Aller au contenu

Tovarichtch

Éboueur
  • Contenus

    5 207
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    97

Tout ce qui a été posté par Tovarichtch

  1. Fripon, garde ton compte au lieu de te créer des gimmick laides.
  2. Patience, Pesmerga. Tout est prévu, tout. Tu verras au troisième chapitre.
  3. Tovarichtch

    fellation

    Dire que TU es l'un de ce fragment de « notre » relève.
  4. J'aurais pu prendre quelqu'un d'autre et tu n'aurais probablement jamais dit ça concernant les « fantasmes ». Tu sais tout autant que moi qu'on se déteste légèrement, il n'y a aucun lien entre ce que j'écris et « mes pulsions ». Tout ce qui est écris est imaginé. Cette nouvelle se veut d'être le plus plongé dans le réalisme que possible selon une prédiction « possible », sans plus.
  5. Serait-ce une nouvelle provocation à mon égard, islamophobe Sim4444 ?
  6. Tovarichtch

    LE SITE

    « Y'est où le criss de site ? »
  7. Niveau de pertinence : 157%Niveau d'utilité : 531%
  8. http://wiki.depotoir.ca/ Voilà. Maintenant, commence ton show.
  9. irc://montreal.ca.epiknet.org:6667/#depotoir Copie-colle l'adresse dans ta barre d'adresse. Si tu n'as pas mIRC (le logiciel et variant), va sur http://www.epiknet.org/chat/ Ensuite mets ton pseudo. Puis coche le cercle tout en bas à droite et ajoutes-y depotoir Enjoy.
  10. Tovarichtch

