Commissaire Laviolette

Éboueurs privilégiés
  • Contenus

    3 377
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    15

Commissaire Laviolette a gagné pour la dernière fois le 26 février

Commissaire Laviolette a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

2 555 Exemplaire

À propos de Commissaire Laviolette

  • Date de naissance 27 novembre

Informations

  • Sexe
    Masculin
  • Lieu
    Québec

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

17 793 visualisations du profil
  1. J'ai lu une partie de The Sandman, le comic. J'ai trouvé ça bien quand même. J'ai écouté les deux premiers épisodes de American Gods, seulement sur la base des noms associés : Neil Gaiman et Bryan Fuller. Je n'ai donc aucune idée, aucune référence sur ce que c'est supposé être. Je trouve ça intéressant, mais pour l'instant il faut une tolérance incroyable pour le suspension of disbelief. Je ne sais pas comment le livre introduit les choses, mais faut soit avoir une connaissance approfondi des différentes mythologies ou bien du travail de Gaiman, parce que c'est surtout une galerie de personnages sans autre forme de direction. Si vous avez aimé la série Hannibal, on sent l'influence de Bryan Fuller à 100 lieux à la ronde dans le traitement sonore et visuel. J'aurais même tendance à dire que ça en est un peu gossant.
  2. Je suis pas trop un fan inconditionnel du genre, mais je m'y aventure parfois. Je finis toujours par être un peu déçu de la valeur stylistique ou de la teneur en littérature. J'aime bien quand ça va au-delà de la création de monde, d'épopée, sans autre but qu'une intrigue tourne page. Ceci dit, quelques bon coups : Southern Reach Trilogy, Jeff VanderMeer J'ai lu les deux premiers tomes, Annihilation et Authority. C'est plutôt dans la branche horreur-fantastique, de style cousin éloigné de King. C'est écrit avec soin et il ne cherche pas à expliquer sa prémisse pendant 1000 pages. Les évènements sont plutôt prétexte à l'examen des personnages et à la métamorphose (métaphorique et littérale). Ce qui est bien c'est que les 2 livres (sûrement aussi pour le troisième) sont écrit dans un ton totalement différent, on ne s'ennuie pas. Dune, Frank Herbert Un classique gros comme le bras, mais je le mentionne parce que j'avais été agréablement surpris par les images et le monde dans lequel il nous embarque. Pour moi c'est un des livres le mieux équilibrés entre la dystopie/fantastique/aventure/style avec des thèmes essentiellement indémodables. Le seul bémol c'est que les tomes subséquents ne sont vraiment pas à la hauteur. J'ai lu les Game of Thrones, Lord of the rings de ce monde. J'ai regardé un peu Stormlight Archives, je pense bien lui donner une chance à ma bibliothèque de quartier.
  3. Yep yep. J'ai connu les photos de genoux de Félix et le coming out lesbien d'Aeris. Tout comme le suicide de Marguerite, le slam de poumon et la syntaxe déficiente de Réda. Je me souviens des seins de Dream et j'ai survécu à la verve nazie du gars qui écoutait du métal. Vacpower a déjà été mon idole et Majoras m'a toujours fait pitié. Je laisse traîner mon fantôme plus que je nourris la bête, mais content de te voir ré-apparaître!
  4. Locke L'idiot du village L'idiome du village C'est les trois dont je me rappelle. Y'avait un historique des pseudo dans le profil avant, mais il semble avoir disparu. Tout ce que tu dois savoir c'est que Esch m'a donné 8.5 dans son échelle des membres les plus intelligents.
  5. Ovation [...] Le général vainqueur membre émérite, revêtu de son la toge prétexte chest luisant, se déplaçait à pied jusqu'à Capitole la place Émilie-Gamelin, ceint d'une casquette des canadiens de l'ovalis corona, le couvre-chef des glorieux la couronne de myrte, l'arbrisseau de Vénus. Il était accompagné de joueurs de flûte pipeau, instrument de la paix d'hypocrisie, accompagné des chevaliers membres légendaires, de la plèbe, plus rarement des membres du Sénat de Steve et, de manière plus anecdotique, de ses troupes Réda. Arrivé au Capitole parc, il sacrifiait des brebis membres apprentis [...] ---- Quand même pas si mal comme enthousiasme.
  6. Tu tiens un filon. Chaque fois que tu nous parles de ta vie, rend le processus intéressant. Exagère, (dés)embellie. Mets un peu d'harissa dans ton phrasé. Sors nous du compte rendu et emmènes-nous dans la fable.
  7. Tu devrais faire des vidéoclips de tes raps. Viral pour sûr.
  8. Je sais pas si c'est le cas une fois vu en entier, mais la bande-annonce de Minimalism laisse penser que ça flirte avec les lieux-communs et les truismes sortis d'un livre de psycho-pop.
  9. Voyons mon fake fanboy névrosé. L'oeuvre a été créé par des japonais, mais le sujet et l'essence ne le sont pas. C'est une projection dans le futur, ça pourrait se dérouler à New-York comme à Tokyo et les personnages sont loin d'être typés asiatiques dans l'original. En fait y'a une diversité. C'est de la controverse d'adolescent, le public cible du film de 2017. Dommage, l'anime de 1995 posait des bases intéressantes sur l'évolution de la conscience humaine et de l'identité dans un monde cybernétique, qui sont bien au-delà du white washing qui est un faux débat. Et si par série tu entends manga (la BD), oui le premier film étant basé sur ça. L'animation a très bien vieilli, je vois mal comment justifier un tel film. Ce qui me choque c'est l'infantilisation hollywoodienne...juste dans la bande-annonce on nous prémâche une back-story simpliste pour être bien sûr qu'il n'y a aucune confusion quand à ce qu'incarne Johanson. Pourtant l’ambiguïté identitaire dans l'original était une des forces de la proposition.
  10. C'est quoi la dispersion des bombes? En ville de même ça attire pas trop l'attention?
  11. Tu pourrais faire compétition avec Chicken. Tu t'en sortirais bien.
  12. Avec ton nouvel emploi à haut rendement financier tu pourrais atteindre l'indépendance financière à 40-45 ans. Vends ta BM et achète toi une Accent. Selon lui : http://www.mrmoneymustache.com
  13. haha
  14. Les endroits (pays) où le tip est inclus ou inexistant offre un aussi bon service. Mais c'est un service dépersonnalisé efficace. Ils sont pas obligés de te regarder dans les yeux et te sourire comme à leur meilleur ami pour être sûr d'avoir une paye décente. Ça ne les empêche d'offrir un service top, au contraire, la gestion de leur estime et de la qualité de leur service ne dépend pas de la moyenne des ours qui se laisse aller à mesurer son "feeling" à coup d'piasse. Si le client est un trou de cul, ça n'affecte pas ta soirée financièrement EN PLUS d'émotionnellement. C'est pas comme si c'était le seul moyen de motiver un bon service. Le patron, les collègues, les plaintes sont tous de bons garde-fous.
  15. The Lobster --- Excellente petite perle de projection surréalisto-dystopique. C'est drôle et méta. Un mélange entre Le Havre de Kaurismaki et Under the Skin de Jonathan Glazer. Jo