Aller au contenu

Daleko

Éboueuse syndiquée
  • Contenus

    4 709
  • Inscription

  • Dernière visite

Derniers déchets posté(e)s par Daleko

  1. Ça m'attire vraiment ce genre de trucs. Je suis tout le contraire de Koala. Asti, c'est vraiment un cauchemar le vrai camping. La seule fois où j'ai aimé ça, c'est quand on est parti en amoureux avant d'emménager ensemble pour voir si on pouvait survivre à deux dans des conditions difficiles sans se haïr trop vite. J'en garde un très bon souvenir mais ça a été mon Koh-Lanta, je ferai jamais plus que ça.

    C'est pas qu'une question de confort. Ce qui m'attire là-dedans, c'est la beauté et le calme. Je peux pas m'élever si mes besoins de base sont pas remplis. Maslow very much. J'ai faim et les pieds mouillés, je peux pas penser correctement ou savourer quoi que ce soit.

  2. Le 2021-05-07 à 14:20, Président Emmanuel Macron a dit :

    Comme beaucoup de monde, je crois que tu tires des conclusion du slogan sans chercher a comprendre ce qu'il denonce. Comme Black lives matter, ACAB etc. 

    Soit ces slogans sont crées par des cons, soit c'est extrêmement passif-agressif. 

    Dans les deux cas, ça ne donne pas envie d'approfondir les questions. Un groupe incapable d'énoncer correctement ce qu'il veut dénoncer ne peut pas avoir un raisonnement très articulé, un groupe qui joue à la sainte-nitouche, c'est toxique à souhait et à ignorer.

    Il y a 20 heures, Cathou La Tuque a dit :

    Un dixième féminicide au Québec cette année

     

    Il est insupportable ce mot. Comme s'ils les tuaient parce qu'elles étaient des femmes. Ils auraient des chatons, ils tueraient les chatons. Les nerfs lâchent sur ce qu'il y a.

    Ce type a (selon toute vraisemblance) tué sa compagne quelques mois plus tard avant de la couler dans une dalle de béton. Avait-il un problème avec les femmes ou avait-il généralement un comportement de gros connard ?

  3. Le 2021-04-27 à 23:02, Ecce Homo a dit :

    bref, je pense que tes inquiétudes sont fondées, mais rendu là, c'est à la société de faire les choix appropriés afin de reconnaître et soutenir les projets parentaux et les modèles familiaux non traditionnels (et c'est là que la France me semble moins prompte à agir que le Québec). 

    Je sais pas si c'est une différence culturelle ou parce que nous sommes des opposées politiques, mais je vois pas l'intérêt de pousser l'inclusion quand les différences résultent de choix qui sont néfastes pour la société. C'est pas parce que quelqu'un a un projet qu'il faut l'aider. Décider de faire un enfant seule, c'est pas la même chose que de se faire planter par un irresponsable ou de se retrouver veuve. Quand on fait un tel choix et qu'on est capable de l'assumer matériellement, ok, sinon je vois pas pourquoi ce serait aux autres d'apporter une aide structurelle ou financière. Le seul effet positif qui m'apparaît, c'est que ça améliore la natalité, mais pour le reste je ne vois que du négatif sur la société (difficultés générales de familles monoparentales). Et même, pour améliorer la natalité, on ferait mieux de ne pas encourager les femmes à faire des enfants seules à 40 ans, mais bien à privilégier la famille et à avoir plusieurs bébés, plus tôt.

  4. Je faisais surtout référence à l'an passé. Vous n'avez jamais eu de fermeture intégrale ?

    En France, il me semble que depuis juin dernier, il y a eu plusieurs fermetures et réouvertures mais la vente à emporter et les livraisons sont restées possibles.

