Aller au contenu

Kalias

Éboueur
  • Contenus

    97
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Tout ce qui a été posté par Kalias

  1. https://www.lapresse.ca/societe/sexualite/201909/09/01-5240535-epilation-pubienne-quand-les-stereotypes-sen-melent.php Je ne savais pas particulièrement où mettre ce lien. Le passage qu'il faut retenir: On m'attribue souvent un épithète ou un autre quand je parle des différences hommes-femmes (ou pour être plus exact, quand je parle d'à peu près n'importe quoi ), mais une autre étude un peu cocasse qui vient étoffer l'ensemble de mon discours. Mon opinion là-dessus: ça tombe totalement sous le sens. L'homme célibataire adopte une hygiène de prédateur sexuel de tous les instants. Il veut être "beau" pour fourrer n'importe quand. La femme célibataire, en revanche, ne se dit pas qu'elle va fourrer la prochaine fois qu'elle va faire son épicerie. Elle peut se permettre d'attendre et de s’épiler au besoin. En couple, c'est le contraire. L'homme devient paresseux, n'a plus sa drive à partir du moment où il a abdiqué sa posture de conquérant. Quant à la femme, elle cherche à plaire, elle veut rester belle pour son partenaire alors que les relations sexuelles se font plus régulières. Somme tout assez intéressante comme étude.
  2. Je sors d'une séance de Yoga chaud. Je me sens étonnamment très bien. Très relaxe. Je suis par ailleurs tombé en amour une bonne dizaine de fois ce soir. On va faire de beaux rêves. Je suis également en processus d'achat d'une nouvelle voiture. Overall, c'est un beau mardi malgré la pluie!
  3. Hahaha! J'ai bien ri. Le pire, c'est que je suis moi-même un peu coupable de ces gimmick-là. Ça fait quelque temps qu'une machine Jura avec un tel écran touchscreen me chicotte. À toutes les fois, la raison l'emporte, j'en conclus le prix est excessif et que je suis aussi bien avec mon bodum. Le Jura, je me dis que ça serait pas mal plus pratique avec la visite. Ça flash et tout, ça permet de faire des bons cafés assez rapidement et l'entretien est facile. Mais à part des chums de brosse, je n'ai jamais de visite qui nécessiterait l'emploi de cette machine. Enfin, j'ai bien peur que le temps finira par l'emporter et que je l'aurai ma Jura. Je pourrai enfin me la jouer George Clooney dans mon appart, seul et niais, mais heureux. Le matin, j'attendrai de trop nombreuses minutes que la voisine sorte sur son balcon pour que je puisse lui sourire, expresso à la main, en bon creep. Ça vaudra sans doute 3000$.
  4. C'est une bonne question. J'ai pas suffisamment réfléchi à la question pour vous dévoiler un semblant de réponse étoffée. Je crois d'une part que Maxime Bernier s'inspire beaucoup de la politique américaine. En ce sens, je ne suis pas convaincu que la population canadienne soit tant semblable que ça à la population américaine. Notre filet social est somme tout beaucoup plus solide que celui des Américains. Une chose pour sûre, c'est qu'il sera difficile pour Bernier de combattre l'étiquette médiatique qu'on est déjà en train de lui faire. Aux États-Unis, il me semble qu'historiquement les médias se divisent un peu entre le camp républicain et démocrate. Il y a minimalement une certaine forme de dualité du courant médiatique. Au Canada, j'ai l'impression que l'offre médiatique est un peu plus homogène. Ça devrait jouer contre Bernier. On est déjà en train de classer son parti et ses membres comme des infréquentables. Je ne sais pas si le sentiment d'exclusion, le sentiment d'être un laissé-pour-compte au sein de la population canadienne soit suffisamment fort pour qu'une frange suffisamment importante de cette politique joigne les rangs du PPC et capitalise sur cette étiquette en voulant manifester son anti-establishement. Bref, je pense que ça sera difficile pour Bernier. Je ne veux pas dire que c'est impossible. Bernier est assez jeune, ça va beaucoup dépendre de sa résilience. Je ne pense pas que ce soit un parti qui puisse aspirer au pouvoir avant au minimum 10 ans. Première étape, ça sera pour lui de gagner son combat en Beauce. Comme tout jeune parti, chaque combat sera en quelque sorte un do-or-die.
