Aller au contenu

Daleko

Éboueuse syndiquée
  • Contenus

    2 584
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Daleko a gagné pour la dernière fois le 13 mars

Daleko a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

1 407 Exemplaire

À propos de Daleko

Informations

  • Sexe
    Féminin

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

16 147 visualisations du profil
  1. Pensez-vous à votre vieil âge ? Vous y préparez-vous ? Physiquement ? Financièrement ? Ca vous fait peur ? Avez-vous déjà des regrets sur votre vie ? Des choses importantes que vous feriez différemment et qu’il est impossible de changer maintenant ? - - - Je n’ai absolument pas peur, en ce qui me concerne. J’ai toujours été persuadée que ça se passerait bien. Par contre, je regrette vraiment de ne pas avoir pris soin de ma santé plus tôt, en faisant attention de manger équilibrer, en éliminant l’alcool, en dormant 8 h, en faisant du sport, etc. Je suis en bien meilleure condition physique (et mentale) à 30 ans qu’à 20, ce qui n’est pas normal, la preuve que j’ai merdé avant. Je vois mes voisins de 45 ans qui ressemblent à un couple hollywoodien et qui font leur sport dans le jardin, ou qui partent à vélo, courir, etc. La femme a juste un corps parfait, ça se voit clairement qu’elle a été super sportive toute sa vie. Pareil pour les vrais vieux qui sont en forme dans le quartier. Y’a tellement pas de secret. Et si je dois mourir jeune, j’ai fait un testament et donné à mon mari toutes les consignes concernant ce qu’il doit faire de mes affaires, et l’ordre de ne surtout surtout SURTOUT pas laisser ma famille choisir la musique de mon enterrement.
  2. En plus des remarques d'Ecce Homo, on peut accorder de l'importance aux religions sans être fondamentalement religieux. Elles sont liées à des cultures et des histoires différentes, ça a des conséquences (positives et/ou négatives) sur notre façon de vivre.
  3. Ou alors, je sais que me battre avec ceux pensent que la religion, la politique et les frontières, c'est mal, c'est une perte de temps totale. Je facepalme tellement que j'ai plus de mains pour écrire. Je te reproche pas de participer au thread, je l'ai créé mais vous en faites ce que vous voulez. Ca me fait un peu mal d'être d'accord avec toi sur certains sujets tout en voyant pourquoi les autres t'attaquent. On dirait deux types de caricatures qui se battent. Je m'en fous que ceux de gauche aient l'air stupides mais ça m'inquiète quand c'est mon camp qui manque autant de finesse. J'avoue, c'était un peu injuste envers toi comme réaction. Je n'aurais pas dû. Sinon, on peut être scientifique et signer une pétition contre l'alarmisme. L'alarmisme climatique, ça peut vouloir dire que la fin du monde est dans cinquante ans. On peut s'opposer à ça et penser qu'on a beaucoup plus de temps, qu'on réussira à s'adapter ou que la recherche scientifique nous sauvera.
  4. @TheCrow Peux-tu éviter de dire que t'es de droite quand tu racontes n'importe quoi ? Tu nous fais tous passer pour des débiles.
  5. C'est supposé être une insulte ?
  6. Je suis dans la dernière ligne droite pour finir le contrat le plus violent de ma vie. J'ai encore quelques vérifications à faire et après je rends, en facturant deux semaines à soixante-dix heures chacune. J'ai plus aucune vie, à part dormir, bosser, me doucher, bosser, manger des pizzas livrées, bosser et traîner ici pour ne pas m'endormir. Je savais que ce serait gore en acceptant mais j'imaginais pas que ça le serait à ce point. C'est le genre de rythme que je suis capable de tenir une semaine, deux c'est beaucoup trop. J'ai mal aux poignets, les paupières qui bougent toutes seules et la tête qui bourdonne. J'en reviens pas de l'équipe qu'on m'a collée pour un travail aussi important. Août = pénurie de gens compétents. Je me retrouve avec des jeunots qui n'ont jamais utilisé un logiciel comme celui-là, qui prétendent avoir des connaissances dans ce domaine très technique mais qui n'emploient pas le bon vocabulaire, qui posent quatre fois de suite les mêmes questions complètement connes, qui ont besoin d'être rassurés sur tout. Oh, il va être beau mon prochain sac. Faudra au moins ça pour m'en remettre.