    Personnellement je trouve qu'on est justement pas assez intense - ou plutôt que si on l'avait été davantage y'a un an, on n'en serait pas là. On met mille ans à interdire les déplacements depuis les pays qui ont de beaux variants parce qu'idéologiquement les frontières c'est le diable. Quand les gens rentrent, on les met en quarantaine mais ils peuvent sortir deux heures par jour parce que hein, faut bien vivre. Personne ne respectait le dernier confinement et encore moins le couvre-feu. Là on en est à un couvre-feu à 19 h, avec plus de 100 000 morts, 5 000 patients en réanimation, 300 morts par jour, le variant indien qui circule et la réouverture planifiée des terrasses/salles de sport et de spectacle au 19 mai, enfin jusqu'à la 4ème vague.

  5. Vaccinée sans rendez-vous au Pfizer parce que j'habite près d'un centre, auquel j'avais signalé ma capacité à débarquer dans les vingt minutes s'ils avaient une dose en trop. En vrai, je suis super contente (sinon j'aurais juste dû attendre un mois et demi, ce qui est correct), mais en même temps, c'est extrêmement rageant d'imaginer qu'avec tout le bazar que c'est déjà, certaines personnes ne viennent même pas.

  6. Je suis une très mauvaise cuisinière, mais je veux que mes enfants mangent du fait-maison sain et frais alors je fais des efforts. J'ai acheté des livres de recette de cuisine pour enfants (pas des recettes pour les enfants là, des livres pour apprendre à cuisiner aux enfants). J'ai enfin trouvé quelque chose de mon niveau. C'est facile, basique et sain. Même toi tu peux le faire BMO.

  7. Il y a 1 heure, Ecce Homo a dit :

    pour l'aspect de "tristesse", je pense que c'est dû au fait que la situation heurte ta conception nucléaire et hétéronormée de la famille, laquelle a tendance à être idéalisée dans nos sociétés (et c'est pour ça que, malgré toutes tes prétentions à l'effet contraire, je pense que tu es fondamentalement une personne romantique :heart-facebook:). 

    Je suis peut-être romantique, je n'ai jamais prétendu ne pas avoir de sentiments, c'est simplement qu'ils sont HS dans beaucoup de discussions. Sinon, je ne fais pas partie de ces gens qui pensent qu'il faut un papa et une maman pour être équilibré. Je suis consciente que ce modèle avec deux parents présents et aimants est quelque chose d'assez récent et qu'on peut fonctionner autrement, que plusieurs études montrent que le sexe des parents importe peu, etc. Par contre, je pense qu'élever un enfant seul est quelque chose de très difficile. Un accident de la vie peut créer une telle situation, mais j'ai du mal à imaginer qu'on puisse le faire volontairement. Après oui, des femmes qui n'ont pas trop de scrupules et qui font un bébé dans le dos d'un type non consentant, bien sûr que ça existe, et que c'est débile d'interdire les dons de sperme aux célibataires. Je remets pas ça en cause, je déprime juste en imaginant ce qu'il faut pour en arriver là. Et quand je parlais de tristesse, j'y ai vraiment beaucoup pensé. Ça vient me chercher en tant que mère sur plusieurs points.

    Le fonctionnement d'un bébé est souvent effrayant. Ça respire trop vite ou pas assez, ses selles sont étranges, il régurgite sans cesse, il peut pleurer des heures sans que tu comprennes pourquoi, il a des boutons qui apparaissent sans raison, il apprend à se déplacer en une seule p*** de journée, il pense que quand tu disparais de son champ de vision, tu n'existes plus et que mordre la prise électrique pourrait être une idée formidable, etc. C'est beaucoup de raisons de paniquer, et avoir à ses côtés quelqu'un de complémentaire, avec une vision des choses différentes s'avère souvent précieux. Et j'imagine que ça le sera de plus en plus, pour modérer des décisions éducatives qui pourraient autrement être trop radicales.

