Aller au contenu

Tovarichtch

Éboueur
  • Contenus

    5 207
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    97

Tout ce qui a été posté par Tovarichtch

  1. Les écoles, cégeps et universités sont officiellement fermées à travers le Québec. C'est ce qu'affirme François Legault en point de presse. C'est très peu deux semaines, mais c'est un début. Le gros hic : ces étudiants iront dans de nombreux lieux comme les bars, les cafés, etc. ce qui entraînera pas tant un gros ralentissement de la contagion. À suivre.
  2. De tous les pays infectés, seuls Thaïlande, Corée du Sud (quoique il y a eu une éclosion dans un centre d'appels en plein Séoul) et Singapour sont les mieux gérés. Ce sont des lieux safes, malgré tout. Mais idéalement, mieux vaut attendre jusqu'à l'été prochain pour tout voyage, le temps que le vaccin puisse être produit massivement et administré à moindre coût (ou gratisss).
  3. Je vais me baser entièrement sur ce que WHO (OMS en français) dit avec une référence par point. La maladie est pire que la grippe saisonnière (https://www.statnews.com/2020/03/03/who-coronavirus-different-than-influenza-can-be-contained/) La maladie est dangereuse pour tout le monde, tout âge confondu. Seulement, les personnes âgées et avec déficience immunitaire sont plus à risques que les autres (https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-busters). Il y a des morts de 20 à 100 ans. Ils sont très nombreux en bas de 50 ans mais ils existent et il n'est pas rare qu'une personne finisse en soins intensifs pour arrêt respiratoire ou arrêt cardiaque alors qu'il n'avait aucun antécédent. Il y a actuellement des quarantaines partout dans le monde (et des pays entiers comme l'Italie) et l'OMS présente son guide pour les réaliser : https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/20200229-covid-19-quarantine.pdf?sfvrsn=9aef4b3c_1&download=true Les mises en quarantaine sont appliquées pour ralentir l'introduction d'un virus dans le pays (s'il provient de l'étranger) et sa propagation dans la population locale (s'il est interne) afin d'épargner l'engorgement des hôpitaux. L'été ne garantie absolument pas une protection contre le virus ni son affaiblissement. (https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-busters) La différence fondamentale est que nous avons des vaccins annuels contre la grippe saisonnière, alors que nous n'avons rien contre ce nouveau virus dont nous connaissons encore trop peu. Ce virus tue entre 30 à 50 fois plus que la grippe. Ce virus est 5 à 10 fois plus contagieux que la grippe. Laver les mains ne suffit pas. Il faut littéralement se distancier socialement les uns des autres, éviter de se toucher les yeux, la bouche et le nez, et s'isoler immédiatement dès l'apparition des symptômes. Le problème est que ces symptômes tardent à se manifester et tu es contagieux durant l'incubation (qui dure en moyenne une semaine). (https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public) Il existe de très nombreuses études qui démontrent l'efficacité des masques. C'est pourquoi ils existent aussi et ont des certifications qui filtrent les très minuscules particules jusqu'à 95% (et pour d'autres 99%). Le problème seulement est que certaines particules de certains virus, notamment le SARS-CoV-2, sont très petites et peuvent traverser ces masques. (https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks) Toute personne peut (et l'Asie l'a compris - DOIT le faire) porter un masque pour ralentir la propagation du virus. Cependant, on privilégie les malades. Mais comme je l'ai écrit ci-haut, les asymptomatiques et pré-symptomatiques transmettent quand même le virus s'ils ne font pas attention (et c'est pas de leur faute nécessairement, ils le savent pas). Il est normal que le personnel médical ai besoin de ces masques. Si tout le monde en porte, il y aurait pénurie : ce qui est le cas actuellement. Les gouvernements mondiaux ont commandé en urgence des tonnes de masques (on parle ici de millions) pour subvenir aux besoins du personnel médical de leur pays respectif. La Chine a nationalisé toutes les usines américaines de 3M pour produire assez de masques pour leur population. On en a besoin parce que ça marche. Un patient asymptomatique doit idéalement être testé. C'est ce que les pays comme la Thaïlande et la Corée du Sud font pour recenser immédiatement tout le monde potentiellement infecté. Ainsi, ils contiennent le virus dans