Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Non, justement... mais bon, devant le poids de tes arguments... oh wait...

Je veux pas arguementer avec toi, je voulais juste dire que tu avais tort, après si tu veux rester dans l'ignorance c'est pas mes affaires.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je déterre mes vieux cours de psychologie ici (god ca me vieillit mais bon) et un de mes profs (qui se spécialisait la dessus mais les détails du contexte m'échappent) avait fait une présentation très détaillée en dénottant la distinction entre le psychopathe et le sociopathe.

Bref, le résumé (sans trop répéter mon message précédent):

Le sociopathe "se sépare en deux" (je ne parle pas de dédoublement de personnalité ici...): il est capable de séparer la version de lui qui doit commettre les actes x ou y de sa vie dite "normale". Oui il DOIT passer aux actes pour être "bien" mais il est capable de se controler et de controler l'environnement dans lequel il commettra ses actes. Donc il sera capable de "gérer son malaise" en attendant d'être capable de le mettre en pratique en couvrant ses traces (le succès de ceci n'est pas lié à sa maladie mais bien a son "talent" de criminel si on veut).

Le psychopathe lui n'est pas capable d'effectuer ladite gestion. Quand ça fait crac, ca va revoller. Oui, des fois ca sera prémédité, d'autres fois non. Mais la "self-preservation" ne sera pas un facteur déterminant dans l'équation. Quand le vase se remplit, faut que ca sorte.

Exemple:

Jeffrey Dahmer == Sociopathe

Kimveer Gil == Psychopathe

Du moins c'est ce que j'avais appris il ce fut un temps dans une ancienne vie!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suppose qu'on peut certainement être affligé des deux troubles, qu'en penses-tu?

C'est sûrement rare par contre.

J'avais fait une petite recherche approfondie ces dernières semaines d'ailleurs, sur deux troubles de la personnalité diamétralement opposé: limite et psychopathie. C'était des vieilles études par contre.

Surprise: on peut présenter les deux profils.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suppose qu'on peut certainement être affligé des deux troubles, qu'en penses-tu?

C'est sûrement rare par contre.

J'imagine qu'un sociopathe peut perdre les pédales et devenir un psychopathe (soit par un évenement x ou par une dégénérescence de son état mental)

Mais je m'imagine mal l'inverse se produire...

Mais pour ce bout la, je spécule...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toujours est-il que si tu tombes sur des textes/articles/recherches interessants sur le sujet, hésite pas à partager, hein?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici une étude reliant la psychopathie et la dopamine secrétée. [link]

«people with high levels of psychopathic traits had almost four times the amount of dopamine released in response to amphetamine»

Ça explique en bonne partie leurs tendances à se focaliser sur leurs buts sans tenir compte des conséquences.

Par exemple:

De 37:30 à 38:45

L'interview au complet est intéressante. Sa voix semble bien bémoliser ses propos, ce qui aide pour ceux et celles qui ont le cœur sensible.

Un autre point important:

«There is considerable evidence that the dopamine system is part of the brain system that mediates seeking but not part of the system that mediates liking. Drugs that increase the effects of dopamine (most notably stimulants such as methamphetamine or cocaine) produce corresponding increases in seeking behaviors, but do not greatly alter expressions of pleasure.» [link] (pdf en download)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci bien.

Je regarde ça avec attention sous peu.

Ça me semble très intéressant le lien fait au sujet de la dopamine.

Ajout:

Après quelques petites recherches sur "The Iceman"(et le visionnement du reportage), je constate qu'il y a un film sur cet homme (film basé sur un livre.)

Ce qui est quand même " troublant" c'est qu'il était perçu par sa famille comme un père et un époux exemplaire.

Je vais jeter un oeil sur le pdf que t'as aussi inclus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me souviens pas avoir mis ce lien sur ce sujet...

Si oui, mes excuses.

Donc, un livre (en anglais), sur le sujet à télécharger gratuitement (pdf) en ligne:

The mask of sanity

Petite préface de la première édition en spoiler.

(Le livre complet en lien, ci-bas.)

