Aller au contenu

Zealot

Éboueur syndiqué
  • Contenus

    2 439
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    13

Zealot a gagné pour la dernière fois le 4 juin 2014

Zealot a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

1 972 Exemplaire

À propos de Zealot

  • Rang
    Tue le corps, la tête mourra.
  • Date de naissance 20 août

Informations

  • Sexe
    Masculin
  • Lieu
    Sage est la question, dure est la réponse.

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

38 099 visualisations du profil
  1. Zealot

    Rebonsoir, M. Seroquel

    Je peux te donner la version courte : réalise un test de QI et fait ta vie autour de ça, range ta chambre, aussi.
  2. Zealot

    La pilule rouge

    Drox m'a l'air donc bien obsédé par la pilule rouge. Quelle est ton expérience personnelle @xdrox ?
  3. Zealot

    Le "Friendzone"

    Tu revenais chez toi quand tu es mort. C’était un accident de voiture. Rien de vraiment remarquable, mais quand même fatal pour toi. Tu laissais derrière toi une femme et deux enfants. C’était une mort sans douleur. Les ambulanciers avaient tout essayé pour te sauver, mais sans succès. Tes blessures étaient telles que c'était mieux comme ça, crois-moi. C’est alors que tu m’as rencontré. « Mais… qu’est-ce qui se passe? » as-tu demandé. « Où suis-je ? » « Tu es mort » ai-je simplement répondu. Inutile de ménager ses mots. « Il y avait un… un camion et il dérapait… » « Oui » « Je… je suis mort ? » « Oui. Mais ne t’en fait pas avec ça. Tout le monde meurt » ai-je dit. Tu as regardé autour de toi. Il n’y avait que du vide. Juste toi et moi. « C’est quoi, cet endroit ? » as-tu demandé. « C’est ça, la vie après la mort ? » « Plus ou moins » « Es-tu Dieu ? » « Oui » ai-je répondu. « Je suis Dieu. » « Mes enfants… ma femme… » « Oui, quoi ? » « Est-ce que tout va bien aller pour eux ? » « C’est ce que j’aime entendre, » ai-je dit. « Tu viens de mourir et ce qui te préoccupe le plus, c’est ta famille. C’est très bien, ça. » Tu m’as regardé avec fascination. Pour toi, je ne ressemblais pas à Dieu. Je n’avais l’air que d’un homme normal. Ou alors une femme. Une vague figure d’autorité, peut-être, plutôt comme un professeur de grammaire que le Tout-Puissant, disons. « Ne t’en fais pas, » ai-je dit. « Ils vont bien. Tes enfants se souviendront de toi comme quelqu’un de parfait. Ils n’auront pas eu le temps de développer le moindre mépris pour toi. Ta femme va pleurer et porter le deuil, mais elle se sentira secrètement soulagée. Il faut dire que votre mariage battait de l’aile. Si ça peut te consoler, elle se sentira très coupable d’être soulagée. « Oh. Alors, qu’est-ce qui se passe maintenant? Est-ce que je vais aller au paradis, ou en enfer ou je sais pas… quelque chose d’autre ? » « Rien de tout ça » t’ai-je dit. « Tu vas être réincarné. » « Ah, donc c’est les Hindous qui avaient raison. » « Toutes les religions ont raison à leur façon. Marche avec moi. » Tu m’as suivi en marchant à travers le vide. « Où allons-nous? » « Nulle part en particulier » ai-je dit. « C’est agréable de marcher en discutant, c’est tout. » « Alors, quel est le but de tout ça? » as-tu demandé. « Quand je vais renaître, je vais être une page blanche, c’est ça? Un bébé. Et toutes mes expériences, tout ce que j’ai fait dans cette vie n’auront servi à rien. » « Mais non ! Tu as en toi toute la connaissance et les expériences de tes vies passées, même si tu ne t’en souviens pas pour l’instant. » Je me suis arrêté et je t’ai pris par les épaules. « Ton âme est encore plus magnifique, immense et superbe que tu ne peux l’imaginer. Un esprit humain ne peut contenir qu’une infime fraction de ce que tu es. C’est un peu comme mettre le bout de son doigt dans un verre d’eau pour tester la température. Tu mets une petite partie de toi dans une contenant, et quand tu en ressort, tu as acquis toute l’expérience que tu pouvais en tirer. » « Tu étais dans un être humain ces 48 dernières années, alors tu n’as pas encore pris conscience de l’immensité de ton esprit. Si nous restions ici assez longtemps, tu commencerais à te souvenir