Aller au contenu

AmBITCHious

Éboueuses syndiquées
  • Contenus

    1 937
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    40

AmBITCHious a gagné pour la dernière fois le 14 mai

AmBITCHious a eu le contenu le plus aimé !

Réputation

2 683 Exemplaire

À propos de AmBITCHious

Informations

  • Sexe
    Féminin
  • Lieu
    Montreal

Ailleurs sur la toile

  • PSN
    meonly_1

Mes derniers visiteurs (fouineurs)

9 357 visualisations du profil
  1. DESIGN HUMAIN

    Voilà,
  2. Comment vous sentez-vous présentement ?

    C'est pas tout à fait faux, mais ce n'est pas tout à fait vrai non plus. 1) Puisqu'il s'agit d'un travail où il n'y a pas de législation, c'est sur une base volontaire que les TDS assistent à des ateliers, mais oui plusieurs ateliers sont offerts que ce soit comment dirty talker, a comment screener, faire ses impôts ou encore dépistage de groupe, il y a plusieurs formation, atelier offerts. C'est bien organisé pour vrai. 2) Encore une fois beaucoup de TDS travaillent en équipe également. Beaucoup voyage en groupes, ou reçoivent dans un même bloc appartement où il y a plusieurs incalls. Je persiste à croire que ce n'est pas le boulot le plus dangereux, et je parle pas de la prostitution de rue ici, ca, oui je te l'accorde, c'est autre chose. Dans les blessures de travail, tu as des mals de dos, de cou chronique ou des tendinites. C'est rien comparé à d'autres jobs. Dans les dangers, les TDS de rue sont les victimes préférés des Serial Killer vu qu'elles sont souvent isolés. On pourrait dire qu'il y a danger d ITS, mais c'est assez rare, elles sont très bien encadré. Celles qui travaillent le soir sont p,us à risque d'être en contact avec des personnes intoxiqués ce qui peut être potentiellement dangereux, mais ce sont généralement des filles d'agences donc EN THÉORIE, les muscles sont dans la voiture. Le danger en soi c'est l'isolement, c'est pourquoi twitter, Facebook, les forums, les organisations, les coopératives sont si importantes. Et pourquoi une decriminalisation et une légalisation sont souhaitable.
  3. Comment vous sentez-vous présentement ?

    Bin oui Ecce, On va en rajouter une autre couche de victim blaming, parce que crois moi, je me blame sans cesse. C'était ma faute... J'étais de plus en plus comfortable, trop comfortable. J'ai baissé ma garde et je n'ai pas screené ce client, j'ai mal fait ma job, j'en ai payé le prix. Je continu a croire que c'est pas plus dangereux que de travailler dans la construction. J'ai toujours un pieds dans l'industrie grace a mes contrats photos, et non ce que j'ai vécu ce n'est pas fréquent, du moins pour les TDS qui sont privilégières. Je ne suis pas hypocrite, mon trauma ne vient pas de la job, bien qu'il y soit a jamais lié.
  4. Comment vous sentez-vous présentement ?

    Je comprends pas trop ou tu veux en venir, je considère toujours qu'il s'agit d'un travail legitime... J'pense que tu lis ce que tu veux bien lire. Pis comme d'hab tu fais aucun sens.
  5. Comment vous sentez-vous présentement ?

    Le victim blaming c'est réel, j'suis quand même heureuse qu'on aborde de plus en plus cette problématique. J'avais une thérapeute, mais elle est partie en congé de maternité, nos sessions m'ont beaucoup aidé mais je dois absolument retrouver quelqu'un des que j'aurai déménagé. Y'a des passes plus rough...
  6. Comment vous sentez-vous présentement ?

    Lorsque c'est arrivé j'étais à Vancouver, j'étais trop débousolé et j'avais peur. Peur qu'on me juge, peur qu'on me serve le " une pute ca ne peut pas se faire violer " Le lendemain je partais pour Calgary, ensuite Edmonton pour finir par Las Vegas ou j'ai découvert que j'étais enceinte. Avec le recul, j'aurais dû prendre un billet d'avion direction chez moi, mais j'avais passé tellement de temps à planifier cette tournée que je me suis fermé, j'me suis répétée que il n'y avait rien de valeur dans ma chatte et qu'au finale, quelques tapes sur la yeule ca tue pas personne. Je crois que j'étais en mode déni, en mode survie. Quand je suis enfin rentrée, j'ai passé 2 semaines dans le noir, a dormir, j'étais épuisée. Mes parents m'ont aidés, mais j'ai eu droit aux remarques du genre : Vu ton métier c'est pas surprenant et j'y ai cru, je me suis mise à avoir peur. Peur de ce qui pouvait m'arriver à moi. Je crois au Karma.
  7. Comment vous sentez-vous présentement ?