THE PRESENT VOLUME grew out of an old conviction which increased

during several years while I sat at staff meetings in a large neuropsychiatric hospital.

Many hundreds of such cases as those presented here were studied and discussed. The

diversity of opinion among different psychiatrists concerning the status of these patients

never grew less. Little agreement was found as to what was actually the matter with

them. No satisfactory means of dealing with them was presented by any psychiatric

authority, and meanwhile their status in the eyes of the law usually made it impossible to

treat them at all. They continued, however, to constitute a most grave and a constant

problem to the hospital and to the community.

Since assuming full-time teaching duties at the University of Georgia School of

Medicine, I have found these patients similarly prevalent in the wards of the general

hospital, in the outpatient neuropsychiatric clinic, and in consultation work with the

various practitioners of the community and with the hospital staff. The overwhelming

difficulty of finding facilities for their treatment has been no less urgent than the yet

unanswered question of what measures to use in treatment. How to inform their

relatives, the courts which handle them, the physicians who try to treat them, of the

nature of their disorder has been no small problem. No definite or consistent attitude

on the part of psychiatric authorities could be adduced in explanation; no useful legal

precedent at all could be invoked, and no institutions found in which help might be

sought by the community.

I should like here to express my appreciation for their encouragement and

guidance about this and about other neuropsychiatric problems to Dr. R. T. O'Neil,

Dr. William M. Dobson, Dr. M. K. Amdur, Dr. O. R. Yost, and Dr. M. M.

Barship. To all of them as colleagues, and in varying degrees as teachers, during my

years with the United States Veterans Administration, I am sincerely grateful.

Dr. John M. Caldwell, of the U.S. Army Medical Corps, Dr. Cecile Mettler, Dr.

Phillip Mulherin, Dr. F. A. Mettler, Dr. Lane Allen, and Dr. Robert Greenblatt, all of

the faculty of the University of Georgia School of Medicine, I should like to thank for

their interest and helpful criticism in the preparation of this work. Nor can I fail to

mention here the kindness and

active cooperation of other departments in the School of Medicine which, though less

directly related to the present study, have been a valuable and constant support to the

Department of Neuropsychiatry.

Though I name only a few, I should especially like to

express appreciation to Dean G. L. Kelly, Dr. J. H. Sherman, Dr. C. G. Henry, Dr. E. E.

Murphey, Dr. Perry Volpitto, Dr. R. F. Slaughter, Dr. R. H. Chaney, Dr. W. J. Cranston,

Dr. H. T. Harper, Dr. Lansing Lee, and Dr. J. D. Gray. The interest and understanding

shown by these and others in the problems of the newly organized full-time

Department of Neuropsychiatry have been more helpful than they know.

To Dr. Lawrence Geeslin, Dr. C. M. Templeton, Dr. Joe Weaver, Dr. Alex Kelly,

and Dr. DuBose Eggleston, all of the Resident Medical Staff at the University Hospital,

I am grateful for their fine and wise efforts to make neuropsychiatry an effective

influence on the wards of a general hospital.

It is hard to see how the present manuscript could have reached completion

without the understanding and energy contributed to its making by my secretary, Miss

Julia Littlejohn.

Mr. Berry Fleming and Mr. Donald Parson, one as a distinguished novelist and

one as a poet, but both sharing the psychiatrist's interest in human personality, have

kindly made available to me their valuable points of view.

This volume owes a large debt to Dr. W. R. Houston, formerly Clinical Professor

of Medicine in the University of Georgia School of Medicine, now of Austin, Texas. As

my first teacher in psychiatry and still as a bracingly honest critic and a skeptical but

always heartening guide, Dr. Houston's uncommon learning in many fields and his

kindness have been an important support.

