Aller au contenu

Daleko

Éboueuse syndiquée
  • Contenus

    4 709
  • Inscription

  • Dernière visite

Derniers déchets posté(e)s par Daleko

  1. Il y a 3 heures, Retrolatrique a dit :

    Faire participer des familles qui remettraient des colis alimentaires aux étudiants. Donner des cours de français et anglais à titre gratuit en échange.

    Y a tant à faire plutôt que d'explorer son nombril.

    J'ai failli faire un don pour les étudiants mais le formulaire de validation utilisait le point médian.e.s. J'ai donc annulé mon don et je leur ai envoyé la déclaration de l'Académie française sur leur écriture d'attardés.e.s. Mes thunes iront à LVMH à la place, au moins eux ils savent écrire. 

    Deuxième fois que ça m'arrive. Dur d'être généreux quand on est face à des forcenés.

     

  2. C'est pas forcément une question de contrôle. La stabilité de certains permet à d'autres de pouvoir se rattraper quand ils dérapent. Tu as aussi des gens qui crée des histoires et d'autres qui réparent, ou qui acceptent les autres sans les juger. Je pense que notre nature joue plus que notre volonté là-dessus. Toute ma famille s'engueule et c'est pas dans mon tempérament d'en vouloir longtemps aux gens, je suis une des seules qui parle à tout le monde, de facto c'est vers moi que les camps opposés se tournent, par exemple. Ma grand-mère, c'est le même genre de délire, avec des décennies de sagesse en plus.

  3. il y a une heure, Retrolatrique a dit :

    Riche comme tu prétends l'être, tu n'as toujours pas fait construire de piscine perso à vous ? :onion_think:

    Sure. Elle est juste à côté de notre terrain de tennis, juste devant la piste de bowling.

    Tu parles soit comme un sudiste, soit comme un type qui finirait fauché six mois après avoir gagné 10 millions au loto.

  4. Je me retrouve vraiment beaucoup dans ce que tu dis. Disons que pendant environ quinze ans, ma vie a été un enchaînement de mauvaises décisions et que je peux pas penser aux trois quarts sans rougir. Au début, c'était trop de fêtes, aucun projet sérieux, et j'ai fait des trucs vraiment déments pour me sortir de tous les problèmes que je créais. Puis je suis progressivement partie dans l'excès inverse, plus de sexe, orientation vers un domaine ultra-froid choisi pour son inhumanité et son absurdité, ma vie à étudier et/puis travailler. J'ai tellement voulu redresser la barre que j'ai chaviré de l'autre côté.

    Les deux périodes avaient un point commun : de la manipulation, de la manipulation et de la manipulation,. J'ai fait des coups de pute monstrueux à plein de mecs, à ma famille, mes amis, et je trouvais ça normal. À chaque fois que je quittais une ville, plus personne ne pouvait me saquer et c'était la faute des autres, je ne me remettais pas en question.

    Ça doit être agréable à vivre de ne rien avoir à cacher ou à faire oublier. J'en parle pas à mes proches parce que ce n'est plus un sujet. Ma vie actuelle est absolument parfaite, tellement parfaite que j'en chiale parfois en buvant mon café, en regardant le chien courir dans le jardin. Quinze ans sur une vie, c'est rien. Si tu te comportes convenablement ensuite, plus personne ne se souviendra de ça. Quand j'aurai 85 ans, après tout ce que j'aurai encore construit de bien d'ici là, quelle importance ça aura ?

  5. J'adorerais être immortelle. Si le suicide reste une possibilité, ça réduirait pas mal de problèmes. Tu finis quand tu le décides, quoi qu'il arrive. Et comme tu es éternel, tu peux tout tenter, tu es vraiment le maître de ta vie.

    Ça poserait d'autres problèmes. À quoi ressembleront les humains dans 500 000 ans ? Est-ce qu'on serait des sortes d'hommes de Néandertal à leurs yeux ? Est-ce qu'on serait trop peu évolués pour comprendre ce qui se passe autour ? Est-ce que j'ai envie d'être là pour la fin de l'univers ?

