Aller au contenu

Daleko

Éboueuse syndiquée
  • Contenus

    4 709
  • Inscription

  • Dernière visite

Derniers déchets posté(e)s par Daleko

  1. Jet. La chanson m'ennuie, donc la prestation a beau ne pas être mauvaise, elle me laisse de marbre. Le refrain est trop facile et le riff du couplet me fait vaguement penser à celui de My Sharona en bien moins bon.

    C'est écoutable mais c'est pas loin d'être de la daube. Je suis un peu déçue, je connais peu le groupe mais ce que j'en avais entendu me semblait plus prometteur.

  2. Mon ex-coloc est une criss de folle. Je suis allée débarrasser l'appart qu'on doit rendre dans une semaine. J'ai trouvé ma chambre totalement vide, mon armoire: vide, mes tiroirs: vides. Mes affaires en tas dans la cuisine, il manquait mes guitares. J'ai aperçu des trucs qui m'appartenaient débordant des poubelles.

    Je suffoquais de colère. Dans le métro, je pensais: "Alors c'est vrai que tuer quelqu'un, ça peut arriver à tout le monde". Je me voyais clairement lui enfoncer une lame dans la gorge. Heureusement, mon nouveau coloc m'a empêché de ressortir avant que je sois un peu calmée.

    Cette cinglée était incapable de se justifier. Elle a fini par rendre tout ce qu'elle m'avait pris, je n'avais pas remarqué mais ça incluait mes dvds et mes partitions. J'ai vécu trois ans avec elle et elle était parfaitement normale.

  3. Donner la vie, y'a rien de plus narcissique que ça, c'est egoiste en criss comme cadeau. Et je dit pas ça sarcastiquement. Faire un cadeau à son enfant, c'est certainement pas de le trainer ici.

    C'est défaitiste et très négatif, comme façon de voir les choses, mais "faire enfant" c'est "combler un vide" dans notre propre vie. Cut off la bullshit pis le "Ben non la vie c'est beau pis c'est gentil", elle vaut très certainement la peine d'être vécu, mais certainement pas d'être donné.

    Peut-être. On peut dire l'inverse, ça marche aussi.

    Refuser de donner la vie, c'est refuser de prolonger l'espère humaine,refuser le cours naturel des choses, vivre sa vie sans avoir à s'occuper de quelqu'un d'autre, vivre juste pour sa gueule, tu prives peut-être de la vie quelqu'un qui l'adorerait, etc. Ca semble égoïste en criss aussi.

    Quant à moi, avoir des enfants, ça semble juste logique, nos corps sont faits pour ça (va expliquer à une fille qu'elle souffre tous les mois pour décorer), etc. Après on peut choisir d'en faire ou pas, ça implique un choix, quel que soit le résultat il sera basé sur ce qui arrange le plus l'individu, ce sera égoiste dans tous les cas.

  4. Bah on pourrait dire la même chose du classique et du Jazz. Ca servi dans son temps, ca apporté de belles choses. Mais le fait qu'il ne se fait plus rien d'original ou d'aussi bon dans le genre n'empêche pas le fait qu'on puisse encore apprécier ca. Je trouve que c'est plutôt bidon comme argument. Juste parcequ'un style n'apporte plus rien de nouveau ou de révolutionnaire n'est pas une excuse pour le jeter par la fenêtre et arrêter de l'écouter.

    T'es sûr que t'as lu ce que j'ai écrit? Ma seule affirmation était que le punk avait une utilité indéniable à ses débuts. Pour la suite, je n'en sais rien puisque je n'écoute pas de punk moderne, je n'ai dit nulle part qu'il fallait qu'il cesse d'exister.

    Puis, le classique? Non, on ne pourrait pas en dire la même chose puisque le classique existe toujours, a toujours existé et se renouvelle toujours, tout comme la musique populaire (son opposé) a toujours existé, existe toujours et continue de se renouveler.