    Ensuite, si tu arrives à la fin de la trentaine en ayant toujours privilégié autre chose que ta vie privée, qu'est-ce qui peut bien te faire croire (si ce choix résulte d'une carrière prenante,  tellement prenante que tu n'as pas pu construire de relation de couple) que tu as de la place pour un enfant dans ta vie ? Et si tu es seule parce que tes relations n'ont pas fonctionné, qu'est-ce qui te fait croire que celle-là (la plus importante de toutes) fonctionnera ? Est-ce que tu fais cet enfant parce que tout est prêt pour lui ou parce que tu en as besoin toi ?

    Et je dis ça en comprenant leur choix à la fois. Il ne te reste plus de temps et c'est ça ou « rien », ben oui, c'est compréhensible de choisir ça, mais je trouve effectivement ça très triste.

    Et je parlais aussi tout simplement d'aspects matériels. Tu es seule, tu perds ton emploi, ça va être beaucoup difficile de soutenir ta famille. Si tu tombes malade, tu vas devoir t'occuper seule de ton enfant, avec ta gastro ou ton cancer, et s'il t'arrive quelque chose, cet enfant sera seul. (En plus, si tu l'as eu tard, tu n'en auras pas d'autre et il sera probablement orphelin jeune). Tous les jours, tu vas devoir tout gérer seule, la maison, les devoirs, la voiture en panne, etc. C'est une énorme responsabilité pour deux épaules.

    Ensuite, tu parles de PMA. J'ai beaucoup de mal avec l'idée de donneur anonyme. Tu parles plus haut de dysfonctionnements en donnant l'exemple de mon père qui m'a abandonnée au commissariat. Et bien savoir qui il est, connaître très bien son fonctionnement psychologique, ça a été quelque chose d'important pour aider à me comprendre moi-même. Bien sûr, il y a l'éducation, il y a la culture, mais nous avons aussi des penchants liés à nos gènes. Je sais aussi que certains types de maladies et de défauts généraux sont fréquents de son côté et que je peux m'attendre à y être confrontée. Et on a ce besoin de savoir, savoir qui nous sommes, savoir où nous allons et connaître nos origines. Regarde les tests ADN récréatifs, on en parle régulièrement dans les médias en France parce que c'est interdit mais les gens en font quand même, et à chaque fois, dans tous les articles ou reportages, t'as quelqu'un qui essaie désespéramment de trouver un parent biologique, même s'il a grandit dans une famille aimante.

    Je dis pas que ça arrive à tous les coups, mais t'as forcément des gamins qui vont en souffrir. C'est prendre un risque. J'imagine que le risque est plus grand si il ressent un manque, notamment si il n'a qu'un parent.

    Quant au fait de dire qu'on peut être parent célibataire sans être isolé, je pense qu'après un an de confinements sporadiques, on peut convenir que les gens seuls ont bien morflé et que c'est faux de croire qu'il y aura toujours quelqu'un pour nous tirer d'affaire.

  8. Il y a 12 heures, Ecce Homo a dit :

    est-ce que tu fais référence à cette vidéo ?

    Ha non, pas du tout, je ne connais pas cette vidéo. Je faisais référence à ton message précédent sur tes collègues de travail qui ont eu recours à des dons du sperme pour faire des bébés seules, ce qui est d'une tristesse infinie .Tu parlais de ça en sous-entendant que vous étiez plus avancés que nous mais je ne vois pas en quoi c'est une avancée. Les parents solos ont toujours existé, les enfants qui ne connaissent pas leurs racines aussi, et dans les deux cas, on sait qu'ils ont plus de difficultés que les autres. Alors je capte complètement l'envie d'avoir un enfant, mais pas qu'on se réjouisse d'être dans une société qui trouve normal de favoriser des situations qui sont loin d'être optimales. Et c'est pas contre ces mères que j'en ai mais sur le fait qu'on ne trouve pas ça complètement dingue d'être conditionnés pour privilégier sa formation puis sa carrière jusqu'à la moitié de sa vie.

