Aller au contenu

Tovarichtch

Éboueur
  • Contenus

    5 207
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    97

Tout ce qui a été posté par Tovarichtch

  1. Dans mon temps, sur Qc64 et jXp, du monde comme toi on les traitait de nolife. T'es un cristi de nolife, Esch. Tiens, prend ton point de réputation.
  2. Esch, je veux bien te donner des points à chaque fois, mais là, arrête d'utiliser des milliards de comptes doubles. C'est de la triche ton affaire et ça dure depuis 10 ans déjà. STOP.
  3. Une nouvelle intéressante relatée par The Independent rapporte les propos d'un scientifique du climat concernant les capacités du corps humain dans les conditions extrêmes. Celui-ci affirme que les températures extrêmes poussent le corps humain à ses limites thermiques et l'empêcherait de vivre dans plusieurs régions du monde qui deviendront tout simplement hostiles. Aussitôt que la température ambiante atteint 35 degrés Celsius, le corps humain sue pour ventiler sa température corporelle et maintenir une balance. Sauf que, comme nous le savons si bien, une température ambiante avec facteur humidex qui atteint 35 degrés Celsius rend ce mécanisme de refroidissement inefficace, voir inutile. Dès lors, on ne fait que suer sans jamais réduire la température corporelle. C'est pourquoi notre corps reste très humide sans jamais se rafraîchir juste en restant debout ou en marchant quelques minutes. Résultat, peu importe l'eau qu'on boit, l'ombre sous laquelle on se place et le temps de repos qu'on fait, notre température corporelle restera élevée. Alors les conseils de Avertissement Canada lors des canicules avec humidité sont pas mal inutiles sauf pour une chose : trouvez un endroit climatisé et sec. Mais ça, tout le monde sait. Ce qui est inquiétant, c'est le reste de l'article : avec l'énergie nécessaire, nous pourrions vivre dans ces nouveaux climats extrêmes. Il suffira que d'installer des infrastructures dotées de climatisation pour garder les lieux confortables. Cependant, une coupure de courant serait fatale. En effet, cette énergie, déjà chaudement produite, sera plus vulnérable à des coupures en raison d'un - vous l'aurez deviné - surchauffage ou tout simplement par des bris matériels causés par les fortes tempêtes type ouragan. Bien entendu, au Québec, on est sauve pour l'été. Cependant, en hiver, nous aurons régulièrement des coupures de courant en raison de la température trop chaud. Les crises du verglas seront chose commune. Là où ça vient me frapper, c'est la comparaison que le scientifique fait : Sachant que les populations ne se déplaceront pas au complet vers le nord et que beaucoup resteront dans les nouveaux lieux désertiques aux climats extrêmes, il faudra maintenir ces populations fonctionnelles. On crève plus vite de chaud que de soif, je tiens à le préciser.
  4. Moi aussi @Abereau. Ce qui est encore plus effrayant, c'est que ceux-ci orientent le futur de notre planète et la survie de nombreuses espèces, incluant la notre. Il ne s'agit pas ici que d'un déni, dans ton salon climatisé, en maudissant les gogauchistes fin-du-mondistes. C'est plutôt des gens qui ont une force politique réelle avec des structures et des mécanismes qui ont un impact bien concrets. Des PDGs, des gouvernements, des entreprises productrices de détritus très polluants. Tous les scientifiques sur cette question nous presse à agir rapidement et radicalement, chose qui rentre en contradiction avec les climatosceptiques et les organisations orbitant autour. On peut simplement penser aux conservateurs, aux libéraux et populistes. Quand les plus grandes réalisations nationales sont ... le retrait de pailles en plastique, on est dans une commedia dell'arte à la différence qu'il y a un énorme malaise. Bien franchement, je crois que tout acte délibéré contre la préservation, conservation et l'amélioration de l'environnement devrait être érigé au statut de crime contre l'humanité. Rendu là, nous sommes en train de créer notre propre extinction, avec celle des autres espèces tout aussi dépendantes que nous mais beaucoup moins aptes à s'adapter. On devrait rendre ces actes passible de travaux forcés dans les grands déserts et océans pour y construire des fermes de panneaux solaires et éoliens afin de garantir la survie de notre espèce dans des conditions relativement confortables. Car oui, nous allons survivre à ces changements, même à +10 degrés, cependant, nous vivrons entassés comme des sardines avec rationnement d'eau et nourriture. C'est pas ce que j'appelle des "conditions relativement confortables".
  5. En bonus : une étude est sortie aujourd'hui aux États-Unis. En étudiant les températures très chaudes du sud-ouest américain, elle affirme que des températures au-delà de 37 degrés réchauffent suffisamment la chaussée pour causer des brûlures au second degré en l'espace de deux secondes. Une chaussée sous 44 degrés peut atteindre jusqu'à 64 degrés Celsius sous le contact direct des rayons du soleil. Certaines chaussées n'ont pas cette résistance et fondent littéralement. C'est ce qui s'est produit par exemple au Koweït (pays voisin de l'Irak) où la chaussée du parc de stationnement a fondu sous 50 degrés et a englouti avec lui le pneu d'un camion lourd.
