Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

tumblr_m9a4x4UvlG1ra794mo1_400.jpg

tumblr_mybphh8L2N1rvzbjoo1_400.jpg

Se faire retirer, chirurgicalement, les mamelons. La nouvelle mode en modification corporelle...

Je suis peut-être en retard mais jamais entendu parlé.

Et la question c'est...

Pourquoi?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout ce qui dépasse Tatoo et Piercing ben normal (arcade sourcilière, oreille, nez, lèvre) j'ai ben de la misère...

Donnez-mois une fille avec une belle manche bien faite et un beau p'tit piercing sur la lèvre ou le nez un peu discret, miam!

Trop c'est comme pas assez!

10366222_903801486302473_8754039834345299372_n.jpg

piercing-nez-bijou.jpg

c'est rendu fucking weird tout ce qui se fait maintenant, jsute pour le trip d'aller plus loin et car ca s'est jamais fait ou pour être différent (LOL). Prochain : se couper des bout d'orteils. s'oter des gros morceau de peau en forme de lettres, se coudre les oreilles apres les joues!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’ai moi-même quelques tatouages, piercing et scarifications alors je suis pourtant à même de saisir un peu de quoi il en retourne en terme de modification corporelle mais je ne sais pas pourquoi, quand il est question d’enlever/sectionner quelque chose, j’ai beaucoup plus de difficulté à saisir la démarche. Bref, petite lecture du jour, bonjour!

Dans le cadre de ce colloque, et en tant que psychologue clinicien d’inspiration psychanalytique, il m’a semblé intéressant de proposer quelques réflexions embrassant les questions du corps et du savoir. Et c’est à partir d’une approche de modifications corporelles telles que les piercings, les tatouages et les implants, que je me suis proposé de le faire.

Pour le psychologue clinicien que je suis, le corps se déploie selon trois dimensions, empruntées à la conceptualisation de Jacques Lacan et identifiées comme constituant la vie psychique, à savoir : le Réel, l’Imaginaire et le Symbolique. Le Réel du corps concernerait un pur corps de sensations, de ressentis, et dont nous avons bien du mal à dire quelque chose, parce qu’il nous dépasse, excède la capacité des mots à retranscrire exhaustivement ce qui s’y déroule. En cela, le Réel du corps est au-delà du langage. Le corps Imaginaire renvoie lui à l’image que nous avons de notre corps, laquelle image a pour responsabilité de nous représenter auprès de l’autre. Il nous sert d’interface avec l’autre, et c’est conséquemment le corps du moi, visé et concerné par l’esthétique, la mode, la vêture. Le corps Symbolique enfin renvoie au fait qu’un corps, ça se parle, et c’est parlé. Au-delà de son efficacité descriptive, le langage se traduit par des effets concrets, physiques, sur le corps. Le corps Symbolique évoque ainsi la manière dont le langage vient marquer le corps, l’habiter, le travailler.

Chaque sujet humain voit son existence jonchée d’événements et d’épreuves. Ces moments peuvent constituer la matrice de ce que nous appelons « l’expérience », certes, mais également d’une certitude. Le sujet y apprendrait en effet quelque chose « sur lui-même ». Or, la psychologie clinique nous enseigne que certains sujets se livrent ici à un acte, une scansion, en procédant à une modification corporelle. Une célébration qui entend prélever un moment fort de leur existence, discriminé ainsi du flot du temps qui passe. Un événement (examen, rencontre amoureuse, épreuve difficile, naissance, pacte amical, promotion sociale,) qui trouve ainsi à s’éterniser dans la chair, ou du moins à la remanier. Un peu comme si l’être humain craignait d’oublier, que ne s’évanouisse un de ces moments vécu comme majeur, mais dont le sujet ne parvient d’ailleurs pas toujours à dire pourquoi il l’est.

Or, si ces moments sont si importants pour le sujet, au point d’en conserver un repère sur la géographie de son corps, propre à raviver le souvenir d’un tel événement, peut-être n’est-ce pas par hasard : quelque chose de viscéralement attaché à l’intimité du sujet serait là engagé, dans les méandres de l’inconscient, articulant des enjeux et problématiques au cœur même de la vie psychique. Pour le dire autrement, quelque chose qui serait lié à un certain savoir sur lui-même, souvent obscur, mais auquel une référence s’établirait ici et dont il voudrait pouvoir se souvenir, « l’écrivant » sur le corps, le hissant à la surface de sa peau.

Mais n’est-ce pas là le témoignage d’une incapacité à « dire », à laquelle se substituerait un acte ? Or la modification corporelle, au-delà de l’acte même, « fait parler ». Et c’est en parlant que le sujet, finalement, en vient à nouer des liens avec l’autre, à prendre une place dans le monde social et à parler de lui (ce qui relève des registres Imaginaire et Symbolique). Il peut évoquer alors une vérité sur lui-même qu’il pense avoir cernée, et qu’il se propose d’assumer en déployant un discours sur son corps modifié.

La modification corporelle pourrait ainsi permettre à certains sujets de rendre « palpable » une expérience de vie, associant un foyer charnel dynamique (le corps étant le théâtre des sensations dues à la procédure de modification elle-même) à un vécu psychique. Ladite expérience ne serait plus évanescente, mais inscrite dans un corps où elle négocierait un point d’ancrage : il s’agirait pour le sujet d’inscrire un savoir sur lui-même dont il souhaiterait conserver une trace. Et il accéderait donc à la possibilité d’une mémoire de sujet via la mémoire d’un corps thésaurisant les sceaux d’expériences structurantes, ponctuant son existence. Le Réel du corps y serait engagé dans le vécu de la modification, le corps Imaginaire dans le bénéfice en représentation de soi, le corps Symbolique dans ce quelque chose qui touche à la vérité inconsciente du sujet et chercherait à se parler dans la chair.

