Aller au contenu

Se suicider et ressusciter dans un autre corps ?


Déchet(s) recommandé(s)

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/hayworth-le-neurobiologiste-qui-veut-se-suicider-pour-devenir-immortel_40150/

Kenneth Hayworth est un brillant ingénieur dont les travaux ont un impact certain sur le projet connectome visant à cartographier le réseau de neurones du cerveau humain. Quand il envisage de devenir immortel en se suicidant jeune pour assurer la conservation de son cerveau, il n’est pas fou. Mais quand il explique comment un téléchargement de l’esprit va le ressusciter, il peut paraître stupide...

Est-ce que vous pensez que c'est possible ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faudrait savoir ramener des gens a la vie déjà, et c'est pas gagné.

Peut etre ceux qui ont un cancer qui se font cryogénisé de leur vivant, va savoir; mais ceux qui sont déjà mort...

Y'a pas vraiment de cellules en suspens je crois, rendu la; peut être que je me trompe; dommage qu'on aille plus Le_Professeur.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis contre la vie éternelle. D'une part ça va contre l'équilibre des choses, puis de l'autre ça ferait un paquet de marde : tout le monde la voudrait, les compagnies chargeraient des prix exorbitants et on va être beaucoup trop sur la terre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y'a pas eu de débouchés pour l'affaire des corps congelés (exemple de Walt Disney) qui reviendraient à la vie lorsque la technologie le permettait?

Loin de moi l'idée de te manquer de respect, mais le corps congelé de Walt Disney est une légende urbaine. Désolé.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis contre la vie éternelle. D'une part ça va contre l'équilibre des choses, puis de l'autre ça ferait un paquet de marde : tout le monde la voudrait, les compagnies chargeraient des prix exorbitants et on va être beaucoup trop sur la terre.

T'inquiètes, y'aurait qu'une poignée d'élus de toute façon; tu vas mourir tranquille, la fosse t'attends, on est pas sur la liste.

Et j'avais lu une jolie phrase dans le Science et Vie je crois; "Il ne faut pas voir la mort comme une fatalité, mais comme une faculté."; c'est lourd de philosophie mais non, malgré tout, je pense que j'aimerais pas avoir la vie du Juif Errant.

Y'a un bon film d'ailleurs la dessus, assez bien chié, qui fait réfléchir sur ce que ça peut être de désagrément de vivre éternellement: The man from Earth.

A voir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, mais pas tout de suite. J'aurais tendance à abonder dans le sens de la conclusion de l'article, nous ne serions que des copies.

Et c'est exactement pourquoi je n'ai jamais compris comment les gens pouvaient avoir hâte que la technologie de la "téléportation" soit accessible. Y'aurait un estie de bon film/livre à faire la dessus, en tout cas.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est très intéressant comme sujet et ça soulève effectivement beaucoup de questions.

À la base, comme c'est mentionné dans l'article, il y a le problème du fait que c'est une "copie" et non pas un "transfert". Sauf qu'en même temps, bien que puissant, cet argument là pourrait être détourner par l'idée qu'au fond au niveau phénoménologique nous sommes une "copie de nous même" qui se reproduit constamment avec notre mémoire de notre vie antérieur. Parce qu'on a beau parler de "conscience" comme d'un phénomène profondément singulier et non-transférable, si on aborde la question dans l'autre angle on se rend compte que ça pose aussi problème.

Par exemple, disons un cas d'amnésie totale (ce qui existe), où une personne perd toute sa mémoire de son passé. On s'entend que d'un point de vue "matériel" c'est le même cerveau et donc en théorie la même "conscience". Mais concrètement dans une situation comme ça tu perd quand même toute ta personnalité et t'a aucune façon de "savoir" ou "sentir" que ça fait des années que tu existe.

Disons que c'est pas clair quand on parle de la conscience d'être soi-même que c'est vraiment dissociable de la mémoire elle-même.

Au fond, si on affirme "il ne serait qu'une copie donc l'original serait phénoménologiquement mort", ça se tient, mais du même coup je pourrais aussi dire "La personne que j'étais à 15 ans n'existe plus non plus du point de vue phénoménologique. Elle n'existe que par le souvenir que j'en ai d'elle mais je ne vis plus ce moment là."

