Aller au contenu

Sergent Poivre

Éboueur
  • Contenus

    655
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Sergent Poivre

  1. Je crois que tu ne devrais pas trop tirer de conclusions sur tes capacités sociales à partir de ce type de travail. Contrairement à ce que les gens pensent généralement, parce qu'ils font tous un peu de ménage chez eux de temps en temps, la conciergerie, c'est difficile. La surface couverte et son achalandage n'a rien à voir avec du ménage résidentiel. Ça demande beaucoup d'organisation et un sens pratique développé. Quand je fais mes journées de travail, à temps partiel sauf l'été, je pense donc surtout à des façons de rationnaliser mes mouvements, sauver des pas, ne pas être dans
  2. Ouin, je connais trop bien ce genre de moment ou on arrive chez soi et l'envie d'en ressortir apparaît immédiatement. Après un an dans une chambre avec des colocs avec qui j'avais peu d'intérêts en commun, j'étais tanné d'être seul alors j'ai emménagé en octobre dernier avec un de mes amis de longue date. Finalement, il n'est presque jamais à l'appartement. Je crois qu'il n'était pas encore tout à fait prêt à être en appartement ou je ne sais quoi, il reste toujours chez son père, le fait qu'il travaille encore proche de chez lui aide pas. J'ai passé la période ou je le prenais pers
  3. Simon n'a jamais abandonné. Il est s'est recyclé dans le domaine du vlog du style ''hey whatsup guyyyyyyyyyyyyyyyze comment ca vaaaaa? jsuis tellement random '' https://www.youtube.com/watch?v=-0uMXjR4Xas
  4. Mon dernier message sur le Dépotoir me ramène directement dans une période pour le moins trouble de ma vie. Habituellement je ne suis pas du genre à étaler mes sentiments, mais là j'imagine que j'avais un trop-plein. 2 ans et demi plus tard, je peux dire que cette session ne fut pas si tant pire que prévue, même que je la considère cet automne comme un point tournant de ma vie. J'y ai fait une belle rencontre d'abord, mais j'ai aussi gagné beaucoup d'assurance au niveau académique, entre autres. Et aussi, mon beau-père ne boit plus depuis un an. Ça m'amène aussi à reconsidérer l'époq
  5. Grosse nouvelle de la journée: Mon beau-père a arrêté de boire... Son corps l'a mal pris, le médecin lui a dit d'y aller progressivement et de commencer par réduire à 12 par jours. Belle session en perspective. (et beau retour chez ma mère après un an en appart)
  6. Je suis plutôt d'accord avec toi là-dessus, et je ne sais même pas encore où je me situe là-dedans. Je crois tout de même que mon goût de voyager dépasse cet effet de mode (ce que diraient probablement tous les jeunes, anyway...) Au secondaire, j'ai eu des profs qui avaient beaucoup voyagé et qui m'ont donné le goût de faire de même en racontant plusieurs de leurs histoires. Ces mêmes profs ont organisé les petits voyages qu'on faisait parce qu'on était dans un groupe enrichi. Mais c'est quand ils ont organisé un voyage en Corse que ça s'est corsé, mettons. Je ne me rappelle plus combien coût
  7. Pour faire suite à mon chialage sur le fait que tout le monde autour de moi partait en voyage sauf moi, quelques jours après avoir écrit ça au mois de juin, je suis allé marcher à New York 5 jours. J'ai fini de payer ça hier. Ma coloc m'a ramené de Russie un décapsuleur et un briquet (Merci de me rappeler quels sont les seuls voyages que je peux me payer sans m'endetter) et elle repart en voyage demain, en Écosse cette fois-ci. Je retourne habiter chez mes parents au mois de septembre (c'était pas du tout prévu, mais l'appartement est aux prises avec un interminable problème très peu socialeme
  8. Mes amis les plus déprimés consultent des psychologues et ils ne semblent jamais s'en sortir. Je réfléchissais à ça l'autre fois et j'ai réalisé que du moment que tu commences à consulter un psychologue, ça te met dans la tête que tu as un problème. Évidemment pour beaucoup de gens, le psychologue va aider, mais je crois que souvent on cherche trop vite de l'aide extérieure, des fois faut juste prendre son mal en patience et travailler sur soi-même. Je ne dis pas qu'il ne faut pas demander d'aide, c'est bon parfois d'aller voir une travailleuse sociale, vider un peu le trop-plein. Sur le momen
  9. Je n'ai dit nulle part que ce n'était pas de la pure et simple jalousie. Ce l'est. La situation est: Ils peuvent voyager, je ne peux pas voyager. Je ne peux absolument rien faire pour changer ça. Ils ne peuvent rien changer, mais j'aime bien leur faire réaliser qu'ils ont une chance qui n'est pas donnée à tout le monde. (T'es tu cave esti que je les forcerais à refuser de voyager pour moi? )
