Aller au contenu

Votre rapport au corps et à la nudité.  

32 membres ont voté

  1. 1. Pensez-vous que la pratique de la nudité peut aider à mieux accepter son corps ?

  2. 2. Êtes-vous à l'aise avec votre corps nu ?

  3. 3. Aimez-vous être nus à la maison ?

  4. 4. Avez-vous des expériences de nudité collective à votre actif ( autres que les vestiaires, soient naturisme, défi, autres ) ?

  5. 5. Si oui à quel(s) endroit (s) l'avez-vous tenté ?

    • Maison/résidence privée
    • Plage ( non naturiste ou topless)
    • Plage naturiste
    • Camping/ Centre naturiste
    • Activité naturiste organisée
    • Piscine privée
    • Piscine naturiste
    • Spa privé
    • Spa naturiste
    • Point d'eau isolé
    • Autre endroit isolé en nature
    • Sauna
    • Activité militante ( manifestation ou WNBR par exemple )
      0
    • Initiation ( université, club sportif, autre )
      0
    • Endroit public
    • Votre cour arrière
    • Chalet privé
    • Croisière naturiste
      0
    • Autre
    • Nulle part
  6. 6. Pensez-vous qu'il est sain d'exposer des enfants à de la nudité non sexuelle ( maison, activité ou centre naturiste, etc )



Déchet(s) recommandé(s)

il y a 33 minutes, Abereau a dit :

Il se fait bannir des forums naturistes de façon quasi systématique. Ça dépasse le dépotoir tous ça.

Rectifions le tir: 

J'avoue que j'ai commis des erreurs.par le passé, mais j'ai changé pour le mieux depuis Et à ce que je sache,  je n'ai qu'été banni que par un seul forum naturiste, dirigé par un membre pervers, rancunier, profondément instable ne bénéficiant pas d'une bonne réputation chez les naturistes. On ne peut en dire autant de ton  ami à toi Abereau, qui m'a littéralement harcélé,voire menacé par MP sur le forum de la FQN chaque fois que je tentais d'y aller d'une publication intelligente et d'une prise de position étoffée sur un sujet. Et il a été sanctionné pour avoir publié plusieurs post incendiaires et irrespecteux envers plusieurs membres, en plus de faire de multiples règlements de compte à mon endroit. Et il a fait un caca nerveux lorsque je lui souligné que cela constituait du harcèlement et a promis de me laisser tranquille à tout jamais. Mais environ 2 mois plus tard, il récidive.  Toi et lui avez l'apparence de personnes jalouses, des comportements dignes de bullys de l'école secondaire... Il est sur leur blacklist à la FQN alors qu'ils me font confiance. Ton ami lance des pierres de sa maison de verre... Et de toute façon je ne fréquente plus ces forums et n'y ai aucun intérêt,  en partie à cause des individus comme lui et des rancuniers haineux qui voudraient me voir disparaître à tout jamais... 

Je te laisse vivre Abereau, malgré ton excentricité et ton étourderie, peux-tu faire de même ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Choupette a dit :

Lol

Pauvre petit.

Il cherche juste a se faire des amis naturistes sur le Depot.

C'est un peu mon intention je t'avouerais, et aussi de partager mon expérience et ma vision avec des personnes qui sont naturistes ou qui sont intéressées de le pratiquer. 

Je l'assume.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, imgone a dit :

Toi et lui avez l'apparence de personnes jalouses, des comportements dignes de bullys de l'école secondaire...

Jaloux de quoi? (Je me réfère à moi là)

C'est intéressant que tu apporte autant de précisons d'un bord mais pas de l'autre. Sincèrement, je ne faisait que souligner le fait que tu est dur à suivre concernant ce que tu pense du naturisme. Je ne fais aucune présomption car tu l'as dis toi même avoir des erreurs par le pasé.

Je ne fais pas non plus de procès à qui que ce soit, quels droits aurais-je pour le faire de toute manière. Je dis juste que tu projète quelque chose d'incenssé et que cela nous amène à nous poser de sérieuse questions à ton sujet.

Je veux dire, à quand le prochain sujet sur le naturisme après que tu es suprimé celui-ci? Aurais-tu enfin soudé la girouette? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 25 août 2016 à 09:15, Choupette a dit :

Je n'ai pas regarder la bande-annonce, mais à vue d'oeil du concept rapidement, j'ai plutôt l'impression que c'est sexuel. Alors que la nudité ne devrait pas être vu toujours en rapport au sexe. 

Bref. Moi non plus je ne regarderai pas cette émission. De toute facon je n'ai pas la télévision. 