  5. Kalias

    Troll

    Ohhhh les gros mots! Attention aux fascistes! Méfions-nous, ils ont sans doute des armes à feu dans leur sous-sol.... Eh misère! Le débat intellectuel confronte. Il est par définition subversif. Il doit permettre le désaccord, que l'on souhaite généralement cordial. Or, vous ne cherchez pas à débattre, vous cherchez à pourfendre le mal. Vous êtes les justes, nous sommes des racistes, des complotismes, des imbéciles, des fascistes, des white-supremacists. Ce n'est plus un débat, ce sont des enfantillages. La réalité est que vos positions politiques reposent pour l'essentiel sur vos valeurs. Dès lors que l'on questionne ces valeurs, votre émotivité l'emporte et les insultes s'en suivent. Je trouve ça débile qu j'aille à me justifier, dans le sens que je suis quelqu'un qui fait preuve de beaucoup de mesure dans ma pensées et que jamais dans ma vie on m'a accusé de choses aussi basses (j'espère que vous êtes conscients de la gravité de vos accusations, pas que ça m'affecte personnellement, mais néanmoins on peut convenir que le choix de vos mots est très fort!). J'adore écouter les idées qui ne sont pas les miennes. Prêcher aux convertis n'a pas grand valeur à mes yeux. Je m'intéresse autant à Onfray ou Bock-Côté qu'à Denault ou Bégaudeau (ce dernier étant sans doute ma découverte de la dernière année et on ne pas dire de celui-ci qu'il rejoigne une quelconque idée de droite). Je lis Malthus avec le même intérêt que je lis Marx. Tout ça est malheureux. Votre hostilité envers les idées qui ne vous plaisent pas empêche le cheminement du débat et de la réflexion. Incapable de voir en nous autres choses que des manifestations outrancières d'un quelconque extrême, vous vous arrêtez à des réflexions superficielles. Vous nous surveillez. Vous nous monitorez. Tout est mis en place pour identifier promptement le petit mot que nous aurions de trop et qui trahirait notre "fascisme" refoulé. Arrêtez man! Changez votre mindset, au final c'est vous qui êtes les principales victimes de cette façon polarisante d'approcher la conversation politique et philosophique ou toute autre conversation un peu significative.
  6. Merci pour le vidéo en passant je viens de le regarder. Très intéressant. Je vais essayer d'incorporer ça à ma routine.
  7. J'ai commencé à en faire moi aussi voilà environ 2 ans. Proche de chez moi, il y a un beau gym extérieur tout neuf, je pense qu'ils l'ont ouvert l'été dernier. Il n'y a jamais personne en plus. Chez moi, j'ai également une machine multifonctions autoportante qui permet de faire une belle variété d'exercice: chin-ups, pull-ups, dips, pushups surélevées, molets et abdos. Avec un peu d'imagination, on peut aussi l'utiliser pour faire des épaules. La faiblesse d'une telle machine et la callisthénie de manière générale, à mon sens, c'est le manque de charge pour les jambes. En ce sens, j'ai quelques poids libres à la maison que je peux utiliser pour des lunges ou des squats. Pour le reste, il y a aussi le gym pour les squats, les deadlifts et le bench press qui demeurent encore et toujours, d'excellents exercices. Depuis mon intérêt pour la callisthénie par contre, je lève moins de charge, mais pour plus de répétitions. Quand je faisais du 5 x 5, je finissais toujours par me blesser. Et c'était très dangeureux aussi, je m'entraîne seul sans spot alors je ne compte plus le nombre de fois que j'ai échappé les poids sur moi. En mettant moins de poids, les risques sont moindre à ce niveau et je ne me blesse plus. J'ai commencé le yoga cette semaine aussi, on verra ce que ça va donner. C'était pas trop mon genre, mais la vue était imprenable... Ce que j'aime le plus avec la philosophie de la callithénie, c'est que ça m'apparaît comme l'entraînement optimal pour ton corps. Tu te développes vraiment en athlète polyvalent. Avant, oui je levais plus 1x, j'étais overall plus gros, mais c'était tellement cave. La vie n'est pas de lever une grosse charge et après prendre 2 minutes de pause.