  6. Plus je vieillis, moins je redoute la mort mais plus je vieillis plus ma mort serait grave. Je suis devenu un lien entre beaucoup de gens et un soutien psychologique indispensable à quelques uns.

    Ça me terrifie d'imaginer ma fille être élevée par quelqu'un d'autre que moi, je suis persuadée que je suis (et resterai toujours) une excellente mère et que si je pars, sa vie ne sera jamais aussi bonne que ce qu'elle aurait dû être. Pareil, mon mari deviendrait une loque. Etc.

    Je vais finir comme ma grand-mère, le mur porteur sans lequel toute la famille s'écroule. J'espère crissement pour eux tous que je vais mourir très vieille.

  7. Le problème que je vois avec ça, c'est qu'on a tous des besoins psychiques qui vont au-delà des nécessités physiques, mais qu'on n'a pas tous les mêmes. Moi, les livres et la musique m'aident, pour d'autres ce sera l'équitation ou la photographie. On ne ferme rien alors, tout est essentiel.

    Sinon, anecdote dans le sujet. Après le 1er confinement français, j'avais été chercher une pizza quand la vente à emporter reprenait tout doucement. J'avais été accueillie comme un danger, malgré les deux mètres de distance marqués au sol, toutes les fenêtres ouvertes et le pexiglass au comptoir. Le type m'avait fait attendre dehors et m'avait demandé d'attendre qu'il soit sorti de la pièce pour récupérer la pizza qu'il me laisserait. Quand je lui ai fait remarquer que c'était un peu excessif, il m'a répondu, avec un regard de fou « J'ai pas envie de mourir moi ».

    Le mieux, c'est que je l'ai entendu m'insulter avec un collègue pendant que je partais. Mon meilleur WTF de l'épidémie.

     

  8. Il y a 2 heures, ShameOnYou a dit :

    Tu compares nourriture et culture quand je compare télé et livre... ça n'a rien à voir, aucun rapport.

    Non. Tu disais que la culture était essentielle et je te répondais que non.

  9. Il y a 2 heures, ShameOnYou a dit :

    Et là, tu voies à quel point la culture n'est pas considérée comme essentielle

    Si tu manges pas, tu meurs. En tant de crise grave, « essentiel », c'est ça.

    Fermer les librairies était très stupide, mais pour d'autres raisons (notamment l'incohérence des décisions).

    Je porte parfois mon masque quand je conduis, tout simplement parce que j'ai pas envie de poser un masque potentiellement dangereux sur mon siège, pour pas oublier de le mettre en sortant, parce que c'est pénible de devoir se désinfecter les mains mille fois à chaque fois qu'on l'enlève et qu'on le remet, etc.

  10. Je suis déçue que tu sois déçue.

    À Shanghai, tu peux être une belle femme en talons hauts et Armani, cracher dans la rue, roter à table et chier la porte ouverte dans un centre commercial, tu ne choqueras pas grand monde. Si l'Occident s'est choisi les poils longs comme signe extérieur de féminisme décérébré, c'est une décision arbitraire comme une autre.

    Je resterai toujours persuadée que personne ne trouve les poils beaux, qu'on admire juste une certaine audace qui n'en est plus une, comme on "admire" les imbéciles qui parlent mal aux profs quand on a douze ans. C'est juste devenu un signe supplémentaire d'impolitesse et de fénéantise de notre civilisation en fin de course.

  11. Il y a 14 heures, Retromantique a dit :

    Elle est vraiment sexy, surtout sur la dernière. Mucho respect pour le fait qu'elle assume sa pilosité, ça rajoute un élément subversif aux photos qui est rafraîchissant.

    J'adore les gens qui assument de manger leurs crottes de nez et de roter à table, c'est tellement subversif et rafraichissant.

  12. J'espérais qu'avec la Covid les gens se rendraient enfin compte de la supériorité de la Chine (done) mais je pensais aussi que la France comprendrait combien elle est foutue et n'a plus rien d'un grand pays.

    On en est encore à annuler les vaccins des veillards parce qu'il n'y a plus de doses.