Donc dans le fond l'idée du "transfert" c'est de dire "oui l'original est détruit, mais il existerait à nouveau une conscience qui elle aurait bel et bien l'impression d'avoir déjà été l'original, et comme cette impression est ultimement tout ce qu'il y a dans la conscience de soi, que l'original soit détruit ou pas n'a pas d'importance."

Mais bon, ça ce n'est qu'un problème, il y a aussi l'autre saut théorique extraordinaire qui est de penser qu'une simulation informatique adéquate de toute la structure physique du cerveau produirait les même phénomènes mentaux qu'on vit en tant qu'être humain conscient. Combiné aussi à l'immense problème de vérifiabilité. Même si effectivement on reproduit exactement et rigoureusement la structure de son cerveau et toutes les réactions qui se produisent à l'interne dans celui-ci, on a pas plus de façon de savoir que la simulation a vraiment une expérience phénoménologique consciente de ses pensées. Ultimement ya juste la "Machine" qui va le savoir.

Et bon, personnellement je pense pour lui qu'il est déjà au "maximum de l'immortalité" en ayant déjà eu des enfants.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis contre la vie éternelle. D'une part ça va contre l'équilibre des choses, puis de l'autre ça ferait un paquet de marde : tout le monde la voudrait, les compagnies chargeraient des prix exorbitants et on va être beaucoup trop sur la terre.

pis ça tant que je crève pas moi. On vivra sur d'autres planètes un moment donné c'est tout. Ça donne quoi de vivre pour crever et c'est fini ? Tu ne veux pas la vie éternelle, mais en ce moment je suis sur que tu as envie de vivre parce que sinon tu te serais suicider il y a bien longtemps. Vient me redire ta phrase compassionel quand tu seras sur ton lit de mort et si tu auras le gout de mourir parce que tu veux pas que la terre soit trop crowdé.

Tu penses trop aux autres, tu parles comme si tu était déjà mort. Quand c'est rendu que la vie d'un autre est plus importante que la tienne, tu est rendu vraiment faible

Si tu ne veux pas la vie éternelle et bien crève normalement c'est tout. Moi je la veux alors tu m'empêcheras pas de l'obtenir si je peux l'acquérir.

Quand la terre sera trop crowdé je suis sur que tu vas être le premier à dire ; "TUER MOI, JE ME SACRIFIE POUR MON VOISIN !!!"

Tu es fou mec.

Modifié par Guillaume Vincent
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Contenu similaire

    • par xdrox
      Zombie Boy, cet ex-squeegee devenu mannequin, a été retrouvé mort, hier, dans son appartement montréalais.
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1116174/zombie-boy-mort-suicide
    • par drakhme
      Bonjour tout le monde,
      actuellement, je suis en train de clouer ma première session au cégep en science de la nature, je suis en train de couler presque toutes les matières, depuis le début de la session je me tue à réviser et ne pas abandonner en visant une Cote r de 33 environ, mais désormais je me retrouve avec 1 seul cours au dessus de 60%, croyez moi, j'ai étudié et fournis l'effort nécessaire, mais là j'en peux plus, je suis devenu dépressif et perdu intérêt pour tout, le fait que mes efforts ont été vain me glace le sang, et je vous épargne ce que je fais sous la douche avec un rasoir, j'ai été voir un psychologue et il m'a écrit une lettre afin d'annuler quelques cours, j'étais vraiment dépressif je le jure, je la donne à l'administration et elle a été refusé, j'ai été dans l'obligation de faire un changement de programme pour la 2ìeme session et d'abandonner le cours de physique et chimie afin de me consacrer aux autres matières. Je suis perdu et désespéré, je pense simplement au suicide puisque je m'étais fixé des objectifs, j'ai toujours visé haut et je fournis l'effort mais je me retrouve toujours à échouer tout ce que j'entreprend, que dois-je faire? sachant que je veux étudier en droit afin de faire avocat, c'est ce que j'ai voulu depuis mon secondaire, il est hors de question que je me consacre à étudier quelque chose à l'université qui ne me passionne pas, je suis dépressif et perdu, aidez-moi s.v.p....je ne sais plus quoi faire, j'ai fait tant de sacrifice pour échouer à ce point?...je stresse comme un fou, toujours anxieux, j'ai tout le temps mal au coeur, les cicatrices sur le poignet ne font que tout prouver...pourquoi est-ce que rien ne fonctionne, j'ai des émotions bipolaires maintenant, 1 seconde je vois de l'espoire et après je désespère...j'ai été voir un psychologue mais cela ne m'a pas du tout aidé...comment faire pour atteindre mon but? y'a-t-il une autre façon, étudier hors québec ou bien?...
      S.V.P, c'est sérieux, j'en peux vraiment plus.
    • par xdrox
      La nouvelle vient de tomber. Mort subite. 52 ans. L'homme était en apparente parfaite santé. Je suis sous le choc.
      Découverte via un jeu passé-mode appelé Rock Band, sa puissante voix virile m'a bercé dans de bien sombres moments.
      Pour les ignares, il s'agit d'un des grands piliers du mouvement grunge, au côté du regretté Kurt Cobain et du nasillard Eddie Vedder. Chris Cornell a chanté pour Soundgarden, pour Audioslave, pour lui-même et pour Soundgarden encore.
      Le réputé site Pitchfork a déjà dit de lui :
      Ok, peut-être pas très louangeur.
      Mais quand même, entendons-nous sur une chose : tous les sièges rouges auraient fait 180°.
       