    Bref, je trouve ça surprenant le contraste entre ta réaction (et les plus que tu as reçus dans les deux cas) face à des mères volontairement célibataires (signe d'un déraillement sociétal) et Virginie Vota qui parle de masculinité (qui ne fait que rappeler des lieux communs). Elle exagère toujours un chouia mais je ne connais aucune femme qui pourrait être attirée par un homme incapable de faire preuve de force, fermeté, transmission, blablabla.

    Sinon, pour rester sur elle, c'est pas parce que j'ai dit que je l'appréciais que je connais ses vidéos par cœur et que je suis d'accord avec tout ce qu'elle dit. Dans le thread de nos youtubeurs préférés, j'ai quasiment mis que des gens de gauche et pourtant on peut pas m'accuser d'être socialiste.

  9. Donc vous êtes choquées par une femme qui encourage les hommes à être des hommes mais pas par des femmes qui privent volontairement un enfant de son deuxième parent ? On vit vraiment pas sur la même planète.

    Le 2021-04-25 à 06:40, afc a dit :

    ça me fait penser à '''Girl Defined'' sur YouTube. 

    Je connaissais pas, merci.

    En fait, le titre est assez trompeur. La religion tient de toute évidence une grande place dans la vie de l'auteur (elle parle des cours de caté de ses enfants, de la communion du voisin, etc.) mais hormis ces références à son quotidien, c'est pas mal plus large que ça, même si l'influence catho se fait nécessairement sentir dans sa vision de la vie. D''ailleurs, je ne suis pas religieuse et je me reconnais dans ce qu'elle raconte.

    Le bouquin a un message vraiment sain en fait. Il est clairement destiné aux jeunes femmes qui hésitent sur la vie qu'elles veulent construire. Grosso modo, elle tente d'expliquer qu'il ne faut pas lutter contre sa nature et que la plupart des femmes se réalisent pleinement quand elles sont utiles à quelqu'un. Les relations apportent de la valeur à nos vies et il n'y en a pas de plus profonde que celle qu'on crée avec ses enfants ou avec un partenaire auprès duquel on s'engage pour le très long terme (et que ça vaut souvent le coup de tenir quand c'est dur). L'image de la famille, surtout de la mère, traditionnelle est malmenée dans les représentations modernes et certaines jeunes femmes peuvent se détourner de cette voie pour de mauvaises raisons. On a tendance à beaucoup miser sur les études et la carrière, mais dans les faits, les astronautes et les gens qui sauvent le monde sont assez rares, on a généralement des jobs auxquels on donne plus qu'ils nous rendent. C'est un peu triste d'avoir ses premiers cheveux blancs et de réaliser qu'on a remis ce qui compte vraiment à plus tard, pour faire de l'expertise-comptable ou de la publicité. Ou on a cette idée qu'on va pouvoir trouver l'homme parfait, son âme sœur, quelqu'un de mieux, et on passe la moitié de sa vie à chercher un idéal qui n'existe pas et après il est trop tard.

    Bref, c'est écrit comme un article de magazine féminin mais c'est plein de sagesse.

  10. Le livre est sorti il y a dix ans, alors je ne pense pas que le fait que Virginie Vota s'en serve signifie autre chose qu'un besoin d'accroche pour lancer une vidéo (qui part d'ailleurs sur un sujet qui n'est absolument pas abordé dans le livre, qui a été écrit dans un contexte déjà différent du nôtre). Il est évident que l'auteur fait dans la provocation en choisissant ce titre, je pense qu'il s'agit plus d'un coup de pub qu'autre chose étant donné le contenu de l'ouvrage (qui ne développe aucune thèse révolutionnaire, c'est juste du gros bon sens parsemé de religiosité).