    Not so good... J'me suis jamais vraiment épanchée sur pourquoi j'ai quitté l'industrie pour devenir photographe. La veritė c'est que j'avais pas trop l'choix, long story short, je me suis fais violée par un client, c'était pas mon baptême d'abus mais c'était tellement violent que ca ma laisser avec un PTSD, j'étais incapable de faire mon travail sans avoir peur, l'intimité et la vulnarabilité c'était trop difficile. Pour n rajouter, jsuis tomber enceinte, ca été la goutte qui a fait déborder le vase. Aujourd'hui je deal avec beaucoup de problèmes, j'ai été chanceuse de pouvoir trouver une passion qui me permet de gagner ma vie. je pense pas que j'aurais pu retourner avec une job de 9 à 5 après la vie de jet set que j'ai mené. Mais criss que je m'ennuie de moi-même. Je ne me reconnais plus, mon chum a jamais connus la Ariane d'avant, juste la folle dépressive avec ses hauts et ses bas. Je m'ennuie de moi et ca me tue.
  8. Venez nous montrer vos talents de photographe !

    Ma cliente de hier avait l'air d'un ange
  9. La fidélité

    Exactement, la fidélité c'est une entente entre deux personne. Ton corps et ce que tu en fais, ne regarde que toi, toujours, aucune exception. Seulement lorsqu'on a une entente au sein d'un couple, c'est pas tant l'acte (sexuel ou émotionnel) qui est symbole de trahison, mais le secret et les non dits. L'infidélité ce n'est pas le plaisir éprouvé en la compagnie d'un autre, mais le mensonge qui s'en suit. Si vous avez une entente, vous avez un contrat, un bris de contrat, dans tout, ca peu coûter cher. C'est pour ca qu'il vaut mieux avoir une bonne conversation comme la mentionné Koala. Mais n'associe pas l'infidélité aux plaisir charnels, c'est de la bullshit, ton corps, c'est le tiens et ce même en couple, tes choix sont les tiens, soit seulement consciente des répercussions... On trompe pas quelqu'un en ayant des rapports intime avec autrui, on trompe quelqu'un lorsqu'on ne respecte pas l'entente de départ. La trahison a toujours un prix. Tu ne peux pas changer les choix que tu as fais, seulement les accepter, avoir des inconnus jaser sur le sujet, ne te réconfortera pas dans ta décision, pas sur le long terme...
  10. 1 post 1 photographe

    Vivian Maier
  11. Aimer son travail

    1000$ par semaine c'est seulement 52 000$ par année, c'est peu... Alors non je ne travaillerais pas bénévolement... J'continuerais d'offrir des shoots bénévolement comme je le fais une fois par mois pour les personnes qui n'ont pas les moyens de se payer mes services. Si c'était 1000$ par jour, à vie. Alors la c'est différent. Je continuerais la photo, absolument. Mais encore une fois je ne voudrais pas supprimer l'aspect monétaire, pas pour l’appât du gain, mais parce qu'en photo, les clients qui ne paient rien, sont souvent des clients super difficiles, ou qui ne respectent rien; retard, no show, etc. C'est sur que je pourrais me concentrer sur des projets qui me parlent vraiment, je ferais sans doute moins de boudoir et j'engagerais quelqu'un pour dealer avec les bookings, les emails, etc, tout ce que je n'aime pas de mon travail. Je voyagerais sans doute plus, mais toujours dans l'optique de faire de la photo. J'suis un peu de celle qui parle toujours de leurs job, j'adore ce que je fais, j'veux dire c'est ma passion. Mais comme tout le monde, j'ai des bas et des hauts, il y a des aspects, comme dealer avec certains clients qui me tue et me fais absolument chier. Pis encore, je ressens énormément de stress, et comme mon bureau est également ma maison, je ne peux pas vraiment laisser la job, à la job... Mon emploi occupe alors toujours mes pensées, et ca c'est un peu lourd. La conciliation vie familiale et travail, c'est pas évident.
  12. Le sujet dont tout le monde se câlice

    C'était une photo de Charlotte, une de ses photos de casting que je lui ai fais. ´est la version avec le filtre. C'est over exposed et beaucoup trop saturé... Versus la vraie.
  13. Le sujet dont tout le monde se câlice

    Un vrai travail ? Pardon ? Mon travail est aussi vrai que le leur. Fuck off.
  14. Venez nous montrer vos talents de photographe !

    Merci, je suis tes conseils, ca m'aide ÉNORMÉMENT de décider d'une teinte et de travailler l'idée.
  15. Le sujet dont tout le monde se câlice

    J'ai écris 2 emails, la modèle leur a écrit aussi. Ils s'obstinaient, j'ai eu gain de cause en les menaçant de les poursuivre, ils viennent de me répondre.
×