Most of all it is my pleasure to thank Dr. V. P. Sydenstricker, Professor of

Medicine in the University of Georgia School of Medicine, whose genuine human

qualities no less than his specific achievements in medicine and his remarkable energy,

have encouraged, year after year, scores of less seasoned and sometimes groping

colleagues to do sounder work and to find joy that is the stuff of life in even those daily

tasks that would in another's presence become mere routine. Real wisdom joined with

real humor cannot fail to be expressed in a rare and discerning kindness. These

qualities, all in full measure, have done more not only to deal with illness, but also to

reintegrate at happier and more effective levels those who have worked with him than

their possessor can realize. It is indeed difficult to express fairly the gratitude which

informs this writer in mentioning the constant encouragement, generous help, and the

major inspiration that have come from Dr. Sydenstricker to the Department of

Neuropsychiatry.

HERVEY CLECKLEY

Augusta, Georgia, 1941

http://www.quantumfu...re/sanity_1.PdF

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci bien.

Je regarde ça avec attention sous peu.

Ça me semble très intéressant le lien fait au sujet de la dopamine.

Ajout:

Après quelques petites recherches sur "The Iceman"(et le visionnement du reportage), je constate qu'il y a un film sur cet homme (film basé sur un livre.)

Ce qui est quand même " troublant" c'est qu'il était perçu par sa famille comme un père et un époux exemplaire.

Je vais jeter un oeil sur le pdf que t'as aussi inclus.

Ouais Richard Kulinski existe pour vrai. Le film est tiré de sa biographie.

The Iceman était pas mal comme film. Je donnerais 8 / 10.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui a fait joujou avec mes Tags? C'est mal. Très mal.

Bon...

Ceci dit, je suis tombé sur un article intéressant ce soir:

http://www.psychomed...e-tetrade-noire

Le sadisme dans le quotidien est relativement fréquent

La plupart du temps, nous essayons d'éviter d'infliger une douleur aux autres et quand nous blessons quelqu'un, nous éprouvons habituellement une culpabilité, des remords ou d'autres sentiments de détresse.

Mais pour certains, la cruauté peut être agréable et même excitante. Une nouvelle étude, publiée dans la revue Psychological Science, suggère que ce genre de sadisme est plus fréquent qu'on pourrait le penser.

Deux études menées par le psychologue Erin Buckels de l'Université de la Colombie-Britannique montrent que les personnes qui obtiennent un score élevé sur une mesure de sadisme semblent tirer plaisir de comportements qui blessent les autres.

"Il peut sembler difficile de concilier le sadisme avec le concept defonctionnement psychologique "normal", mais nos résultats montrent que les tendances sadiques chez des personnes par ailleurs bien adaptées doivent être reconnues", dit Buckels. "Ces gens ne sont pas nécessairement des tueurs en série ou des déviants sexuels, mais ils retirent un bénéfice émotionnel en causant ou simplement en observant la souffrance des autres."

Se basant sur leurs travaux antérieurs portant sur la triade noire de la personnalité, Buckels et ses collègues Delroy Paulhus et Daniel Jones, ont fait l'hypothèse que le sadisme est un aspect distinct de la personnalité qui se joint à trois autres - la psychopathie, le narcissisme, et le machiavélisme - pour former une tétrade noire.

Pour vérifier leur hypothèse, ils ont examiné le sadisme de tous les jours dans des conditions contrôlées en laboratoire. Ils ont recruté 71 participants pour une étude qu'ils disaient porter sur la personnalité et la tolérance à des emplois difficiles. Les participants devaient choisir entre plusieurs tâches désagréables: tuer les insectes au moyen d'un moulin à café, aider l'expérimentateur à tuer les insectes, nettoyer des toilettes sales ou tolérer la douleur de l'eau glacée.

12,7% ont choisi la tâche de tolérance à la douleur, 33,8% celle de nettoyage de toilette, 26,8% celle d'aider l'expérimentateur à tuer les insectes et 26,8% celle de tuer les insectes.

Comme attendu, ceux qui ont choisi de tuer des insectes avaient les scores les plus élevés sur une échelle mesurant les pulsions sadiques. Plus ils étaient sadiques, plus ils étaient susceptibles de choisir cette tâche.

