Aller au contenu
Mâle Alpha

Analyse de paroles de chanson

Déchet(s) recommandé(s)

Je propose un thread pour analyser les paroles de chanson. Je crois qu'il n'y en a pas.

Comment interprétez-vous les paroles de cette chanson de David Portelance (également reprise par

). J'essaie de trouver un sens, mais je ne vois pas. Faut dire que mon côté poète est enfoui assez loin.

Tenir Debout:

Ma tête soliloque sous la semelle de mes bottes

Quand elles se frottent au pavé des ruelles

On m'a dit que le doute, c'est le bon Dieu qui clignote

Mais ma foi est fébrile comme une chandelle

La foule est ventriloque, à couvert on chuchote

C'est dans la pénombre que la lumière est belle (bis)

Une nuit ou une vie cerne mes yeux déjà flous

Aux reflets vert-de-gris et cruels

Le sel des glaciers sur la couleur de mes joues

Même si personne ne nous cherche querelle

Et la gorge qui rit, et les mains dans la boue

C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle (bis)

Alors j'apprends à me tenir debout

Oui j'apprends à me tenir debout

Je n'ai rien contre personne et je tendrai l'autre joue

J'apprends à me tenir debout

Et puis une défaite qui vaut toutes les victoires

Quand nos propres désirs nous ensorcèlent

Parfois l'âme se rachète en se servant à boire

Je n'ai pourtant rien d'un criminel

Et Amélie qui demande si on rêve ou si on dort

C'est dans le silence qu'une réponse est belle (bis)

Alors j'apprends à me tenir debout

Oui j'apprends à me tenir debout

Je n'ai rien contre personne et je tendrai l'autre joue

J'apprends à me tenir debout

Oui j'apprends à me tenir debout

Oui j'apprends à me tenir debout

Je n'ai rien contre personne et je tendrai l'autre joue

J'apprends à me tenir debout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je peux parler d'un truc tres "détournement de mineurs" de céline dion

u dis qu' je suis trop jeune

Pour vivre avec un homme

Moi je te dis

Je m'en fous, je m'en fous

I love you

Si tu ne veux pas prendre

L'amour que je te donne

Je pourrais te rendre fou, rendre fou

Jusqu'au bout

Lolita n'est pas trop jeune pour aimer

N'est pas trop jeune pour se donner

Quand le désir dévore son corps

Jusqu'au bout de ses doigts

Jamais trop jeune pour aimer

Jamais trop jeune pour se donner

Mais tu ignores le feu qui dort

Au fond de moi

Toutes ces nuits que j'ai passées

Seule à te caresser

Il faut que tu me les rendes, me les rendes

Une à une

Toutes ces nuits toute seule dans le noir de ma chambre

À rêver que tu viens me prendre

Me feras-tu encore attendre des jours, des mois

Si tu ne viens pas, ce s'ra un autre

Si ce n'est pas toi, ce s'ra ta faute

Si je regrette toute ma vie

Ma première nuit d'amour

Trop jeune pour aimer

Qu'est-ce que ça veut dire

Lolita répond je m'en fous, je m'en fous

I love you

Je m'en fous

I love you

Je m'en fous

I love you

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais fais pour l'école une analyse très poussée des paroles des chansons de l'album Amour Oral de Loco Locass, si je la retrouve j'en posterai des bouts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mâle Alpha, ne cherche pas de midi à quatorze heures, les paroles que tu as citées c'est un gros ramassis de n'importe quoi. Il n'y a rien à comprendre et encore moins à analyser.

L'artisss en moi doit être très loin aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sarah, elle est belle mais seulement quand elle pleure

Quand elle voit sa mère au fond d'son verre

Et ce, quelque soit l'heure

J'ai vu tellement de feux éteints dans les yeux de Sarah

Et la peur des lendemains, bien cachée dans sa voix

Alors pourquoi moi ?

On peut la voir sourire parfois depuis que son père dort

Il était bien trop triste et bien trop fort mais depuis qu'il est mort

Sarah sait qu'il existe sous les cerisiers blancs

L'espoir d'un rêve égoïste de vivre seulement

Alors pourquoi moi ?

Alors pourquoi moi ?

J'ai eu la vie facile mais je n'servais à rien

Puis j'ai partagé sa peine, aujourd'hui je suis quelqu'un

Sarah, reine des femmes, devant elle je m'incline

Car je peux voir ce matin un ange dans ma cuisine

Sarah, elle est belle mais seulement quand elle est nue

Le corps tendu par ses grands airs, mes doigts collés à sa nuque

Sarah, reine des femmes, devant elle je m'incline

Car je peux voir ce matin un ange...