  7. Y'en a plein à Paris, ça cartonne et ça donne lieu à pas mal de tension parce que ces gens roulent sur les trottoirs à 20 à l'heure, rentrent dans les gens, etc. Il y a eu pas mal d'accidents et on commence même à parler d'un permis trottinette. En même temps, moi je trouve ça super. Si la trottinette, électrique ou non, peut te faire gagner 10 minutes sur ton trajet, accumulé sur tes allers-retours de la semaine, ça se prend grave. Surtout qu'ici, on a une maire complètement folle qui mène une féroce politique anti-voiture. Ca pourrait être bien et justifié, si les transports en commun parisiens n'étaient pas aussi merdiques. J'ai vécu dans 4 grandes villes avant et je me suis toujours juré que je n'aurais pas de voiture, parce qu'écolo, etc. mais ici, on a beau se vanter d'avoir des stations de métro à tous les coins de rue, le réseau est tellement pourri, sale, malodorant, insécuritaire, toujours en retard/panne/grève, plein à craquer, que j'ai fini par passer le permis et que j'évite le plus possible de mettre les pieds dans cette merde. Ca me semblerait scandaleux qu'on interdise la trotinette aux gens en plus de ce bazar.
  8. C'est la définition de la passion... (...) (...) On va quand même essayer d'encore se calmer un peu avant de devenir parents. J'ai quelques idées et lui aussi apparemment, on en parlera dans quelques jours à son retour de vacances.
  9. C'est pas parce que des gens s'engueulent que leur relation est toxique. Une relation est toxique quand elle te fait plus de mal que de bien. Ce n'est clairement pas le cas pour la mienne, qui m'apporte incommensurablement plus qu'elle ne me prend, et rien n'indique non plus que c'est le cas des autres répondants. Personnellement, la violence de nos disputes nous rapproche, on a la chance de traverser ça ensemble et de s'améliorer sans cesse. Ca peut choquer, ok, mais moi quand je vois des couples autour de moi se faire sans cesse des petites remarques, se simili-chamailler un petit peu tous les jours, de façon assez fade, je me dis que je ne pourrais pas supporter ça. Nous, c'est hyper doux pendant des mois, hop une bonne tempête, et c'est reparti pour la paix.
  10. J’aurais jamais cru que je deviendrais ce type de femme mais je suis un peu en train de me transformer en Carrie Bradshaw (enfin, en moins conne). Il y a dix ans, je dormais dans une chambre sans meubles, je m’habillais chez Oxfam et mes colocs freegan faisaient les poubelles de supermarché pour récupérer les invendus, et là on doit sans cesse revoir la configuration de la chambre parce que j’ai besoin de toujours plus d’espaces de rangement. Si je rencontrais mon moi de 2009, je ne sais honnêtement pas si elle me collerait des baffes ou si elle m’adorerait. Je ne suis comme ça que pour les vêtements. C’est maladif le temps que je passe à choisir ce que je vais acheter. Je fais ça très lentement parce que je me fixe un budget mensuel que je claque en trois jours et le reste du mois, je le passe à baver sur videdressing. Je ne suis pas une victime de la mode, je ne vais pas à l’encontre de mes convictions écolo en faisant ça. J’achète la plupart de mes vêtements d’occasion, et je prends de la qualité. Pour les vêtements, je n’ose pas prendre de marques de luxe parce que j’ai beau essayer de faire ma madame, je ne suis pas assez soigneuse. Mais pour les accessoires (sacs, foulards, bijoux, chaussures), je me lâche. Je considère ça comme un investissement. Si dans dix ans, je suis dans la merde, mon sac Chanel, je pourrai le revendre, et si je choisis bien, certains de ces objets