  13. J'ai commencé à avoir des blocages à mon entrée au conservatoire, c'est plutôt ballot parce que j'y étais justement pour apprendre à composer. J'étais dans ce cadre où il n'était plus question de se contenter de spontanéité, où il fallait sans cesse tout analyser, et en même temps, je ne maîtrisais pas assez les techniques et je n'avais pas une vision assez précise pour faire autre chose que me comparer et remarquer tout ce qu'il me manquait.

    C'est parti bien plus tard, après m'être réorientée, sans doute parce que j'ai retrouvé ma liberté mais que j'ai pu m'en servir sur de solides bases techniques. Et aussi parce qu'il n'y avait plus d'enjeu réel, si c'est nul, c'est pas grave.

    C'est vraiment une affaire de personnalité le processus créatif. Beethoven écrivait (il me semble) tous les jours, Shostakovich écrivait par périodes où il ne se consacrait qu'à ça. Je pourrais jamais faire comme Gamin. Je planifie tout comme une maniaque pendant longtemps (quand je compose quelque chose de long, je peux prendre plusieurs mois à construire une structure solide où peu de choses vont être laissée au petit bonheur la chance). Et par contre, quand vient le moment de poser les notes, ça m'épuise tellement que je n'y consacre que dix minutes par ci par là, il me faut sans cesse un regard frais.

    On peut ressentir une certaine culpabilité à ne consacrer qu'un petit quart d'heure par jour à la création réelle, mais au final, si on tient ce rythme (et que la méthode nous convient), on se retrouve vite avec quelque chose qui tient debout. Je préfère ça à des soudaines poussées créatrices de 4 h d'affilée toutes les x semaines.

    J'adore planifier et organiser. Sérieux, si ce métier existait, j'aurais fait une excellente secrétaire musicale.

     

  14. Pour celles qui ont besoin d'un upgrade :

    School of Affluence

     

    Section Mode :

    Aly Art

     

    Justine Leconte :

    https://www.youtube.com/c/Justineleconte/videos

    Merriam Amani :

    https://www.youtube.com/channel/UCLWyoIWSCYTiVw1BJ7pgCDw/videos

     

    Section Musique classique :

    Two Set Violin et leurs vidéos nulles et tranquilles :

     

    Living the Classical Life :

     https://www.youtube.com/c/LivingtheClassicalLife/videos

     

    Section Gauchistes : 

    Camille et Justine - Je suis en désaccord avec 85 % de ce qu'elles racontent mais elles sont attachantes.

    https://www.youtube.com/c/CamilleJustine/videos

    Usul de Mediapart - Je suis en désaccord avec 70 % de son contenu mais il me fait rire.

    Quelqu'un a déjà nommé Tatiana Ventose qui est plus dans mes cordes (50 % de désaccord)

     

    Sinon, c'est pas un youtubeur (sinon j'arrivais pas à 10) mais je matte sa chronique tous les soirs sur youtube même si j'ai envie de lui coller des baffes (98 % de désaccord !) : le Moment Meurice.

     

  15. Je suis zéro pôlonaise, mais j'aime les valeurs qu'ils défendent en UE.

    Sinon, drôle de vous voir parler des valeurs de l'Est (« C'est encore pire là ou là ») parce que c'est un peu comme ça qu'on parle de l'Occident, et que le Québec revient comme un exemple de PC gone mad.

  16. Les actes manqués, ça me semble pas être mon truc, par contre je suis assez calée niveau lapsus révélateurs :

     - J'ai sorti « J'ai besoin que tu m'aimes » au lieu de « J'ai besoin que tu m'aides » à un type qui n'avait aucune idée de mes sentiments pour lui.

    - En pleine réunion de travail durant laquelle j'essayais de paraître sérieuse après un repas un peu trop festif, au lieu de dire (en parlant d'un vieux dossier abandonné) « Ça fait perpet' », je me suis exclamée « Ça fait pompette ! ».

    - À l'époque où je n'arrivais pas à avoir d'enfant et qu'une amie venait d'accoucher, j'ai dit « Viens voir maman » en prenant son enfant dans les bras.

    *soupir*

×
×
  • Créer...