Aller au contenu

Carlos Crasseux

Éboueur syndiqué
  • Contenus

    3 889
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    33

Tout ce qui a été posté par Carlos Crasseux

  1. Le shoot le plus oiseux et le moins créatif que j'aie pondu depuis longtemps. Quarante-cinq minutes top chrono, dans le mauvais bord du parc-nature du Bois-de-Liesse.
  2. Tu as sans nul doute raison. Malheureusement pour moi, je n'ai absolument personne dans mon entourage pour m'aider à ce niveau, puisque mes amis se calissent tous de l'art ou la photo, et que par ailleurs on a bien peu en commun, mis à part des souvenirs d'enfance, une affection marquée pour les arts martiaux mixtes ainsi que d'autres hobbies ordinaires. Ouais, il existe un énorme fossé qui sépare l'embryon de l'oeuvre finale, surtout dans un domaine qui demande une monopolisation de ressources supplémentaires comme la photo. Je dois admettre que j'aimerais nettement mieux être dans ta position que la mienne; vivre de la photo boudoir (ou tout simplement en tirer des revenus, aussi minimes soient-ils), ce n'est pas tout le monde qui peut s'en vanter. Il y a même tristement un paquet de photographes qui PAIENT pour produire de la photo de ce genre. Je trouve que tu tenais un style assez solide avec le shoot lesbien-BDSM de l'autre jour. Et ouais, les """modèles""" des groupes Facebook sont décevantes, ce pourquoi je préfère m'en tenir aux filles d'agence. Bon, cet hiver je vais me calmer sur le volume et donner vie à quelques projets que j'ai en tête depuis longtemps. Premier arrêt : P H A R M A C I E.
  3. J'imagine que l'inspiration peut venir d'à peu près n'importe où. Y a deux semaines, j'ai visionné un story d'un photographe montréalais un peu hipster que j'affectionne tout de même qui servait d'hommage à Peter Lindbergh, où il y disait quelque chose comme quoi l'homme avait grandement contribué à le forger lui-même en tant que photographe, et que grâce à lui il appréhendait la photographie et sa propre démarche artistique d'une tout autre façon. Je ne sens pas que l'inspiration me manque, au contraire; j'ai un dossier dans mon application Notes où je cumule un tas d'idées intéressantes. Le problème vient surtout à la fois d'un manque d'ambition et d'auto-censure. D'abord, mes projets demandent beaucoup plus de ressources et d'investissement que mes séances habituelles : décors et props, location de studio ($$), stylisme précis, maquillage, une certaine maîtrise en éclairage artificiel, etc. D'autre part, ils sont généralement si cyniques que je crains d'être incompris et renié aussitôt par mes quelques abonnés ainsi que par les agences. Bref, on verra. C'est drôle que t'en parles, puisque j'ai justement été choisi par le National Geographic pour bosser sur un photo-reportage sur les petits vers de terre dans ton genre. Whitecracka nextdoor volume 2 ? Que cherche à dire le petit paumé invertébré ? Faudrait apprendre à t'exprimer de façon intelligible; on ne parle pas tous ton petit jargon de minable. Merci.
  4. Parce que mes photos ne sont pas à la hauteur de ma créativité, ma sensibilité artistique. C’est de beaux clichés de jolies filles, tout simplement. J’ai cette triste impression que je me suis fait prisonnier de cette démarche un peu stérile. J’ai quelques projets un peu plus audacieux en tête, mais j’en ai fait si peu en deux ans. Les shootings avec les masques pour illustrer le concept jungien de la persona étaient une bonne idée, mais avec du recul, lorsque je fais défiler la section sur mon site (https://hajaradan.com/persona-1), le résultat me semble un peu cringe sur les bords. Je me suis alors dit que pour l’été, j’allais voguer sur un thème précis : l’enfant sauvage. J’ai fait de beaux shoots et tout de même réussi à transformer quelques instababes en singe le temps d’un photoshoot (ou de quelques prises), certes, mais je ne suis pas aussi satisfait de la série que je l’aurais souhaité. Je suis tout de même fier de mes progrès au niveau de la maîtrise de ma technique. pour la suite, je suis déchiré entre plusieurs options : - tenter des projets plus artistiques/symboliques/personnels - tenter une démarche plus commerciale, possiblement dans la mode - répéter le même pattern que l’hiver passé et shooter du boudoir avec majoritairement des danseuses
  5. @Pandore : Je constate l'évolution, si, mais j'en retire très peu de satisfaction. @Esch : je sais que c'est une blague qui réfère aux propos tenus par Aradia le printemps passé, mais la vérité, c'est que parfois, voire souvent, ça aide en crisse. Tout à l'heure, je me suis retrouvé au mauvais spot d'un parc où je souhaitais shooter. Il y avait deux adresses pour le parc, et j'ai choisi la mauvaise. Arrivés là, il nous était impossible de traverser de l'autre côté à pied, une pancarte annonçant la fermeture du sentier pour travaux. L'endroit où nous étions était dégueulasse, vraiment. Qui plus est, il était 18h15, soit une demie-heure avant la pénombre. Tout pour me rendre le travail difficile. "Une chance que la fille est jolie sous littéralement n'importe quel calisse d'angle", ai-je pensé.