de tout. Mais c'est inutile de faire ça entre chacune de tes vies. » « Combien de fois me suis-je réincarné, alors ? » « Oh, souvent. Très, très souvent. Et dans des vies très différentes» ai-je répondu. « Cette fois, tu seras une jeune paysanne chinoise en 540 AD. » « Attends, quoi ? » as-tu balbutié. « Je vais être renvoyé dans le temps ? » « Bien, techniquement, j’imagine que oui. Le temps, tel que tu le connais, n’existe que dans ton univers. Les choses sont bien différentes là d’où je viens. » « Là d’où tu viens ? » « Bien sûr, » ai-je expliqué. « Je viens de quelque part. Quelque part, ailleurs. Et il y en a d’autres comme moi. Je sais que tu voudrais savoir comment c’est, là-bas, mais honnêtement, tu ne pourrais pas comprendre. » « Oh » as-tu dit, un peu déçu. « Mais attends, si je me réincarne à un autre moment dans le temps, je suis peut-être entré en contact avec moi-même à un moment ? » « Bien sûr. Ça arrive tout le temps. Et comme chacune de tes vies n’est consciente que de sa propre existence, tu ne sais jamais que c’est en train d’arriver. » « Alors, quel est le sens de tout ça ? » « Sérieusement ? » t’ai-je demandé. « Sérieusement ? Tu me demandes quel est le sens de la vie? Tu ne trouves pas ça un peu cliché ? » « C’est une question raisonnable » as-tu persisté. Je t’ai regardé droit dans les yeux. « Le sens de la vie, la raison pour laquelle j’ai créé tout cet univers, c’est pour que tu mûrisses. » « Tu veux dire, l’humanité? Tu veux que les humains mûrissent ? » « Non, juste toi. J’ai créé tout cet univers pour toi. A chacune de tes nouvelles vies, tu grandis, tu mûris, et ton esprit devient plus large et plus brillant. » « Juste moi ? Et tous les autres ? » « Il n’y a personne d’autre. » ai-je dit. « Dans cet univers, il n’y a que toi et moi. » Tu m’as fixé longuement. « Mais tous les gens, sur terre… » « Toujours toi. Différentes réincarnations de toi. » « Attends. Je suis... tout le monde ?! » « Tu commences à comprendre !» t’ai-je dit en te félicitant d’une tape dans le dos. « Je suis tous les êtres humains ayant jamais vécu ? » « Ou qui vivront, oui, » « Je suis Abraham Lincoln ? » « Et tu es John Wilkes Booth, aussi » ai-je ajouté. « Je suis Hitler ? » as-tu dit, consterné. « Ainsi que les millions qu’il a tué. » « Je suis Jésus ? » « Et tous ceux qui l'ont suivi. » Tu es resté silencieux. « Chaque fois que tu as fait du tort à quelqu’un, tu te faisais du tort à toi-même. Chaque acte de bonté que tu as posé, tu l’as fait à toi-même. Chaque moment heureux ou triste vécu par un humain a été, ou sera, vécu par toi. » Longtemps, tu as réfléchi en silence. « Pourquoi ? » as-tu finalement demandé. « Pourquoi faire tout cela? » « Parce qu’un jour, tu deviendras comme moi. Parce que c’est ce que tu es. Tu es l’un des miens. Tu es mon enfant. » « Whoa » as-tu dit, incrédule. « Tu veux dire que je suis un dieu ? » « Non, pas encore. Tu es un fœtus. Tu es encore en train de grandir. Quand tu auras vécu chaque vie humaine à travers le temps, tu auras suffisamment grandi pour pouvoir naître. » « Donc tout cet univers, en fait, ce n’est que… » « Qu’un œuf.» ai-je répondu. « Maintenant, il est temps pour toi de continuer jusqu’à ta prochaine vie. » Et je t’ai fait continuer ton chemin. The Egg, par Andy Weir
  4. Zealot

    Débat

    La plupart des produits de CB semblent être des stickers collés sur les figurines, admettons que pour le prix d'une tête chez CB tu puisse obtenir 2 ou 3 personnages complets à coller.
  5. Zealot

    Débat

    Hey Drox, sur une échelle de meh à take my money : à quel point serais-tu intéressé par un site de vente de stickers haute qualité dédiés aux Lego ?
  6. Zealot

    Débat

    T'es pas un peu vieux pour jouer à la console ?
  7. Zealot

    Allô

    BRAVO TOVA
  8. 1984 parle de médiocrité, les temps changent ?

    1. Afficher les commentaires précedents  %s autres
    2. D'Artagnan

      D'Artagnan

      C'est pas du tout comme ça que j'agis à titre personnel. D'ailleurs je comprends tout à fait la question de la confrontation sur internet qui finit en graphorée de butés.

