Aller au contenu

Cheval

Éboueur
  • Contenus

    2 387
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    11

Cheval a gagné pour la dernière fois le 12 juillet

Cheval a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

814 Excellente

À propos de Cheval

  • Date de naissance 1989-03-21

Informations

  • Sexe
    Masculin
  • Lieu
    Toujours loin de moi-même.

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

8 778 visualisations du profil
  1. Un troll c'est comme un nouveau genre d'intouchable de notre société. C'est comme une mission, comme les incels, que ces gens se donnent envers la réalité dérangeante de l'expression anonyme et simultanément public. C'est presque qu'un honneur d'attiré la venue d'un troll sur ton sujet, c'est la proximité d'une classe de gens prêt a sacrifié leur vie intérieur en orbitant un sujet. C'est de même constitution que le buzz. C'est une manifestation d'une saveur de trend. Je regarde le troll de cet façon, comme un riche de pauvreté. Il y a comme les petits trolls sur le dépotoir et on les tolères comme un exercise stylistique. Il rappelle, à notre façon très théatralisé, une réalité de notre psyché. L'appel du vide qui revient sans cesse, n'est-ce pas un troll personnel qui nous attires toujours dans le chaos? Amen dude, c'est toi qui devrait avoir l'attention.
  2. C'est de la survie man. Let's go. Ton work va toujours parler plus fort que des lettres de projet. Claque du criss de gros travail de dingue.
  3. Explique toi babe, on sait comme pas si t'as un opinion ou si t'es juste catatonique devant ton écran.
  4. C'est là où plus personne ne s'attend à rien que tu as le plus de liberté. Tu as mal compris l'inspiration. Toute la corne et tout le sel qui s'est calcifié dans vos coeurs, ça brûle, si tu y mets le feu. Dans ma propre libération, je ne fais plus usage de la morale dans mes inspirations. Depuis, la destruction m'anime comme rien auparavant. L'ordre c'est tellement installé, vous avez oublié que vos carcasses décharnés nourrissent le sol. L'artiste siège haut au-dessus et c'est une naïve arrogance de pensée que la création est impuissante.
  5. @Aradia J'espère qu'on pourra dérobé l'art à son encrage institutionnelle et réussir à développer une sensibilité qui t'invite à venir te voir toi-même, dans une nouvelle sphère sensible, comme un service de rajeunissement thérapeutique pour ton âme. @Carlos Crasseux Ce n'est pas spécifié explicitement, mais je n'attaque pas la considération du jugement en mode full philosophique. J'attaque l'autorité de choisir qui est et qui n'est pas en obtention de financement depuis un organe de processus de jugement. D'ailleurs, mon propos est un propos quelques part formelle, car il s'agit de la manière dont l'information est procédé dans le système de subvention culturelle. Je n'ai pas encore commencé à ouvrir des solutions, mais elle sont déjà présente, anticipé. Cela pourrait tenir dans une réforme, une refonte des manières et méthodes de la subvention artistique. La subvention artistique depuis un mécène, public ou privé, me convient absolument. Sauf que, par processus de morphogenèse, le pouvoir abruti la création. Je suis dans ce processus de création, abruti par génération, et j'appelle une refonte du système de pouvoir avant qu'on ait passé un point de non retour. Et d"ailleurs, je fais un peu plus que ça, je flash ma grosse créativité transcendantale en proposant que je ( et les créateurs volontaires ) seront toujours plus puissant que cette autorité. J'fais vraiment un move d'elfe qui sort du bois en mode deus ex machina et je subverse mon ennemi avec du spell binding. Juste pour dropper sans raffinement, un agent du CALQ pourrait être confié la tâche de faire des tournées d'atelier et tenir des dossiers sur les artistes. Il pourrait leur proposé des subventions desquelles il croit que les artistes serait prêt à recevoir. Cet un inversion de la tâche. Plutôt que tu ais 200 personnes qui travaillent 20h pour seulement 20 récompenser, tu as a une équipe de 5 qui en font leur job. Les calculs