auront même pris de la valeur. Par contre mes robes de milieu de gamme, c’est mort, elles vaudront plus un clou. Pour moi, c’est ça le matérialisme et de l’argent jeté par la fenêtre. Mais bref, je suis consciente d’avoir un problème. Pour les autres objets, à part les souvenirs d’enfance que j’aimerais transmettre à des gamins de ma famille et d’autres objets qu’on m’a transmis, je ne suis pas sentimentale. C’est tellement dur de garder une maison propre, je ne veux rien qui encombre le passage. J'aime ça beau, pas trop cher parce qu'on a des animaux et que je trouve ça insupportable les gens qui empêchent leurs bêtes de vivre parce qu'il faut pas abîmer les meubles. Si le chien machouille le pied du canapé, je serai pas contente, mais j'en ferai pas une jaunisse. J'aime bien les traces d'usage et de vie.
  11. Ca semble très sain, ça laisse rêveur. C'est l'idéal comme fonctionnement mais les couples comme ça ne sont pas légion. J'en connais qu'un dans mon entourage proche, pour lequel je suis certaine qu'il n'y a jamais jamais de dispute, et ça me fascine. Après, ce serait peut-être trop calme pour moi, j'aime bien quand il y a de la tension parfois. Être avec quelqu'un qui a très fort caractère, ça a aussi ses avantages. Comme on est deux opposés, ensemble on se rapproche du centre, il est plus calme qu'avant et moi j'ai pris confiance en moi. Quand les disputes viennent de lui, c'est généralement parce qu'il y a eu un imprévu, un changement de plan de dernière minute (ce week-end, il avait besoin de la voiture, mais je l'ai cassée...oups). Il veut tout contrôler (beaucoup plus que moi) et ne supporte pas quand tout ne se déroule pas comme prévu. Il est aussi très parano et est persuadé que tout le monde lui veut du mal, dont moi. Alors parfois il me fait des reproches hallucinant et prétend que je le mets en danger. Quand ça vient de moi, c'est souvent pour le ménage (moi je suis maniaque et lui c'est le type le plus bordélique au monde) ou parce que je me sens seule, je lui reproche de ne pas s'occuper de moi et je lui mets la misère. Ca a pu être le cas au début de notre relation, j'étais endettée, il a dû tout rembourser, etc. Il avait peur que je l'utilise et que je le tire vers le bas. Depuis, ma situation a évolué, je gagne très bien ma vie et je ne suis plus dépendante. L'écart entre nos salaires est toujours élevé mais franchement, vu ce qu'on gagne (individuellement et à deux), on serait de gros enculés de se prendre la tête pour ça. Après, c'est sûr qu'il a un patrimoine plus élevé que le mien, mais je m'en fiche de ça, ce sera pour nos enfants. Les seules fois où on parle d'argent, c'est pour mettre au point nos stratégies d'investissement, pas trop se faire ken par les impôts, etc. On est marié sous le régime de la séparation des biens et on divise tout par deux. Par contre, il y a peut-être une vengeance sociale. Il y a eu tellement de petites humiliations et de moqueries (même provenant de lui) quand j'ai intégré son milieu que c'est jouissif d'avoir le dessus (et ça arrive de plus en plus souvent, même avec ses amis).
  12. Vous vous engueulez souvent avec votre partenaire ? Et quand ça arrive, à quoi ça ressemble ? C’est quoi vos limites ? C’est quoi le déclencheur ? Je fais ce topic parce que mon mari a défoncé un placard de cuisine à coups de poing le week-end dernier. J’ai une amie qui est venue avant qu’on trouve le temps de le changer et elle était complètement traumatisée de voir ça, depuis elle m’en parle tous les jours, alors je me demande comment ça se passe chez les autres. Nous, on s’engueule pas au quotidien, on ne se fait aucun reproche, c’est très tendre, RAS. Par contre, quand ça explose, une fois tous les quatre mois environ, on fait pas semblant. Le placard cassé, ça ne me fait ni chaud ni froid parce que ça fait désormais partie de notre mode de fonctionnement. On se dispute, le