Aller au contenu

Cheval

Éboueurs
  • Compteur de contenus

    2 260
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    8

Cheval a gagné pour la dernière fois le 16 août

Cheval a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

619 Excellente

À propos de Cheval

  • Date de naissance 1989-03-21

Informations

  • Sexe
    Masculin
  • Lieu
    Toujours loin de moi-même.

Visiteurs récents du profil

6 845 visualisations du profil
  1. Zarmina

    Sans gant blanc. Le prologue avec le texte dans l'espace était trop bon. Drop les dessins flashs. C'est juste pas possible. Tout l'univers pixelisé marchait très bien. Tu ne peux pas vraiment passé de 8bit à des dégradés 1998 d'un plan à l'autre.
  2. Keeping this thread alive

    Il faut vivre avec son temps. Mais encore plus, il est impératif d'accueillir adroitement les ramifications des structures qui nous entoures afin de prendre les actions adéquates pour s'y mouvoir consciamment et peut-être même agir à leur égard. Ton point de vue est assez populaire et est par le fait même assez connu ( et même, il est théorisé ). Il n'est pas dur à mapper. Le point de rupture est après la deuxième guerre avec les migrations massives aux État-Unies et les dépressions économiques qui finirent de décimer les pouvoirs économiques et culturelles à Paris. Le libéralisme à reprit la main et c'est dans quoi nous sommes à présent. Évidemment, tout l'appareil de valeur à été assimilé, en changeant pourtant de forme dans la métamorphose perpétuelle que cela a engendré. Tu fais pourtant de profonde erreur nominative lorsque tu parles des textes de W. Benjamin. En fait tu n'adaptes pas une pensée qui date bientôt d'un siècle aux manifestations qui nous sont disponible dans le présent. T'as comme un point de vue opaque, qui s'alimente de tout ce qui trouve sans vraiment le lire n'y le penser afin de solidifié le podium de boue réactionnaire sur lequel tu te tiens. J'pense pas non plus que l'art t'intéresse vraiment; en tous cas, elle t'intéresse moins que ton sentiment de perte et d'angoisse vis-à-vis de la présence suspendu des choses qui t'entoures. Nous partageons tous l'immanent; la vacuité du monde est clair et limpide. Le libéralisme nous le manifeste sans cesse avec la même impartialité radical qu'une machine qui broie du steak haché. Prend Être et Temps par exemple, écrit dans les mêmes années que l'oeuvre de W.Benjamin, ce travail fait parti d'une armada d'articulation considérable autour des dispositifs phénoménologique. Il est crucial d'en saisir le maximum afin d'y voir clair dans un minimum des manifestations formelles d'aujourd'hui. Un point de vue historisant serait loin de te desservir, tout particulièrement en ce qui concerne l'art contemporain. Ça fait en tout et pour tout un siècle que des états philosophiques on été produits à propos de la vacuité du monde, mais leur effet n'ont été vraiment immanent que dans le changement de pouvoir économique en occident; la franche facture du libéralisme ne laisse plus personne indifférent... avant de les assimiliés eux-mêmes. Nietzsche est un des philosophes les plus importants en ce moment spécifiquement parce nous sommes face dans notre quotidiennement à la facticité de la morale; la vacuité du monde n'est le siège d'aucune valeur et ne crédite plus aucune de nos actions. P-e sommes nous vraiment dans la fin du romantisme et c'est le choc du deuil qui frappe trop fort. Je pense que ton point de vue est valide, vrai et partagé. Pourtant c'est un point de vue qui s'éloigne de toute résilience et qui malheureusement ne pourra jamais rien faire d'utile de toute la vigueur à résister qu'il sous-tend. Il te revient pourtant le devoir de t'en rendre compte et d'agir envers toi-même en premier, au risque de vieillir dans ta couverture de cynisme et de t'y prendre, sans sortie. Et puis après, tu t'en prend au mauvais loup. Les artistes ne sont pas les causes du monde contemporain. Ils ne sont pas les bâtisseurs et encore moins les sièges dans les cercles de pouvoir culturelles. Si l'on travaille avec le vide, le superficiel et le creux, ce n'est pas tant qu'on s'y plaît que l'on souhaite l'intégré, menacé par son irrévocable présence. Pour apprendre à vivre avec. P-e même montrer à son prochain qu'une résilience est possible, une vie autour de la vacuité. Le libéralisme est tricky. Si tu souhaites le critiqué, l'attaqué, il t'assimilera comme consommation de la critique en tant que produit. Simple Rick Tu dois produire, dans ces propres codes, un ironie tellement profonde qu'elle agira de l'intéreur, sans le quitté. Toujours pas fait, on cherche encore. Personnellement, je crois beaucoup dans l'accelerationisme. https://en.wikipedia.org/wiki/Accelerationism Et aussi. Je sais pas comment tu vois ça, mais les voiture de sport, Cézanne, Courbet, les sculptures Olmec, les ivoires chinois, l'architecture monumentale... On consomme tout ça, on aime tout ça. Et on le reconnait, et le respecte. Tu parles d'une tel façon, comme si en faisant X je manifestais un désaccord avec A, B, C. On bouffe juste ça. Tout le temps. Tsé... Tu parles de peinture avec un peintre... Tu vas te faire schoolé, inévitablement. Je te laisse là-dessus. Après tout tu m'as quand même manqué de respect. Ça va me faire plaisir de parler de tout ça avec toi quand tu te seras un peu plus formé et informé sur le sujet. Parce que pour l'instant tu fais juste état de ton incompétence à réfléchir adroitement.
  3. Keeping this thread alive

