Aller au contenu
Sikaneba

L'amour fusionnel

Déchet(s) recommandé(s)

On qualifie l'amour fusionnel comme étant une relation amoureuse où les partenaires vivent continuellement l'un pour l'autre. Bref, c'est un type d'amour qui amène les protagonistes à perdre leur personnalité réelle parce qu'ils deviennent complètement dépendants de l'autre. C'est un type d'amour qui demande énormément de compromis puisqu'il est impossible de toujours combler les besoins, les envies et surtout les attentes de son ou sa partenaire. Survient alors des frustrations qu'on étouffe, encore une fois, pour ne pas déplaire à l'autre.

Dans les couples fusionnels, les individus ont tendance à laisser tomber et à oublier des passions qu'ils avaient, des activités qu'ils appréciaient, et même des amis(es) de longue date, car en finale, ça ne convenaient pas à l'autre, ou pire encore, ça lui déplaisaient royalement. D'ailleurs, il n'est pas rare d'entendre ces personnes qualifier leur amoureux comme étant leur "tendre moitié". Or, comment deux individus entiers et complets peuvent-ils devenir des moitiés sous prétexte qu'ils sont en couple? Est-ce que l'amour signifie systématiquement qu'on doive renoncer à qui nous sommes vraiment et à ce que l'on aimait avant que ce couple existe?

Discuss.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, en amour on n'a pas à s'aliener en l'autre, c'est néfaste, mais là tu parles d'amour fusionnel donc le theme est il "que pensez vous de l'amour fusionnel ?" ou "que pensez vous que l'on doit/peut conceder par amour?"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le sujet peut prendre différentes tangentes autour du thème.

Ce que vous en pensez?

Avez-vous déjà vécu une relation du genre?

Est-ce que l'amour fusionnel peut découler d'un trouble psychologique?

Bref.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que les gens avec un manque d'amour et un manque de confiance peuvent plus facilement tomber dans ce cercle vicieux.

Généralement, les gens qui sont en couple et qui restent indépendant et maitre de leur destiné sont des gens bien dans leur peau.

Du moins, c'est ce que j'en pense.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De par mon expérience, quand une relation se développe de cette manière, c'est souvent de la faute de la femme. Celle-ci, largement influencée par les soaps et les émissions à l'eau de rose (ou encore par les films romantiques de Disney pour enfants), va considérer la relation fusionnelle comme l'idéal à atteindre. Pour elle, si le conjoint n'est pas prêt à faire tous les sacrifices qu'elle désire pour le couple, c'est qu'il y a un manque d'amour.

Bref, je blâme la télévision qui inculque une fausse image du couple idéal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De par mon expérience, quand une relation se développe de cette manière, c'est souvent de la faute de la femme. Celle-ci, largement influencée par les soaps et les émissions à l'eau de rose (ou encore par les films romantiques de Disney pour enfants), va considérer la relation fusionnelle comme l'idéal à atteindre. Pour elle, si le conjoint n'est pas prêt à faire tous les sacrifices qu'elle désire pour le couple, c'est qu'il y a un manque d'amour.

Bref, je blâme la télévision qui inculque une fausse image du couple idéal.

Tu me fais réfléchir et prendre du recul, et c'est bien vrai. Les femmes aiment les comptes de fées. ( Je parle de ce que je connais. )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je veux pas péter votre bulle les gars, mais un couple, ça inclut deux personnes. Y a des filles dépendantes affectives comme y a des gars qui ne peuvent plus faire quoi que ce soit sans leur blonde une fois qu'ils sont en couple. J'ai vu trop de mes chums tomber dans cette catégorie pour penser que c'est seulement la fille le problème.

Si une des deux personnes étouffe l'autre, c'est à cette dernière de savoir tracer les limites et montrer clairement ce qu'elle est prête à accepter. Un gars qui endure pendant plusieurs mois/années une relation qui ne le satisfait pas, c'est son problème.

D'ailleurs, il n'est pas rare d'entendre ces personnes qualifier leur amoureux comme étant leur "tendre moitié". Or, comment deux individus entiers et complets peuvent-ils devenir des moitiés sous prétexte qu'ils sont en couple?