ton monte, il pète un truc pour éviter de me taper moi, je vais sur internet acheter le même objet (mais dans la gamme du dessus, plus cher, avec sa carte bleue), je trempe sa brosse à dents dans les toilettes, deux heures plus tard on se réconcilie, on monte, il se brosse les dents et je m’endors satisfaite. Même scénario, à chaque fois. Outre le placard, il y a eu deux ordinateurs, un miroir, beaucoup beaucoup beaucoup de vaisselle, etc. Si on n’avait pas les moyens de tout remplacer, on se serait sans doute séparé, mais là pour nous c’est un exutoire. On a trouvé un système qui marche. Au début, c’était crissement plus violent. On a tous les deux des cicatrices de nos bagarres. Il m’a tapé (enfin, pas vraiment, il a vivement bougé son bras pour choper quelque chose et j’ai bougé ma tête à ce moment-là) et j’en garde une trace. Moi, je l’ai mordu et griffé au sang plusieurs fois, on voit toujours certaines marques. Il s’est blessé à maintes reprises en cassant des objets, il a fait des trucs complètement débiles (avalé de l’insecticide, défoncé la voiture…), sans compte que nos engueulades ont déjà dû lui coûter plus d’un mois de salaire. On a vite compris qu’on allait finir à l’hosto si on ne se calmait pas alors depuis quelques années, dès que le ton monte, on garde une distance respectable entre nous, et c’est les objets qui prennent. J’ai grandi dans une famille violente et je sais à peu près gérer quelqu’un qui se met en colère. Je sais ce qu’il faut dire/faire pour avoir le plus de chances de l’apaiser, mais je sais aussi ce qu’il faut dire/faire pour le pousser à bout. Souvent, je pourrais calmer le jeu mais je ne le fais pas, bien au contraire. J’en profite. J’aime sentir que ce petit héritier qui a du pouvoir et qui intimide bien des gens est incapable de se contrôler face à moi. Sentir qu’il pourrait péter complètement un câble et me faire physiquement du mal, et qu’après ça, sa vie serait détruite. Tous ces avantages qu’il a, à l’eau. Même si j’ai tout fait pour le rendre dingue, qui le croirait ? Y’a un tas de folles qui crient à la femme battue pour un rien, ce serait tellement facile de le faire passer pour un connard. Je suis pas mal sûre que j’obtiendrais même la garde de son chien. Il est mon meilleur ami et imaginer ma vie sans lui est un cauchemar, mais dans ces moments-là, quand je le vois qui lutte pour ne pas s’énerver pendant que j’en remets des couches et des couches, c’est à ça que je pense. Je sais pas d’où vient ce trip de contrôle, c’est la même chose quand je me rapproche d’hommes mariés, même si je ne ferais jamais ça, j’adore imaginer le bordel que je pourrais mettre. Enfin bref, on s'améliore petit à petit, mais quand même, dans vingt ans, chez nous ce sera un palais. À vous.
  13. Ben, j'habite dans une ville très tranquille pour la banlieue de Paris. On n'a pas trop de délinquance commune. Seulement comme c'est un quartier aisé (ma maison est jolie, mais elle est clairement en bas du classement de ma rue, y'a des putains de gros bourges ici), pendant les périodes où les gens sont tous partis en vacances, y'a quelques problèmes. J'y vis depuis trois ans, sur ma rue, on a eu deux voitures volées et deux tentatives d'effractions + les vols dans mon jardin et sans doute des incidents dont on n'a pas entendu parler. Pour la sécurité, je sais pas. Dans les villages ? Mes parents laissent les fenêtres ouvertes quand ils vont faire leurs courses.
  14. Euuh, bizarrement, ça me tente pas trop de sortir toute seule. J'attends juste qu'il fasse jour pour aller dormir. Oui, oui, je suis une grosse flipette. Ceci dit, on s'est déjà fait chourrer des trucs dans le jardin une nuit où j'étais toute seule, donc bon, on va dire que je suis flipette qu'à 80 %.
  15. Nouveau challenge pour la planète en hommage à Zealot : j'ai décidé de ne plus acheter que des vêtements d'occasion.
×
×
  • Créer...