un rayon limité. Résultat, ils peuvent savoir combien de lits doivent être libérés pour les malades à soins intensifs. Mieux prévenir que guérir. Des pays comme l'Italie et l'Iran ont simplement fait fi de cette réalité, jugeant peu important de tester tout le monde. Résultat, ils ont énormément de malades et les morts s'empilent quotidiennement (plus d'une centaine par jour). Les tests agressifs sont importants. Le manque de tests sera en partie responsable de l'effondrement du système de santé américain (https://www.politico.com/news/2020/03/06/coronavirus-testing-failure-123166). Le virus en soit cause déjà des dégâts. Avoir des millions de travailleurs malades en peu de temps affectera l'économie mondiale et sa production. Il y a des retards de livraison et des ruptures d'inventaire pour de nombreuses marchandises, notamment les médicaments, en provenance de Chine. Ces mesures d'urgence sont pour prévenir quelque chose de pire. C'est pas pour rien que pendant deux mois, la Chine a mis en quarantaine ou mouvement restreint près 300 millions de personnes. C'était un acte draconien et nécessaire par manque de prévention. (https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19-final-report.pdf) D'autres pays se sont préparés d'avance, ce qui est moins pire. Donc je réitère : oui, tous ces points sont mauvais. Je sais pas quand as-tu visité le site de l'OMS, mais il se met à jour quotidiennement et ses affirmations changent. En début janvier, il affirmait que le virus était très peu contagieux et se transmettait pas d'humain en humain. Regarde aujourd'hui.
  4. On dirait un torchon rédigé par une personne qui souhaite la fin du monde. C'est terrible. Tous les points émis sont de la désinformation. Sauf le dernier point qui est une mauvaise information.
  5. Un mini-résumé express de la situation mondiale : 63% des pays (3 pays sur 5) ont confirmé avoir des cas de SARS-CoV-2. Plusieurs pays et plusieurs villes du monde ont annoncé des mises en quarantaine avec mouvements réduits et déclaré l'état d'urgence : des écoles, des universités, des spectacles, des événements sont annulés et les rassemblements sont limités entre à moins de 1000 (et 100 dans plusieurs villes américaines). 20% des étudiants dans le monde sont privés de cours. L'Italie - où la situation s'aggrave drastiquement - est allée plus loin, empruntant la voie de la Chine : tout service non-essentiel et lieu public est strictement fermé jusqu'à nouvel ordre, cela implique les bars, les cafés, les bibliothèques, les musées, les magasins, les restaurants, etc. Un Italien sur quatre est âgé de plus de 60 ans, ce qui explique le nombre de morts grandissant quotidiennement. Des mesures de guerre sont appliquées dans le triage des malades pour les soins intensifs. Rappelons que le système de santé italien est l'un des meilleurs au monde. Le nombre de cas confirmés monte en flèche partout à une vitesse exponentielle et doublerait à chaque ~6 jours. À titre d'exemple, les États-Unis n'avaient que 73 cas confirmés le 1er mars. 10 jours plus tard, ils sont à 1248 cas. Le virus est capable de se transmettre par différents moyens : il demeure suspendu dans l'air près de trois heures, quatre heures sur le cuivre, 24h sur le carton et jusqu'à 3 jours sur du plastique et acier inoxydable. Le Qatar a confirmé en une nuit 238 cas (ils étaient à 25 depuis un bon moment) alors que le climat dépasse les trente degrés et que tout le monde vit enfermés dans des immeubles aérés par des climatisations. Ceci confirme sans équivoque que la chaleur n'y pourra rien contre ce virus. Il y a des éclosions en Espagne, France, États-Unis, Norvège, Suisse, Suède, Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne, Autriche et Bahreïn. Se laver les mains est insuffisant : il faut désormais et urgemment (comprendre ici : maintenant) se distancier les uns les autres, éviter les foules, les rassemblements, les lieux bondés le plus possible et porter un masque pour ralentir la contagion. Ce masque, si vous désirez une protection quasi-totale, doit être certifié N95 au minimum. Sinon, un masque chirurgical fera l'affaire. Que vous présentez des symptômes ou non, il est important d'en porter un pour éviter la propagation du virus. C'est ce qui a permis à la Corée du Sud et la Thaïlande de limiter les cas. Ils ont eu leur leçon du premier SRAS. Pour suivre la progression des cas mondiaux, suivez ce lien : https://studylib.net/coronavirus