    Pour ce qui est de la vidéo, j'avais précisé que son contenu central importait peu ici parce qu'il n'a non seulement rien à voir avec le livre, mais aussi parce que je suis en désaccord avec une grande partie de ce qu'elle dit. Mon avis là-dessus (qu'on ne m'a pas demandé mais à la base j'ai juste posté un bouquin dans le thread sur les achats et je me retrouve dans l'institut psy donc bon) est que la PMA en elle-même est une erreur, même pour les hétérosexuels, mais que puisqu'on l'a déjà autorisé à une partie de la population qui a déjà prouvé qu'elle ne faisait pas que des parents exceptionnels, loin de là, on n'a aucune raison de l'interdire aux autres. Il est évident qu'il y a des différences culturelles très fortes sur ces sujets entre la France et le Québec, je le ressens dans de très nombreux threads.

    Pour la fin du message, j'en dirai plus quand j'aurai fini le livre (et possiblement le tome 2).

  11. il y a 35 minutes, Ecce Homo a dit :

    Pour ma part, je n’ai pas lu le livre mais j’ai été voir les extraits et résumés en ligne. J’ai l’impression que c’est le genre de bouquin que t’achètes quand t’es à bout de ressources et que tu sais pu quoi inventer comme trucs et astuces pour endurer ton “esti de mari à marde” (sur le long terme).

    Alors bon, la façon que c’est présenté, ça ressemble beaucoup à un speech motivationnel où on te rappelle de différentes façons le « but de tout ça » (but qui tourne autour de la primauté accordée à l’intégrité de la cellule familiale et l’intérêt de l’enfant) entrecoupé de petites fioritures pour rendre ça vraiment beau en théorie (mais c’est difficile à comprendre comment ça peut s'appliquer concrètement) du genre :

    “quand une femme se met au-dessous, ce n’est pas pour être écrasée mais pour soutenir : elle indique ainsi la route à l’homme et à toute la famille”. <3

    Si ça aide certaines dans leur couple tant mieux, mais en tant que tel c'est un peu vide conceptuellement et very much quétaine (comme beaucoup de bouquins sur le self-help quoi).

    Je ne l'ai pas encore lu en entier mais, même s'il ne s'agit pas d'un roman, je rattacherais plus le livre à la chick lit qu'au self-help, ou quelque part au milieu. C'est drôle et c'est comme parler à sa tante (si elle était intéressante). Il y a suffisamment d'exemples pour voir « comment ça s'applique concrètement ». Je pense que c'est plus le genre de livre à lire au début d'une relation qui devient sérieuse que quand t'as des problèmes de mariage. Ça vise plus à expliquer ce qu'est la vie de couple aux jeunes qu'à aider celles qui s'y trouvent (et qui ont déjà compris tout ça).

    Je l'ai découvert parce qu'une youtubeuse que j'apprécie (même si plus extrême que moi, mais les propos qu'elles tient dans la vidéo ne sont pas le sujet) en parlait.

     

    J'ai décidé de l'acheter parce qu'un livre qu'on a cherché à interdire m'intéresse toujours et parce qu'il est devenu très rare de médiatiser quelqu'un qui partage des idées proches des miennes sur le couple (même si en parlant aux femmes, nous sommes très nombreuses à les partager, mais nous ne passons pas à la télé).

  12. Rassure-toi, je te lis et je te trouve souvent très intéressante, mais le simple fait d'autant péter un câble parce qu'un livre existe montre que quelque chose te dérange dans le choix de certaines femmes.

    Et en fait, c'est vraiment pas le sujet. Tu peux avoir une carrière et une vie de couple. C'est un livre sur la vie de couple, pas la carrière. C'est extrêmement réducteur d'imaginer qu'un couple traditionnel (enfin, je devrais dire un couple normal) est nécessairement renfermé sur lui-même et que madame fait la vaisselle pendant que monsieur travaille. Il s'agit beaucoup plus de ce qu'on peut naturellement apporter l'un à l'autre. Tu sais, du fait que mes hormones font que je supportais mieux les pleurs de bébé la nuit, et qu'il était donc normal que je me lève plutôt que lui, ou du fait qu'il mesure trois têtes de plus et que si quelqu'un nous agresse dans la rue, c'est logiquement à lui de nous défendre. 