Ceux ayant des niveaux élevés de sadisme qui ont choisi de tuer les insectes ont rapporté beaucoup plus de plaisir que ceux qui ont choisi une autre tâche, et leur plaisir semblait être en corrélation avec le nombre d'insectes tués.

Une deuxième étude a montré que, parmi les participants qui avaient des scores élevés aux traits de la triade noire, seuls ceux qui étaient sadiques ont choisi d'intensifier des explosions de bruit blanc dirigées vers un adversaire innocent quand ils réalisaient que ce dernier ne riposterait pas. Ils étaient aussi les seuls à vouloir consacrer plus de temps et d'énergie supplémentaire pour faire sursauter l'adversaire avec le bruit.

Ces résultats suggèrent que les sadiques possèdent une motivation intrinsèque à infliger des souffrances à des innocents, même à un coût personnel, soulignent les chercheurs. Une telle motivation est absente chez les gens qui présentent les traits de la triade noire.

Les chercheurs espèrent que ces résultats permettront d'élargir le point de vue des gens sur le sadisme comme aspect de la personnalité qui se manifeste dans la vie quotidienne en aidant à dissiper l'idée que le sadisme est limité aux déviants sexuels et aux criminels.

Ils continuent d'étudier le sadisme de tous les jours, incluant son rôle dans les comportements de trolling en ligne. La culture du trolling est unique, Buckels, en ce qu'elle célèbre explicitement le plaisir sadique. Ils explorent également des formes vicariantes de sadisme, tel que l'appréciation de la cruauté dans les films, les jeux vidéo et les sports.

Les chercheurs croient que leurs résultats ont le potentiel d'éclairer la recherche et les politiques sur la violence conjugale, l'intimidation, la maltraitance des animaux, et des cas de brutalité militaire et policière.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On parle d’une prévalence de 3% chez les hommes et 1% chez les femmes. Certaines études révèlent des taux de prévalence encore plus élevés mais bon, j’aime m’en tenir à mon bon vieux DSM.

Quel % tuent du monde ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas.

J'ai pas cherché mais si on part du principe qu'un vrai psychopathe/sociopathe est possiblement assez prévoyant pour éviter de laisser des traces qui mèneront jusqu'à lui, il serait logique de croire qu'aucune étude ne peut être juste.

Toi qui adore chercher, je suis surprise que tu ne me présentes pas une réponse, d'emblée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens coco, un élément de réponse. Je sais pas si tu peux décortiquer ça pour nous?

Mais tu sais, à la quantité de lien se trouvant sur le sujet, je suis sûre qu'y a moyen de trouver un semblant de réponse - mais je reste certaine que comme pour les stats sur le viol, ça risque d'être des resultats biaisés.

http://books.google.ca/books?id=UqQIyvX5prAC&pg=PA207&lpg=PA206&ots=aVjZXBTVgj&focus=viewport&dq=pr%C3%A9valence+meurtre+psychopathe&hl=fr&output=html_text

Le crime parfait n'existe pas.

Quel % des meurtres sont commis par des psychopathe ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gerald Gallant a réussi 28 homicides avant de se faire attraper. Richard Kuklinski probablement 250.

Les 2 étaient tueurs à gages pour des organisations criminelles. Les 2 étaient très méthodiques.

Le crime parfait existe quand la police n'a pas la possibilité d'arrêter les suspects.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

La psychopathie et la sociopathie sont deux manifestations différentes du trouble de la personnalité antisociale.

Il y aune prévalence de la personnalité antisociale en prison considérablement plus élevée – 60 % – que dans la population générale (2 à 3 %)

#

14,8% des délinquants condamnés pour homicide sont au premier degré.

#

Il y a environ 2 meurtres par tranche de 100 000 habitants par an au Canada.

96% sont des hommes.

95 % des homicides sont élucidés

L'espérance de vie est d'environ 80 ans.

En multipliant tous ses chiffres ensemble j'arrive au chiffre de 10% pour les hommes psychopathes.

En utilisant les chiffres du Honduras soit 50 homicides/100 000, j'arrive à 250 % ce qui me fait réaliser que je n'ai pas tenu compte du fait qu'il y a du monde qui commettent plus qu'un homicide.