  6. Après plus d'un millénaire plus tard, l'OMS a enfin déclaré la pandémie. Ça vient tout juste d'être affirmé.
  7. L'Italie est officiellement entièrement mise en quarantaine avec tous les rassemblements publics annulés. Les mouvements sont restreints qu'au travail ou à l'urgence. Le pays vivra au ralenti. La tradition italienne fait que les ravages d'épidémie ont toujours été pris au sérieux rapidement après les croissances exponentielles de morts et de malades. J'imagine que nous prendrons la menace au sérieux lorsque notre système de santé s'effondrera ?
  8. L'Italie a fait pareil pour calmer la crainte des marchés et des gens d'affaires, ainsi que le tourisme. Plutôt que de tester tout le monde, ils testent que les gens avec symptômes. Résultats, ceux qui présentent aucun symptôme sont convaincus qu'ils sont "safe" et qu'une fois malade c'est juste la "gRiPpE bRo". Mais on voit ce que ça fait : les cas explosent très rapidement. Le pire dans tout cas je crois c'est que des médias italiens ont fuité le décret de mise en quarantaine de 16 millions de personnes. Cela a eu pour conséquence de créer un vent de panique et de très nombreuses personnes ont quitté la "zone rouge". La même situation a eu lieu à Wuhan, en Chine. Le scénario se répète. L'Europe va vraiment subir un coup dur. Planifiez pas vos voyages cette année, attendez à l'année prochaine. Fermer tous les lieux publics et les rassemblements est l'unique moyen de ralentir la contagion et permettre de prendre en charge les malades. Sinon, on vivra des pics de gens qui tombent malades et c'est ça le grand danger. Dans les hôpitaux italiens, il y a déjà un triage entre les gens au bord de la mort puisqu'il manque de civière avec assistance respiratoire. C'est trop bondé. Ça choisi qui meurt et qui reste en vie. C'est terrible. Avril sera douloureux. Préparez-vous.
  9. Je ne vais pas vous donner de mise-à-jour sur la pandémie (ça va vraiment pas bien, l'Italie écope en tabarnack), mais je vous donne un petit lien web de données très bien compilées qui illustrent la situation mondiale sur ce nouveau virus. https://studylib.net/coronavirus Les détails sont accessibles et on voit la ligne du temps des cas ajoutés.
  10. Oui, il y a un problème. Le mécanisme de détection était défectueux dans l'une des trois pièces importantes. Le CDC a affirmé qu'ils pouvaient quand même faire les tests dans cette pièce importante, mais c'est douteux. De plus, il manque cruellement de kits de test. La raison pour laquelle des pays comme les États-Unis, l'Iran et l'Italie ont des explosions soudains de cas, c'est parce qu'ils font trop peu de tests. À force de répéter que it's just the flu bro, les infectés s'en remettent à eux-même et sont persuadés qu'ils ont qu'un simple rhume (même pas une grippe !). Il y a cette politique de Don't test, don't tell que les autorités croient pouvoir émousser les conséquences graves à venir. Ainsi, quelqu'un de malade continue à aller au travail, participer à des réunions, étudier à l'université, rencontrer sa famille élargie, etc. et participe à sa propagation. Des pays comme la Corée du Sud voient leur taux de létalité très bas parce qu'ils sont agressifs sur les tests et agissent immédiatement. Le président sudcoréen a déclaré que la nation était en guerre contre le virus et des mesures très sérieuses sont prises pour freiner son expansion sur tout le territoire. Ils tests tout le monde, même les asymptomatiques, et invitent la population à se rendre dans des lieux adaptés pour les tests rapides. Ils peuvent rester dans leur voiture et se faire tester sans mettre à risque personne. Des pays comme l'Italie et l'Iran ne testent que les cas graves, au bord ou en pleine pneumonie. On voit ce que ça fait : leur système de santé est engorgé et le virus se propage absolument partout. C'est rendu que les touristes italiens et iraniens qui vont en Chine sont mis en quarantaine parce qu'ils testent positif au SARS-CoV-2. La Chine accuse l'Italie d'importer le virus chez elle, c'est le monde à l'envers ! Enfin, ton raisonnement marche pas. C'est pas parce qu'ils testent