  10. J'étais supposé aller reconduire mon amie à l'aéroport. Elle s'en va 6 semaines en Russie et en France, puis en Écosse plus tard dans l'été avec ses parents. Elle est stressée par ses vols d'avions. ...Câlisse. J'veux aller 5 jours à New York pis j'ai peur de m'endetter. Mon été je vais encore la passer à décaper des planchers dans des écoles où ils coupent la ventilation pour l'été. Ce qui m'écoeure le plus, c'est qu'ils n'ont pas l'air de s'en rendre compte. Tout est beau, tout le monde peut se payer ça s'il le veut. (Et tout le monde se fait le plus grand plaisir de lire sur Facebook exact
  11. Avoir un bon nom dans le milieu du showbusiness, de la télé ou du théâtre, j'y repenserais deux fois avant de m'associer à la fois à Gilbert Rozon et à Pierre-Karl Péladeau, Surtout que l'émission n'en vaut pas tant la peine. L'humour, du moins celui du calibre que l'on voit dans cet émission, n'a jamais été un grand art et les humorisses qu'on voit à En route n'ont pas grand chose à dire pour la plupart, faque ils préfèrent crier leurs récits (anecdotiques tsé), ou les mimiquer, pour le grand plaisir de la foule (qui tippe en masse en passant, la serveuse est morte de rire). Bref, le gros de
  12. Un coloc qui débarque avec je ne sais combien de personnes pendant que je fais un compte-rendu de lecture dans ma chambre collée sur le salon. Des fois, je comprend la fille qui avait ma chambre avant d'avoir peté sa coche. Sti que la voix de n'importe qui écorche tes oreilles quand tu crois être dans ta bulle (ou supposé être en train de dormir). Et calisse que j'haïs ça porter des bouchons, j'entends mon coeur battre. Bon, retournons résumer un article avec de la musique dans les oreilles pour couvrir partiellement les rires de l'autre bord de la porte.
  13. Mes trois colocs ont un trip bagel ces-temps-ci. Je fais le ménage de la cuisine et on dirait qu'il y a eu une averse de graines de sésame..
  14. La visite vient de partir, ce qui veut dire que je commence un examen à envoyer à mon prof au plus tard dans 24 heures. Il a reporté la date de remise «pour pas qu'on le botche»
  15. Ah ben, j't'ai pas vu. Sinon, j'ai vu quelqu'un dans le métro le mois passé dont la face me disait de quoi, finalement c'était Pixel.
  16. Quand je fais des travaux pour l'école, l'étape du buzz de café est un incontournable. Après au moins deux grosses tasses passées en train de lire sur le sujet, arrive le moment où tout se met en place, tout s'éclaire. On dirait que la direction que va prendre ton travail se dessine clairement et soudainement, tu t'exclames dans ta tête: «J'catche toutte!». Cependant, après tu veux mettre ça sur papier, mais tu te rends compte que tu commences à avoir le shake et que ta vision est un peu trouble. Pas grave, tu l'écriras demain, café en main.
  17. Celui-ci est moins bien fait et le scénario est moins original, mais Montréal est en train de devenir un zoo dans l'opinion d'utilisateurs youtube d'ailleurs. Les impacts sur le tourisme: Plus de chinois, moins de familles avec de jeunes enfants.
  18. J'envoie mon curriculum vitae où? (Un ami m'a dit aujourd'hui d'être plus impulsif)
  19. C'toujours pareil quand on découvre de quoi de cool sur Internet. Après ça y'a des gens qui sont frustrés parce qu'ils l'ont pas découvert en premier et ils décident de gâcher le plaisir de tout le monde en disant que c'est fake.
  20. Hier soir j'étais bien tranquille à l'appart d'une amie et nous nous sommes fait venir de la pizza, pour le fun. Quelqu'un nous a donné un numéro pour de la pizza de qualité alors on a appelé là, pour voir. Quand le livreur m'a texté pour me dire qu'il arrivait, je suis descendu sur la rue pour aller le trouver, par contre, je ne savais pas du tout de quoi avait l'air sa voiture. Un moment donné, y'a une genre de Tercel qui roule pas trop vite et qui s'arrête, voyant que je marche vers elle. Le gars ouvre la fenêtre, c'tait un québécois, y'avait l'air d'un «Steve» avec une casquette, donc j'me
  21. Dis en donc plus woot woot, qu'est-ce que ce vidéo t'a appris? Comment peux-tu t'en servir pour mieux analyser le monde qui t'entoure? Jusqu'à quel point peux-tu généraliser cet exemple (ou cet échantillon) à l'échelle de cette très vague «jeunesse étrangère» dont tu parles? Comment as-tu réussi à faire ce merveilleux lien vers ce fait, non appuyé, que cette «jeunesse étrangère» se fait engrosser, (expression de registre familier, vulgaire et dégradant), vers l'âge de 11-12-13 ans?
  22. D'où le «à ce qu'il disait». Je ne le reverrai probablement jamais, donc je me fous un peu de tout ça, si c'est un personnage ou non, nous avons eu des conversations super intéressantes et c'est ce qui compte. Un gentleman.
  23. J'me suis fait mon premier ami ontarien.. C'est mon voisin d'en bas et ironiquement, je l'ai connu dans un party «infesté» de Français. (Y'avait aussi un gars de 45 ans, visiblement riche, polyglotte, qui n'a jamais voulu me dire d'où il vient. Il parlait Français avec un accent anglais, mais Anglais avec un accent inconnu. À ce qu'il me disait, il ne reste jamais plus d'un an dans le même pays, il a déjà été médecin et a écrit des livres)
×
×
  • Créer...