Là où je suis pas d'accord, c'est que tendre/douce moitié peut aussi être un mot doux comme un autre. Il ne faut pas nécessairement le prendre littéralement. Même si c'est clair que pour certain, ça traduit bien leur réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je veux pas péter votre bulle les gars, mais un couple, ça inclut deux personnes. Y a des filles dépendantes affectives comme y a des gars qui ne peuvent plus faire quoi que ce soit sans leur blonde une fois qu'ils sont en couple. J'ai vu trop de mes chums tomber dans cette catégorie pour penser que c'est seulement la fille le problème.

Si une des deux personnes étouffe l'autre, c'est à cette dernière de savoir tracer les limites et montrer clairement ce qu'elle est prête à accepter. Un gars qui endure pendant plusieurs mois/années une relation qui ne le satisfait pas, c'est son problème.

Là où je suis pas d'accord, c'est que tendre/douce moitié peut aussi être un mot doux comme un autre. Il ne faut pas nécessairement le prendre littéralement. Même si c'est clair que pour certain, ça traduit bien leur réalité.

C'est sur que ça peut aller d'un côté comme de l'autre, par contre je parle de ce que je connais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma réponse à l'amour fusionnel se retrouve dans le slogan des nationalistes fédéralistes québécois: «un Québec fort dans un Canada uni». (Je n'essaie pas de dire que les indépendantiste prônent le célibat.)

La Confédération du Couple (1867) ne doit pas noyer les distinctions des deux personnes qui la composent. Ce que l'un fait culturellement ou économiquement n'a pas à être subordonné à l'autre ou au dominion qui les unit. Il y a évidemment des compromis bien mesurés qui doivent être faits autant par François (prénom fictif) que par Mary-Angle (prénom fictif) (par exemple, qui doit payer pour la visite de la belle-reine-mère? Parce que les comptes communs, non merci), sinon l'un ou l'autre sera tenté de se séparer.

...

Je pense comme Athos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De par mon expérience, quand une relation se développe de cette manière, c'est souvent de la faute de la femme. Celle-ci, largement influencée par les soaps et les émissions à l'eau de rose (ou encore par les films romantiques de Disney pour enfants), va considérer la relation fusionnelle comme l'idéal à atteindre. Pour elle, si le conjoint n'est pas prêt à faire tous les sacrifices qu'elle désire pour le couple, c'est qu'il y a un manque d'amour.

Bref, je blâme la télévision qui inculque une fausse image du couple idéal.

Je crois que tu sous-estime la féminisation des mâles dans notre société (normal quand on est un Mâle Alpha ;) ). Très nombreux sont les hommes féminisés qui souhaitent le genre d'amour comme tu le décris.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Là où je suis pas d'accord, c'est que tendre/douce moitié peut aussi être un mot doux comme un autre. Il ne faut pas nécessairement le prendre littéralement. Même si c'est clair que pour certain, ça traduit bien leur réalité.

Dans ce cas, je suis bien d'accord avec toi. Mais je parlais surtout de ceux et celles qui croient vraiment que l'autre est leur moitié. Comme si sans leur partenaire ils devenaient une moitié d'homme ou de femme.

Sinon, on s'entend que n'importe quel mot peut devenir un mot doux selon le contexte. Même des mots comme "poufiasse" et "salaud" peuvent avoir une connotation savoureuse selon la complicité du couple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À mon avis, dans la plupart des cas, si "amour fusionnel" il y a, ça se dissipe avec le temps. C'est simplement la première phase du couple. Certains la vivent plus intensément que d'autres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est à croire que certains ne lisent qu'au premier degré.

C'est à croire que certains braillards qui viennent de rompre avec une fille "étouffante" maîtrisent très mal le second degré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On qualifie l'amour fusionnel comme étant une relation amoureuse où les partenaires vivent continuellement l'un pour l'autre. Bref, c'est un type d'amour qui amène les protagonistes à perdre leur personnalité réelle parce qu'ils deviennent complètement dépendants de l'autre. C'est un type d'amour qui demande énormément de compromis puisqu'il est impossible de toujours combler les besoins, les envies et surtout les attentes de son ou sa partenaire. Survient alors des frustrations qu'on étouffe, encore une fois, pour ne pas déplaire à l'autre.

