Aller au contenu

maczag

Éboueur
  • Contenus

    213
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

maczag a gagné pour la dernière fois le 29 août 2013

maczag a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

109 Bonne

À propos de maczag

Informations

  • Sexe
    Masculin
  • Lieu
    Montréal

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

3 188 visualisations du profil
  1. On m'a dit le plus grand bien -optique exceptionnelle, absence de bruit en haut iso, compact etc - de la série X de Fujifilm. Je sais pas le prix mais c'est clairement pas de la bouette.
  2. C'est amusant d'ailleurs que Instagram revienne dans la conversation. Parce que ce qui est clair ici c'est que ce qui semble provenir d'instagram, ce sont des imprimés polaroid qui sont exactement comme ça dans mes mains quand ils sortent de l'appareil. Je n'ai fait que les scanner. Ça me fait bien rigoler cette mode Instagram alors que 99% des filles cruches qui postent leur ènième cupcake avec ignorent d'où ça vient et ce que ça cherche à émuler. Oui, y'a un feeling attrayant à la photographie vintage; d'ailleurs 1984 le fait bien avec ses splash de couleurs dans ses images, mais je trouve ça important que si on choisit de l'utiliser dans un style photographique, autant que ça provienne d'un moyen legit et puriste (bien que je ne sois pas en défaveur de la photographie iPhone. Ça aura d'ailleurs eu le mérite de ramener à la mode le format carré, ce qui déjà est une très bonne chose). D'ailleurs, lors d'expositions ( on parle de format d'environ 30" pour répondre à la question), c'est une toute nouvelle dimension que de voir ces images polaroid "instagrammables" sur un mur en si gros. On ne ressent plus la limite de l'écran du iPhone mais celles du cadre blanc du Polaroid. Et c'est tout un sentiment. Le sujet de mes photographies sera toujours "banal", en ce sens qu'il n'y aura jamais de portraits ou de personnages dans mes images. Je suis architecte, je suis épris de l'espace urbain et d'une matérialité brute en tant que sujet. La banalité des paysages urbains c'est mon sujet. Mais bref, le travail du photographe étant à mon avis supposé apporter une émotion (lors de la capture de l'image si ce n'est que ça du moins), ne "ressentir absolument rien" est quelque chose de fort dommage et en ce sens un échec photographique. Prochaine fois j'aurai peut-être plus de chance avec une caméra jetable .
  3. Suite à la fermeture du sujet sur la photographie j'étais hésitant à partir un sujet concernant uniquement mon matériel. J'aimais bien l'idée de "mixing pot" associé à l'ancien sujet car ça partait un peu dans tous les sens sans imposer un style ou un photographe précis. J'aime bien l'idée d'être "créateur de l'ombre" il faut croire. Mais bon. Ayant terminé des (très longues) études dernièrement, je suis parti dans la nature tout l'été et ça a donné des séries que je me dis qu'il faudrait que je fasse voir au grand jour puisque peu de gens les ont vus encore. J'ai eu la chance d'exposer mes photos dans diverses expositions l'an dernier (notamment dans toutes les bibliothèques de la Montérégie et à Shawinigan) et il est certain qu'une de ces séries sera de la partie si une nouvelle occasion d'exposer se présente. *** Série Californie J'ai toujours rêvé de réalisé cette série de noirs et blanc en Californie, sur l'île de la prison d'Alcatraz. Certains photographes que je connais bien en ont réalisé des semblables et retrouver ces vues sur place, en personne, a constitué pour moi ce que j'appellerais être dans un rêve "vivant". L'idée d'être "dans" la photo soi même. C'est une sensation d'extase - lorsque tout colle, tout est parfait, le soleil sort, l'oiseau se place là où tu veux, etc - qu'il est assez difficile de décrire. J'ai passé trois rouleaux de film 120 avec mon Hasselblad qui sont présentement en cours de numérisation. Pour moi c'était très important que la majorité des photos "à exposer" de cet endroit soient prises à l'argentique. Ça faisait partie de l'atmosphère complètement pétée de l'endroit lui même. Mais je n'ai pas pu m'empêcher d'en passer quelques unes au numérique, comme vous voyez ci-bas. Alcatraz by maczag, on Flickr Alcatraz by maczag, on Flickr Alcatraz by maczag, on Flickr Alcatraz by maczag, on Flickr Alcatraz by maczag, on Flickr _DSC0Alcatraz890 by maczag, on Flickr Iles-de-la-Madeleine J'ai photographié cet endroit des centaines de fois. Je les connais par coeur. Mais cette année a été une belle cuvée aussi surtout pour les paysages. J'ai commencé à photographier souvent à travers des fenêtres de toutes sortes. Comme si j'étais obsédé par la vue à travers une vue, là où la profondeur de champ fait en sorte que le sujet devient le cadre ou le mur d'une pièce plutôt que le paysage lui-même. Il