    En relisant j'ai réussi à vraiment trouver une phrase qui dépassait toutes les autres. Ça man, c'est du caviar de tête de noeud vieilli 15 ans au fût de chêne. " Inutilité de l'oeuvre d'un point de vue esthétique. " Si jamais je peux plugger ça dans une conférence... "Plus aucun filtre de la part des écoles qui acceptent tout le monde tant qu'ils peuvent payer." C'est pas ça, un filtre? " Presque plus de technique " c'est quantitatif, de la technique? Jme suis demandé si tu trollais, mais l'effort est trop honnête pour qu'il soit simuler. You don't get shit about it? Don't you?
  4. Keeping this thread alive

    Non mais, quel imbécile tu fais.
  5. Postez vos créations artistiques!

  6. Des peintures pas nettes

    Voit juste ça comme des applats de transparent.
  7. Des peintures pas nettes

    Si jamais tu veux pumpé ta game avec les insectes, l'ombrage va faire toute la différence. Un bon example c'est François Vincent. http://www.francoisvincent.ca/
  8. Keeping this thread alive

    A true Golden Age...
  9. Keeping this thread alive

    C'est même théorisé. L'opinion du publique n'a jamais été important dans l'histoire de l'art. Il ne l'est toujours pas. Sauf que désormais à la différence d'avant le 19e ( premier musée ), le marché de l'art implique une appréciation publique résolument économique et ouvre dans la dispersion une place au regard du publique. Postmodern stuff. Je suis évidemment le plus qualifié pour parler de peinture sur le forum, mais l'appréciation de la peinture passe par un vecteur de goût qui proclame sa souveraineté et tolère bien mal quelconque dualité. On en fait même une morale ( ou au minimum une moeurs ) de ne pas heurter les goûts d'autrui. J'ai juste arrêté d'être chiant quand je n'ai plus eu rien à prouver. Les images le font pour moi. mais thx, I guess
  10. Keeping this thread alive

    J'pense plus que tu perçois de l'humilité là où tu le veux bien. Il me semble qu'un débutant qui montre c'est dessin c'est plutôt humble au contraire.
  11. Keeping this thread alive

  12. Keeping this thread alive

    Fec j'ai une galerie pi une entrevue dans le Québecscope. http://www.galeriebeauchamp.com/art/fr/artist/lortie-antoine
  13. Venez nous montrer vos talents de photographe !

    fkng nice!! T'en a pas une avec le regard perdu dans le ciel? T'es couleurs sont trop sharp. J'ai plus l'impression que c'est les modèles qui ton retenu sur ça. Les gens de théatres ou les danseurs font aussi d'excellent cast, ils sont bien plus expressif par le corps que par le visage. Non négligable.
  14. Venez nous montrer vos talents de photographe !

    Le truc avec le symbolisme c'est que tu peux facilement dire tout ce que tu veux, mais il faut savoir ce que tu veux dire. Dans le cas où tout le monde est voilé, avec le même costume et disposé à différente échelle dans la perspective tu obtiens une image passive. Un paysage d'une dystopie. Si tu manigance seulement un individu au travers d'une foule de contemporain civile, on adresse plus vite la faute d'une intrusion au protagoniste. J'pense fortement que de centrer ton personnage dans la composition peut adresser le caractère d'individualité singulière métaphorique et désamorcé l'effet d'intrusion et d'étrangeté. De la manière où on comprendrait sans effort que la figure principale est une métaphore d'une lecture intérieur du sujet par l'artiste et causamment du spectateur. Enfin, c'Est comme ça que je comprends ton propos depuis le début. D'ailleurs à bien y penser, le costume est secondaire, en ce sens où il peut véhiculé différente forme s'il est toujours associté avec l'écran de fumé. J'pense que en série, cadré centré, tu pourrais facilement shooté une femme arabe, un juge, un poissonier et des enfants au parc et quand même permuté le problème existentielle de l'identité brumeuse.
  15. Venez nous montrer vos talents de photographe !

    Je sais pas si ça serait trop couillu, mais ça t'es passé par la tête de faire ça dans des endroits publics avec du monde? Pas trop bondé bien sûr, mais avec un deux gusses dans le fond, même plus, ça serait vraiment bien. Jme dis juste que le fond industriel c'est vraiment un sujet dur à débrouissaller, en plus avec des graffitis, ça me semble tellement connoté comme paysage. Wut do yu tink?
×