serait à faire. Mon rôle dans l'instant présent c'est de dire que mon énergie de créateur est plus précieuse que ce que l'on en fait usage et que part dessus cela, les moyens qui me sont présenté pour survivre me transforme de l'intérieur au détriment de la qualité de l'art que je produis. Après ça les jugements de qui est meilleur que qui dans du small chat, c'est pas mon sujet. Je sais qui est meilleur que moi et qui est moins bon selon mon propre jugement et ce à la simple intention de mon utilisation égoïque. Le débat n'est pas là. Travaille fort, le jour que j'vais trouver que t'as percé mon âme je te le ferais savoir à coup sûr.
  6. T'imagines tu a quel point je dois être sérieux si je clame que l'artiste n'a plus de dignité et que je vais lui en redonné? Toi, à quoi tu attaches ta vie? Je protège quelques choses man, même si je suis le seul à le voir. @1984 non, par rapport au critique de la dernière page sur les lambinages de proportion. Ta pochette est fucking sharp, rien à dire.
  7. Tu progresses vraiment vite 84. Je sais pas par contre pour les chialages de proportion. Si tu deals bien avec c'est cool, mais si tu entends ces voix là quand tu peins tu ferais mieux de ne pas les tolérer, ça pourrait interférer avec tes propres intuitions. C'est toi le capitaine.
  8. Je n'attends rien de toi. Fais le pour toi. Tu es très curieux mais n'oublie pas d'être patient. Je m'occupe de tout, confiance.
  9. https://www.e-flux.com/journal/110/335741/evil-surplus-power-the-three-media-of-art/ @Gamin Lis ça pi si ta de la suite dans les idées tu vas arriver en haut de l'échafaud.
  10. Très sincèrement, dans mon action la plus primaire, je vais le détruire. C'est pas moi qui va construire. Ce n'est pas ma direction. Ça sera la tâche de gens avec d'autres compétences et sans doute plus de compassion. C'est la tâche de la société de danser avec l'artiste. Et cette relation peut avoir les ailes qu'elle désire. Je peux peindre dans un atelier dans la montagne sans jamais voir personne. Un mec pourrait venir chercher des toiles à chaque années. On pourrait m'enfermer dans une tour et me forcer a donner des conférences. Ce n'est juste vraiment pas mon rôle de réfléchir pour la société. Mon rôle c'est de produire une rupture dans la réalité. De peindre des portails pour modéliser la condition existentiel des humains. Moi je suis du coté de Dionysos. Je festoie, j'incendie les champs et je sacrifie les jeunes vierges. L'idée même de structure est très plaisante, mais juste dans mes fantasmes de la subvertir. Je veux bien, par contre, perpétuer un rôle de critique de la condition d'artiste. C'est un pont et un fil conducteur qui apparemment semble perdu, le dialogue société/artiste. Mais tout cela est et restera indéterminé, fluide et profondément viscérale. @Goéland Man, jte feel en criss Faut juste rentrer dans la forêt, gang. Faut allez loin dans l'abysse et y dresser un feu de camp pour que les autres trouvent le chemin. Moi je suis encore plus loin, dans la tourbière, avec les cadavres.
  11. ◕_◕FAIQUE◕_◕ J'ai changer de stratégie. Ma façon d'être m'apportait beaucoup de malheur. Alors à la place d'essayer, je vais arrêter d'essayer. Mon intuition m'a poussé vers une supposition que les québécois ont perdu le contact avec la source de leur culture. Les artistes fondamentaux ( pas ton oncle qui peint un canard ) sont désormais devenu leur seul public. Donnez à voir mes pensées crue à ma culture ne peut qu'être bénéfique, voir essentiel. Je vais arrêter d'essayer et faire pour vrai. Dites moi ce que vous en pensez. Article mentionné pour les curieux: https://reseauartactuel.org/le-milieu-des-arts-visuels-dans-langle-mort/?fbclid=IwAR2IO9LZAgC9ExGIxbwngSEjIsaa8cnBV3IY1DloSRa4hYuWb9etpRWpbaQ
  12. Des fois j'me dis que je partage le monde commun, puis tout à coup j'ai une épiphanie pi je réalise que je suis encore sur le dépotoir.
  13. Parce que tu glisses dans la représentation fantasmé. C'est un terrain bcp plus fertile et, pour mon cas, là où se passe le travail le plus important du créateur.
×
×
  • Créer...