Modifié par Rococo pas Rocco

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une petite mise à jour de mes dernières lectures. Vos réflexions/commentaires sur le sujet étant toujours les bienvenus.

Le cerveau de certains criminels les rendent insensibles à la punition.

La structure cérébrale des criminels à personnalité psychopathe présenterait des anomalies empêchant la modification du comportement après une sanction.
http://sante.lefigar...sibles-punition

Après une première IRM, les chercheurs ont constaté que les hommes souffrant de psychopathie présentaient tous des anomalies au niveau de la matière grise et de la substance blanche contenues dans deux zones du cerveau associées à l'empathie, à la capacité de traitement des émotions, comme la culpabilité et l'embarras, ainsi que du raisonnement moral. «Un diagnostic caractéristique de la psychopathie», explique Nigel Blackwood, chercheur en psychiatrie médico-légale à l'université King College de Londres et auteur de l'étude, «Ces mêmes régions du cerveau sont également impliquées dans l'apprentissage de la récompense et de la punition».

Les participants ont ensuite été évalués sur leur capacité à ajuster leur comportement face aux répercussions positives ou négatives de leurs actes. Soumis à un test simple visant à associer des images entre elles, ils ont reçu des récompenses ou sanctions sous forme de bons et mauvais points à chaque réponse.

«Les psychopathes ne sont pas parvenus à tirer des enseignements des conséquences d'une punition, ni à adapter leur comportement par la suite», souligne le Pr Blackwood. Les auteurs de l'étude se sont également penchés sur l'activité cérébrale des participants durant le test et ont constaté que les agresseurs psychopathes développent des réponses anormales face à la sanction.

«En revanche, les criminels non psychopathes ont montré un fonctionnement cérébral similaire à celui des personnes n'ayant jamais commis de crimes», précise le chercheur.

Sinon, question ouverte à ceux qui souhaiteraient répondre au sujet:

La violence: innée ou acquise?

Personnellement, j'irais pour un combiné des deux. En ce sens que divers évènements au court de l'existence peuvent forger un type de personnalité mais je crois aussi qu'il faut avoir une prédisposition biologique pour user de ces acquis.

Un petit article sur le sujet.:

"Nait-on meurtrier"

http://www.levif.be/...mal-372083.html

En octobre 2014, une étude effectuée sur plus de 800 Finlandais publiée dans la revue spécialisée Molecular Psychiatry a fait beaucoup de bruit. Elle avance que les gènes mutés, appelés Maoa et CDH13, seraient "associés à des comportements extrêmement violents". Un individu sur cinq en serait porteur. Le gène Maoa muté réduit la production d'une enzyme (la monoamine-oxydase) qui joue un rôle dans le risque de devenir délinquant. Le gène CDH13 est lui impliqué dans des troubles du contrôle de l'impulsivité. Lorsque l'étude sort, plusieurs voix s'élèvent néanmoins pour indiquer que la mutation de ce gène entraîne des anomalies dans l'ensemble du physique. Et ne peut donc être tenu comme unique responsable d'une plus grande agressivité.

J'ai eu - encore - une conversation au sujet des troubles de la personnalité avec un psy, récement (Non, pas en contexte de consultation ^^): la question qui ne cesse de me fasciner et pour laquelle je ne trouve réponse: La personnalité et ses traits (pathologiques ou non) est-elle immuable?

Peut-on "guérir" d'une personnalité antisociale, par exemple? Ou les traits ne font que s'atténuer pour simplement passer plus inaperçu aux yeux de "tous"?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Absence de limites, ego surdimensionné, génie créatif.

De plus il s'appuie sur ses cheerleaders de Violvocal.

Ca manque de finesse pour être vraiment machiavélique mais ce mec est clairement malade

En même temps je l'admire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vraiment un taré ce type.

Le père LeCorre est mort d'un infarctus 2 semaines environ après l'appel. Et comme c'est pas suffisant, il va encore narguer le fils ensuite..

Bref, un beau spécimen d'être humain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×