Aller au contenu

Athos

Éboueur syndiqué
  • Contenus

    952
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

Tout ce qui a été posté par Athos

  1. Pour l'ajustement, dans le très basic il y a d'abord la taille du vélo et la hauteur de la selle. Je sais pas s'il y a différentes tailles pour les vélos à 600 $, mais quand tu montes à plus de 1000$, t'as small, medium et large. Ce choix là est pas mal déterminant. Ensuite, pour la selle, c'est ce que tu peux faire ajuster en magasin. On t'installe avec ton vélo sur un bidule qui permet de pédaler et le gars s'assure que ta jambe a le bon angle en pédalant pour que le coup de pédale soit plus efficace possible, en jouant avec la hauteur de la selle. Il y a d'autres ajustements possibles, mais je suis personnellement pas encore rendu là. 738 km en 11h, c'est quand même 67 km/h. ;) J'ai accompagné le paternel et un ami de la famille qui a un camp de chasse là-haut. Ils montaient pour faire le toit de l'annexe du camp. Il n'y avait pas de wifi, mais on était plutôt bien installés. Le gars a sa machine pour mousser du lait, pour son café. Ça te donne une idée. Faut juste être prêt à se faire piquer sur le cul par les maringouins quand tu te torches sur la bécosse. Cool ! Belle bécane. :)
  2. Bonne question. Je t'avoue que je suis pas un expert même si je roule pas mal. C'est un peu contre-intuitif ton histoire. Ça tiendrait pas à des souvenirs de jeunesse forcément magnifiés ? Je demande sérieusement. Les bancs de neige étaient haut comme l'Everest quand j'étais petit, mais je mesurais 3 pommes... Pendant 10-12 ans, j'ai roulé sur un vieux vélo de route en acier qui était trop grand pour moi, mais qui faisait la job. L'été passé, j'ai décidé de me faire plaisir et je me suis grayé d'un gravel bike en aluminium (+ léger que l'acier) avec fourche en carbone (+ léger que l'alu). J'ai tout de suite vu une méchante différence dans mon coup de pédale, mais au-delà du poids, je pense que c'est surtout dû au fait que le vélo était parfaitement ajusté pour moi (ça a été ajusté en magasin, avec le vendeur). Tout à coup, tout était vraiment smooth. Spontanément, ce qui peut influencer ta vitesse/ton coup de pédale c'est : le poids du vélo, ta position, le type et la largeur du pneu (un fatbike en ville, ça sert à rien : trop d'adhérence sur l'asphalte dû aux pneus), la pression dans tes pneus. Le gravel bike est ben à la mode depuis quelques années ; je suis très heureux du mien. C'est un hybride. Il y a des variantes, mais ça a grosso modo la même géométrie qu'un vélo de route, mais avec de plus gros pneus qui permet de... faire de la gravelle et de sortir des pistes cyclables standards sur asphalte. Ce qui est recherché, c'est les chemins en terre battue, dans l'arrière-pays. Mais c'est aussi un très bon vélo en ville vu l'état des rues. La largeur des pneus permet d'absorber plus facilement les chocs, de passer au travers des craques et des nids de poule. C'est un vélo plus confortable qu'un vélo de route moderne avec des pneus minuscules. Mais je pense que l'entrée de gamme des gravel bikes, c'est 1300-1400$... C'est pas grand-chose quand tu sais que tu peux payer beaucoup plus cher pour un vélo (5000 $ en montant), mais ça reste une bonne grosse dépense pour le cycliste lambda. Si tu veux plus d'infos et des idées : https://www.espaces.ca/articles/equipement/2339-velo-13-gravel-bikes-qui-tiennent-la-route
  3. Belle run ! Je serais curieux de voir ton trajet, t'es sur Strava ? Tu roules avec quoi exactement et sur quels pneus ?
  4. 738 kilomètres, 11 heures de route pis 1 milliard de moustiques, brûlots, mouches noires et autres sympathiques frappe-à-bord. C'était malade. Un Club Med pour ma Lou.
  5. Dans les préparatifs pour une semaine sur l'île René-Levasseur, dans le réservoir Manicouagan, sans femme ni enfant.
  6. Je suis ennuyant au possible. Encore plus IRL qu'ici, c'est dire.
  7. Nah mais en fait, je suis juste attaché à ce drapeau. La vérité, c'est que la question ne se pose même pas, Esch. J'ai pas de sympathie particulière pour les menteuses psychopathes. ¯\_(ツ)_/¯ Je tiens juste pas à m'immiscer dans votre très divertissante discussion.