  6. Une forte canicule originaire du désert du Sahara a soufflé cette semaine sur l'Europe occidentale. Paris comme Berlin ont vu leur thermomètre dépasser les 40 degrés (lire ici : sans humidex), fracassant de nouveaux records de chaleur et mettant en alerte l'ensemble des territoires. Le mois de juillet 2019 deviendra le mois le plus chaud jamais enregistré. On entend ça trop de fois ces dernières années et ceci deviendra tout simplement la norme : des étés plus chauds et plus longs. Cette masse de chaleur ne s'évacue assez rapidement dans l'atmosphère et à l'extérieur de la planète. Cela reste cloué au sol, d'abord avec la pression atmosphérique, puis les infrastructures (les routes, les bâtiments, les trottoirs) et enfin les gaz à effet de serre. Ce cocktail emprisonne la chaleur et la force à se déplacer sur de très longues distances jusqu'à ce qu'elle puisse s'échapper en dehors de la planète. C'est ce qui se passe actuellement et c'est... indescriptible. La canicule qui a traversé l'Europe est désormais rendue dans l'Europe du Nord. Les villes de Suède, de Finlande et de Norvège ont vu leur température au-delà de 35 degrés, soit près de 15 degrés au-dessus de la moyenne. Il fait si chaud que les nuits sont tropicales, c'est-à-dire minimum 20 degrés. Les températures nocturnes oscillent autour de 24 degrés. Pour vous donner une idée, le corps humain a besoin d'une température ambiante entre 15 et 19 pour dormir sans inconfort. C'est pas comme si la climatisation était chose courante dans ces pays nordiques. Mais ça ne s'arrête pas là. Cette masse de chaleur, incapable de quitter la planète, va demeurer à l'intérieur et se déplacer selon les courants d'air. Elle se dirige actuellement ... au Groenland. La canicule menace la calotte glaciaire qui est rattachée à l'Arctique. Après avoir ravagé les champs moissonnés en Europe (lire ici : les champs d'blé), et nourrir des algues bleues dans les lacs de Scandinavie, elle va accélérer la fonte glaciaire dans le Pôle Nord. Les températures vont dépasser de 15 à 20 degrés la moyenne estivale. Comme je l'ai noté dans un précédent message, la fonte glaciaire affecte directement la climatisation de la planète, mais aussi les courants massifs d'eau salines qui sont troublés par les eaux douces, résultant dans une altération dans la température, de la biodiversité mais aussi dans le niveau des océans et mers. La fonte glaciaire est sérieusement inquiétante et ça s'empire à chaque année. C'est probablement la chose la plus dangereuse qui puisse survenir puisqu'elle permettrait une désertification généralisée sans possibilité de la combattre. De plus, ces glaciers ont emprisonnés pas mal de résidus radioactifs mais aussi de carbone dont la quantité est comparable à ce qui est actuellement présent dans l'atmosphère. La cadence ne ralentie pas, bien au contraire elle accélère : Attendez-vous à des températures extrêmes de plus en plus fréquentes. Ce sera la nouvelle norme.
  7. Il l'a été. Ils se sont communiqués en privé. C'était suite à ces mots : @xdrox voulait pas le perdre () alors il a proposé de le syndiquer pour qu'il reste. Mais les choses se sont pas déroulées comme prévu.
  8. Funfact : je suis membre fondateur du Parti Populaire du Canada. J'ai même le certificat avec la signature de Maxime Bernier !
  9. On va aller droit au but : je donne des points à tout le monde pour tous vos messages mis ici. Gracieuseté de ma part. Si vous souhaitez un emoji à la place d'un like, précisez lequel. Je me fiche de ce que vous écrivez, chaque message sera systématiquement liké. Oui, même toi et tes messages.
  10. Oh oui, montre-moi ton mollet nude. Tu connais tes termes dis donc ... t'as travaillé dans un sex shop? Ou alors ...
  11. Quelqu'un fait pas sa job ici. Il sait que je parle de lui.
  12. Notre géographie est unique dans le monde : nous avons une proximité avec l'eau et nous possédons l'une des plus grandes réserves d'eau douce au monde. L'écrasante majorité de cette eau provient du nord (baies de James, océan Arctique, golfe du Saint-Laurent, etc.) et se déverse partout dans la province. Pas pour rien que nous avons plus d'un demi-million de lacs et plusieurs milliers de rivières. Ces courants d'eau sont en partie exploités par Hydro-Québec et ses barrages qui reconfigurent un peu la carte en bloquant certains cours d'eau. Unique ça affecte la faune, le climat, la fertilité terrestre, la production alimentaire, etc. Le problème est que ces barrages créeront d'autres cours d'eau qui vont inonder certaines places en raison de la fonte glaciaire arctique accélérée, mais aussi d'un accroissement des feux de forêts responsables de la retenue de ces eaux. À cela s'ajoute les précipitations plus nombreuses et plus fortes que jamais. Jusqu'à présent, les dégâts ou débordements étaient marginaux. Avec l'urgence climatique, cette marginalité devient la norme. Gros avantage par contre : cela permettra à Hydro-Québec de créer davantage de réservoirs et de barrages pour contenir ces eaux qui généreront encore plus d'électricité pour nos voisins du sud ayant besoin de climatisation ! Enfin, ça c'est si Hydro-Québec s'adapte rapidement ... Les changements sont plus rapides au Canada pour la raison suivante : effet de serre. Les fontes glaciaires accélèrent le réchauffement