Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Bonjour !

Je voulais l'avis de plusieurs personnes, conseils, anecdotes, etc.

Je déménage cet été en appartement ( ou résidence ) à Montréal. Je vais m'inscrire au CEGEP pour la session automne 2013.

J'habite présentement en région. ( Abitibi-Témiscamingue ) ( Ce qui est plus 5H de route de Montréal )

J'aimerais savoir si pour vous un déménagement dans un gros centre + une nouvelle rentrée au CEGEP/Université si ça s'est bien passé. (etc)

J'ai peur d'avoir des difficultés avec cette distance.

Si vous avez des conseils, des recommendations sur un CEGEP, sur les appartements, la vie à Montréal, etc. Ça serait très apprécié.

Merci beaucoup :- )

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu connais du monde (Amis/famille) pour la première année, c'est toujours une bonne option. Sinon tu vas en résidence du Cegep un an, tu te fais de bons amis pis l'année d'après tu vas en colocation avec eux!

Clair que si t'es quelqu'un d'un peu insécure, c'est toujours difficile d'être loin de sa famille (Pis tu y vas pas trop souvent parce que c'est loin/coute cher/t'es submergé par le boulot/travaux/nouveau chum?) mais l'indépendence est tellement une belle chose là. Mais bon, j'ai connu beaucoup de monde qui ont fait leur temps au Cegep pour ensuite retourner par chez eux après le DEC/BAC/etc. car c'était trop difficile.

C'est une superbe expérience, profites-en au max!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai passé du Bas Saint-Laurent à l'Estrie pour ensuite me diriger vers l'Outaouais. Ce ne fut pas pour les études, mais de mon expérience personnelle, déménager fut un des plus beaux move que j'ai fait. J'ai connu du nouveau monde en plus de visiter un peu plus la province (et survoler un peu l'est Ontarien aussi). Et à ce point, le pire qui peut t'arriver est de ne pas aimer ça et de préférer modifier tes plans. Il faut juste que tu sois certaine de ta décision si ça arrive.

En terme d'expérience d'école, je te suggère de commencer par habiter dans les résidences pour commencer. Tu pourras vite te faire des ami(e)s au travers des étudiants et rares sont les gens qui détestent leurs expériences en résidences (ces gens-là sont souvent les plus calmes qui sont couchés à 22h le vendredi et le samedi!)

Aussi, Tonton a un bon conseil avec la solitude : Apprends à la gérer et tout vas bien aller. Autrement, un changement de décor majeur fait souvent de grands biens!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

By the way : Ce n'est pas du tout la solitude qui me dérange...

Plus le côté monétaire, vie, gros changement.

Je dirais même que c'est plus de 7 heures de route de Montréal.

Environ 5H sans arrêter ( :- P )

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai détesté la première année où j'ai habité à Montréal. Tout me semblait croche, compliqué, long, inefficace, étranger, impersonnel. Le quartier Côte-des-neiges peut particulièrement renforcé ce genre de sentiments.

Le plus grand conseil que je peux te donner est de ne pas hésiter à participer aux nombreuses activités qu'il risque d'y avoir avec les gens de ton programme, et de ne pas être gênée d'aller à la rencontre des autres étudiants. Ne tombe pas dans le piège de consacrer tout ton temps aux études afin de te "désennuyer", en bout de ligne tu risque de déprimer et de détester Montréal.

Je te conseil d'habiter un quartier fortement étudiant, tel Rosemont ou Villeray. La colocation peut parfois être chiante mais je crois que c'est aussi une manière d'apprendre à vivre en société et je te le recommande.

Au bout de quatre ans j'ai fini par apprivoiser la métropole et de presque m'y sentir comme à la maison.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je te conseille de t'isoler loins des autres personnes. Les résidences vont t'empêcher de te recueillir sur toi même, te forcer à entrer dans des discussions aux fonds hypocrites et pernicieuses. Comme Tonton dit apprend à gérer ta solitude, c'est bien souvent une grande source de créativité et de réflexion. En plus les étudiants développent des réseaux sociaux complexes tu ne voudrais entraver tes études d'un tel fardeau?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que si j'avais le choix, je déménagerais tout seul, mais c'est bien trop cher pour pouvoir même envisager une telle chose.

J'ai été en appart avec 4 autres personnes et parfois les fin de semaine nous étions 7.

Je n'ai pas vraiment aimé l'expérience. Mais je recommencerais sûrement avec 1 ou 2 personnes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je te conseille de t'isoler loins des autres personnes. Les résidences vont t'empêcher de te recueillir sur toi même, te forcer à entrer dans des discussions aux fonds hypocrites et pernicieuses. Comme Tonton dit apprend à gérer ta solitude, c'est bien souvent une grande source de créativité et de réflexion. En plus les étudiants développent des réseaux sociaux complexes tu ne voudrais entraver tes études d'un tel fardeau?

c'est vraiment un conseil de caca.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement, j'habite seul depuis à peu près quatre ans et j'habite Sherbrooke depuis pratiquement 8 (je partais de la Côte-Nord à l'époque). Le fait d'habiter seul ne me pose vraiment aucun problème, mais dans ton cas, c'est pas quelque chose que je te conseille de faire.

La collocation ou les résidences sont à mon avis de meilleures options quand t'arrives dans une nouvelle ville où tu as très peu de contacts. C'est un moyen facile de te bâtir un "réseau" rapidement et qui s'étend aussi très souvent en dehors de tes camarades de classe. C'est à toi de voir, mais les avantages que ça apporte surpasse à mon avis les désagréments que tes colloques pourraient t'amener.