    Les avatars

    Floyd, un avatar ! UN SEUL à ton nom !
  11. Je suis celui avec le gilet pare-balles. D'autres viendront dans la grande insurrection (que je pense que c'est ça) de cette histoire. Plus de 20 personnages au total.
  12. Ceci est un message automatisé.
  13. Réveille-matin (Chap. 1) 5h32 du matin. Réveillé en sursaut et en sueur de mon sommeil profond, j'ignore ce qui se passe : il y a un bourdonnement lourd et des tremblements de terre... non ! Des explosions distantes en rafales, c'est exactement ça, je suis certain. J'ouvre la fenêtre de ma chambre. L'horreur : sirènes d'alarme activées, hurlements, panique générale, fumées. Je crois même percevoir des éclatements d'obus au loin. Frisquet dehors, les nuages battent de plein fouet et les éclairs sont au rendez-vous avec une fine pluie. J'allume la radio : alerte générale. Message d'avertissement public en boucle : tout va mal. Les émeutes éclatent par dizaines, par centaines. Les forces de l'Ordre sont incapables de contenir les révoltes, elles ne comprennent plus ce qui se passe. Toutes ces dernières années accumulées dans la répression, où la colère s'est tue de force et la révolte fut réprimée, ont donné les motivations à l'insurrection. Tout y est. Je me dis que c'est ça, la guerre civile ; elle est enfin arrivée. Je renverse mon moniteur d'ordinateur pour ouvrir le coffre fort derrière et y prendre le matériel que j'ai préparé depuis longtemps : masque à gaz, glock 17c et 34 balles, livre de recettes anarchistes, bouteille de whisky, carnet et stylo, gilet pare-balles type II et mon précieux Coran. Je prends ensuite mon cellulaire piraté et mes allumettes qui trainent dans ma cuisine. Je mets ce qu'il faut dans le sac. Dire que je me suis endormi avec mes jeans et mon t-shirt anti-google. De grâce ! J'emmerde Google et leurs projets de lois. Je quitte immédiatement mon appartement sans verrouiller la porte. À quoi bon ? Je monte les marches pour prévenir les autres : ils sont tous partis. Ces explosions et ces sirènes d'alarme émanent tant d'adrénaline en moi que j'en tremble d'extase au point de perdre l'équilibre en courant à tout allure. Je reçois un message texte : c'est MattIsGoD. « TROUDQ VA EN BAS AU PC » (Trou du cul, va en bas au plus criss) Ce salaud de conducteur me surprend : il me vomissait son scepticisme orthodoxe et détournait le tout avec ses histoires de bières à n'en plus finir. Mais il est là, je peux compter sur lui. J'espère qu'il a pris son atlas, j'en ai vraiment besoin. Il klaxonne frénétiquement et aboie de toutes ses forces. « TABARNACK SORT DE TON HOSTIE D'TROU, Y'ARRIVENT LES CÂLISSE ! FAUT DÉCRISSER D'MONTRÉAL ! » J'ai aucune idée de qui arrivent. Stressé, je trébuche les dernières marches du bloc appartement sans me blesser jusqu'à la porte de sortie menant sur le Boulevard Saint-Joseph. J'ouvre la porte. C'est la guerre civile. Ça y est. C'est là. Je l'avais dit depuis 2004, et redit, et encore. Personne ne m'a cru ! Regardez maintenant ! 11 ans plus tard, c'est arrivé ! On m'a pris pour un fou, et je le vois maintenant de mes propres yeux ! Je l'entends, et je le sens !... ça sent très fortement la pomme, c'est pas normal. C'est du gaz lacrymogène CS. Ces ordures ! Ils l'utilisent contre leurs propres populations ! J'enfile mon masque à gaz, je refuse de prendre le risque d'être affecté par quoique ce soit. Ces chiens capitalistes ne m'auront pas ! L'exalté MattIsGoD me fait signe de la main et continue de klaxonner : quelque chose de grave se passe, plus grave qu'une simple guerre civile. Je bondis dans sa toyota corolla et il appuie sur l'accélération sans hésiter. Masqué avec ses lunettes de shérif, il panique lui aussi. Il salive comme j'ai jamais vu, et ses yeux coulent. Ça va jusqu'à sur son chandail, la bave en est blanchâtre. C'est les effets du gaz. « Tabarnack man ! Y sont partout mon gars, j'sais trop pas comment ça s'est arrivé, mais j'ai tout vu man, tout vu ! TOUTE ! - At't't't'ttend attend, t'as vu quoi ?! C'est la guerre civile, salaud ! Les insurgés sont partout ! Ils se révoltent, enfin, c'est la lutte ! C'est le moment pour-- - J'les ai vu, pis ça l'a rien à voir avec les péquenots d'Che Guevara à deux cennes super maniaques! Y sont parmi nous, ici... NOW ! - De quoi tu parle, ça fait aucun sens ! » Il contourne les affolés courant le long des rues adjacents, saccageant les magasins, criant à l'aide, cherchant un refuge où se planquer, se battent entre eux : c'est le chaos bordel ! Il y a des orateurs qui scandent que c'est la fin du monde, que tout est fini comme en 2012. Imbéciles, va ! Vous l'avez déjà assez dit, changez de disque ! Des gens vomissent, d'autres ont la nausée. J'en vois un avec le drapeau noir ! Sous le vif, je beugle « VIVE L'INSURRECTION, GLOIRE À LA RÉVOLUTION ! » sans me faire remarquer. Après tout, le chaos réduit l'ordre au néant ! « J'sais pas combien y sont man, mais y sont brights mon gars pis leur affaire marche exactement comme ils le voulaient ! Y'ont fouillé les blocs appartements, les maisons, un à un, toutes ! - MAIS QUI ÇA "ILS" MERDE, TU VAS ME LE DIRE OUI ?! » Une explosion devant nous, le pare-brise éclate, MattIsGoD perd le contrôle du volant, la voiture déraille et bascule de côté puis à l'envers. Il y a des blessés, des cris de terreurs et de désespoirs qui se font entendre. Les explosions continuent non-loin. C'est pas la guerre civile, c'est pas normal, c'est l'armée qui nous tire dessus. C'est certainement ça : je peux entendre des coups de feu venir en notre direction ! On ne sortira pas de Montréal je crois bien. MattIsGoD est inconscient. Je suis légèrement sonné, mais j'arrive à le faire sortir de là. Je le prends par mon épaule, et merde qu'il est lourd ! J'aperçois une femme masquée confuse ne sachant où aller, je lui demande son aide. Aussitôt, elle me fait un énorme sourire et sautille en ma direction. Le gaz a vraiment été aspergé partout, et je pense que cela l'a affecté ! Prenant MattIsGoD par l'autre épaule, elle me dit : « tu te souviens pas de moi ? » Non, et c'est pourtant pas le moment pour la drague ! « C'est moi, Dahut ! » Oh merde. La séductrice théâtraliste solitaire aux grandes connaissances de contrôle psychologique, redoutable espionne avec des capacités de mémoire inimaginables. Habitant depuis peu Montréal, elle virait folle à attendre que les fous ne se révoltent. Je lui dis depuis mes 19 ans : l'insurrection va et doit arriver ! J'espère juste qu'elle ne me volera pas mon whisky : son utilité est autre que dans l'estomac. Les coups de feu commencent à atteindre les insurgés aliénés dans la rue, certains tombent, d'autres se réfugient dans les bâtiments de la rue pour essuyer les tirs. C'est pire que je pensais. L'État fasciste envoie ses hommes avec des volontaires réactionnaires pour nous tuer carrément ! Je hurle. Un inconnu me répond. « ASSASSINS ! VERMINES ! SALES FASCISTES, VOTRE HEURE A SONNÉ ! - C'est pas eux, ils sont pas eux-mêmes, ils sont différents ! - C'est qui ? C'EST QUI ?! PARLE ! - Ils sont pas du gouvernement ! R'garde leur front, y'ont un symbole ! » Je ne comprends rien. Je demande à Dahut, mais elle est encore dans ses délires trauma insurrectionnels. Impossible de lui parler. Je veux éviter à tout prix d'être tué par cette horde de chiens capitalistes, ou ces maniaques au symbole, peu importe. Je dois décâlisser ! Le métro Laurier tout près, j'y fonce avec MattIsGoD gémissant sur nos épaules. Plusieurs tentent de faire de même. Les explosions s'approchent de plus en plus et deviennent de plus en plus fortes : cela doit être des tirs de mortiers. Des débris de bâtiments tombent partout. Je me dépêche en criant après Dahut de se la boucler et de courir plus vite ! La sortie du métro explose aussitôt, le bâtiment s'effondre. Je lève la tête. Des gens gueulent. « ATTENTION !!! » Trop tard : les fragments se détachent des murs et plafonds. Tout tombe sur nous... [À suivre ... si vous le voulez]
  14. Où est ta face, Poumon ? Elle manque à cette liste.
  15. Wtf ? Impossible. J'ai vérifié et Allah est gland ne s'est pas connecté depuis 8h du matin, et j'ai reçu ça voilà quelques minutes.
  16. Tovarichtch

    Les avatars

    Namida : Ton avatar est dans la catégorie « Forum » de la galerie d'avatars, à ton nom. Mac-Do : C'est vraiment laid. Il me faut une qualité d'image nette, pas flou à ce point là. Enfant Bâtard : non. Stu-Pot : Ton avatar est dans la catégorie « Forum » de la galerie d'avatars, à ton nom. Humbert Humbert : même chose. LouisXIV : même chose. Divison. : même chose. Oscar The Grouch : même chose. Just Kidding : même chose. Cradle Of Fear : non. T'en as déjà demandé un, tu le garde.
  17. Tes parents auraient don' dû penser comme toi !Oh wait ...
×
×
  • Créer...