de l'eau, mais aussi de tout le territoire canadien qui, cachée sous la glace, ne retient aucune lumière, mais si découverte par la fonte glaciaire, s'affiche très sombre et reflète davantage de chaleur. À cela s'ajoute le nivellement es eaux et font apparaître de nouveaux cours d'eau qui deviennent littéralement des génératrices de chaleur. Les gaz qu'on produit empêchent la chaleur créée par le soleil de s'échapper dans l'atmosphère et la quitter. De ce fait, ça crée un cycle infernal de réchauffement accéléré. Si, entre les canicules, on a des températures douces, c'est justement à cause du froid arctique. C'est notre climatiseur naturel ! Le contraire se produit avec les déserts qui agissent comme des miroirs géants qui gardent absolument zéro la chaleur. Elle ne fait que se déplacer selon les vents et c'est exactement ça qu'on récolte : l'effet de serre du désert américain en pleine gueule, jumelée avec le réchauffement des eaux qui créée une insupportable humidité. Avec la pression atmosphérique, la chaleur reste au sol. Au Canada, la température moyenne a monté de 2 degrés en moins d'un siècle alors que la moyenne globale a monté proche de 1 degré en 125 ans. Ça nous affecte deux fois plus vite que partout dans le monde.
  13. Je ne suis pas 100% certain. J'évacue cependant la thèse de l'IP, ça veut strictement rien dire : on peut avoir un VPN québécois en deux cliques et paraître en mouvement à travers le Québec. Je pourrais écrire un message en direct d'Abitibi. C'est facile. Par contre, ce bonhomme a déjà fait un enregistrement audio jadis, mais il est effacé aujourd'hui. Certaines personnes pourront se souvenir de l'enregistrement audio et témoigner du contenu, à savoir si c'est Esch ou s'il est en lien avec lui. Bref, tant mieux si ça l'amuse. I don't care.
  14. Ta question est très juste et cela dépend des territoires. En effet, les deux présentent une menace similaire. Si nous limitons la hausse de température moyenne globale, alors les inondations seront un problème. Sinon, si ça s'accélère davantage, il sera plutôt question de désertification. Le gros problème de l'urgence climatique est qu'on arrive pas à prédire correctement. La situation évolue si vite que les calculs doivent changer tout aussi vite : c'est un effet d'accélération. Malheureusement, ça nous dépasse beaucoup beaucoup beaucoup trop vite. Je n'insisterai jamais assez sur le mot "beaucoup". Pour ma part, je crois que l'humanité, dans son ensemble, est davantage menacée par une désertification que les inondations pour la simple raison que la majorité des terres ne sont pas à proximité de l'eau et que les courants seront réduits aux alentours de l'équateur terrestre. Pour te donner une meilleure idée, je mets l'image suivante qui estime approximativement le meilleur scénario, en 2100, si nous atteignons et limitons la hausse à +4 degrés. (Il s'agit du scénario le plus optimiste parmi tous ceux projetés pour 2100 si la tendance se maintient). (Clique pour agrandir) On peut y voir une désertification massive à travers la planète où les populations migreront massivement au nord (ou au sud, à certains endroits). Celles qui ne pourront se déplacer devront vivre continuellement dans des étuves urbaines, avec une très forte croissance des dépenses énergétiques. Les lieux déserts serviront à produire cette énergie, si tout va bien, pour alimenter les besoins de tout le monde, notamment la climatisation et la production alimentaire. Bien sûr, on aura encore des écervelés qui vont brandir des slogans anti-immigration, mais personne ne pourra les arrêter et on devra apprendre à vivre entassés pour de vrai. Si t'es riche, tu es sauve. Autrement ... bonne chance. Il est dit que Madrid, dès 2050, aura le climat de l'Irak.
  15. Tu fais une très grave erreur d'écrire ces mots. Il s'agit d'une transformation globale et totale de l'ensemble de l'humanité mais aussi des écosystèmes qui recouvrent la planète. Je sais que pour certains, un monde post-apocalyptique les fait fantasmer. On le voit tout le temps avec les deux dernières décennies où les films, jeux vidéos et littératures autour de la fin du monde font beaucoup de profits. Cependant, contrairement à cette fiction très souvent partielle, tu es confortable chez toi, tu peux prendre une pause quand tu veux, tu peux tourner la switch à off et passer à autre chose. Cependant, cette urgence climatique s'installe. Les nouvelles réalités climatiques sont là pour rester durablement et bouleverseront au grand complet nos activités. Ensuite, il n'existe aucune place sur la planète qui soit à l'abris de ces transformations. Autant dans les montagnes que sous l'eau, l'urgence climatique façonnera un nouveau monde encore méconnu mais hautement terrifiant non seulement pour nous, les humains, mais aussi pour toutes les espèces vivantes, c'est-à-dire : les plantes, les vertébrés et les animaux. Finalement, à défaut de pouvoir t'adapter à cette nouvelle réalité dans le milieu où tu es, tu risques de tout simplement souffrir avec de nouveaux risques jamais encourus, surtout pour nous au Québec. Pour te donner une courte idée, en 2050 avec +3 degrés, vivre avec un climatiseur deviendra obligatoire pour passer ton été, ce qui fera exploser ta facture d'électricité. L'eau