Remarque, j'ai jamais eu à faire avec des colloques wacks...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est vraiment un conseil de caca.

Bah, ça dépend toujours de la personnalité de la personne. Je ne conseillerais à personne de "s'isoler", mais je ne suis pas non plus tout à fait d'accord avec vlad. Ça dépend vraiment de la personnalité. C'est pas tout le monde qui a besoin de se faire 432842 amis au sein de son bac et c'est encore moins tout le monde qui a envie de se prêter à 3289432 activités plates juste pour rencontrer du monde. Perso, quand je vois une personne trop motivée qui est dans 3 comités pis qui fait des gens de son programme son principal cercle d'ami, je me dis que je ne pourrais pas vivre comme ça (ok, j'exagère avec les trois comités, mais bon). M'enfin, faut croire que certaines personnes veulent faire de leur milieu scolaire le centre de leur vie et c'est correct comme ça.

Mais bon, conseiller à quelqu'un de devenir ermite, c'est pas trop trop brillant, non.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah, ça dépend toujours de la personnalité de la personne. Je ne conseillerais à personne de "s'isoler", mais je ne suis pas non plus tout à fait d'accord avec vlad. Ça dépend vraiment de la personnalité. C'est pas tout le monde qui a besoin de se faire 432842 amis au sein de son bac et c'est encore moins tout le monde qui a envie de se prêter à 3289432 activités plates juste pour rencontrer du monde.

well, j'ai tendance à penser le contraire. je crois que les personnes à tendance asociale devraient mettre davantage d'effort sur la construction de leur réseau social et voir les activités sociales et parascolaires comme un "mal nécessaire". le besoin ou la motivation de s'y lancer n'y est pas vraiment, mais au bout du compte, ça devient gratifiant. surtout, un réseau social, ça protège les gens asociaux contre eux-mêmes et leur propre tendance à s'isoler. l'isolement est la solution facile à tous les maux (on est déprimé alors on reste chez soi à regarder des films) mais à long terme, ça rend malheureux.

on observe le même pattern chez les gens heureux versus les gens malheureux. les premiers ont su entretenir un réseau social et les derniers n'ont pas su le faire parce qu'à la base, ils n'en ressentaient pas le besoin ou en étaient incapables. plus tu es asocial et plus ton réseau social est limité, plus tu deviens vulnérable à l'isolement et aux difficultés de la vie (perte d'emploi ou rupture amoureuse). qui plus est, cet isolement devient quasi irréversible lorsqu'on atteint un certain âge où les liens d'amitié sont plus difficiles à construire.

mon conseil est donc le même qu'on soit social ou asocial: fais-toi des amis pendant que tu es à l'école et que c'est facile!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Écoute, j'ai un très bon réseau social et je n'ai jamais vraiment eu envie de socialiser à l'université et c'est un choix tout à fait personnel. Tout ce que je disais c'est qu'autant l'isolement n'est pas une solution, proposer à tous de "participer aux activités de programme", ce n'est pas non plus absolument nécessaire. C'est un outil qui peut être utile, j'en conviens, mais mon intervention visait plus à dire que voir l'implication dans les activités de programme comme un impératif n'était pas nécessairement un conseil tant plus sage que l'isolement. Moi, ce que je conseille, c'est d'y aller selon ses besoins et de ne pas s'imposer des trucs qui nous font chier - que ce soit l'isolement ou bien des activités de programme assez boboches. Pour prendre exemple de mon temps à l'université, je n'avais aucune envie d'aller passer mon temps libre avec des gens avec qui j'avais très peu en commun (les jeunes bourges intellos, pas ma tasse de thé, mais bon, on se me mentira pas, il n'y avait pas QUE ça, mais ce sont eux qui organisaient des activités). Je me suis quand même fait quelques amis à l'école et j'en avais plusieurs à l'extérieur.

C'est sur que le dude qui n'a pas d'amis (et peu d'aptitudes sociales) et qui veut s'en faire à intérêt à se bouger les fesses. Les activités "toutes faites" des milieux étudiants sont effectivement un tremplin parfait pour ces gens-là. Tout ce que je disais, au fond, c'est que de se faire chier avec du monde qui t'intéresse pas (s'ils t'intéressent pas, on s'entend) c'est pas une prérogative pour être bien dans un milieu. Il y a un tas d'autres façons de rencontrer des gens.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai passé ma première année de cegep en résidence. Les points positifs c'est que c'était à côté du cegep et t'as pas a t'en faire pour payer les factures vue qu'en général c'est inclut dans le loyer. Un de mes amis dans le programme habitait en résidence aussi, faque c'était pas compliqué pour s'aider dans les travaux et tout. J'ai fini par louer un appartement avec lui l'année d'après.

Il faut quand même prendre en note que ce n'est pas tous les cegeps qui offrent une résidence. Ça coûte aussi plus cher qu'être en collocation (si je me souviens bien mon minuscule studio était environ 500$/mois et les autres studios montaient jusqu'à 700$).

Les résidences c'était bien aussi pour les activités organisée (party de Noël, Halloween, etc.).

Je crois que cette option est intéressante quand tu connais plus ou moins une ville. En un an t'as le temps de te faire des amis, connaître les quartiers intéressants et tout pour bien se choisir un loyer qui te plait et peut-être rencontrer des gens avec qui tu pourrais habiter l'année suivante.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
×
×
  • Créer...