que les cas graves que le taux de létalité est plus élevé. Il y a énormément d'infectés en Corée du Sud, mais ils sont pris en charge immédiatement avant même l'apparition des symptômes et surveillés jusqu'à la fin des symptômes, puis mis en quarantaine à domicile pendant deux semaines. L'hospitalisation est ainsi adaptée au pic et évalue les besoins nécessaires pour venir en aide à la population affectée par la maladie COVID-19. En Iran et en Italie, ça se donne la bise, se serre les mains et mange collectivement dans les mêmes bols et assiettes. Ils déclarent que c'est rien de grave et les précautions sont à peine prises. Résultat, les hôpitaux sont bondés et les corps s'empilent. Bref, c'est vraiment en train de virer dans le rouge. Nous avons plusieurs semaines avant d'atteindre les centaines de milliers de cas (nous avons fracassé 100 000 maintenant). Ralentir sa propagation est notre seule solution pour l'instant. Au moment d'écrire ces lignes, le Vatican, le Pérou, la Slovaquie, le Cameroun, la Serbie et le Bhoutan (!) rapportent leurs premiers cas de SARS-CoV-2. Nous sommes officiellement à 50% des pays qui ont au moins un cas confirmé. L'OMS continue de refuser à déclarer publiquement la pandémie. Quelle organisation de chiasse.
  11. L'annonce "probable" d'un second cas au Québec est inquiétant parce que Montréal est un lieu de transit international pour de nombreux vols. Au nombre de communautés iraniennes, françaises, italiennes et chinoises que nous avons ici, il est absolument impossible d'être qu'à deux cas. Aux États-Unis, les virologues qui ont étudié le virus ont déterminé que celui-ci circulait depuis au moins six semaines et a déjà muté en au moins quatre chaînes de transmission sans lien avec le voyage (même que l'origine de l'arrivée de ce virus aux États-Unis proviendrait de l'Allemagne, ça c'est intriguant ! Aujourd'hui, des éclosions sont confirmées dans ce pays européen). C'est pour cela que nous voyons des cas partout à travers le pays, une journée après que le président ai assuré à la nation que "tout est sous contrôle, nous n'avons presque aucun cas et ils récupèrent bien". La situation sera similaire au Québec et partout dans le Canada (la Colombie-Britannique est cependant agressive et teste tout le monde lié aux voyageurs infectés, mais aussitôt que la source de contagion sera déclarée inconnue, ce sera alarmant). C'est ainsi que les éclosions ont eu lieu en Italie et en Iran. Du jour au lendemain, explosion des cas et des morts. Iran semble le pire endroit, avec un taux de létalité de 8% (et cela continue d'augmenter, malgré la volonté du gouvernement iranien de cacher les chiffres). Italie est en second. En comparaison, en Corée du Sud, c'est 0.7%. Devinez quel pays banalise le virus et ses symptômes en disant just the flu bro ? Les chiffres officiels des gouvernements (j'écarte leurs critères déterminants un cas vs un non-cas, ainsi que l'absence de tests établis et toute falsification des chiffres, c'est un autre sujet) : Corée du Sud : 5766 cas, 42 morts (0.72%) Iran : 3513 cas, 107 morts (3.05%) Italie : 3089 cas, 107 morts (3.45%) États-Unis : 159 cas, 11 morts (6.92%)* Certes, il est trop tard pour arrêter la pandémie. Elle est là. On ne peut que la ralentir et on fait rien du tout. Non seulement on connaît pas le virus et ses conséquences à moyen-long terme, mais on ose le traiter comme une simple grippe de quelques jours. En tout cas, les États-Unis font exactement ça en ce moment et ils sont frappés de partout. Les maisons de retraite sont les plus touchés, mais aussi les personnes immunodéficient, les malades en général mais surtout cardiovasculaires (le SARS-CoV-2 va pas attendre avec consentement pour te filer le COVID-19, il va le faire en partenariat avec toute autre maladie dans ton corps), les personnes âgées (vous avez des familles, non ? Vos parents sont âgés, pas vrai ?), les personnes avec de l'asthme, les diabétiques, les obèses, etc. Toutes ces personnes sont plus à risque que n'importe qui et ils sont pas une minorité. C'est pas tout le monde qui est parfaitement en santé avec des