  6. Ce pauvre illettré d'IRON parle à travers son chapeau, et nul besoin d'avoir des connaissances quelconques en la matière pour le déceler : si la whey "sa sert a rien" (sic) étant donné que le corps humain ne peut en absorber qu'une partie, comment se fait-il qu'elle demeure efficace pour les "proffesionel" (sic) ? Ce n'est pas ben ben compliqué, aucune bro science ici : après un bon entraînement, ton corps, vidé de ses réserves de glycogène et surtout endommagé par l'intensité qui l'a habité, a besoin de protéines pour entamer sa récupération (protein synthesis). T'as absolument besoin d'une bonne quantité de protéines le plus rapidement que possible, ce qui veut dire que tu dois apporter quelque chose avec toi au gym si tu souhaites optimiser tes résultats. T'as le choix : un shake de whey diluée dans de l'eau... ou un tupperware dans lequel t'auras crissé quelques blancs d'oeuf qui auront refroidi le temps de passer à travers ta routine d'entraînement. Laquelle option te semble la moins répugnante ?
  7. Bagatelles. Au Costco, la poche de 6lbs de whey MusclePharm en coûte à peu près 50$. Tu peux t'en tenir à ça. J'ignore toujours si toute cette histoire de remise en forme est une blague ou non, mais je vais te dire ceci : les différences entre un supplément et un autre, entre une routine et une autre, c'est de l'enculage de mouche. L'accent doit être mis sur l'intensité au gym et l'assiduité à long terme.
  8. @MattIsGoD Comment ça s’est passé ? Aussi rough que tu l’aurais pensé ou ben la patronne ne s’est pas montrée si stupéfaite finalement ?
  9. Qu’est-ce qui t’emmène à cette conclusion ?
  10. Le secret c’est les croquettes (ainsi que l’outil Liquify de Photoshop, ou son équivalent pour mobile).
  11. Fais-lui savoir qu'elle n'a pas à s'inquiéter, un certain Carlos Crasseux d'Internet embrasse depuis longtemps déjà l'idée de venir s'installer à Québec.
  12. Ce matin, au sortir d'un réveil plutôt difficile, je me suis claqué un podcast vieux de soixante ans à propos de la place qu'occupe l'artiste en société, selon Claude Lévi-Strauss. Note à moi-même : Lévi-Strauss le matin, c'est non. Au menu demain ? Chomsky on Syria and Obama
  13. C’est sensiblement ce vers quoi j’aimerais éventuellement me diriger. Quelle industrie ?
  14. J’aimerais me donner l’impression que les deux heures passées chaque jour sur les autoroutes 13 et 40 n’échappent pas complètement à mes journées. Comme je ne peux lire, j’ai pensé aux podcasts. J’imagine qu’il existe des enregistrements gratuits et enrichissants sur le Web, mais où ? Pas de cochonnerie d’humoristes lamentables (Mike Ward sous écoute, etc.), merci.
  15. Après la recherche d'emploi, il est maintenant l'heure de me trouver une colocation. Les quelques publications publiées chaque jour sur les groupes Facebook à cet effet sont particulièrement... populaires. Les annonceurs reviennent modifier leur publication peu de temps après pour y informer les prochains lecteurs que leur messagerie foisonne à un point tel qu'ils ne peuvent plus se permettre d'en lire davantage.
  16. L'été tire à sa fin. Maintenant que je travaille six jours par semaine (47 heures + 10 heures de congestion sur les autoroutes 13 et 40), il me reste à peu près les trois dimanche qui restent à septembre et peut-être les deux premiers d'octobre pour faire de la photo en extérieur. Espérons qu'il fasse beau. J'ignore toujours ce que je ferai ensuite. Peut-être recommencerai-je à shooter des danseuses à domicile ? ou peut-être aussi que je tenterai la photographie de mode, qui sait ?
  17. @The satanic satanist : As-tu pensé écrire aux agences pour tes projets créatifs ? Il me semble que ce serait davantage à la hauteur de tout l'investissement que t'y mets plutôt que de demander sur les groupes Facebook. J'ai toujours trouvé que les modèles d'agence étaient nettement plus talentueuses que les filles trouvées sur les groupes Facebook, même celles qui n'avaient que deux ou trois shoots sous la ceinture. Elles ne sont pas recrutées pour rien, faut croire. Mardi passé :
  18. Deux shoots prévus aujourd'hui; deux choke. Euh, ok. Rappel à moi-même : les agences, Carlos... rien que les agences. edit : je regrette, @Tovarichtch, mais tu devras ravaler ta jubilation puisque ce n'est qu'un seul choke, finalement. D'ailleurs, qu'y-a-t-il d'amusant là-dedans ?
×
×
  • Créer...