Aller au contenu
Latourette

L’amour au temps du numérique

Déchet(s) recommandé(s)

Bon je viens de finir la première partie. Ce qui me frappe surtout, c'est la contradiction entre ce qu'ils disent / vivent présentement, et leur vision du futur. Ils veulent pas s'attacher, rien de sérieux, pour l'instant ils vivent au jour le jour, mais ils veulent tous être établis dans la vie à 30 ans! Ils croient à l'idéal de la fidélité et du mariage pour la vie, et ils y aspirent, mais on dirait qu'ils pensent que "dans 10 ans" = "dans une autre vie" ou je sais pas trop. C'est weird. Pis c'est encore plus weird de voir qu'ils sont tout à fait conscients de ces incohérences.

Pis j'ai trouvé que le gars qui annule son rdv avec Sandrine sans même l'avertir est tellement caractéristique du manque de respect ordinaire qu'on vit de nos jours. Ça pis quand le gars dont j'ai oublié le nom dit que ça fait une semaine que sa fréquentation lis ses messages sur facebook mais n'y répond pas. Oua-che. Quel comportement détestable. Ça me fait sourciller un peu de voir tout ce beau monde là être super exigent sur l'apparence physique, mais tolérer de se faire manquer de respect de cette manière là, voire même de trouver ça normal et de continuer à fréquenter ce genre de personne. Wtf.

Oui, je trouvais la même chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La plupart d’entre eux vivent leurs premières relations ever, ils ont entre dix-neuf ans et la jeune vingtaine, comme le souligne le gars au sourire peu trustable «avant les filles ne s’intéressaient pas à moi, maintenant elles font la file dans mon inbox». C’est récent et ça m’apparaît tout à fait normal qu’ils abordent le relationnel dans une optique de découverte et qu’ils rencontrent pour le plaisir d’avantage que pour l’intimité et l'engagement. C’est développemental, je ne vois aucun paradoxe avec le fait qu’ils aspirent à une plus grande stabilité future sans nécessairement s’y plier dans l’immédiat. Ils ne sont tout simplement pas là. Je me souviens avoir recherché la même chose lorsque j’ai commencé à rencontrer des dudes vers le milieu de mon adolescence. Tout ça, ça va un peu avec la nouveauté de la sexualité, l’intégration de son pouvoir de séduction pis ça s’infiltre à travers tous les tâtonnements identitaires. L’abondance que procure les applications, les sites de rencontre et compagnie, c’est sûr que c’est propice à certains dérapages et ça se produit généralement quand une personne associe sa valeur personnelle au nombre d’individus qu’elle est capable de séduire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis d'accord avec toi overall, ils ne sont pas prêts à se caser et ils veulent faire leurs expériences au début de la vingtaine, ce qui est tout à fait normal. Mais c'est tu une obligation que le sexe soit aussi présent que ça? Me semble que quand je sortais dans les bars à cet âge là oui je "partais à la chasse" mais je revenais pas à tous les soirs avec quelqu'un, pis mon but c'était pas juste de me trouver une fourre, c'était aussi m'amuser avec mes amies, danser, etc.

Ah oui et aussi, tsé la fille avec son bébé, elle dit "Non non ça me dérange pas de pas savoir c'est qui le père". Ok fine, fair enough, maintenant as tu seulement pensé une minute que peut-être que ta fille, ça va l'intéresser de savoir c'est qui son père? Je trouve ça profondément égoïste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Est-ce qu'il y a vraiment des gens qui croient que toute ma génération est comme ça parce qu'une documentariste a suivi quelques personnes clairement sélectionnées en fonction de leurs valeurs superficielles?

C'est tellement mauvais comme film. Le sujet est mal cerné.

Un portrait sur la façon dont la technologie a modifié les rapports humains, ça peut être intéressant. Des généralisations douteuses, non.

Un séducteur à faible estime de lui, une nymphomane diagnostiquée, une fille qui vit de son image corporelle... Ça n'existait pas dans les années 80, ça?

Big deal: maintenant ils se servent de Tinder.

Modifié par Carriériste

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personne, ni ici ni dans le documentaire, n'a dit que c'était la réalité de 100% des jeunes de cette génération.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Personne, ni ici ni dans le documentaire, n'a dit que c'était la réalité de 100% des jeunes de cette génération.

Faux. Je t'invite à observer le dialogue social que ce documentaire a engendré.

Modifié par Carriériste

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un séducteur à faible estime de lui, une nymphomane diagnostiquée, une fille qui vit de son image corporelle... Ça n'existait pas dans les années 80, ça?

Ça existait dans les années 60.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement je n'ai pas envie ni l'intention de voir ce documentaire qui va me décourager sur l'état de notre société. La normalisation de l'égocentrisme et du narcissisme basé sur de la superficialité et la vie sexuelle désinhibée en réponse aux moindres pulsions favorisée par les médias sociaux me donnent presque envie d'aller chez les jeunes catholiques, les chrétiens évangéliques ou les mormons...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ce sont peut être quelques extrêmes, mais ils reflètent quand même une juste réalité de comment les jeunes perçoivent les relations et se servent de la technologie pour rencontrer en série. on peut se reconnaître à travers ces extrêmes (qui n'a pas déjà vécu ou elle-même fait du ghosting?). je me suis reconnue à travers toutes ces personnes (à l'exception de la nympho). mais bon, ça reste un documentaire-divertissement qui se rapproche davantage de la téléréalité que d'un documentaire rigoureux et scientifique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×