  8. J'ai investi dans du stock léger / ultra léger. La tente pèse 1 278 grammes en tout, mais seulement 902 g sans le double toit (comme sur la photo), que je transporte pas si je suis sûr de ne pas avoir de pluie. Ça reste une tente une place. Ma deux places est un peu plus lourde.
  9. Fuck me, what a thread.
  10. Quelque part sur la piste cycle du Petit train du Nord. :) Je suis encore parti de Saint-Jérôme. Je visais Mont-Tremblant cette fois mais j'ai raté la cible de pas mal. J'ai dépassé un peu Sainte-Agathe-des-Monts finalement. Je pense que c'est faisable de rejoindre Tremblant, je suis juste parti vraiment tard. Mais le but, c'était principalement de tester mon nouveau stock une première nuit et voir comment je roule sur le fatbike en étant aussi chargé. Me reste plus qu'à attendre ma dernière commande pour pouvoir me débarrasser du sac à dos. Je devrais éventuellement ressembler à ça. 😍
  11. Mon erreur alors, j'ai cru que c'était tes boîtes de livraison. T'ingères ben ce que tu veux du moment que tu ne mets la vie de gens en danger. J'ai pas snobé ta job, respire par le nez. Faire du vélo c'est se prendre au sérieux. C'est bien noté, merci pour tes lumières. Je te fais signe si jamais ton opinion m'intéresse sur d'autres aspects de ma vie.
  12. Je comprends ton point. Mais de base, je suis d'avis que je n'ai pas à mettre quelque chose au clair si la personne ne s'est pas déclaré. Je sais que je n'ai envoyé aucun signal ambiguë. Ça ne veut pas dire qu'il n'en a pas perçu, mais ça, ça lui revient. Et je le dis en ayant moi-même été dans la situation inverse, de percevoir des réponses ou des réactions comme des signes que mon intérêt pour cette fille était réciproque. J'ai jamais blâmé l'autre pour autant dans les cas où c'était pas le cas. J'ai quand même évoqué ma copine dans la conversation hier, chose que je ne fais jamais parce que je sépare clairement vie professionnelle / sociale et vie intime. C'est quand même spécial les relations personnelles homosexuelles. Le gars était à l'aise de te demander des photos alors que vous êtes collègues de travail depuis une journée. Merci de me remettre à ma place, Chicken of the infinite. C'est vrai que je me prends trop au sérieux. J'accepte d'être super con. Dis-moi, comment tu qualifierais une personne qui pop du speed pour livrer des pizzas en voiture ? On jase là. * Ce que j'ai pas dit non plus, c'est que toujours hier, il a proposé qu'on se voit cet été pour prendre un verre, pendant les vacances. Parce qu'il aime voir de nouvelles personnes. «Euh... ouais, pourquoi pas». Avoir été lui, j'aurais vu mon malaise. M'enfin. Je reviendrai sur cette question la semaine prochaine et ça devrait clore l'épisode. Je vous tiens au courant si je le vois apparaître à une fenêtre de mon appartement.
  13. J'ai un collègue de travail étrange qui me met de plus en plus mal à l'aise. Appelons-le Victor. Je travaille avec Victor en tandem, mais en alternance. C'est-à-dire qu'on s'occupe des mêmes personnes à des moments différents. On doit s'échanger de l'information pas mal tous les jours. Victor est homosexuel et je crois que je l'intéresse. Il n'y a pas eu de déclaration manifeste, mais la façon dont il me regarde quand je lui parle, on dirait que je le fascine. Et le small talk que je pratique avec lui a l'air de devenir des confidences dans son oreille. J'ai eu le malheur de lui dire un jour que j'avais fait du vélo pendant la fin de semaine et depuis, presque chaque lundi il me demande si j'ai fait du vélo, si j'ai des projets de vélo cet été, depuis quand j'en fais régulièrement. Premier moment weird : un matin, avant de vraiment commencer à travailler, il me voit et me demande si on peut parler à l'écart, ça ne sera pas long qu'il dit. Il est visiblement fébrile. J'imagine qu'il est arrivé quelque chose à l'une ou l'autre des personnes de notre public. Ben non, il voulait s'assurer que sa remarque d'hier devant les autres ne m'avait pas mis mal à l'aise. Moi : Quelle remarque ? Lui : ... Moi : Ah ça ? Eh boy... haha, ben non voyons. T'as pas à t'en faire pour ça. Il me répond qu'il est soulagé. Me demande s'il peut me faire un câlin parce qu'il était vraiment mal. Euh, ok, pourquoi pas. Câlin étrange avec ses longs bras maigres. Après ça, j'ai commencé à faire attention à mes interactions avec lui, pour me concentrer sur la job et