  5. Tout dépend de quel punk on parle.

    Le punk a servi à ses débuts, vers 75, pour donner une autre direction au rock, montrer qu'on pouvait faire autre chose que des solos de dix minutes et qu'il n'est pas nécessaire d'etre une bête de technique pour jouer d'un instrument sur scène et oser créer. En ce sens, heureusement que le punk est né. Maintenant, est-ce qu'il vaut toujours quelque chose aujourd'hui?

    Personnellement, je ne connais pas assez les scènes actuelles pour me prononcer.

  6. Bien sûr. Je n'ai pas dit le contraire. Ca signifiait simplement que si c'est au nom de l'égalité des sexes qu'on accepte l'avortement, ce n'est pas un progrès. Si l'homme et la femme doivent être égaux, autant que ce soit en s'améliorant, pas en se déresponsabilisant. Il ne faut pas laisser la femme seule mais au lieu de l'encourager à fuir elle aussi il faut pousser les autres à accepter sa situation et à la soutenir, les hommes et le reste de la société. En fait mon point de vue sur ce point rejoint le tien, je suis tout à fait d'accord avec ce que tu as écrit à ce sujet, il y a juste cet argument de l'égalité ("La naissance d'un enfant ne devrait pas forcer une femme à revoir ses plans de carrière ou d'étude ou de vie, voilà une injustice faites aux femmes, car l'homme a plus de facilité à se désangager.") qui ne va pas dans le bon sens car tel qu'il est formulé, il donne raison à ceux qui se désengagent.

  7. Dans une société réellement démocratique qui s'applique à faire respecter les principes de liberté, d'égalité et de fraternité, la naissance d'un enfant ne devrait pas forcer une femme à revoir ses plans de carrière ou d'étude ou de vie, voilà une injustice faites aux femmes, car l'homme a plus de facilité à se désangager.

    Ce qui me chagrine là-dedans, c'est qu'on nivelle par le bas. L'homme a plus de facilité à se désengager, à fuir ses responsabilités, donc, au nom de l'égalité, il faut permettre la même faiblesse aux femmes.

  8. La madame est fâchée... Tu n'as absolument rien compris à mon intervention, il ne faut pas répondre à mes questions, il faut répondre à ces questions. Laisse-moi t'expliquer:

    Tu es contre l'avortement parce que tu "ne comprends pas". Tu ne comprends pas pourquoi une femme voudrait se faire avorter. L'avortement en soi est un simple acte médical (comme le diagnostic d'une maladie ou une transplantation coeur-poumon). On ne peut pas simplement être "pour" ou "contre" un acte médical, il y a des questions sous-jacentes : "Quels sont les droits de la mère?" et "Quels sont les droits du foetus?". Quand tu dis "je suis pro-vie parce que je ne comprends pas qu'on puisse faire ça", ça démontre une incapacité à analyser. J'essaie t'orienter ta réflexion sans la biaiser.

    Fâchée? Ah...

    Je sais pourquoi je suis pro-vie, t'es mignon mais je n'ai pas besoin de toi et de tes questions pour réfléchir. Mon premier post faisait simplement part de mon sentiment à ce sujet, je suis absolument incapable de comprendre les pro-choix, pas parce que je ne comprends pas leurs arguments mais parce qu'ils me glissent dessus. Ca ne veut pas dire que j'ai raison, juste que je ne peux pas me mettre à la place de ceux qui défendent l'avortement.

  9. Et...qui décide de ce droit-là? C'est qui qui dit ça? Sur quoi c'est basé?Est-on obligé de suivre le modèle de cause-conséquence? Ça me semble unpeu réductioniste...

    Dans la même lignée, si c'est vrai qu'un rapport sexuel non-protégé amène une grossesse, c'est aussi vrai qu'un rapport sexuel protégé ne devrait pas amener de grossesse. Vas-tu punir la protection défaillante, dans ce cas-ci? Ou vas-tu encore jeter la pierre sur la femme/le couple et les obliger à élever un enfant qu'ils ne voulaient pas et qu'ils ne vont sans doute pas élever dans le mêmeamour que s'il était attendu (bref, jeter la pierre sur l'enfant enbout de ligne)?