poumons puissants et un cœur immortel. Ce serait bien cependant. Et parmi tous ces individus, combien pourront être assistés et maintenus en vie lorsqu'ils atteindront un état critique nécessitant une intervention humaine avec un lit spécialisé dans la respiration ? Un seul pic suffit pour anéantir le système de santé québécois et mettre à risque tout le monde. Un ou deux cas, ça se gère bien; un millier à une dizaine de milliers, on rit pu. La situation reste à suivre de près et prendre ça au sérieux. Lavez vos mains sans cesse et touchez pas vos faces. Lavez toutes les surfaces à risque et si vous avez un système respiratoire affaibli, pensez à vous procurer un masque anti-pollution, bactérien, viral (certifié N95 ou N99). Les meilleurs sont ceux avec filtre changeable. Malheureusement, les prix ont explosé. Si vous tombez malade, pour l'amour du ciel, restez chez vous et évitez d'infecter les autres. C'est plus contagieux que la grippe. Je répète : c'est plus contagieux que la grippe. Et une grippe, c'est pas un rhume. Ça fait mal. Très mal. Ce mal peut durer deux à quatre semaines et non deux à quatre jours. It's not just the flu bro, it's worst. Pour les intéressés, je vous invite à suivre le twitter de nouvelles suivant : https://twitter.com/BNODesk Ils informent très rapidement toutes les dernières informations sur les infections à travers le monde et leur lieux, ainsi que toute nouvelle pertinente (fermetures des écoles, mises en quarantaine, isolations, etc). Les sources sont offertes sur leur page principale de repérage des cas mondiaux. *J'ai mis les États-Unis, malgré le petit nombre, pour illustrer que c'est très loin d'être comme la grippe saisonnière dont le taux de létalité est de moins de 0.1%.
  12. La peinture à l'huile de Hébert James Ulysse et les Sirènes. Elle représente parfaitement les irrésistibles et pénétrantes paroles des femmes impénétrables (lire ici avec psychanalyse et symbolisme). C'est l'équivalent, pour moi, de l'appel du vide : ressentir et vivre la tentation sans jamais y céder avec l’indiscutable loyauté de ses proches.
  13. Il y a des éléments vrais dans ce qu'il raconte, seulement, c'est fichtrement anecdotique et sachant la situation relativement difficile à la circulation de l'information libre en Chine, il faut prendre ça avec très grande prudence. Déjà que je ne fais aucunement confiance en leurs chiffres sachant que le parti communiste chinois a mis en quarantaine des centaines de millions de personnes jusqu'à souder leurs portes d'immeubles et d'appartements (avec raison, la population est pas super coopérative lorsque des mesures de guerre sont implantées). Mais je dois immédiatement dire que le lien avec le VIH est faux. Pour preuve, il y a eu une étude ET une évaluation par les pairs (peer-review) à propos de l'absence du génome du VIH-1 dans le SARS-CoV-2. Il ressemble à plein d'autres, mais PAS le VIH-1. https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.01.30.927871v1 Par contre, fait intéressant, un des vaccins actuellement en essai clinique se base sur des recherches axées sur le VIH. Il s'agit du vaccin développé par GeoVax. https://www.wabe.org/a-metro-atlanta-biotech-company-is-working-on-a-coronavirus-vaccine/ Dans un autre ordre d'idées, j'ai lu ce matin un nouveau rapport médical chinois qui a déterminé la durée d'incubation chez les patients atteints du virus. L'incubation médian est de 5 à 7 jours avec un maximum de 14 jours. C'est relativement très long mais ça entre dans le temps de la mise en quarantaine implantée par les autorités à travers le monde (15 jours). https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-china/coronavirus-median-incubation-period-5-7-days-maximum-14-chinese-medical-association-idUSKBN20R14D C'est déjà plus rassurant que les cas répertoriés de près de 30 jours d'incubation. Au final, on pense qu'il s'agit de gens n'ayant tout simplement jamais respectés les requêtes d'isolation ou des hypocondriaques. J'attends que les recherches se multiplient pour vérifier ces faits (notamment celles de Corée du Sud qui semblent gérer leur shit en esti).