sera rationné en fonction de la capacité de payer. Les canicules seront plus longues et plus chaudes : des journées au-delà de 30 degrés seront la nouvelle norme (on estime à 50 jours par année). Tes animaux de compagnie vont beaucoup souffrir. Le sud québécois sera victime de la désertification qui a déjà débuté aux États-Unis et qui grimpe anormalement vite vers le nord. De nouvelles maladies et des espèces, jusqu'alors inconnues ici, font leur apparition, chassant les espèces traditionnellement établies (!). Les territoires de ces espèces (plantes, insectes, animaux) sera réduit de près de 30% Les maladies du sud américain viendront s'ajouter à une longue liste d'infections incontrôlables en raison de la surpopulation sur la métropole et ses périphéries. La prolifération des insectes pour les tiques (dont une majorité portant la maladie de Lyme) et les punaises (autant de lit que diaboliques) viendront ronger notre sommeil et nos récoltes. (Fun fact : j'ai écrasé une punaise diabolique, à Montréal, à l'entrée d'une épicerie. L'odeur était insupportable, caractéristique de cette espèce). Le tourisme se fera dans le nord québécois : la Floride sera trop dévastée et bouillante pour y faire un séjour d'une semaine. On parlera de "vacances dans le nord" où le climat sera doux et confortable. L'hiver deviendra court et relativement chaud, malgré les journées de tempêtes qui se transformeront rapidement en déluges. La Gaspésie sera un choix par excellence, mais pas les Maritimes, trop à risque d'inondations. Montréal portera le nom ironique de "ville étuve", encore très mésadaptée aux changements climatiques. Durant l'été, chaque rue sera aussi chaude que ton four laissé ouvert dans ta cuisine : ce sera inconfortable et désagréable de simplement marcher sur le trottoir. La chaleur en provenance des tuyaux d'échappement des climatiseurs mais aussi du réchauffement de l'asphalte par le soleil te motiveront à limiter tes sorties. La pollution de l'air deviendra normale et il faudra envisager porter un petit masque à bouche avec un petit filtre, mais ça n'empêchera pas de sentir l'odeur des poubelles des restaurants rongées par les rats et les cafards et qui, sous la canicule, pourront te donner la nausée. Mais t'en fais pas, de nouveaux produits existeront : des vestes climatisés pour une centaine de dollars seront très populaires sur le marché. Les réfugiés climatiques seront la norme et viendront principalement du Méxique et des États-Unis. Ils vivent désormais pour une majorité d'entre eux avec près de 5 mois de canicule par année, affectant récoltes, déplacements, activités sportives et productivité. Cela veut concrètement dire que ton café deviendra une denrée rare d'au-delà de 5$, tout produit à base de blé comme les pâtes, le pain et les pâtisseries deviendront une exclusivité canadienne, tes sushis (le riz et le poisson) n'existeront plus à un prix accessible, ton burger sera principalement végétarien et végétalien puisque l'élevage coûtera trop de vies animales lors des canicules, tes légumes favoris quadrupleront leur prix. Tu vas principalement manger des trucs à base de soya, de noix et de tofu. Si tu aimes le lait, faudra doubler les dépenses. Si tu n'aimes pas la bouffe végétarienne, il faudra alors penser à t'intéresser aux insectes. Il n'y aura plus que trois saisons : court hiver (nommé aussi long automne), long été caniculaire et doux printemps rempli d'intempéries. Une partie de Montréal, de Drummondville, de Trois-Rivières et de Québec seront sous le niveau de la mer. Des dépenses en milliards seront mises pour hausser les digues. Des villages disparaîtront, d'autres apparaîtront. Est-ce vraiment ce que tu as envie de vivre, à tous les jours, voyant que cette situation empire ? J'écris cela parce que la situation ne s'améliore pas assez radicalement, les émissions de GES continuent à augmenter drastiquement quoiqu'en disent les autorités. Cela fait plus de 40 ans que les scientifiques nous préviennent que le réchauffement climatique est en cours. Actuellement, nous ressentons les effets des émissions des années 80. @Gamin l'a bien souligné avec l'étude des 100 compagnies qui produisent 71% des GES. Il a oublié de souligner qu'il s'agit des GES en provenance de la combustion de fossiles (c'est essentiellement de brûler des ossements de dinosaures pour en faire du carburant). Ça exclut l'écrasante production alimentaire qui n'a pas recours au pétrole. Ces compagnies n'ont pas vu à la baisse leur productivité, bien au contraire ! Alors ce que tu vas vivre en 2050, tu vivras pire en 2080 si tu es encore vivant avec toutes tes dents. Vulnérable, tu seras plus prompt à suffoquer, avoir des nausées et perdre connaissance si tu es trop longtemps exposé au soleil, à la pollution ambiante et l'extrême chaleur humide. Si tu te fais emporter par des inondations lors de tempêtes torrentielles, tu risques d'être incapable de nager pour te sauver. C'est pas du cyberpunk à la belle esthétique qui s'en vient; c'est littéralement l'enfer sur terre. On est pas prêts, on est pas adaptés. Ça va frapper très fort et surtout très vite. Mais au moins, la nuit, tu pourras dormir au frais avec ton climatiseur après avoir englouti ton bol d'avoine au lait de soya.
  16. Tovarichtch