    J'crois pas que le gouvernement ait à intervenir sur la façon d'un couple à élever un enfant (sauf s'ils les torturent/frappent). Il n'est certainement pas mieux placé que moi pour décider de la bonne morale à suivre dans ce cas-là.

    J'ai déjà dit plus haut que je n'étais pas favorable à l'interdiction del'IVG, ça amènerait le problème des avortements clandestins, il n'est donc pas question ici de faire intervenir le gouvernement mais d'expliquer que l'avortement reste une erreur. Ceci dit, un gouvernement doit intervenir quand les parents frappent les enfants mais pas quand ils les tuent?

    Le modèle cause-conséquence dans le cas présent c'est de la responsabilisation, pas du reductionnisme,ce qui me semble réductionniste c'est de nier le droit à la vie. Faire appel au droit de disposer de son corps (alors qu'il s'agit aussi du droit de disposer d'un autre corps) pour se débarrasser d'un foetus, c'est l'équivalent féminin du père qui détale comme un lapin en apprenant la grossesse de sa compagne. Il y a d'autres justifications plus valables pour l'avortement, celle là c'est de la belle bullshit d'irresponsables.

    Un rapport sexuel, protégé ou non, peut mener à une grossesse, la contraception ne fait que réduire considérablement les chances que ça se produise. Il y a un risque, très faible, à avoir des rapports mais il est là. Si on choisit tout de même d'avoir des partenaires sexuels alors on est responsable de ce qui en résulte, que ce soit une grossesse ou une maladie. Les femmes savent très bien qu'elles peuvent se retrouver enceinte, elles disposent de leur corps comme bon leur semble tant qu'il ne s'agit que de leur corps.

    Et ce n'est pas parce qu'un enfant reçoit moins d'amour qu'un autre que sa vie est foutue, ce n'est parce qu'un enfant n'a pas été désiré qu'il ne sera pas non plus aimé.

    2-le foetus ne peut pas souffrir.

    Ca ce n'est pas certain, probable mais pas certain. Certaines sources placent à 8 ou 16 semaines la possibilité qu'un foetus ressente la douleur, on peut se faire avorter après ces délais.

  10. L'important n'est absolument pas de comprendre pourquoi quelqu'un décide de se faire avorter, il y a des raisons extrêment variées d'un cas à l'autre. Ça, c'est plus une question pour le Boudoir.

    Ici, il faut répondre aux deux questions que j'ai posées plus haut.

    Je ne sais pas d'où tu sors qu'ici il faut juste répondre à tes questions.

    Je ne peux pas répondre à la première puisque je ne comprends même pas qu'on puisse se la poser. La femme a le droit de disposer de son corps en refusant un rapport sexuel, pas en refusant les conséquences de ce rapport.

    La deuxième, c'est une des trois exceptions acceptables (l'enfant serait malade, la vie de la femme est menacée, la femme ne voulait pas du rapport).

    Mais je ne suis même pas là pour en débattre, je pourrais éventuellement le faire mais à la base j'exprimais simplement mon incompréhension car les anti-avortements se font trop rares.

    Sinon, je vais rassurer Milierock aussi, je suis pro-vie et totalement opposée à la peine de mort.

  11. Je ne comprends pas l'avortement, ça me dépasse totalement, je trouve ça aberrant. Il y a assez de moyens de contraception pour ne pas tomber enceinte. Une grossesse est une conséquence possible de l'acte sexuel tout comme une prise de poids est une conséquence possible d'un repas trop riche, ou la possibilité d'un accident si on prend le volant après avoir bu. Le droit de la femme à disposer de son corps, ben oui, elle a le droit d'avoir des rapports sexuels ou pas, c'est là que ça se joue.