Avec la quantité de tattoo qu'ils ont sur le corps, on pourrait dire qu'ils ne sont pas vraiment nu symboliquement parlant...Quoi que quelqu'un de très poilu pourrait se voir reprocher la même chose ce qui serait totalement absurde. La prémisse de départ d'une émission qui mélange nudité et célibat c'est que lorsque les gens sont physiquement nus leurs sentiments le sont aussi. Un gars peut difficilement cacher son érection, alors il doit déclarer rapidement sa flamme sans quoi son érection le trahira. Bon c'est un exemple bancal vu qu'il y a mille et une raison qui peuvent inhiber l'érection, mais ça illustre que certains comportements changent une fois nu. Le concept de nudité c'est aussi une nostalgie de l'époque des hommes des cavernes. Comme quoi une fois dépourvu de ses vêtements l'homme agit plus naturellement. LA SURVIE DE L'ESPÈCE EN DÉPEND. Il ne passe pas par quatre chemin pour exprimer ses sentiments. Nu ou pas quand tu regroupes des parfaits inconnus un brin exhibitionniste pour une télé-réalité  les quelques jours ou semaines qu'ils passent ensemble leurs paraissent comme des mois et des années dans leur vie habituelle et il se produit rapidement des RAPPROCHEMENTS.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Durant mon enfance et mon adolescence, la nudité n'était pas tabou à la maison (j'ai grandi seule avec ma mère). Ça m'arrivait de me déplacer nue dans la maison, par exemple en sortant de la douche. Même chose pour ma mère, avec qui j'ai habité les 20 premières années de ma vie. Ce n'était pas fréquent, mais si ça arrivait ce n'était pas considéré anormal ou tabou. J'ai eu une bonne éducation sexuelle et j'ai toujours été capable de faire la différence entre nudité et sexualité.

Il y a quelques années, j'avais un groupe d'amis (hommes et femmes) parmi lequel nous étions tous confortables avec notre nudité, par exemple pour aller se baigner dans une rivière ou juste pour se changer de vêtements devant quelqu'un du groupe ou dormir nus lorsqu'on passait le week-end au chalet même sans avoir de chambres fermées. Je pense qu'il n'y a rien de malsain dans le fait de voir le corps nu de gens en dehors d'un contexte sexuel lorsqu'on sait bien faire la différence entre nudité et sexualité. Ça devient seulement malsain lorsque la limite n'est pas claire et que des gens assument que parce qu'il y a de la nudité, il y aura de la sexualité d'impliquée. 

J'ai lu cet article dernièrement et je l'ai trouvé fort intéressant, à propos d'une première expérience de naturisme qui a "mal tourné" pour une jeune femme : The Great Boob Incident

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une connaissance a participé au vélo nu dans le centre-ville de Montréal. Je lui avais souligné que ces événements prenaient aspect de freakshow qui attiraient les curieux plus qu'autre chose, puisque ce sont des situations isolées et spécifiques (en plein centre -ville!), non pas des situations habituelles où, exemple, si tout le monde acceptait la nudité en tout temps ou autres endroits où tous les participants arborent la nudité. Il s'était fâché. 

Mais coup de théâtre : il y avait des photographes au dit événement. Et il s'est retrouvé sur un blog montréalais. Il a voulu faire une plainte et poursuivre pour diffamation. En demandant à un ami qui étudiait en droit quels étaient ses recours, la réponse simple fut : ''Aucune. Qu'est-ce qu'il faisait là? Il s'est imposé lui-même la situation.'' 

Il désirait absolument que je sois d'accord avec lui sur la raison de sa colère. DUDE, tu te sens offensé, fais pas chier mémé qui elle, ne se serait jamais retrouvée dans ce genre de set-up. 

La dernière fois que j'ai eu de ses nouvelles, il m'avait envoyé en photo son appendice génital. Après avoir voulu comprendre sans succès le déclic de marde dans son cerveau qui lui a dit ''yo, c'est acceptable, trololol'', je l'ai envoyé paître chez le quatrième voisin.  Silence radio béni depuis. 


TL;DR: Encore des niaiseries.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nudité n'égale pas nécessairement sexualité ,mais je crois qu'au Québec, on est incapables d'en faire la distinction, les nudistes/naturistes y compris. On fait preuve d'une grande immaturité à ce niveau collectivement. Ou  bien les nudistes/naturistes sont hypocrites et que tous ont des arrières pensées sexuelles, que c'est inné à la vue d'organes génitaux du sexe auquel nous somme attirés. Bref, je pense de plus en plus qu'ici au Québec voire ailleurs aussi, la seule place où la nudité est appropriée est la sphère privée.