couper court sur le reste. Je pensais avoir réussi à créer une distance professionnelle. Jusqu'à aujourd'hui. Deuxième moment weird : Je me suis retrouvé dans le métro avec lui et sans trop prendre garde, je lui ai déroulé mon parcours études-travail des dix dernières années – dans les grandes lignes s'entend. Je le regrette maintenant. C'est pas de l'information particulièrement personnelle, j'ai aucun problème à en parler avec n'importe qui, mais j'ai peur qu'il me ressorte tel ou tel détail de temps en temps, en guise de clin d'oeil qui voudrait dire quelque chose comme : «je me rappelle que tu m'as déjà parlé de ça de toi». On dirait qu'il pense qu'on a une relation privilégiée. Ça fait deux ou trois fois qu'il me dit qu'il apprécie vraiment travailler avec moi. Il passe des remarques sur ma personnalité, comme s'il voulait creuser : «j'ai remarqué que t'étais pas du genre à stresser par rapport à XYZ» ; «en tout cas, tout le monde t'apprécie beaucoup...» ; «comment tu envisages ton travail?». D'un autre côté, peut-être que je fabule. Qu'il est juste comme ça. Il est très tactile. Je l'ai vu prendre dans ses bras d'autres collègues, des femmes surtout. Il est très... personnel dans ses interactions avec les gens. Je sais pas comment le dire autrement. C'est pas déplacé, mais il agit comme s'il était la personne de confiance de tout le monde. Bref, je disais qu'on était dans le métro. On est à la station juste avant celle où je descends. Moi : T'habites dans quel coin ? Lui : ... Moi, qui constate qu'il est clairement pas dans la bonne direction : Ah oui, et là tu vas quelque part ? Lui : Non non. Je suis juste dans le moment présent ; on se parle. Moi : Quand je suis descendu, il est descendu avec moi. Logique, il va repartir dans l'autre direction. Sauf qu'il traverse les tourniquets aussi, ce qu'il n'a pas besoin de faire. Faque je me suis assuré de le planter là en lui souhaitant une bonne fin de semaine. Autre câlin malaisant. Moi : Ouain, les câlins c'est pas vraiment mon truc... Lui : Parfait je vais respecter ça. Fuck, en marchant dans la rue, je me suis retourné deux fois pour être sûr qu'il ne me suivait pas pour voir où j'habite.
  14. Wait a minute... viens-tu de me traiter de ?
  15. J'avais une myopie moins importante que la tienne pourtant et pas d'autres problèmes. C'est étrange parce j'ai fait le tour d'une demi-douzaine de cliniques et les prix étaient similaires : de 3000 à 3600$ pour les deux yeux. Que ce soit lasik personnalisé avec ou sans lame. M'enfin. Personnellement, je n'ai pas eu de problème de sécheresse et aucun effet de halo le soir. Ça a fait un an il y a quelques semaines et ma vision est top notch.
  16. RETRO est complètement chéper.
  17. T'as payé 1000 $ + ? T'as fait ça en Tunisie ? J'ai payé 3500 pour les deux yeux de mon côté. Mais oui, déductible d'impôts.
  18. «Sacré Esch, il m'a écouté quand je lui ai parlé de toi dans des termes peu flatteurs et en lui révélant des détails personnels de nos échanges.» Et ça te fait rire aux éclats ? Dans tout ça, t'es contente que je te confirme tes doutes, ce qui revient à admettre que t'as menti chaque fois que tu as dit «non, non, je lui ai jamais parlé de toi». Ça va dans ta tête ? T'es foncièrement malhonnête, enterrant des mensonges par-dessus d'autres mensonges. Du moment que tu y crois toi, j'imagine que ça roule.
  19. Nah, je confirme fuck all. Je me suis pas donné la peine de lire ton dernier message dans cette conversation que tu avais si poétiquement intitulé «Bombe» non plus. Si c'est pour lire tes bêtises en privée, je passe mon tour bien franchement. Tu m'expliques comment Esch a pu me décrire le contenu de vidéos que je t'ai envoyé il y a des années alors ? Je reviendrai, mon shift commence.
  20. Drôle d'invitation dans la mesure où t'as bien vu que je me donnais plus la peine d'ouvrir les messages que tu m'envoyais. Ma question tient toujours. Et tu ne l'as pas bien comprise parce que je m'intéresse zéro à Esch. C'est juste qu'en lisant cette phrase, ça sonnait comme «J'ai plus de matériel compromettant sur toi que toi sur moi». Mais peut-être bien que je me trompe. C'est sûrement pas ton genre de partager avec une tierce personne le contenu d'échanges que tu as eu avec quelqu'un.
×
×
  • Créer...