Nous pouvons prolonger ces réflexions en nous demandant si la modification corporelle ne serait pas aussi un moyen pour le sujet d’en apprendre davantage sur lui-même, à travers la connaissance de son propre corps. Il s’agirait là pour le sujet de s’affronter à ce Réel du corps, et par ricochet à glaner la prétention d’un certain savoir sur lui-même, malgré l’incapacité des mots à tout dire des mystères du corps. Une manière donc d’accéder à un « savoir-faire » avec le corps, avec cette tentative de domestiquer le corps en le prenant dans les deux autres registres. Le registre imaginaire d’une part, avec l’appropriation de soi à travers la volonté agissante de faire de son corps quelque chose de « beau » pour le sujet. Un corps qui serait apte à le représenter dans ce qu’il pense être et qu’il exhiberait devant l’autre, le tout s’agrémentant parfois d’une stature potentiellement valorisante – celle de celui ne craint pas la douleur de la modification, et qui connaîtrait les clés du corps – ; le Registre symbolique d’autre part, avec une ouverture sur la parole qui permettrait au sujet de parler de lui-même en parlant de son corps, et autoriserait l’autre à l’interroger sur ce qu’il tente de capitaliser et de donner à voir là, avec son corps (choix de vie, valeurs, savoir sur soi-même).

Ainsi donc les modifications corporelles pourraient-elles aussi permettre au sujet de saisir plus profondément ce qui pourrait le structurer, le définir dans son rapport à l’autre, et dévoiler des solutions envisagées pour s’affronter au Réel du corps. Et tenter d’évoquer, par rebond, quelque chose d’un savoir sur lui-même… ou du moins ce qu’il croit savoir.

Julien Léon :

Mémoire du corps et mémoire du sujet dans la modification corporelle: http://revel.unice.fr/symposia/corpsetsavoir/?id=219

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais non, c'est rien ça... Laisse-moi te donner une raison de dire "Eurk":

finediningcensored.pngfinedining.pngfinediningpullback.pngmultipierceunedited.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet. Je comprends vraiment pas cette mode la.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y a un truc qui m'a toujours fasciné.

La suspension. C'est des trous de piercing guéris donc c'est pas aussi souffrant que ça en à l'air.

b34467226d8e2629cc28d245064699dc.jpg

J'avais vu un film qui traitait de modification de ce type, le personnage principal (CptHowdy) pratiquait la suspension . C'etait pas excellent comme scénario et c' etait bourré de cliché mais m'avait attiré par l'univers un peu sadique ...et la musique. Le film donnait un aperçu très superficiel de la sous-culture mentionnée ici mais c'était quand même un film à voir si l'intérêt y est.

Strangeland de Dee Snider, le chanteur de Twisted sisters...

Je continue à trouver des modifications qui soulèvent tant de questionnement.

Comme ça par exemple:

"Eyeball tattoos" (technically, ink injections into the sclera or whites of the eyes) are a relatively new extreme body modification. They have garnered more controversy than Japanese Bagel Heads because the look is striking and irreversible, and the long-term effects on vision are unknown.

eyes.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, je sais. Je l'avais débuté dans la fosse pour mon bon plaisir, je ne voulais pas qu'il soit pris au sérieux. Que veux-tu... Un modérateur pourrait les fusionner ( ou pas).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, je sais. Je l'avais débuté dans la fosse pour mon bon plaisir, je ne voulais pas qu'il soit pris au sérieux. Que veux-tu... Un modérateur pourrait les fusionner ( ou pas).

Celui là?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je voulais juste m'amuser à ressortir les nouvelles "trend". Ça concorde pas tellement avec le post ci-haut. Fais comme tu penses Dantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je voulais juste m'amuser à ressortir les nouvelles "trend". Ça concorde pas tellement avec le post ci-haut. Fais comme tu penses Dantes.

J'n'ai rien dit, mea culpa, y'a quatre sujets de "bod-mods" mais chacun est différent. J'me suis fourvoyé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pierced glasses. Tu les perds pas tes lunettes.

pierced_glasses_3.jpg

blog-pierced-glasses.jpg

Huhu.

ears.jpg

La scarification ne cesse d'évoluer...

anchor-cuttings-scarification-777716.jpg

bird_scarification.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une autre trouvaille.

"The nipple artist"

Le tatouage pour aider les victimes de cancer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah! les bod mods... les oreilles d'elfe, les langues splittés, les oreilles o'ringgés, les nipples remove... etc...

Plus les années passent et plus je me dit que le monde est cinglé!

Ma perception de ces gens qui modifie leur apparence corporel irrémédiablement me laisse perplexe.

En fait je regarde, je suis curieux...

Je cherche pas à comprendre... j'me demande jusqu'ou cela va aller?

Weird!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bagel-head-for-inout-2_983x554_824x551_543x355$.jpg

Oooouh!

Le Japon! Ils appellent ça des "bagel head".

Ça dure moins de 24h.

On injecte une solution saline dans le front.

o-BAGEL-HEAD-570.jpg?4

Ça créé un beau blob de front.

o-BAGELHEADS-570.jpg?4

Et on ajoute la touche finale : le pouce au centre ! Et voilà!

Magnifique !

o-BAGEL-HEADS-570.jpg?4

http://m.huffpost.com/us/entry/1916188/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'imagine que si ce thread nous fait marrer on est forcément des personnes qui ne comprennent pas leur démarche artistique et la poésie de leur univers. Akasa c'est quoi tes scarifications ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, ça peut être amusant à voir.

Y a t'il seulement, pour la plupart, une réelle démarche artistique?

Mes scarifications? Je me garde une petite gêne =)

Au moins, j'ai pas payé pour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×