Personnellement ça me rend mal à l'aise et l'émission Célibataires et nus en est l’apothéose. C'est probablement l'émission la plus vide de contenu de l'histoire de la télé québécoise.  Ne perdons pas une précieuse heure de notre temps à l'écouter.  Je préfère l'élégance conférée par des agissements civilisés et des vêtements élégants à la débauche engendrée par cette nudité vulgaire. J'en viens à penser que les vêtements sont utiles, voire primordiaux pour permettre à l'humain de remplir correctement son rôle en société. Et c'est d'autant plus vrai dans la sphère fréquentation et vie sentimentale,  où on s'efforce d'avoir l'air classe et raffinés. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hier mon chum l'a écouté pendant environ 3 minutes. Je suis tombée sur une scène où un gars dis que Nancy est trop "open" et donc, pas son genre de fille. MÉGA LOL. Arrête ton char le gros, si Nancy avait été une belle grande fille de 22 ans mince aux grosses boules, elle aurait clairement été ton genre de fille, spécialement si elle s'était mise à parler de cul et à être crissement open. Elle est pas ton genre parce que c'tune p'tite grosse de 35 ans avec des tattoos, that's it. Franchement à quoi tu t'attends quand tu rentre dans un show de TV où tout le monde est tout nu, à tomber sur des filles prudes et pudiques?

On pourrait croire que ce genre d'émission de marde aurait au moins l'avantage d'être un peu moins hypocrite que les autres émissions de marde (OD, Loft Story) mais on voit bien que c'est pas le cas. :rolleyes: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

J'avoue que j'ai trouvé infecte l'émission et surtout leurs participants. Après 10 minutes j'ai eu ma dose. Le brésilien était un peu amusant mais le reste bof. Mais en y pensant un peu par la suite je me suis dit que ça aurait juste dû me rendre indifférent voir même regarder cela comme le philosophe Rousseau et son mythe du bon sauvage.  Cet émission met en scène de bons vivant qui ont du fun that's It. Ils en ont cure de ce qu'ils devraient ou ne pas faire  lorsqu'ils sont nu. Ils emmerdent ces intellos de tout acabit.

 

 

Féminisme, naturisme et communautés anarchistes

"La période durant laquelle Freud se consacre à la psychanalyse correspond en outre presque parfaitement à celle pendant laquelle trois mouvements de grande ampleur, mais dont l’histoire retient peu de choses, posent les premières pierres de la révolution sexuelle et de la révolution féministe. Face à cette modernité Freud, né en 1856, reste un homme du XIXe siècle. Il ne renoncera jamais non plus à sa croyance au caractère pervers de la sexualité infantile, et même de la sexualité toute entière.

Le premier de ces mouvements, c’est la grande vague féministe qui agite l’Europe et les États-Unis de 1880 à 1930, et dont l’histoire officielle ne retient que les suffragettes, mais qui comporte également de grandes campagnes de revendications sexuelles. Les féministes de cette époque lancent déjà des défis aux comportements sexuels masculins en matière de recours à la prostitution, d’inceste et de viol conjugal, elles luttent pour la dépénalisation de l’avortement et de l’homosexualité masculine et féminine, et pour l’amour libre.

Le second de ces mouvements, c’est la grande vague des communautés alternatives et anarchistes, les milieux libres, qui prend son essor en 1890 et s’effondre en 1939 avec la Seconde Guerre Mondiale. Cette vague de communautés et de revendications a bien des points communs avec la vague hippie des années 1970. Elle ne dispose pas des mêmes facilités anticonceptionnelles, mais l’amour libre et le nudisme en constituent déjà l’un des pôles, aux côtés de l’anarchisme, du végétarisme, du mysticisme ou de retour à la nature.

Le troisième de ces mouvements, c’est l’essor du naturisme qui se propage à partir de Berlin en 1900 pour gagner progressivement l’Europe et les États-Unis. Il sera combattu par le nazisme et renaîtra après la guerre sous une forme beaucoup plus consensuelle et dépouillée de toute idéologie.

L’histoire n’a retenu de cette première grande vague de féminisme que les revendications sur le suffrage féminin et elle en a occulté les revendications sexuelles. Des Années Folles, elle a retenu la mode vestimentaire et le jazz, mais pas les communautés anarchistes ni l’essor du naturisme. "

 

http://1libertaire.free.fr/PLaporteAntiFreud01.html

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un peu n'importe quoi ton truc. La première vague du féminisme était essentiellement concentrée sur la question de l'obtention du droit de vote; c'est pour ça qu'on retient surtout les suffragettes comme exemple de ce premier mouvement féministe revendicateur. Les questions concernant la sexualité, bien que tout à fait présentes et pertinentes à cette époque, n'étaient pas la préoccupation #1 des féministes du début du siècle, qui d'ailleurs étaient principalement (quoi que pas toutes; i.e Idola Saint-Jean) maternalistes ("Le droit de vote nous permettra de mieux exercer nos fonctions naturelles en tant que femmes, soit être de bonnes mères et de bonnes épouses" - Marie Gérin-Lajoie). 