  8. En effet, ce n'est pas tout à fait faux. Toutes les choses sont assez relatives. Un des mystères de la vie, une même chose peut être tellement différente à travers les yeux des personnes qui la regardent. Je me rappelle d'un documentaire de Découverte je crois, que je n'ai jamais réussi à retrouver d'ailleurs, qui portait sur une dictature assez particulière dont je ne me souviens plus du nom. C'était un petit pays très fermé du monde qui prenait toutes ses décisions basées sur le bien-être de la population et l'absence de stress. La population, très rurale et très sous-éduquée, était somme tout très heureuse. Très peu de criminalité. Elle ne revendiquait absolument aucune démocratie. Sous la pression internationale, cette dictature a finalement cédé sa place à la démocratie et au développement économique (probablement à l'américaine). Il s'en est suivi la développement de grandes villes, à un rythme trop rapide, et une panoplie de problématiques qu'on retrouve généralement dans les grandes villes occidentales. Pauvreté assez extrême, vandalisme et violence, etc. C'était très intéressant. Ça fait assez longtemps que j'ai vu le documentaire, donc j'espère vous avoir tirer les grandes lignes de manière précise. À tout le moins, ça m'avait vraiment fait réfléchir.
  9. Les anglophones sont excellents pour trouver des petites formules, de petites locutions qui sont absolument à croquer. J'en puiserai une dans le lot: We have to agree to disagree. J'imagine que c'est ton droit le plus intime d'être un citoyen du monde, de voir dans la nation un ennemi à abattre. Et c'est le mien de vouloir se battre pour elle.
  10. C'était certainement un commentaire costaud, lancé sous une impulsion coléreuse en réaction d'un commentaire absolument débile. En revanche, je ne pense pas que c'était le point de Daleko. Elle soulignait simplement la manie démagogue de nos amis gauchistes. J'aurais peut-être dû faire preuve de retenu et éviter d'attaquer personnellement Iron, j'en conviens. En revanche, celui-ci fait preuve d'arrogance et trollant sans cesse tous les sujets du forum. Une fois de temps en temps, une remise en place ne doit pas être déconsidérée.
  11. Le pire, c'est que je ne suis pas particulièrement contre ton affirmation. Effectivement, le talon haut est une formule pour attirer sexuellement l'homme. Comme le maquillage. Comme le rouge à lèvre. Comme les corsets. La littérature est abondante sur le sujet. Maintenant, à savoir si on devrait interdire le port du talon haut. Bah! Je ne vois pas l'intérêt. J'aime les femmes en talons hauts. De toute façon, c'est hors sujet. Encore une fois, c'est de la démagogie. Le débat entourant la Loi 21 n'est pas d'interdire le port de signes religieux dans la sphère privée ni même publique de manière générale. C'est pour des situations très précises. La Loi est très modérée somme tout. Il n'y a pas d'hystérie dans l'adoption d'une Loi modérée, soutenue par la majorité, qui aurait dû être adoptée voilà 10 ans passés. Si tu veux avoir une Loi similaire pour les talons hauts, GO vas-y! Fais-toi plaisir. Je vais te dire moi ce qui me fait le plus paniquer, bien plus que le réchauffement climatique: c'est l'échec des politiques canadiennes de migration massive et sa dangerosité pour la survie de la langue française au Québec. Ça, c'est sérieux. Selon les derniers recensements et prévisions de Statistiques Canada, d'ici 2036, le pourcentage de francophones au Québec devrait se situer autour de 70% (entre 69% et 72% la fourchette de mémoire). Pour que le français survive au Québec, ce pourcentage est potentiellement mortel. Si on pousse les tendances jusqu'à la fin du 21e siècle, le français s'enligne pour être minoritaire au Québec. Pour ainsi dire, ça sera le début de la fin du français en Amérique du nord. Une mort longue et agonisante comme l'ont subie nos amis canadiens français du Manitoba, de l'Acadie et d'autres communautés. Donc excuse-moi de considérer la question de l'immigration avec sérieux et de considérer les intérêts de ma nation avant tout autre intérêt. EDIT: Quelques petites coquilles.
