Aller au contenu

Massolini

Éboueur en formation
  • Contenus

    1
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation

1 Neutre

À propos de Massolini

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Bonjour à tous et à toutes, Je suis diagnostiqué dépressif sévère depuis 6 ans et ma vie ne fait qu'empirer. Je réussi tant bien que mal à rester à l'école et continuer de travailler mais je crois que tout ça est dû à la honte que j'aurais si je laissais tout tomber. Je sais qu'il n'y a rien de mal à prendre une pause lorsque ça ne va pas mais je n'arriverais pas à supporter la déception de mes parents face à mon abandon. Je crois que ma maladie mentale est due en grosse partie à ma façon de vivre : l'art de tout remettre au lendemain et une sorte de stratégie de l'évitement (Le fait d'éviter d'agir puisque j'ai peur d'échouer ou d'affronter une peur). Mais je crois que la société a, au moins en partie, sa partie de responsabilité. Je m'explique. Je suis actuellement au Cégep, dans un domaine qui m'intéresse énormément. Pourtant, je ne suis pas heureux, l'école est un fardeau pour moi puisqu'elle est mal établie et pousse constamment à l'excellence, et ce, tous les jours. C'est pareil dans le monde du travail. Toujours exceller, toujours être parfait 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 sinon on devient la risée du bureau ou de la classe. Il ne faut pas s'étonner que la maladie mentale soit de plus en plus présente dans le monde. Il y a tellement de pression sur les épaules des gens et je ne sais pas comment font les autres pour ne pas déprimer. Je n'arrive pas à lâcher prise. Dans ma tête (Je sais que ce n'est pas totalement la réalité mais c'est ce que je vis), si tu n'y arrives pas, c'est une forme de lâcheté. Je me sens comme si le monde dépendait de moi, alors que personne s'intéresse réellement à moi. Ma famille n'accepte pas ma maladie et je n'ai pas d'amis. Je n'en cherche pas non plus pour éviter d'être blessé. Je suis toujours triste et je remet tout au lendemain. Je prends des anti-dépresseurs et vois un psy mais je me sens pas mieux. Je sais que ce message n'est pas rempli d'espoir mais bon, je voulais juste démontrer à quel point la vie est lourde lorsque la tristesse s'en mêle. Pour les chanceux(euses) qui n'ont jamais été atteints par ça, imaginez : Avoir envie de pleurer tous les jours du matin au soir, plus aucun plaisir et toujours être fatigué. Ce n'est pas une vie et sortir de ça n'est pas nécessairement facile. Je suis sûr qu'il est possible de guérir de ce mal-être même si j'arrive pas. J'espère malgré tout que vous arriverez à garder le sourire pour éviter d'être comme moi. Merci d'avoir lu
×
×
  • Créer...