    C'est fou cet amalgame entre des vérités très basiques et cette idée selon laquelle les conservateurs estimeraient que les femmes devraient rester avec des hommes qui ne les respectent pas ou ne pas avoir de vie.

  13. T'as mal lu le titre je pense, ça s'appelle pas « Marie-toi et deviens femme au foyer pis fais plus jamais de bricolage ».

    Mais j'apprécie la délicieuse ironie de cette réaction venant de quelqu'un qui, d'après le thread sur le féminisme, aurait rassuré sur amie bulgare sur le féminisme en lui disant que le but n'était pas d'interdire aux femmes de devenir femme au foyer.

    Pour rappel, c'est un livre de conseils conjugaux, pas un programme politique.

     

  14. il y a une heure, Retromantique a dit :

    Ben écoute, si ton idéal amoureux c'est l'exploitation mutuelle, c'est ton choix hein. Tant mieux si t'es capable de te sentir épanouie émotionnellement avec ça pis que tu deviendras pas une vieille femme désabusée d'avoir jamais véritablement aimé. Ah, attends! C'est vrai, dans vos cultures vous compensez en faisant l'un de l'autre des cocus. Laisse faire :pink-panther-yeah:

    Je ne vois pas en quoi suivre ses facilités naturelles est de l'exploitation (je dirais que c'est plutôt un signe d'intelligence), ni le rapport avec ce que tu décris ensuite.

    La question de la liberté de la femme est HS ici,  sauf si vous entendez par liberté le fait de faire tout le temps ce qu'on a envie comme on a envie (mais ce serait autant valable pour un homme qu'une femme). Personnellement j'appelle pas ça de la liberté, mais une crise d'adolescence/adulescence.

  15. L'une des forces des musulmans est qu'ils conservent des valeurs familiales fortes, ça leur assure certaines bases communautaires solides. J'ai déjà dit que je me sentais proche d'eux sur ce point. Le problème que j'ai avec cette religion c'est son expansionnisme et son incompatibilité avec certains de nos principes occidentaux.

    Le titre (volontairement provocateur, l'auteur a un bouquin à vendre et c'est pas du Proust) est dérivé de Saint-Paul et le livre défend des valeurs chrétiennes, évidemment qu'il y a des similitudes entre les religions. Ceci dit, le livre destiné aux hommes s'intitule « Épouse-la et meurs pour elle ». Il s'agit de rappeler la complémentarité des deux sexes et que nous n'avons pas le même rôle. Le mot soumission fait rager à notre époque de rebelles en carton mais il s'agit simplement de savoir passer la main, ce qui demande beaucoup de force. Je ne suis pas d'accord avec tout ce qui est dit, mais je suis fondamentalement d'accord sur ces bases.

  16. Aujourd'hui j'ai promené ma fille et personne ne m'a dit qu'elle était belle. Je suis absolument vexée.

    En vrai, elle est pas belle ces jours-ci, elle s'est fait bouffer la face par un insecte, on dirait une ado pleine d'acné.

    En même temps, ça devrait me faire plaisir, ça veut dire que quand on me le dit, c'est que c'est vrai.

    Fuck les gens, vos bébés sont tous laids. :nana:

  17. Et le passage entier dure une heure !

    Ça va croissant en durée. La présélection se fait sur envoi d'enregistrements dont je ne connais pas les modalités, ensuite il y a le 1er tour de concerts, où chaque passage dure 20 minutes, la demi-finale, puis la finale où il y a l'œuvre imposée et un concerto entier (c'est une pièce, souvent en 4 parties - là je n'ai linké que la dernière - où un instrument solo répond à un orchestre) ce qui fait grosso modo une heure.

×
×
  • Créer...