  12. Wow! Quel prose Iron! Quel intellect! Je dois m'avouer vaincu devant une telle vivacité d'esprit. Lâche les vidéos Youtube un peu pis vas lire un petit livre une fois de temps en temps, pis après on va discuter entre libres penseurs (du moins, on pourra dire que l'on tend à être des libres penseurs). D'ici là, ça ne vaut même pas la peine de discuter.
  13. Je te mets au défi d'identifier une quelconque malhonnêteté intellectuelle démagogue de ma part dans tout ce thread. N'as-tu pas toi-même posté une photo d'une femme qui mentionne que le hijab est une déclaration féministe?
  14. Exemple probant de démagogie 101 de la bien-pensance gauchiste. Au lieu de débattre sur ce qui a été dit, on tente de démasquer les intentions nébuleuses de son interlocuteur. "Que cache-t-il ce mec? Au fond, c'est un raciste!!!" Au lieu de se référer à l'histoire et nommer les choses telles qu'elles sont, on préfère donner des leçons au gré de leur émotivité débâclée. Au moins, tu mentionnes quelque chose d'absolument vrai: je suis un vrai Québécois. Fier de l'être et sans gêne de le manifester. Je suis peut-être un peu chauvin, je dois l'admettre, mais bon j'aime à penser que ça fait partie de mon charme.
  15. Hahaha! Tu as bien raison, je n'avais même pas remarqué!
  16. J'imagine que ta photo est volontairement absurde et que ton commentaire en entier est du trollage pur et dur? "Les BigMacs n'ont rien à voir avec mon obésité. Ils sont bons pour la santé!" Yeah right! Il faut être calissement déconnecté pour voir le hijab comme une manifestation du féminisme. La seule manifestation que je vois dans le port de ces signes religieux dans les sociétés occidentales, c'est une forme de rejet de la société d'accueil, de ses valeurs et de sa cohésion sociale. C'est une manifestation narcissique de la suprématie des droits individuels sur la conscience collective. Les défenseurs dogmatiques des signes religieux se posent en victime pour recueillir la sympathie de ces citoyens du monde sans culture, déracinés et colonisés dans ton genre. Ces immigrants (et on s'entend, pas tous les immigrants, on sait généralement de qui on parle), au lieu de dire "nous" avec les Québecois, ils disent "moi" en marge de notre histoire. Fuck it! La Loi 21 est un grand jour pour l'identité québécoise.
  17. Ça fait quelques commentaires du genre que je te vois publier. Ces commentaires sont d'un ridicule, risible et relevant d'une forme de pathologie. Ce qui est harassant, c'est que tu es convaincu de ta supériorité morale et paradoxalement, tu ne sembles pas réaliser que ce sont ces mêmes "stoopid white people" qui ont créé cette belle société dans laquelle tu vis et qui fait de toi l’une des personnes les plus privilégiées de l’histoire de l’humanité. C’est par ailleurs cette même société qui te permet en toute quiétude de déverser ton fiel haineux à l’endroit de tes semblables. Nous sommes des racistes, des débiles, des pollueurs, des violeurs, des toxiques, des malfrats, des merdes, des pisseux, des caves… Faut tu pas un peu manquer d’amour propre et n’avoir aucune colonne pour tenir un tel discours ! Suis-je le seul à voir dans ce discours un déguisement qui masque en réalité la seule évidence que tu ne nommes jamais : le fait que tu es quelqu’un d’excessivement malheureux…
  18. Ma petite soeur est dans une relation qui m'apparaît très similaire. Elle a une petite copine très douce et très gentille. Ma soeur a un plus gros caractère, mais les deux semblent s’apaiser mutuellement. Elles ne lèvent jamais le ton: elles se parlent! Évidemment je ne connais pas leur vie privée, mais je suis convaincu que l'animosité entre elles est pratiquement inexistante. Ça n'a pas toujours été facile la vie amoureuse pour ces petites filles et je suis content pour elles. Je dirais même qu'elles sont un modèle de couple. Ça fait, quoi, quatre ans qu'elles sont ensemble et ma soeur est enceinte présentement! Les choses vont bien.