  14. Le même discours remâché depuis 1918.
  15. Il y a présentement des éclosions partout sur la planète. Chaque jour, plusieurs pays déclarent leurs premiers cas; à peine 24h plus tard, ils déclarent une dizaine de cas et parfois un mort. La pandémie est bien réelle et l'OMS continue à faire l'autruche avec sa ridicule tentative de "calmer les marchés". Proche de chez nous, les États-Unis ont vu leur nombre de cas confirmés passer de 1 à 100 en cinq jours. Au Canada, les tests tardent encore et les confirmations commencent à exploser. Nous avons cependant d'excellents chiffres sur le virus maintenant. Si on se fit au système de santé le plus accessible du monde - la Corée du Sud - on estime le taux de létalité à 0.5% pour le moment. C'est toujours cinq à dix fois plus que la grippe saisonnière mais nettement moins que celui en Chine. Cela signifie deux choses : Au Québec, on est vraiment dans la merde si une éclosion spontanée a lieu (un "rush") ce qui engorgerait en quelques jours les lits d'hôpitaux, le système de triage ainsi que les appareils d'assistance respiratoire. Si on gère bien ça, on peut éviter des morts inutiles causés par un trop grand nombre de malades soudains. Mais on sait pas gérer ça, malheureusement. Autre point important aussi : se laver les mains ne suffit pas. Vous devez constamment laver toutes les surfaces que vos mains touchent à longueur de journée, plusieurs fois par jour, pour prévenir d'attraper le SARS-CoV-2. Cela implique votre téléphone et son écran, considéré comme l'un des endroits les plus sales de votre quotidien à côté de votre éponge à vaisselle et votre bol de toilette. Nouvelle étude parue le 27 février 2020 dans le Journal of Medical Virology, le virus aurait un potentiel neuroinvasif en partie responsable des arrêts respiratoires des patients atteints. En résumé : Vous devez rester réveillé pour vous forcer à respirer. Si vous dormez, vous mourez car vous perdez la capacité naturelle et automatique de la respiration. Le virus peut vivre dans votre cerveau. Ainsi, après que vous soyez "rétabli", le virus peut resurgir et infecter vos poumons à nouveau. Il se cache dans votre système nerveux. La conclusion est inquiétante : On va espérer que cela demeure des cas très très rares. Cette étude se fonde sur les patients infectés de Wuhan en Chine, l'épicentre du virus. Mais puisque nous savons presque rien de ce virus, il est impératif de le traiter avec sérieux plutôt que de le banaliser comme just the flu bro. Les complications existent mais nous ignorons jusqu'à quelle mesure.
  16. Après la confirmation du cas de Montréal, il y a maintenant un fait inquiétant : un homme de 80 ans qui est revenu d'Égypte a été confirmé porteur de SARS-CoV-2 à Toronto. Égypte. Ce pays affirme n'avoir eu qu'un seul cas. C'est un nouvel épicentre et surtout fréquenté par les touristes.
  17. C'est confirmé. Il y a éclosion en Californie. 8400 personnes sont en investigation. 33 sont confirmées porteuses de SARS-CoV-2. https://www.yahoo.com/news/california-monitoring-8-400-people-195457311.html
  18. Petite correction à apporter : la virulence (R0) est maintenant de 4.7 à 7, soit l'équivalent de la variole en terme de contagion. Si une quarantaine est mise pour contrôler sa contagion, ça tombe à 3 ce qui reste toujours élevé.
  19. J'aime plutôt prévenir que guérir. J'ai déjà précisé que c'est pas la fin du monde. Seulement, ce qui me dérange beaucoup, c'est le laxisme des autorités face à cette pandémie et le manque cruel de préparation qui en résulte. Nous ne sommes pas prêts. La situation s'aggrave à chaque jour, mais j'épargne l'ensemble des détails pointilleux ici puisque c'est peu intéressant pour bon nombre d'entre nous. Notre quotidien risque de changer pour une période temporaire et j'espère que ça va pas s'aggraver pour des raisons politiques (c'est une possibilité, j'élimine rien sur la table). L'incompétence nous coûtera cher, même si vous pensez être invincibles.
