compris les blessures, la polémique et la polarisation sur le sujet. Mon trouble d'opposition trouve tout cela particulièrement édifiant. Ma dualité empathique trouve le jugement prompt.
  12. @Daleko Vraiment? Une douzaine de petites interventions et je suis associé à un troll maléfique!
  13. On peut aussi faire attention à comment on consomme. Préférer les petits éleveurs locaux qui prennent bien soin de leurs animaux aux marchés de grandes surface qui font de la tuerie de masse. C'est pas tant ce que l'on consomme le problème, c'est notre façon de le faire.
  14. Si on parle de sentiments, d'émotions, de ressenti , de vécu et de réactions optimales à avoir face à un traumatisme, je crois qu'il importe de prendre en consideration le besoin de chacun et d'éviter les catégories telles que "survivant" et "victime" pour s'assurer de donner le support adéquat à chacun et éviter de les placer dans un rôle qui réduit leur risque d'adaptation. La façon qu'une personne réagira face à un évènement est grandement influencé, non seulement par son système de valeur mais aussi teinté par son tempérament intrinsèque, ses expériences de vies mais aussi ses besoins. Certaines personnes auront besoin de s'associer à un rôle de victime pour se dissocier de la situation et recevoir le réconfort et la tendresse de leur entourage pour se rendre plus fort. D'autre auront besoin de se mettre en position de survivant pour reprendre le contrôle et n'auront que faire de l'empathie des autres. Certains se cacheront derrière le rôle de victime pour recevoir de l'amour et tenter de combler le manque d'estime de soi et la sensation de salissure. D'autres, se placeront dans leur rôle de survivant pour éviter de ressentir et d'admettre la blessure. Les deux rôles, victime et survivant, peuvent êtres aussi bénéfique que néfaste selon la personne . Ce n'est pas la catégorie à laquelle on s'associe qui importe dans tout ça, c'est ce que chaque personne à besoin pour aller mieux.
  15. Oui, c'est indéniable en plus d'être bénéfique et certainement qu'un petit million de plus sera amassé pour "rebâtir" l'Australie. C'est l'hypocrisie des gens qui me rebutes dans tout ça. Coralyne et son #sauvonsleskoalas, le fait parce qu'elle veut avoir l'air conscientisée sur ses réseaux. Roger qui à donné 20$ le fait parce qu'il aura une déduction fiscale. Louise qui publie des articles sur la catastrophe, le fait parce qu'elle a peur que quelque chose du genre lui arrive. Peut-être que Ginette qui pleure, elle, elle est vraiment empathique. La majorité des gens agissent toutefois pour ce que cela va leur apporter (prestige social, capital, auto préservation, soupape émotionnelle) pas pour aider leur prochain.
×
×
  • Créer...