Aller au contenu

Otto Von Bismarck

Éboueur syndiqué
  • Contenus

    835
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Otto Von Bismarck

  1. C'est d'ores et déjà patibulaire. Il ne faudrait pas s'y risquer.

  2. Il faut se l'imaginer heureux, tsé.

  3. C'est que mon histoire à moi est spéciale. J'était épuisé, au bout du rouleau... Tu comprends? Mes batteries étaient à Low, pour emprunter l'expression consacrée par Mahée Paiement dans le Matou. J'ai voulu vaincre. J'ai voulu passer outre, passer à autre chose. La vérité, c'est que la rage de vivre n'y était pas et, c'est marqué dans le bouquin, ça ne s'achète pas la rage de vivre. C'est mon professeur aux adultes, Robert Laberge, qui m'a ouvert les yeux sur les rouages de l'existence. Un homme formidable. Un livre, une vie. C'est aussi simple que ça. 1 + 1 = 2. «Tin mon hot-Oh! Lis-moé do
  4. On aurait dit l'autre qui s'étonne.

  5. Un achat-découverte. Jamais n'avais-je vu quelqu'un décrire avec autant de lyrisme et de perspective, mais tout de même sans complaisance et rigoureusement l'expérience psychotropique depuis Ernst Jünger et Aldous Huxley.
  6. Maaaiiisss chuuuuuu paas toulllmonddd! Imputons cela sur le café, mais n'allons pas jusqu'à lui en vouloir. Ce serait pour le moins déplacé. Facéties à part, il y a un énorme champ de désinformation concernant la psychologie. Beaucoup d'idées fausses circulent, autant sur la matière que sur le pratiquant. J'imagine qu'on peut en dégager certaines causes comme cette foutue image de psychanalyste charlatan endormi sur son fauteuil, gémissant par réflexe son approbation aux aléas de son patient. C'est une image forte qui ne cesse, quoique moins maintenant, d'être colportée par le 7ième art pour
  7. Dans les cas d'avancement personnel, oui. Dans les cas pathologiques clairs, non. C'est le même principe que d'aller chez le médecin. Vous n'avez pas à lui révéler vos relations sexuelles non-protégées pour qu'il soigne correctement votre arthrite. Il n'y a qu'à mentionner ce qui est pertinent. Moins il y a de secrets, mieux c'est, indubitablement, mais les psychologues peuvent très bien traiter, par exemple, une phobie en a sachant relativement peu. Cacher des détails importants, ça n'aide JAMAIS. Ce n'est pas ici un monopole des psychologues...
  8. Il ne faut toutefois pas perdre de vue que le produit n'en reste pas moins un psychodyslexique. Il y a presque invariablement certaines de vos capacités qui en sont momentanément réduites. Cela en affecte certains plus que d'autres. Le cas de régression végétale décrit par Ta mère n'est rien d'impossible. Si la description est rigoureuse et exacte, je m'explique néanmoins plutôt mal pourquoi l'accent n'a pas été mis sur la conduite.
  9. Veuillez choisir le beurre ou l'argent du beurre... Floyd, votre vision des choses s'apparente un peu à une modernisation de la mentalité d'ostracisation de la santé mentale durant une bonne partie du 20ième siècle... En beaucoup moins hargneux évidemment. Aller voir un psychologue, C'EST confronter le problème. Les psychologues ne sont plus ces radoteux de salon s’abreuvant tous à la même fontaine freudienne mal maîtrisée comme c'était en partie le cas au milieu du dernier siècle. Il y des traitements psychothérapeutiques qui ont des taux de succès remarquables pour divers maux. La thérapie
  10. Et si c'était plutôt VOUS Hitler/Napoléon, HEN!? On fait soudainement moins le malin... P.S.: On me dit que la Russie est à prendre. Foncez.
  11. Qu'y avez-vous trouvé d'aussi puissant précisément? Concernant votre peur de ne jamais plus expérimenter d'aussi puissantes pérégrinations en terain romanesque, il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Le monde littéraire est vaste, très vaste. Presque trop.
  12. Ce bémol que tu apportes est nécessaire. Aucun psychotrope n'est requis pour ce que tu appelles épanouissement intellectuel. Il ne faudrait cependant pas commettre l'erreur d'affirmer que c'est inexorablement inutile, voire nuisible. C'est un outil comme il y en a tant, d'ailleurs infiniment plus versatile que de vulgaires béquilles pour reprendre ta douteuse analogie. Il n'y a que des teintes de gris en ce bas monde.
  13. Il en existait un fort pertinent; il fut effacé. Y a-t-il des sujets auxquels tu cherches particulièrement certains éclaircissements? Pour tâcher de régler ton problème, tu pourrais forcer de bonnes expériences en compagnie de ton copain sous ivresse cannabinoïde. Il se pourrait que tu aies malencontreusement associé la chose à des stimuli, des scénarios négatifs. Cela ne règlera peut-être pas le problème, mais il est tout de même justifié de passer du temps de qualité avec lui dans la situation où vous vous trouvez en tant que couple.
  14. C'est curieux que vous en parliez: je reviens tout juste de Russie. Point fort du voyage? Waterloo.
  15. J'en avais l’inexorable envie. Ça ou bien la seconde guerre des Boers. Il faut choisir.

  16. Nous avons déjà assez d'un roi dans cette situation. N'en rajoutons pas davantage, voulez-vous?

  17. À chacun sa panacée. Que l'diable nous emporte, on a rien trouvé d'mieux!
  18. Il n'y eu que facéties et désespoir en ce sombre endroit; et pourtant elle se meut.

  19. Et l'on ne parle ici bien sûr pas de fromage. Non.

  20. Affirmatif

    (Pourquoi s'arrêter en si bon chemin)

  21. Coulé jusqu'à plus d'heures.

×
×
  • Créer...