Aller au contenu
RBC

Des scientifiques ont recréé les hallucinations auditives des schizophrènes

Déchet(s) recommandé(s)

Behemoth, le bon orthographe: schizophrène.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nevermore, un usager ne peut pas modifier le titre d'un thread par contre il peut en modifier le contenu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En gros, ils ont fait joué ça, tout en inventant une histoire de "des scientifiques ont fait [bla bla bla]".

(13 juin 2011)

This is designed to provide the listener with some understanding of what it might be like to experience auditory hallucinations. Content in this presentation is based on things our clients tell us they hear through my experience as a mental health outreach worker.

Être naïf, c'est facile. Suffit de rien connaître et ne pas chercher à connaître !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jarrad Whale de L'Australian College of Applied Psychology et de Deakin University a publié sur YouTube une représentation audio des hallucinations auditives entendues par des schizophrènes. CHOI 98.1 ont récupéré l'extrait audio pour en faire une nouvelle en tournant les coins ronds. Behemoth a partagé cet extrait sur le forum de discussion depotoir.ca.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On s'en fout-tu du décorum scientifique? C'est juste un sujet léger sur un forum. On s'amuse, on découvre, on jase. Vous pouvez rectifier les faits, mais pas besoin de le traiter de ci ou ça, me semble. Il ne s'adresse pas à des professeurs rigoureux d'université... quoique parfois, à vous lire, ça peut donner cette impression.

Ça m'fait penser à la fois où Tova m'a sauté dessus dans mon sujet très anodin sur la conspiration entourant la mort de Jackson.

Pour revenir aux hallucinations, l'expérience auditive était intéressante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les hallucinations font parties des symptômes positifs de cette maladie.

Un symptôme positif s'explique comme suit:

Ils sont considérés comme des signes productifs, car ils consistent en des productions anormalement actives de l’esprit. On inclut dans cette catégorie : les hallucinations, les idées délirantes, les troubles de la pensée et les troubles du comportement.

Ce qui est assez intéressant, c'est de noter les différents types d'hallucinations possibles:

  • Les hallucinations auditives peuvent être perçues comme des sons simples ou des discours incessants qui vont tourmenter et faire souffrir la personne. Elles vont transmettre des ordres, des menaces, des injures. La personne qui entend tout ça peut dialoguer avec ces voix et tenter de les faire disparaître soit avec un appareil radio, un baladeur ou, carrément, des bouchons dans les oreilles.

  • Les hallucinations visuelles peuvent être perçues comme des visions, des apparitions, des taches colorées, des personnages ou des scènes animées plaisantes ou désagréables. Parfois elles sont proches des images des rêves.

  • Les hallucinations tactiles et cénesthésiques perçues comme des sensations des brûlures, des fourmillements ou peuvent même donner l’impression qu’un des organes disparait, ou qu’on a l’impression d’être possédé, dématérialisé.

  • Les hallucinations olfactives et gustatives sont des types des hallucinations moins précises que les autres types d’hallucinations, elles sont habituellement pénibles et désagréables.

  • Les hallucinations psychiques perçues comme des phénomènes qui viennent d’ailleurs : «on» lui impose des images dans la tête, «on» l’oblige à revoir des scènes, des rêves ou des souvenirs. Celui-ci ressemble à une transmission de pensées, de la «télépathie» et à des idées imposées.


Source: http://www.iusmm.ca/...izophrenie.html

Celle qui m'avait particulièrement intéressée était l'hallucinations de type cénesthésique. À titre d'exemple, un individu pourrait avoir l'impression qu'un serpent s'enroule autour de sa colonne vertébrale et donc en être fortement incommodé. Sa démarche, son comportement, ses propos seront donc influencés par ce genre d'hallucination.

Aussi, il faut savoir qu'il n'y a pas un portrait type de l'individu vivant avec la schizophrénie puisqu'il y a différent sous-type de schizophrénie:

Les cinq sous-types les plus communs sont:
  • Paranoïde : caractérisé par la forte présence d’illusions et d’hallucinations. Ce type implique généralement une moindre dépréciation fonctionnelle et offre le meilleur espoir d'amélioration.
  • Catatonique : les personnes atteintes de ce sous-type n'ont pas d'interaction avec les autres. Le malade présente des positions bizarres, des gestes vides de sens ou est dépourvu d'activité.
  • Désorganisé : caractérisé par des pensées désorganisées et des expressions inappropriées sur le plan émotionnel. Il implique, généralement, l'atteinte la plus sévère sur le plan fonctionnel.
  • Indifférencié : il représente le plus grand nombre de personnes atteintes de schizophrénie. Ici, les symptômes dominants appartiennent à plus d'un sous-type.
  • Résiduel : ce type se distingue par de longues périodes sans symptôme positif important pendant que d'autres symptômes continuent d’évoluer.

C'est vraiment une maladie complexe.