  19. Je me demande bien c'est qui les plus brain-washed quand je lis ce genre de commentaire. Vous êtes les vertueux; les autres sont des caves! Ces polarisations simplistes sont l'apanage des moutons opioïdes et des perroquets écervelés.
  20. Mon dieu, ce qu'il ne faut pas entendre. J'ai l'impression que ce genre de discours est populaire au Québec parce qu'on vit dans une petite bulle hyper confortable. C'est irresponsable ce genre de discours et ça dénote un manque de maturité et de sérieux. Je suis "citoyen du monde"... Hey là là! Et tu es un citoyen du pays des télétubbies aussi.
  21. Hahahaha! Lux dans la Presse dans une chronique de Patrick Lagacé. J'ai rit en tbk!!!
  22. Spontanément, j'avais pensé à Seven Nation Army des White Stripes, mais pour la sensualité de la toune et les paroles, j'irais avec: Electric Feel - MGMT
  23. J'en ai pas vu encore. J'ai hâte de voir ce que ça va donner. J'étais à Nashville dernièrement et les trottinettes sont abondantes là-bas. Très vite, la ville devenait un stationnement de trottinettes à ciel ouvert. Ce n'était pas beau. Les gens roulaient vite aussi, sans doute plus que 20 km/h. Pour le moment, voyons voir comment ça va se passer tout ça. Ma plus grosse crainte moi, c'est le stationnement de ces trottinettes. Faudrait pas que ça devienne le bordel dans la métropole. Déjà qu'on a les vélo rouge dont je me souviens plus du nom (Jump?) Je ne comprends pas pourquoi Montréal a accepté ça. On est déjà propriétaire des bixi, pourquoi un autre réseau? Les vélos rouges sont déjà encombrants et il y n'en a pas beaucoup. Enfin, quant à la trottinette électrique, je me dis que les gens devraient prendre le bixi à la place et forcer physiquement un peu. Ça serait plus bénéfique pour la santé et l’environnement.
  24. Ma position initiale est sans doute un peu anti-conformiste, mais je la considère d'abord comme nationaliste. Quand je vois le bloc monolithique qu'incarne la lutte aux changements climatiques, la faible prose de ses militants qui pourtant discourent avec opiniâtreté, sans oublier le discours unilatéral des médias, le quasi-consensus politique partout dans le monde, la censure systémique: je ne peux pas voir ça d'un bon oeil. La réalité, c'est que la combat contre les changements climatiques est rendu politique. La politique ne va pas toujours bien avec la science. La réalité aussi, c'est que ce sujet va ultimement être utilisé par les institutions supragouvernementales internationales pour spolier les états de leur pleine souveraineté. Il est là le problème. Le combat contre les changements climatiques, c'est avec tout un enjeu de pouvoir. Le réchauffement planétaire, c'est hyper complexe. Difficile de prouver d'une part la responsabilité de l'homme dans tout ça. Et advenant que l'on considère toutes les hypothèses de la société internationale sur le sujet comme avérées, on ne sait pas plus quoi faire avec ça. Personne n'a de solution à proposer. Je ne veux pas que nos états dépensent des sommes faramineuses pour répondre à des dictas politiques internationaux du moment. Un long problème requiert une longue réflexion. Si on me montre un bon business case, qu'on est capable mathématiquement de quantifier le retour sur investissement, je n'aurais aucun problème à ce qu'on mette de l'avant certaines politiques chez nous. Mais d'ici là, c'est prématuré. Maintenant, quant à notre emprunte environnementale, écoute c'est large l'environnement. Ce n'est pas juste une question de CO2 comme le pointait si bien mon ami @TheCrow. Ce dernier montre par ailleurs une belle sensibilité par rapport à la Chine et l'Inde. Facile pour nous les occidentaux critiquer ces pays alors qu'on exploite leur cheap labor depuis des dizaines d'années. Chaque pays a droit à son développement et c'est très prétentieux d'aller leur faire la morale. C'est un autre sujet. Mais bon, donc notre emprunte environnementale, pour moi ça veut aussi dire garder son voisinage propre, éviter de jeter des trucs dans l'eau, partager le voyagement parce que une ville avec moins de trafic est moins stressante et respire mieux, acheter local plutôt qu'à l'international, acheter moins tout court, etc. Perso, à mon niveau, individuellement, le CO2 je m'en criss, je n'ai aucun impact ni aucun contrôle là-dessus. En terminant, selon moi, la véritable crise que va traverser l'humanité dans les prochaines années, c'est la surpopulation. Je n'aime pas le terme "surpopulation", je pense que tous les humains ont le droit de vivre, donc il n'y a personne de "trop". Néanmoins, ça sera un problème. Dans les estimations démographiques, on s'attend à ce que le continent africain explose d'ici 2100, où toute l'humanité serait constituée de quelques 11 milliards d'individus -petite vidéo d'une minute sur ça, super bien faite: Ça fait des bouches à nourrir. À place de taxer le CO2, ça serait beaucoup plus viable de développer économiquement l'Afrique le plus rapidement possible pour assurer un développement adéquat de ses états et pour contrôler leur natalité.