      Mais me semble que ce n'est ni moi ni 84 qui agissons comme ça dans le Dep.

      A toi de voir.

    3. Zealot

      Zealot

      "Mais me semble que ce n'est ni moi ni 84 qui agissons comme ça dans le Dep."

      Je ne sais pas te concernant, je n'ai pas trop suivit ton activité pour en juger.

      Pour ce qui est 1984, les attaques personnelles et autres dénigrements stériles sont monnaie courante dans son argumentaire.

      À toi de voir.

    4. D'Artagnan

      D'Artagnan

      ça dépend de ta conception

      T'as l'insulte personnelle à la 1984 ou t'as des pavés contenant du passif agressif (voir de l'agressif tout court) ce qui passe vu que t'as quand même du contenu derrière.

      Je pense que c'est surtout un problème de communication.

      Il y a des membres qui tentent de communiquer et d'autres non.

  9. Zealot

    "C'est de la faute des riches si nous sommes pauvres"

    Ta première phrase résume assez bien le vide de ta réflexion, pourquoi ne pas détailler dans un vrai sujet ta critique éclairée du communisme ?
  10. Zealot

    "C'est de la faute des riches si nous sommes pauvres"

    Tu peux être ignorant, être fier de l'être et l'exposer publiquement ici avec des images pleines d'esprit mais ne commence pas à résumer une idéologie sur du rien, t'es loin d'avoir le compte nécessaire de neurones pour ça. Bisous
  11. Zealot

    "C'est de la faute des riches si nous sommes pauvres"

    Parfaite vulgarisation de la complexité des rapports sociaux et de la lutte des classes.
  12. Zealot

    LE VIOL

    Tu parles de pleins de choses et j'ai l'impression que tu t'égares sur certains points : Je vois mal comment on peut simplement dire « c'est faux, la culture du viol n'existe pas », la culture désigne par définition ce qui est acquis mais si on parle en termes purement sociologiques la culture peut se résumer à « Ensemble des aspects intellectuels, artistiques et des idéologies d'une civilisation ou d'un groupe particulier. », parler de culture du viol me semble alors tout à fait possible quand il est question de slut-shaming, de négation ou minimisation des faits et de manière plus générale à la protection des violeurs (par exemple, les différents scandales aux États-Unis impliquant des sportifs violeurs dans des universités). Tu fais l'erreur de résumer le viol à un « dysfonctionnement cognitif » (d'ailleurs, je ne vois pas le liens entre viol et trouble cognitif, si tu peux prendre la peine de préciser ce que tu entends pas ça), pour toi alors : tout viol résulte simplement d'un individu troublé et d'une victime qui se trouve « au mauvais endroit et au mauvais moment » hors si c'était vrai nous aurions des statistiques homogènes hors ce n'est pas le cas, en suivant ta logique jusqu'au bout on pourrait dire que l'Inde est un pays peuplé de malades mentaux et que la culture du viol n'a rien à voir dedans. Je comprends ta perplexité concernant cette idée de culture du viol, ce principe, féministe à la base (année 70) est utilisé à tort et à travers par les Tumblr-débiles et autre cis-shamers comme le dessinateur de BD que tu prends en exemple mais cela ne remet en rien en question le principe de culture. En effet, cette planche illustre parfaitement bien la problématique du féminisme actuel : d'un côté, tout n'est pas à rejeter en bloc dans cette analyse car certes, les hommes blancs hétérosexuels cisgenre, comme tout groupe social définissable voit le monde au travers d'un filtre qui va forcément biaiser leur perception des réalités, il en sera cependant de même pour les femmes, étrangers, homosexuels, transgenres etc. Ce genre de planche qui se veut autocritique et avant tout pour moi une auto-mutilation : les hommes blancs sont privilégiés donc ils ne peuvent cerner vraiment les problèmes d'inégalités sociales, ce qui nous fait revenir au sophisme classique du il faut être noir pour comprendre les problèmes des noirs. Au final, ce genre de féministe voit le monde d'une manière tout aussi biaisée : du sexisme constant, de la culture du viol partout, de l'oppression à chaque coin de rue, même argumenter est sujet à oppresser la femme (cases 9 et 10). Exact, mais ça ce n'est pas correct de le dire, je reste persuadé que les femmes ont autant de contre-pouvoir potentiel que les homme, certaines en jouent simplement plus que d'autres, tout comme les hommes. C'est classique de n'importe quelle idéologie : te dire comment penser, quelle est la morale à suivre, ce qu'il faut aimer et condamner, je laisse ça aux esprits aliénés.
×