  20. @Nanie Mo: https://www.jpost.com/International/Coronavirus-confirmed-in-woman-for-second-time-after-initial-recovery-618988
  21. La conférence de presse du président américain a été surréaliste. Exactement pendant qu'il vantait l'impénétrable pays de tout cas d'infection, n'en restant plus que deux, la diffusion en direct de Washington Post affiche la confirmation d'un cas d'infection n'ayant aucun historique de voyage ou de proximité de cas confirmé. La source est donc inconnue, ce qui signifie que l'éclosion est imminente. (Le lieu du nouveau cas confirmé est en Californie du Nord). "It's just the flu", disait-il. "We are #1 in the healthcare system, everything is under control".
  22. Ça, c'est pour aider au rétablissement rapidement. Cependant, ça t'immunise pas pour l'attraper encore (alors que la grippe, une fois que c'est partie, c'est partie... jusqu'à sa prochaine mutation !). Un article de nouvelle au Japon d'aujourd'hui traite justement de cette situation. Traduction Google rapide : https://www3.nhk.or.jp/news/html/20200227/k10012303391000.html?utm_int=news_contents_news-main_001
  23. Pour la énième fois, SARS-CoV-2 (le nom officiel du virus qui donne la maladie COVID-19) n'est pas une grippe. La virulence du virus est estimée à trois fois plus que la grippe saisonnière. Précisément, le premier se situe entre 1.4 et 6.49 sur le taux de reproduction (R0). Le second est de 1.3. Ça signifie que ce virus se répand beaucoup plus vite que la grippe saisonnière. Le taux de létalité du virus à couronne SARS-CoV-2 est d'au moins 2 à 3%, c'est-à-dire près de 20 à 30 fois plus que celui de la grippe est de moins de 0.1%. À titre de comparaison, la grippe espagnole qui a fait plus de 50 millions de morts en 1918 avait un taux de létalité de 2 à 3%. Le SARS-CoV-2 peut être transmis sans que le malade manifeste de symptôme (plusieurs semaines sans manifestation parfois). Le virus est contagieux dès le premier jour. C'est pourquoi il est beaucoup plus difficile à le contrôler, contrairement à la grippe saisonnière. Environ 20% des cas d'infections du SARS-CoV-2 résultent en de sérieux symptômes qui nécessitent des interventions médicales avec des machines respiratoires et des surveillances cardiaques en continue. On estime à plus de dix fois le taux d'hospitalisation que la grippe saisonnière. Les symptômes du SARS-CoV-2 peuvent persister jusqu'à un mois en comparaison à la grippe saisonnière qui s'arrête après cinq jours tout au plus et disparaît du corps. Il n'y a aucun vaccin disponible pour le SARS-CoV-2. Les vaccins saisonniers pour la grippe existent et peuvent être pris avec ou sans rendez-vous dès le début de la saison grippale. Il n'y a aucune immunité grégaire contre le SARS-CoV-2 ce qui signifie que la population mondiale peut être infectée. Absolument personne n'y est protégée. Tant que les vaccins n'existent pas, les possibilités de résurgence ou dormance de la maladie restent inconnues parce que ce virus a cette particularité de muter en permanence et rapidement (pour le mieux ou le pire). En considérant tous ces éléments, on peut le comparer à la grippe saisonnière : le SARS-CoV-2 se répand plus vite; tue davantage; est plus difficile à maîtriser; nécessite plus de ressources médicales (humaines et matérielles); sur une plus longue période de temps; n'a aucun traitement efficace; peut infecter des populations entières. Avec ces facteurs, on en comprend que le virus - si négligé et banalisé - peut engorger rapidement le système de santé d'un pays (au Québec, ce serait la catastrophe). Avec un système de santé engorgé, l'assistance médicale devient rapidement indisponible et le taux de létalité augmente en flèche. Conclusion : it's just the flu bro c'est un virus à couronne qu'il faut à tout prix ralentir la contagion. Nos infrastructures sont aucunement prêtes et nous en paierons sévèrement le prix si nous continuons à niaiser.
×
×
  • Créer...