  25. @Zealot: Excellent texte! Je me retrouve beaucoup dans celui-ci, depuis ma mère elle aussi ramasseuse et, comme elle est issue d'une famille pauvre, je me suis toujours dit qu'elle était ainsi comme par soucis protectionniste. Inconsciemment, sans doute, mais le fait étant néanmoins. Mon père, inversement, est tout le contraire. Lui aussi vient d'une famille pauvre, mais bon on se développe tous à sa façon. Donc ton texte me rejoint depuis ton propos sur la mère, jusqu'au bien de qualité où on en achète moins, mais dont on prend le pari qui nous dureront plus longtemps et dont on jouira certainement plus aisément durant leur vie utile. Plus jeune, j'ai toujours été un collectionneur moi aussi: cartes de hockey, cartes pokémon, jeux vidéo, films, devises internationales, etc. Je prenais un plaisir fou à exhiber adroitement mes collections. Tout était rangé à la perfection: sur des tablettes, dans des bibliothèques, même dans des tiroirs. Je connaissais tout par coeur. J'avais même un système pour me permettre de faire l'inventaire de tous mes biens. J'étais un peu freak aussi. Même lorsque venait le temps d'échanger des cartes pokémon, j'étais pratiquement incapable d'en échanger. Chacune de mes cartes revêtait un caractère spécial à mes yeux. Remarquez que cette folie s'étendait même à mes boîtes à lunch à l'école où j'étais incapable de jeter mes déchets à l'école, il fallait que je me ramène mes déchets à la maison pour que mes déchets puissent être jetés ensemble à l'intérieur du nid familial. Je devais même le faire en cachette de ma mère qui trouvait qu'une telle attitude à 12 ans ne faisait plus aucun sens. L'attachement n'a jamais été un problème chez moi, c'est l'inévitable détachement qui s'en suit que je peine encore à maîtriser. Fort heureusement, tout ça a changé avec l'âge. Aujourd'hui, mon appartement est dépourvu de tout excès matériel. Je n'ai aucun cadre ni aucune décoration chez nous. J'ai uniquement une grande bibliothèque avec beaucoup de livres. Pour l'instant je trouve ça beau, ça passe, mais bientôt ça va devenir encombrant tout ça. J'adopte moi aussi une vision minimaliste des objets. Je me dis que les souvenirs, c'est dans la tête que ça se passe, le reste c'est de l'encombrement. Néanmoins, il y a ma collection de cartes pokémon que j'ai encore aujourd'hui et dont je n'arrive pas à me débarrasser. Pas que je les consulte, au fond j'en ai rien à foutre. Mais plutôt c'est comme une promesse de ti-cul que je suis incapable de briser. Le dernier vestige de mon enfance. Une enfance naïve et pure, contrastant en tout point à ma vie d'adulte dépravée. Dans ce cas précis, cet objet une fonction sentimentale, il me rappelle l'enfant que j'étais. C'est beau et triste à la fois.
×
×
  • Créer...