    Je ne suis pas pour l'interdiction de l'avortement parce que ça ne règlera pas le problème (elles le feront illégalement et se mettront en danger, etc.) mais c'est vraiment quelque chose qui me choque et que je n'arrive pas à comprendre, habituellement je peux saisir le point de vue du camp adverse mais là je nage dans le brouillard. Et je comprends encore moins comment on peut banaliser l'avortement, trouver que c'est normal.

  12. En France:

    - Amphis surchargés

    - Manque de respect pour les profs et les autres élèves (ça parle, ça entre et ça sort comme dans un moulin)

    - Pas ou peu de sélection à l'entrée, ça donne un joli tas de déchets analphabètes sur les bancs (Lors de ma première année, plusieurs tarés étaient incapables d'expliquer ce qui s'était passé un 14 juillet ou encore de nommer le 1er ministre, si si).

    - Les grèves et les blocages

    - Les profs injoignables ou qui ne répondent à leurs emails qu'avec 5 jours de retard.

    - Les profs qui ne connaissent pas leurs élèves et qui se fichent éperdument de leur sort (Quand j'ai quitté la fac française, j'ai signalé mon départ à un des profs, sa réponse: "C'est rien. Si tu loupes les TDs 15 jours, t'es automatiquement effacé des listes.")

    - Les petites bibliothèques ouvertes de 9h à 17h avec une petite pause à midi, fermées le week-end et durant les vacances. Ha oui, le manque d'ordinateurs disponibles aussi.

    - Pas de tuteur, personne pour te conseiller rapidement quand t'as un problème.

    - Les problèmes administratifs.

    - Les profs qui ne viennent pas et semblent incapables de prévenir à l'avance les 200 étudiants qui vont se déplacer pour rien.

    Juste à titre de comparaison, au Royaume-Uni (j'y ai fini mes études):

    - Pas un seul élève sur les marches, de nombreux cours en petits groupes.

    - T'arrives trop en retard, t'es gêné de rentrer dans l'amphi et personne ne papote pendant le cours.

    - Sélection à l'entrée.

    - Les profs répondent aux mails dans la journée ou le lendemain. J'avais même certains numéros de téléphones.

    - Si un prof voit que tu peines, il te propose son aide. Quand tu es absent, il se peut qu'à ton retour il t'explique lui-même ce que tu as loupé.

    - Immense bibliothèque ouverte de 7h à 2h avec pour seule fermeture la nuit du 31 décembre.

    - Un tuteur qui aide à régler les petits problèmes de parcours asap.

    - Je n'ai personnellement eu aucun problème avec l'administration.

    - C'est rarissime qu'un prof loupe son cours sans mailer sa classe et afficher son absence à l'avance.

  13. Apprends le piano. Mozart est bien plus intéressant que la fac.

    Personnellement, j'avais débuté une maîtrise dans le seul but de la faire suivre d'un doctorat, j'ai tellement eu l'impression de perdre mon temps et de ne rien apprendre d'utile que j'ai fuit en quelques mois. Tant de temps à moisir dans des bureaux pour finir avec un salaire de m*rde, non merci.

    J'y retournerai plus tard, peut-être, quand ma vie sera déjà faite.

    Tu devrais attendre un peu, histoire d'être sûr que ce n'est pas une envie passagère, si c'est solide, tu pourras commencer un doctorat dans quelques années, il n'y a pas d'âge pour ça.

    Medicated, La Sorbonne? Je viens d'une famille d'universitaires et plusieurs y travaillent, La Sorbonne ça sonne bien mais c'est pas beaucoup plus reluisant que le reste, les universités françaises sont pourries. Je ne m'avancerai pas en parlant des doctorats mais si t'envisages de faire des études supérieures à l'étranger, évite la France.

  14. Blagues de zicos:

    Qu'est-ce qui a trois pieds et un trou du c*l sur la tête?

    Un siège de batterie.

    Comment appelle-t-on un type qui traîne avec des musiciens?

    Un bassiste.

    Quelle est la différence entre une choriste et une Porsche?

    La plupart des musiciens ne sont jamais rentrés dans une Porsche.

×
×
  • Créer...