Un ange

Sarah - Kyo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup ne comprennent pas ce qu'ils chantent.

Ex: Fergie, qui est peut-être la chanteuse la plus conne de toute la création.

London Bridge

How come every time you come around

My London London Bridge want to go down

Like London London want to go down

Like London London be going down

How come every time you come around

My London London Bridge want to go down

Like London London want to go down

Like London London be going down

Petite photo de London Bridge:

london-bridge.jpg

Pas exactement le type de pont qu'on abaisse.

Apparemment il s'agit aussi d'une position sexuelle, mais alors pourquoi a-t-elle été tourner le clip devant Tower Bridge?

32-16.jpg

La sonorité compte bien plus que le sens des mots, et que c'est une corvée d'écrire pour certain. Il est déplorable que la chanson soit la norme dans la musique populaire à plus de dix auditeurs, on peut faire des trucs si chouettes sans parler et on n'aurait pas à écouter toutes ces conneries.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tenez, amusez-vous. Je vous ai mis ce que je suis capable de trouver, j'y ai été sommairement. Certaines partie sont encore obscure quant aux références direct.

(Les quatres premiers mots est un phénomène de self-awareness, de conscience de soi. Ce sont les quatre thèmes de Lost in the Funhouse qui est une oeuvre de fiction post-moderne qui joue sur sa propre conscience d'être une oeuvre de ficiton. La chanson et les paroles sont self-aware, en sorte, d'où le nom Smells like Content. En tout cas. C'était la partie la moins claire à schématiser en un seul lien)

"Balance.

Repetition.

Composition.

Mirrors.

Most of all, the world is a place where parts of wholes are described

within an overarching paradigm of clarity and accuracy.

The context in which makes possible an underlying

sense of the way it all fits together,

despite our collective tendency not to conceive of it as such.

But then again, the world without end is a place where souls are combined,

but with an overbearing feeling of disparity and disorderliness.

To ignore it is impossible without getting oneself into all of kind of trouble,

despite one's best intentions to not get entangled with it so much.

Meanwhile,

the statues are bleeding green.

And others are saying things much better than we ever could;

as the quiet become suddenly verbose.

And the hail's heralding the size of nickels.

And the street corners are gnashing together like the gears

inside the head of some omniscient engineer.

And downward flows the garnered wisdom that has never died

Then finally,

we opened the box, we couldn't find any rules.

Our heads were reeling with the glitter of possibilities, contingencies...

but with ever increasing faith we decided to go ahead and just ignore them,

despite tremendous pressure to capitulate with fate.

So instead, we went ahead to fabricate a catalog

of unstable elements and modicums and particles.

With not zero total strangeness for brief moments which amount

to nothing more than tiny fragments of a finger snap.

Meanwhile,

we're furiously seeing green.

And the map has started tearing along its creases due to overuse...

when in reality it's never needed folds.

And the air's withholding the sound of its wellspring.

And our heads approach a density reminiscent of the infinite productivity of the center of the sun.

And there in lies the garnered wisdom that has never died.

Expectation -

leads to disappointment. If you don't expect something big huge and exciting...

usually...

I dunno,

just, uh yea..."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup ne comprennent pas ce qu'ils chantent.

Ex: Fergie, qui est peut-être la chanteuse la plus conne de toute la création.

London Bridge

How come every time you come around

My London London Bridge want to go down

Like London London want to go down

Like London London be going down

How come every time you come around

My London London Bridge want to go down

Like London London want to go down

Like London London be going down

Petite photo de London Bridge:

london-bridge.jpg

Pas exactement le type de pont qu'on abaisse.

Apparemment il s'agit aussi d'une position sexuelle, mais alors pourquoi a-t-elle été tourner le clip devant Tower Bridge?

32-16.jpg

La sonorité compte bien plus que le sens des mots, et que c'est une corvée d'écrire pour certain. Il est déplorable que la chanson soit la norme dans la musique populaire à plus de dix auditeurs, on peut faire des trucs si chouettes sans parler et on n'aurait pas à écouter toutes ces conneries.

Quand même assez phallique comme symbole le pont-levis. Imaginez son London Bridge qui «go down» sur ces deux bouts de ponts bien dressés et vous avez une belle scène de triolisme DP. C'est juste moi qui ai l'esprit tordu ?¿

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mâle Alpha, ce n'est pas lui qui méprisait la prose surréaliste et tortueuse du P'TIT RIMBAUD?

Je vois. Finalement, c'était juste l'envie d'un vilain garçon pisteur de poètes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×