Par ailleurs, une autre information qui m'avait vraiment intéressée est que les individus atteints de schizophrénie ont un des plus haut taux de tabagisme dans la population:

Alors que dans l’ensemble de la population de 20 à 30 % des adultes fument, cette proportion atteint 80 % chez les schizophrènes. Par comparaison, le taux de tabagisme est de 30 à 40 % chez les autres patients psychiatrisés.

Les chercheurs ne l'expliquent pas encore clairement mais voici la piste d'une chercheur en psychiatrie, Mme Sandra Boye:

Selon la chercheuse, il existerait probablement un substrat neurobiologique particulier commun à la schizophrénie et au tabagisme, une hypothèse partagée par les autres chercheurs dans ce domaine. «Le système dopaminergique, qui est lié au plaisir et à la récompense, est très sensible chez les toxicomanes et chez les schizophrènes, indique-t-elle. Les uns et les autres ont peut-être une base neurologique qui les amène à rechercher cette stimulation provoquée soit par le tabac, soit par les autres drogues.»

Source: http://www.nouvelles.../227/index.html

J'sors un peu du sujet en titre, bien sûr, mais bon je me permets de partager mes découvertes sur le sujet.

Je me censure un peu parce que sinon je vais vous écrire des paragraphes et des paragraphes sur le sujet!

J'vais d'ailleurs vérifier s'il n'y a pas un sujet plus complet sur le forum à ce sujet.

Edit: J'ai vérifié, il ne semble pas y avoir de sujet se centrant sur le sujet de la schizophrénie, je suis surprise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Suffit de prendre des drogues dures pour recréer les hallucinations d'un schizophrène.

En voilà une belle foutaise.

Et par drogue dure, à laquelle penses tu ? J'serais curieux de t'entendre.

Ce qui distingue les hallucinations auditives d'une personne souffrant de schizophrénie, de celles d'une personne ayant ingéré un psychotrope est le fait qu'elles proviennent de l'extérieur et non de l'intérieur.

Sous psychotropes, les hallucinations auditives tiennent plus de l'imagination d'une voix que de l'imposition de celle-ci, c'est nous qui la créons et non la subissons.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En voilà une belle foutaise.

Et par drogue dure, à laquelle penses tu ? J'serais curieux de t'entendre.

Ce qui distingue les hallucinations auditives d'une personne souffrant de schizophrénie, de celles d'une personne ayant ingéré un psychotrope est le fait qu'elles proviennent de l'extérieur et non de l'intérieur.

Sous psychotropes, les hallucinations auditives tiennent plus de l'imagination d'une voix que de l'imposition de celle-ci, c'est nous qui la créons et non la subissons.

Aucune en particulière.