Dans les couples fusionnels, les individus ont tendance à laisser tomber et à oublier des passions qu'ils avaient, des activités qu'ils appréciaient, et même des amis(es) de longue date, car en finale, ça ne convenaient pas à l'autre, ou pire encore, ça lui déplaisaient royalement.

Je dois avouer que c'est la première fois que j'entends le terme "amour fusionnel". Je pourrais me tromper, mais j'imagine qu'on pourrait aussi catégoriser le type de relation que tu décris comme un amour possessif mais là où j'ai de la difficulté à y voir correspondance, est dans l'optique ou l'amour fusionnel/possessif soit distribué également parmis les membres du couple.

Prenons l'exemple des deux tourtereaux; qui sont tout simplement fous d'amour et inséparrables. En grattant, on pourrait découvrir que le couple effectue non seulement les choix sous forme de consensus, mais aussi en respectant leurs libertés respectives - Je n'approndirai pas et ça reste à voir, car on tomberait dans le fameux sujet de la communication.

Sous un amour possessif, il serait facile de distinguer une personne qui fait plus de sacrifices que l'autre. L'amour fusionnel, à moins que j'y vois plus distinctement ta définition personnelle, me semble être un amour totalitaire - mené sous l'emprise d'une dictature. Dans cette optique, on ne peut parler de fusion puisqu'il existe également un notion de sens unique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À mon avis, dans la plupart des cas, si "amour fusionnel" il y a, ça se dissipe avec le temps. C'est simplement la première phase du couple. Certains la vivent plus intensément que d'autres.

Tu confonds avec la passion des débuts. Chose qui n'a strictement rien à voir avec l'amour fusionnel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dois avouer que c'est la première fois que j'entends le terme "amour fusionnel". Je pourrais me tromper, mais j'imagine qu'on pourrait aussi catégoriser le type de relation que tu décris comme un amour possessif mais là où j'ai de la difficulté à y voir correspondance, est dans l'optique ou l'amour fusionnel/possessif soit distribué également parmis les membres du couple.

Prenons l'exemple des deux tourtereaux; qui sont tout simplement fous d'amour et inséparrables. En grattant, on pourrait découvrir que le couple effectue non seulement les choix sous forme de consensus, mais aussi en respectant leurs libertés respectives - Je n'approndirai pas et ça reste à voir, car on tomberait dans le fameux sujet de la communication.

Sous un amour possessif, il serait facile de distinguer une personne qui fait plus de sacrifices que l'autre. L'amour fusionnel, à moins que j'y vois plus distinctement ta définition personnelle, me semble être un amour totalitaire - mené sous l'emprise d'une dictature. Dans cette optique, on ne peut parler de fusion puisqu'il existe également un notion de sens unique.

L'amour fusionnel selon Jung.

Son origine n'est pas une attirance inconditionnelle et non intellectuelle vers la personne, mais réside avant tout dans la volonté de combler un vide et cela au moyen de cette fusion dans l'autre. En ce sens, l'amour fusionnel est souvent un amour plus calme, plus « intellectuel », représentant l'autre comme le moyen indispensable de combler le vide en soi. L'amour fusionnel est aussi un amour névrotique.

De ce que j'en comprends, je dirais que dans un couple fusionnel personne n'exige quoique ce soit de l'autre. Je crois que les personnes concernées abandonnent volontairement leurs loisirs, leurs activités, leurs amis etc. pour se concentrer uniquement sur leur couple. Un peu comme si en dehors de celui-ci plus rien n'existait ou n'était intéressant. Tant que ça dure et que ça convient aux deux, je ne vois pas de réels problèmes. Là où j'en vois un toutefois, c'est si le naturel revient au galop. Je veux dire, on ne peut pas passer sa vie à camper un rôle qui n'est pas naturellement le nôtre, et que tôt ou tard, le wake-up call va finir par arriver. C'est à ce moment-là, du moins je le crois, que ça peut devenir destructeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est à croire que certains braillards qui viennent de rompre avec une fille "étouffante" maîtrisent très mal le second degré.