    Le cringe

    On s'en fout @Goéland, laisse les enfants jouer, c'est leur seul jouet après tout. Surtout passé la trentaine.
  17. Il modifie environ 60 fois ses messages, même un an plus tard. Peut-être qu'on devrait abolir la fonction ? Vu que certains en abusent.
  18. @1984: c'était qu'un exemple, le modèle est spécifique aux DVD. Je veux pas ça. C'est coûteux et peu pratique. Il me faut dans la même époque juste digital (carte SD). Exemple grossier : https://www.ebay.com/itm/Sony-Handycam-DCR-S44-Camcorder-Carl-Zeiss-60X-optical-zoom/383036989715?epid=99992346&hash=item592ec8a113:g:X38AAOSwJ1xdIMVq C'est juste que je veux passer par les gens ici avant de m'essayer sur Ebay ou Kiijiji. Normalement, ces caméras dépassent pas 100$ pour les années 2000.
  19. Too old. Merci quand même ! Pour les curieux, c'est genre ça que je recherche :
  20. @1984 : je te paye le shipping (si c'est ce que je recherche) ! C'est pour un projet d'art. Ça implique rien de sexuel ou de violent, je rassure tout le monde. C'est que les nouveaux appareils offrent pas la qualité visuelle que je recherche et les modifications par logiciel en sont pas assez fidèle. Il me faut vraiment le "old school image".
  21. Tovarichtch

    Le cringe

    Certaines personnes prennent trop au sérieux le forum, mais surtout les émojis. (Par ailleurs, @xdrox, tu l'avais déjà retiré l'année dernière pour cause d'utilisation abusive.)
×
×
  • Créer...