y a une espèce d'obsession de l'espace limitatif à travers cette série. Bliss by maczag, on Flickr IMG_2598 by maczag, on Flickr IMG_2864 by maczag, on Flickr IMG_2511 by maczag, on Flickr IMG_2444 by maczag, on Flickr IMG_3046 by maczag, on Flickr IMG_3048 by maczag, on Flickr IMG_2448 by maczag, on Flickr IMG_2015 by maczag, on Flickr IMG_3087 by maczag, on Flickr Polaroid Finalement, je suis un fanatique du Polaroid. J'en traîne partout et j'ai pu compléter cet été une belle série sur les bateaux de pêches dont le travail s'est échelonné sur deux années. Il s'agit principalement de films vendus par Impossible Project compatibles avec les appareils de type SX-70. J'avais quelques paquets de Polaroid originaux type 669 expirés. Ça vaut de l'or, et malheureusement j'ai terminé mon dernier paquet cet été avec cette série. La teinte bleutée vient de l'altération des composants chimiques qui se sont dégradés avec le temps. C'est unique et malheureusement disparu à jamais. Macareux by maczag, on Flickr Emy Serge by maczag, on Flickr Magellan by maczag, on Flickr Heroine by maczag, on Flickr *** Il y en a encore des dizaines et des dizaines et j'en ai probablement pour des années à traiter tout ce que j'ai photographié cet été. Mais ça en donne une bonne idée. N'hésitez pas à commenter. Comme je rassemble le tout en vue d'une publication future et d'expositions, votre opinion me donne une bonne idée de ce qui sont les bon coups ou ce qui passe moins bien. Photographiquement vôtre, Maczag.
  4. Merci beaucoup pour le truc. Simple mais il fallait y penser. Pour ma part j'ai la mauvaise habitude à tout faire dans Lightroom et d'éviter le plus possible photoshop. Mais finalement les possibilités, surtout avec les deux logiciels jumelés, deviennent infinies. J'hésite un peu à partir un sujet "Maczag's stuff" que je trouverais un peu prétentieux - j'aimais bien l'idée de "dumper" des images dans un même sujet - mais pour ceux que ça intéresse, je suis toujours sur flickr (http://www.flickr.com/photos/derechef) avec une putain de belle série de paysages en Californie.
  5. C'est sublime. Excellent. Je suis allé voir le reste sur le site. Bravo ! La nuance de rouge versus vert créé un effet esthétique qu'on ne peut s'empêcher d'aimer instantanément.
  6. En tous cas sur le chemin de l'Europe de l'Est, je ne peux que conseiller d'absolument passer au moins une semaine à Berlin. Cette ville que trop trash et artistiquement bouillonnante hante mes souvenirs.
  7. Ouais ben j'ai eu l'incroyable chance de pouvoir me promener à ma guise sur le toit du Silo #5 dans le Vieux-Montréal cette semaine. Ça a donné une belle série que j'ai hâte de terminer.
  8. J'aime beaucoup la Coup de Grizou, la Orval, la Griffon Rousse et la Guiness.
  9. En voyage à la plage je me suis amusé à continuer mon exploration avec du film PX-70 d'Impossible. J'avais aussi un pack de Polaroïd 669 expiré et un Hasselblad full equip. Pour le PX-70 c'est difficile concrètement sur le terrain dans un shoot non planifié car le film est encore sensible à la lumière lorsqu'il est éjecté de l'appareil. Il faut donc se patenter une pochette opaque pour "avaler" la photo lorsqu'elle sors. Avec des appareils photos partout autour du cou disons que c'est pas évident. M'enfin voici ce que ça donne. Objectif atteint pour ma part !
  10. De passage à New York, j'en ai profité pour ramener à Montréal une petite cargaison de film PX-70 de Impossible Project pour alimenter un appareil Polaroïd SX-70 trouvé flambant neuf (avec le manuel d'instruction original - vous devriez voir les pentalons pattes d'éléphants et les moustaches sur les dessins, priceless) à 5$ dans une vente de garage. Le film se comporte très étrangement à la lumière. En effet il demeure encore sensible à la lumière lorsqu'il est éjecté de l'appareil, ce qui impose bien des acrobaties pour cacher la photo avant qu'elle ne se mette à se développer. D'où le côté "arraché" dans le milieu de l'image. La pellicule était encore trop sensible lorsque je l'ai crissé dans mon sac au plus vite pour ne pas qu'elle se voile. Bref, ma première photo Polaroïd SX-70 à vie. Par ailleurs je suis content de voir que ce sujet continue de s'alimenter, bien que la philosophie de l'art est un peut-être un brin excessive... Par ailleurs, j'ai remporté dernièrement un prestigieux prix de photographie d'architecture, ce qui me vaudra l'organisation de beaucoup d'expositions d'ici l'automne. J'vous tiens au courant. Peace.
  11. À part la 2e j'ai de la difficulté à comprendre en quoi le tiltshift apporte quelque chose...
  12. Gang de ti-counes. Pas grand chose d'autres à rajouter.
  13. Quoi c'est mort ici ? Allez hop ! 2012. Z'allez pas me dire que certains n'ont pas eu de nouvel appareil photo à Noël ?
×
×
  • Créer...