Aller au contenu

Carlos Crasseux

Éboueur syndiqué
  • Contenus

    4 617
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Carlos Crasseux

Informations

  • Sexe
    Non défini

Mes derniers visiteurs

9 628 visualisations du profil
  1. L'Ontario avait instauré un stay-at-home order, un couvre-feu plus permissif quoique étendu aux journées entières, mais il n'y a rien eu de tel et d'aussi liberticide dans les autres provinces.
  2. En effet, sauf que cette diminution des cas s'est aussi fait voir ailleurs, où l'on n'a pas instauré de couvre-feu.
  3. Pas que je me réjouisse de briser des rêves, mais voilà une sombre vérité que tu devrais accepter dès aujourd'hui pour t'éviter quelque soixante crédits inutiles : tu ne seras pas acceptée au doctorat en psychologie.
  4. Pis @Ecce Homo, regrettes-tu d'avoir servi à ce dégoutant énergumène ton plus chaleureux accueil il y a deux semaines ?
  5. Merci pour ces informations. Je n'ai pas les réponses à toutes ces questions mais je vais en discuter davantage avec elle. Je sais qu'hier, elle a pris l'initiative de contacter un trappeur, qui lui a fait comprendre que toutes les manoeuvres mises en place par les exterminateurs étaient stupides et ironiquement à l'antipode de la bonne marche à suivre. Elle veut se débarrasser des ratons rapidement, même s'il faut payer quelqu'un d'autre. Elle m'a dit que de toute façon, les exterminateurs qui lui ont déjà chargé 1300$ lui ont aussi dit que le contrat prévoyait la capture d'un raton lave
  6. Oui, elle a payé la facture lorsque les gars sont venus , après qu’ils aient installé leurs pièges. Ça change la donne ? Elle aurait pu refuser de payer, prétextant que l’animal est toujours là, même si les exterminateurs lui auraient dit que c’est une opération (la capture) qui peut nécessiter jusqu’à deux ou trois jours ?
  7. À qui aurait une solution ou des réponses : Un raton laveur s'est infiltré dans le grenier de la maison de ma mère il y a un peu plus d'une semaine. Elle a cherché une solution à son problème sur Google et a abouti sur le numéro d'un exterminateur. Deux hommes sont venus tendre un piège au parasite, puis ont chargé ma mère d'une belle facture de 1300$. Le problème, c'est que le raton laveur est toujours là. Il est sorti par ledit piège (une trappe par laquelle il pouvait sortir mais pas rentrer à nouveau) et a percé un trou à un autre endroit pour retourner dans le grenier. Les exter
  8. Tout le monde en parle - Hélène Boudreau FB.WATCH Regardez et appréciez toute cette grande envergure intellectuelle. Et faut savoir : elle s’est forcée pour s’exprimer ainsi...
  9. Ce n’est pas le nombre de décès qui détermine le niveau d’alerte mais la montée des cas et, conséquemment, la hausse du nombre d’hospitalisations liées à la maladie. Une augmentation du nombre de décès en serait la fatalité, dans le cas où le gouvernement offrirait une réponse trop scrupuleuse et laxiste face aux indicateurs précédents.
  10. Je présume que la nomenclature de langages de programmation a été littéralement copiée/collée de son c.v. si je m’en fie au formatage du texte différent ici, par rapport au début de ton message. Si c’est le cas, je m’imagine mal comment l’on pourrait avoir confiance en un candidat qui peine à maintenir une certaine constance dans sa ponctuation et ses espacements, alors que la programmation, par exemple, nécessite justement un haut degré de rigueur à ce niveau, puisqu’un seul espace manquant ou de trop peut empêcher des centaines de lignes de code de compiler. Cela dit, c’est une mig
  11. Je ne vois pas en quoi ce qu'a partagé Retromantique est un contre-argument. Il se peut qu'il me manque quelques connaissances au sujet de Laurent Duvernier-Tardif, mais sur la photo publiée par @mat_chiasson, le logo de l'UQÀM a été rajouté à l'ordinateur. Concernant l'association : disons que ''pornographie'' eut été un terme plus judicieux ici que ''poitrine partiellement dévoilée''. C'est une pornographe, elle s'exhibe sur ses plateformes grand public comme Instagram et redirige ses abonnés vers son compte OnlyFans, où elle y publie des vidéos et photos explicites. Un compte Instagram
  12. @Ecce Homo Lorsqu'elle a initialement publié ses photos à l'origine de toute cette affaire, il est d'une évidence qu'elle cherchait à provoquer, ou plutôt se créer de la publicité personnelle via cette provocation. J'avais fait défiler son mur Facebook et elle y partageait tous les articles relayant sa petite puérilité. Les événements racontés dans l'article de La Presse du 31 mars et qui ont mené à cette poursuite confirment cette attitude qui a caractérisé ses agissements jusque là. Pire encore : lorsque j'ai vu cet article bondir dans mon mur d'actualité, je suis retourné visiter le pr
  13. @Cheval L'avocat des enfers ici : la photo que j'ai montrée plus haut n'a effectivement rien de choquant, mais il faut comprendre qu'en la publiant, cette fille a créé un paquet de réactions qui ont foisonné de partout. Un grand nombre de médias alternatifs ont republié la photo et, conséquemment, des centaines de milliers de Québécois ont pu la voir. Un acte délibérément provocateur. J'ai deux amis de différents groupes qui ont partagé la nouvelle dans une conversation de groupe avec une réaction similaire, présumant que ça ne devait pas être très gagnant pour l'image de l'universit
  14. Le premier article mentionné dans mon message précédent relate quelques détails qui me semblent assez importants si l'on souhaite se faire un peu plus circonspects sur la chose... et étrangement ce sont des détails qui semblent toujours oubliés par toutes ces personnes qui prennent position contre l'UQÀM : Il n'est pas seulement question d'une poursuite entamée comme ça, sans laisser la chance à la concernée de se reprendre. On lui a demandé une première fois de retirer la photo ; elle a riposté en s'en moquant. On lui a envoyé une première mise en demeure, puis une deuxième ; elle en
  15. J'avoue ne pas avoir pris la peine de vérifier si ce n'était pas déjà discuté ailleurs sur le forum -- pire encore : je suis à peine renseigné sur le sujet qu'aborde ce thread --, et peu m'importe. Mise en contexte : il y a quelques semaines, une étudiante de l'UQÀM et travailleuse du sexe -- qui s'est bâti un large auditoire sur les plateformes Instagram et OnlyFans -- publiait sur ses médias sociaux une photo d'elle, exhibant un peu les seins et se félicitant d'avoir réussi ses études en arts visuels. La publication, vous l'aurez deviné, ressemblait surtout à un gros stunt publicitaire
×
×
  • Créer...