Aller au contenu
Pedrosanchez

La solitude est plus dangereuse que l'obésité

Déchet(s) recommandé(s)

(modifié)

À faire attention!..

MONTRÉAL – La solitude et l’isolement social sont aussi dangereux pour la santé que l’obésité, préviennent des chercheurs de l’université américaine Brigham Young.

Ils précisent que l’impact sur la santé est le même pour ceux qui choisissent volontairement une vie solitaire que pour ceux qui sont entourés de gens mais qui se sentent seuls.

Le risque serait encore plus important pour les jeunes que pour les plus vieux. Les chercheurs ont constaté que la solitude et l’isolement social sont associés à un risque marqué de mort prématurée chez les gens de moins de 65 ans.

Ils tirent leurs conclusions de l’analyse de trois millions de sujets ayant participé à différentes études. Ils ont tenu compte de variables comme le statut socioéconomique, l’âge, le sexe et des problèmes antérieurs de santé.

L’effet inverse est aussi vrai. Si l’absence d’un réseau social est associé à un risque accru de mortalité, l’existence de relations semble avoir un impact positif sur la santé.

Des études réalisées précédemment par les mêmes chercheurs comparaient le risque associé à la solitude à l’alcoolisme et au fait de griller 15 cigarettes par jour. La nouvelle étude attribue à la solitude un danger pour la santé plus grand que celui de l’obésité.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal scientifique Perspectives on Psychological Science.

http://journalmetro....e-que-lobesite/

Une chose que l'article ne dit pas e qui aurait été bien de mentionner, c'est si le risque de mortalité est du à un accroissement du taux de suicide chez les solitaires où si la solitude provoque un phénomène qui raccourcit la vie (genre trop de stress, sécrétion d'une hormone en trop grande quantité etc..)

Quelqu'un a déjà lu quelque chose de semblable?

Modifié par Pedrosanchez

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Seems legit. Il n'y a rien qui encourage plus un être humain à la négligence corporelle, psychologique et sanitaire que la solitude. Syndrome de Diogène.

La société sert à nous sauver de notre sédentarisme depuis des millénaires.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'un autre côté, c'est pas mal la non acceptation de la solitude qui cause le stress et le desespoir:

Quelqu'un qui refuse d'être seul peut être très malheureux s'il se retrouve seul un samedi soir,

j'ai connu quelqu'un pour qui c'était le sommet de l'horreur; arrivé fraichement sur Paris, il n'acceptait pas de devoir s'armer de patience avant de trouver des gens qui l'acceptent dans leurs groupes comme un "habitué". C'est la vie des grosses mégalopoles, la solitude est une évidence au début, on doit absolument l'admettre comme positive pour pouvoir ensuite être accepté. Sinon les gens te fuient car ici les gens sont très superficiels dans leurs contact, et c'est quelque chose qui d'ailleurs nous conditionne par la suite.

Mais au final, j'imagine que la solitude c'est quelque chose qu'on doit absolument apprivoiser pour être heureux. Il est aussi riche d'être seul chez soi tout un weekend à dessiner que de sortir toute la nuit du samedi avec ses amis en se tapant une gueule de bois derrière. La solitude est pour moi une valeur importante de l'équilibre personnel de tout un chacun, c'est comme écouter sa petite voix intérieure et être sécure, autonome affectivement. C'est donc forcément une composante du bonheur selon moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai lu une étude qui établissait l'isolation comme le premier facteur en importance pour expliquer le développement d'une dépendance chez un individu, drogue ou autre.

Voila;

http://www.huffingto..._b_6506936.html

If you had asked me what causes drug addiction at the start, I would have looked at you as if you were an idiot, and said: "Drugs. Duh." It's not difficult to grasp. I thought I had seen it in my own life. We can all explain it. Imagine if you and I and the next twenty people to pass us on the street take a really potent drug for twenty days. There are strong chemical hooks in these drugs, so if we stopped on day twenty-one, our bodies would need the chemical. We would have a ferocious craving. We would be addicted. That's what addiction means.

One of the ways this theory was first established is through rat experiments -- ones that were injected into the American psyche in the 1980s, in

. You may remember it. The experiment is simple. Put a rat in a cage, alone, with two water bottles. One is just water. The other is water laced with heroin or cocaine. Almost every time you run this experiment, the rat will become obsessed with the drugged water, and keep coming back for more and more, until it kills itself.

The advert explains: "Only one drug is so addictive, nine out of ten laboratory rats will use it. And use it. And use it. Until dead. It's called cocaine. And it can do the same thing to you."

But in the 1970s, a professor of Psychology in Vancouver called Bruce Alexandernoticed something odd about this experiment. The rat is put in the cage all alone. It has nothing to do but take the drugs. What would happen, he wondered, if we tried this differently? So Professor Alexander built Rat Park. It is a lush cage where the rats would have colored balls and the best rat-food and tunnels to scamper down and plenty of friends: everything a rat about town could want. What, Alexander wanted to know, will happen then?

In Rat Park, all the rats obviously tried both water bottles, because they didn't know what was in them. But what happened next was startling.

The rats with good lives didn't like the drugged water. They mostly shunned it, consuming less than a quarter of the drugs the isolated rats used. None of them died. While all the rats who were alone and unhappy became heavy users, none of the rats who had a happy environment did.

After the first phase of Rat Park, Professor Alexander then took this test further. He reran the early experiments, where the rats were left alone, and became compulsive users of the drug. He let them use for fifty-seven days -- if anything can hook you, it's that. Then he took them out of isolation, and placed them in Rat Park. He wanted to know, if you fall into that state of addiction, is your brain hijacked, so you can't recover? Do the drugs take you over? What happened is -- again -- striking. The rats seemed to have a few twitches of withdrawal, but they soon stopped their heavy use, and went back to having a normal life. The good cage saved them. (The full references to all the studies I am discussing are in the book.)

À prendre avec un grain de sel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

As-tu déjà connu la solitude, 1984 ? Sans amis, sans famille. Sans piliers. Être seul.

Non mais je parlais pas d'une solitude unilatérale, mais plutôt des problèmes de dépendance affective quand tu arrives pas du tout à être seul. Y a des gens vraiment seuls et ça c'est chaud.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ahhh d'accord ^_^

Ici en Amérique "c'est chaud" désigne l'ambiance qui règne au 281 selon les dires des jeunes filles de 18 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme quand vous dîtes qu'une fille est chaude ( i.e "hot") alors que nous on a déjà trouvé un terme simple et efficace

Elle est trop bonne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

She's so good pour désigner la sexyness?

[Do. Not. Compute.] ^_^

She's so hot (Elle est tellement chaude). Simple, très efficace, même le traducteur Google est content.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà justement une mauvaise utilisation du terme "chaud".

Saoul est le meilleur choix à utiliser pour ce type d'occasion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelqu'un a déjà lu quelque chose de semblable?

Je l'ai vécu.

Tous ce que j'ai à dire c'est que je préfère me faire traiter de troll creepy plutôt que de remmetre en question la pertinence de mon existence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà justement une mauvaise utilisation du terme "chaud".

Saoul est le meilleur choix à utiliser pour ce type d'occasion.

Il me semble que vous dites qu'une fille est chaude quand elle est hot, chez vous. Dérivé de l'anglais quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au final, c'est Meonly qui sort gagnante de sa guerre avec Dimitri/Behe/Bmo.

La grosse > le solitaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...