Intéressante tout de même ta réflexion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par Charlemagne
      Je sais pas si c'est une nouvelle pour tous, mais il peut maintenant reprendre ses activités de psychiatre.
      Sacré bonhomme!
    • par RBC
      Il existe beaucoup de malades mentaux sur le Dépotoir per capitat et je me demande bien pourquoi on en a ramassé autant à travers les années. Quel est le fil conducteur ? Attention, je ne présume pas que tout le monde l'est, on parle ici d'une minorité de membres mais la concentration est si forte que forcément on doit relever cette statistique et escalader le problème. 
      Est-ce que c'est symptomatique de la génération Y et des millénium ? Est-ce que ça se manifeste à cause de l'utilisation de certaines drogues qui révèlerait les prévalences génétiques de certains adolescents, jeunes adultes chez qui ce ne se serait pas manifesté autrement ? 
      J'aimerais bien qu'on analyse les données démographiques des utilisateurs et qu'on compare les charts.
      Étant sérieux dans ma démarche, il ne s'agit pas de prétendre qu'untel est atteint d'une maladie il faut que cette personne ait déjà un diagnostic reconnu.
      En ce qui concerne le dossier de la schizoprhénie et des psychotropes :
      McGuire et autres, ont trouvé que les personnes qui étaient de grands consommateurs de cannabis et qui avaient développé une psychose, avaient 10 fois plus de chances d’avoir des antécédents familiaux de schizophrénie que celles qui souffraient de psychose mais qui ne consommaient pas de cannabis (1995). Donc dans cette étude, le fait de développer la schizophrénie est la conséquence d’un stresseur (le cannabis) agissant sur la diathèse génétique et causant la schizophrénie.
      Quelques années plus tard, Caspi et autres (2005), ont pris cette approche génétique et ont évalué le gène catéchol-O-méthyltransférase (COMT). Leur justification raisonnée pour cela est que le COMT est impliqué dans le métabolisme de la dopamine dans le cortex préfrontal et qu’une dysrégulation dopaminergique jouait un rôle dans la pathogénèse de la schizophrénie.
      Les auteurs ont conclu que le lien entre le cannabis et la psychose était modéré par un polymorphisme du gène COMT. Donc, ceux qui consommaient du cannabis dans l’adolescence et qui étaient porteur de l’allèle valine COMT, avaient plus de chances de développer des symptômes psychotiques. Par contre, les adolescents qui avaient deux copies de l’allèle méthionine ne présentaient pas ce risque, même s’ils consommaient du cannabis. Cette étude présentait une forte preuve du modèle cognitif de diathèse du stress, relativement au cannabis et la psychose.
      Sur les dangers des réseaux sociaux sur la santé mentale de ses utilisateurs (adolescents) :
      L’étude a été menée au Canada par l’agence de santé de la ville d’Ottawa. Elle conclut «que les adolescents qui sont sur les réseaux sociaux deux heures ou plus par jour ont de façon significative plus de chances d’avoir une santé mentale fragile, d’être dans la détresse psychologique et d’avoir des pensées suicidaires». 
      L’étude a été menée auprès de 750 lycéens et étudiants. Si elle ne prouve pas directement la causalité entre la présence quotidienne de deux heures et plus sur les réseaux sociaux de 25% des jeunes interrogés et les risques «significativement» plus importants de troubles psychologiques, elle souligne le lien entre les deux comportements. Les adolescents qui ont des problèmes psychologiques sont plus susceptibles d’utiliser les réseaux sociaux qui en retour contribuent à créer ou alimenter ces difficultés.
      Sur la culture du selfie et ses répercussions sur la stabilité psychologique : 
      Si le selfie peut aider à la confiance en soi, alors il n’y a pas d’inquiétudes à avoir sur la jeunesse actuelle. Mais si le selfie ne fait qu’exacerber l’égo à l’extrême, alors on est mal barré.
      Comme ce fut le cas de Danny Bowman, un jeune homme de 19 ans qui, après avoir pris plus de 200 selfies en une journée, a tenté de mettre fin à ses jours pour n’avoir pas réussi à prendre le selfie parfait. Selon le psychiatre de la clinique où il est allé se faire soigner, son cas n’est pas unique. D’après lui, le selfie peut entraîner la vanité à son paroxysme et causer quelques dommages mentaux.
      En Thaïlande, le département de la santé mentale veut sensibiliser les jeunes aux dangers du selfie, qui entraîne une dépendance et peut nuire à l’estime personnelle. Pourtant, ce n’est pas parce qu’un selfie n’a pas récolté le nombre de mentions «J’aime» espéré qu’il est pour autant pourri.
      Le selfie serait donc non seulement dangereux au volant (une autre tendance à ne pas suivre), mais aussi à la santé mentale. D’ailleurs, la rumeur court que l’American Psychiatric Association estimerait que les selfies relèvent de la maladie mentale. Ce qui n’est pas confirmé par celle-ci. Cependant il est plus que probable qu’un individu ayant une prédisposition à certains déséquilibres mentaux serait plus sujet à devenir obsessif en se frottant aux selfies.
    • par Sikaneba
      La schizophrénie infantile est habituellement diagnostiquée vers l’âge de 5 ans. Dans le cas de la petite Jani Schofield, selon toute vraisemblance, elle serait venue au monde schizophrène, ce qui est plutôt rare ou rarement observé à un si jeune âge.
      J’avais déjà vu un reportage sur elle sur une station américaine, mais Canal Vie a repris ce reportage et l’a présenté lors de son émission Mon Histoire Troublante.
      Les comportements de cette petite fille sont excessivement fascinants. Elle vit dans un monde peuplé d’animaux, de chiffres, etc. Son intelligence est toutefois remarquable car dès l’âge de 5 mois, elle était capable de pointer son nez et ses yeux lorsque ses parents lui demandaient et elle était capable d’identifier différents animaux sur un jouet. À l’âge de 5 ans, son QI était au-delà de 130.
      Ce qui est remarquable, c’est aussi la détermination des parents à vouloir que leur fille évolue dans un monde le plus normal possible. Le but principal est de faire en sorte qu’elle ne soit pas institutionnalisée et qu'elle soit heureuse malgré cette grave maladie.
      Je laisse un lien
      qui résume brièvement la vie de cette enfant et de sa famille. Pour ceux que ça intéresse, en tapant Jani Schofield sur Youtube, vous pourrez avoir un aperçu plus détaillé du quotidien de cette famille.La question se pose donc, auriez-vous le courage d'élever une enfant atteinte à ce point?
    • par xdrox
      Voici les mots-clés les plus populaires qui sont recherchés sur Google et qui... ouf, et c'est là que c'est embarassant, amènent un paquet de visiteurs sur le Dépotoir.
      manon massé
      pourquoi les noirs
      pourquoi les noirs pu
      plq
      pas le temps de niaiser
      manon massé moustache
      tequila heineken
      pourquoi les noirs sentent mauvais
      annie dufresne summum
      miley cyrus nu
      pas ltemps dniaiser
      annie dufresne nue
      pourquoi les noirs pue
      anne marie losique age
      plotte
      karine vanasse nu
      boite ouverte
      instant gagnant call tv.ca
      pourquoi les black sentent fort
      depotoire
      pourquoi les noirs puent
      sexy18
      samantha ardente
      lara logan viol
      sauf une fois au chalet
      histoire viol collectif
      And on, and on...
      Décidément, on attire une clientèle éduquée.
×
×
  • Créer...