    • par Cathou La Tuque
      Ok. Le titre est pour le moins inhabituel, mais la nouvelle l'est tout autant.
      D'après un tweet de la chanteuse Mara Tremblay, cette artiste s'est enlevée la vie il y a peu de temps.
      Peut-être que vous ne connaissez pas sa douce voix mais sa tragique fin risque de rendre ses compositions encore plus pénétratives pour votre affect.
      La meilleure pièce:

      Parole de Maldonado.
    • par Le chasseur de stupidités
      Je propose ce sujet parce que j'ai déjà essayé. Avant je croyais que je serais capable de tout supporter et que je ne commetterais jamais un tel acte. Ben je me trompais...
      Le 1er février 2010, je me sentais "décrissé" comme je l'ai jamais été, dû entre autre à mon état de santé qui comporte douleurs et fatigue chroniques. Comme on me l'a si souvent répété dans ma jeunesse, j'ai donc été chercher de l'aide... à l'hôpital. Quand j'ai passé au triage, mentionnant mon état suicidaire, l'infirmière me demanda si je savais quel méthode j'emploierais, à laquelle j'ai répondu par l'affirmative en précisant un possible abus de médicaments. Suite à cela, j'ai demandé combien de temps ça prendrait avant de voir un médecin. Sa réponse... beaucoup de monde avant moi(ça je comprenais) et qu'il y en avait des bien pires que moi (mauvais choix de réponse). Je suis pas d'un naturel braillard, mais là, ce fut plus fort que moi tellement j'étais découragé. L'infirmière s'est poussée et n'est jamais revenu.
      Le pire dans tout ça est que j'ai appris plus tard qu'elle avait omit d'inscrire dans son rapport la méthode que j'emploierais(que j'ai mentionné et ai employé) et qu'elle n'avait pas suivi la procédure. La
      Quand je suis revenu chez moi, j'ai fait ce que j'avais en tête. 45 minutes plus tard, avec une et un en plus des , j'ai appellé une ligne d'écoute pour me vider le coeur. Ils m'ont finalement convaicu de leur laisser mon adresse. Hop, retour à l'hôpital.
      Non seulement j'ai manqué mon coup d'aplomb, mais j'ai eu droit à un bon trip qui m'a remonté le moral et m'a laissé avec un petit mal de tête. Ils m'ont laissé sortir de l'hôpital le lendemain après un entretien avec le psy. Ça a aussi inquiété parents et amis en plus de leur faire prendre conscience de l'impact de mes symptômes sur ma qualité de vie.
      L'avantage de toucher le fond du baril est que ça nous permet parfois de se donner un élan pour s'en sortir.
      P.S. Si les armes ne seraient pas aussi réglementés, c'est cette méthode que j'aurais prévu.
×
×
  • Créer...