C'est surtout pendant la deuxième vague du féminisme que sont abordées les questions relatives au contrôle du corps (pilule contraceptive) au droit de divorcer, à l'amour libre, etc. En ce qui concerne la troisième vague, on est en plein dedans pis le nazisme et le naturisme ont rien à voir là dedans?! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que finalement, je reviens sans cesse au naturisme, non pas par obsession malsaine, mais parce que ça répond à un besoin chez moi, à ce qui est dans ma nature profonde. Ça me rejoint dans mes valeurs humanistes, égalitaires, et écologistes, la croissance personnelle et le respect de soi et d'autrui. Et je suis beaucoup moins seul que je ne le croyais, y compris des gens, dont plusieurs femmes, de ma génération. 

J'ai envie de prendre des vacances dans le sud cet hiver et je crois de plus en plus faire le choix d'une destination où la pratique du naturisme est possible. 

Des spécialistes avancent que pratique de la nudité non sexuelle est un excellent antidote à l'omniprésence de la pornographie et de son influence. Et selon plusieurs dont moi, cette pornographie a pour effet de perpétuer la culture du viol et d'objectifier les femmes. Alors que le naturisme permet de s'en affranchir et de mener à des comportements sexuels plus sains. 

 La nudité collective comme thérapie, pourquoi pas ? Mettons notre passé judéo-chrétien dans la poubelle ( qui perpétue cette image de femme soumise et faible aussi) dans les poubelles et ouvrons notre esprit. 

Voici un témoignage intéressant d'une personnalité qui dévoile son appréciation du naturisme et les raisons qui font qu'elle fut conquise par ce mode de vie. Cela est dans la foulée du reportage de Mitsou Gélinas où elle fait la rencontre d'une naturiste au centre la Pommerie, pour son émission Mitsou et Léa. Intéressant reportage soi-dit en passant. 

http://www.mitsou.com/etre-nu-libre/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2016-09-02 à 13:51, Kennie a dit :

C'est un peu n'importe quoi ton truc. La première vague du féminisme était essentiellement concentrée sur la question de l'obtention du droit de vote; c'est pour ça qu'on retient surtout les suffragettes comme exemple de ce premier mouvement féministe revendicateur. Les questions concernant la sexualité, bien que tout à fait présentes et pertinentes à cette époque, n'étaient pas la préoccupation #1 des féministes du début du siècle, qui d'ailleurs étaient principalement (quoi que pas toutes; i.e Idola Saint-Jean) maternalistes ("Le droit de vote nous permettra de mieux exercer nos fonctions naturelles en tant que femmes, soit être de bonnes mères et de bonnes épouses" - Marie Gérin-Lajoie). 

C'est surtout pendant la deuxième vague du féminisme que sont abordées les questions relatives au contrôle du corps (pilule contraceptive) au droit de divorcer, à l'amour libre, etc. En ce qui concerne la troisième vague, on est en plein dedans pis le nazisme et le naturisme ont rien à voir là dedans?! 

 

 

"Le grand combat de la FNSJB demeure la modification des articles du Code civil qui régentent le statut des épouses. Marie Gérin-Lajoie en a fait son combat personnel. Elle a publié en 1903 un Traité de droit usuel pour informer les femmes et les jeunes filles des contraintes du droit matrimonial

 

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/145063/les-debuts-du-feminisme-quebecois

http://www.erudit.org/revue/haf/1975/v29/n3/303463ar.pdf

http://archivesdemontreal.com/2015/03/09/chronique-montrealite-no-30-les-femmes-et-la-politique-municipale/

 

La FNSJB regroupe trois types d'«oeuvres», comme on dit à l'époque. D'abord, les «oeuvres économiques», les «oeuvres charitables», et enfin les «oeuvres intellectuelles».

 

Dès sa mise en place, la FNSJB s'occupe de la lutte contre l'alcoolisme, alors défini comme le principal obstacle à la sécurité des familles: pauvreté, violence (nommé alors «abus de force») et abandon. Elle réussit, en 1909, à faire amender la loi du commerce de l'alcool, ce qui diminue de moitié le nombre de «buvettes» dans la ville et qui oblige les militantes à une surveillance constante du registre des débits de boissons et à contrer les requérants par des pétitions d'opposantes. Cette action sera poursuivie jusqu'à la création de la Commissions des liqueurs en 1921."

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...