Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Le 2020-12-04 à 20:29, Chicken of the infinite a dit :

C'est sans aucun doute le meilleur humoriste du Québec. 

Effectivement, suffit de pas le prendre au sérieux pour l'apprécier à sa juste valeur. :daria-smile:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 mois plus tard...

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

  • Contenu similaire

    • par RBC
      Des scientifiques ont recréé les hallucinations auditives des schizophrènes.
      http://quebec.radiox...un_schizophrene [08:55]

    • par Sikaneba
      La schizophrénie infantile est habituellement diagnostiquée vers l’âge de 5 ans. Dans le cas de la petite Jani Schofield, selon toute vraisemblance, elle serait venue au monde schizophrène, ce qui est plutôt rare ou rarement observé à un si jeune âge.
      J’avais déjà vu un reportage sur elle sur une station américaine, mais Canal Vie a repris ce reportage et l’a présenté lors de son émission Mon Histoire Troublante.
      Les comportements de cette petite fille sont excessivement fascinants. Elle vit dans un monde peuplé d’animaux, de chiffres, etc. Son intelligence est toutefois remarquable car dès l’âge de 5 mois, elle était capable de pointer son nez et ses yeux lorsque ses parents lui demandaient et elle était capable d’identifier différents animaux sur un jouet. À l’âge de 5 ans, son QI était au-delà de 130.
      Ce qui est remarquable, c’est aussi la détermination des parents à vouloir que leur fille évolue dans un monde le plus normal possible. Le but principal est de faire en sorte qu’elle ne soit pas institutionnalisée et qu'elle soit heureuse malgré cette grave maladie.
      Je laisse un lien
      qui résume brièvement la vie de cette enfant et de sa famille. Pour ceux que ça intéresse, en tapant Jani Schofield sur Youtube, vous pourrez avoir un aperçu plus détaillé du quotidien de cette famille.La question se pose donc, auriez-vous le courage d'élever une enfant atteinte à ce point?
    • par nulle part
      J'ai connu la psychiatrie non par moi-même, mais pour des proches qui y sont passé rapidement.
      Ça fait trois fois que ma mère entre à l'urgence psy depuis 2008. J'ai passé la journée hier (accompagnée de mon frère et de ma soeur, je suis l'ainée) a appelé différents intervenants afin de voir comment mettre fin au délire auto-destructeur de ma mère (elle est alcoolo ET sous anti-dépresseurs, tout le monde dans la famille soupçonne qu'elle a des bibittes... elle a des idées fixes, persécution.. tu ne peux pas ne pas te nourrir pendant cinq ans sans que le manque de minéraux affectent ton cerveau, m'semble). Et quand je lui en parle, elle ne nie pas disparaitre lentement mais surement...
      Bref. Au cours des dernières semaines : élément déclencheur, situation de crise, aggravation de l'état de ma mère, médecin en vacances, super. Hier, il fallait mettre un frein à ça. Ce fut un merveilleux après-midi, j'ai adoré **tousse tousse** caller la police pour ma mère. Comme elle ne va pas se tuer activement, ils n'ont pas jugé pertinent de l'amener. Les ambulancières ont diagnostiqué autrement la situation. Elles ont été exceptionnelles, elles ont rappelé la police. Ma mère est rentrée à l'hôpital à la fin de journée/semaine.
      Le hic :
      Le psychiatre ne veut pas nous écouter. Il veut seulement parler à ma mère, qui était directrice des finances. Elle sait parler aux hommes à cravate, aux gens en uniforme. Elle sait comment être professionnelle. Tout porte à croire qu'encore une fois, elle sera 'libérée' dans quelques heures. Elle va être toute orgueilleuse, nous regarder d'un air fier (délirant) : 'regardez comme je n'ai rien, regardez comment mes réactions sont normales'.
      Vous comprendrez que pour que j'envoie ma mère contre son gré à l'hôpital, il doit y avoir quelque chose.
      Ça fait faire PLUSIEURS FOIS que je contacte ces ressources : travailleuse sociale, médecin de famille (qui lui dit qu'elle ressemble à un cadavre, mais la laisse partir sans rien faire - good job girl), la psychiatrie, le centre de crise, le centre de prévention du suicide, la boussole, les AA, les ambulanciers, les policiers, le CRUV, la Villa Saint-Léonard...
      Là, ma tante en a plein son casque, elle va quitté le bateau.
      Il va rester moi pour gérer cette situation.
      ...
      Si le psychiatre la fait sortir aujourd'hui, j'ai pu d'ressources.
      Elle va crever.
      J'sais pas quoi faire.
      On m'a donné les coordonnées d'une religieuse qui travaille avec les jeunes de la rue. Si cette soeur fait de la meilleure job que TOUT le système de santé depuis huit ans, vous allez en entendre parler en mautadine. Le système de services sociaux ne peut pas fonctionner : c'est pas humain. Ceux qui y travaillent sont, bien malgré eux, réduits à des pièces d'un système. Si la personne à traiter n'entre dans aucune catégorie précise, elle n'est pas prise en charge. Et les p'tits intervenants de 22 ans qui sortent de leur technique en travail social, ils sont gentils et pleins de bonne volonté, mais sont'pas crédibles pentoute (sauf l'ambulancière d'hier qui été exceptionnelle).
      J'pas contente.

×
×
  • Créer...