Il n'y a aucun sens à ton affirmation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Son origine n'est pas une attirance inconditionnelle et non intellectuelle vers la personne, mais réside avant tout dans la volonté de combler un vide et cela au moyen de cette fusion dans l'autre. En ce sens, l'amour fusionnel est souvent un amour plus calme, plus « intellectuel », représentant l'autre comme le moyen indispensable de combler le vide en soi. L'amour fusionnel est aussi un amour névrotique.

De ce que j'en comprends, je dirais que dans un couple fusionnel personne n'exige quoique ce soit de l'autre. Je crois que les personnes concernées abandonnent volontairement leurs loisirs, leurs activités, leurs amis etc. pour se concentrer uniquement sur leur couple. Un peu comme si en dehors de celui-ci plus rien n'existait ou n'était intéressant. Tant que ça dure et que ça convient aux deux, je ne vois pas de réels problèmes. Là où j'en vois un toutefois, c'est si le naturel revient au galop. Je veux dire, on ne peut pas passer sa vie à camper un rôle qui n'est pas naturellement le nôtre, et que tôt ou tard, le wake-up call va finir par arriver. C'est à ce moment-là, du moins je le crois, que ça peut devenir destructeur.

Intéressant. J'imagine que ce genre de relation peut perdurer tant et aussi longtemps que les manques (carences) ne sont pas les mêmes pour les deux individus.

Je vois le tout un peu comme une relation entre deux personnes atteintes de déficiences intellectuelles. J'ignore si ça peut vraiment être destructeur, ceci dit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai vécu ce genre de relation fusionnelle, vers mes 18 ans. N'étant "pas finie" je cercais je pense la complétude. Je n'ai pas fait pression sur mon copain de l'époque pour que nous fusionnions, cela s'est fait comme ça. On avait des loisirs, mais les mêmes, des centres d'interet, mais les mêmes, là où c'est inquiétant mais moi je trouvais ça super beau, c'est que si nous etions en desaccord l'un des deux s'alignait sur l'autre par conviction que je qualifierais de co-personnelle. En effet en ce genre de relation les pensées et desir de l'autre deviennent les notres. Et nous sommes eureux de cela. Ca a commencé à déraper au bout d'un an, quand je me suis sentie menacée par tout et tout le monde, virant jalouse pathologique. Je pensais que toutes les femmes en avaient après mon compagnon "parfait" et je me sentais mise en peril chaque fois qu'il faisait une cose sans mois. Ce qui est pourtant logique quand on poursuit tous deux des etudes differentes (il avait un an de moins que moi)

Ca s'est terminé dans un bain de sang, au sens figuré, je lui ai tellement fait de scenes et de drama qu'il a fini par me quitter pour sauver sa peau. Avec le recul, il a bien fait. Je me rappelle bien ce sentiment de completude que j'eprouvais en sa presence et la (fausse) réassurance que procure le fait d'être deux en un. Même pysiquement quasiment on commençait a se ressembler (memes mimiques et attitudes je pense, mimetisme tres fort) on nous a déjà pris pour un frère et sa sœur. Je ne voudrais pour rien au monde revivre cela, même les chouettes momenst passés avec lui, parce que je n'étais plus moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par Catapulte
      Et il en parle bien. Ce qui me fait penser que son unique copine de 2 semaines et demi devait être super balèze quand même. Mais il a dû aussi faire des études sur la question. 2 ans de socio option "l'amour en statistiques".
    • par Sweet.Fuck.All
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
      Avez-Vous déjà été en amour?
    • par Thunder McFuck
      C'est impossible de ne pas l'être.





      JOKE SUR LE SUJET: SI T'ES CONTRE LA HAUSSE ET T'AS PAS ENVIE DE TE FAIRE suck LE dick par LINE je sais pas ce que tu fais avec ton DICK, SON
    • par VotreBoyPoumon
      http://www.youtube.com/watch?v=FLcneAyWCsg
×
×
  • Créer...