Aller au contenu
1984

Le thread du Rire et de l'Oubli

Déchet(s) recommandé(s)

Kundera écrivit un jour un recueil de nouvelles qui s'appelle "Le livre du rire et de l'oubli"

Au sein de ces nouvelles, il y avait l'une d'entre elle, où l'héroïne était tenue de tenir un journal intime par son mari, atteint d'un cancer. Celui ci était convaincue que sa femme devait écrire ses souvenirs dans ce carnet, mais elle se sentait contrainte. Le fait d'écrire lui donnait la sensation de ne pas vivre pleinement les choses. Et pourtant.

Un jour, il mourut de son cancer. 

Sa femme feuilleta le carnet. Elle fût stupéfaite de ne pas se rappeller des jours, de mois, d'années, où elle n'avait rien écrit. Vous constaterez à quel point cela peut-être étrange, de ne pas se rappeller d'années complètes de sa propre existence (:

Alors le principe :

Chacun doit essayer de remonter le temps avec un souvenir de votre année, à 4 années d'intervalles. Sans vous aider de quoi que ce soit, si ce n'est de votre mémoire. Le premier souvenir doit commencer à la date de votre dernier anniversaire. Ensuite, remonter tous les 4 ans et essayez de déblayer vos souvenirs à chaque fois, détaillez les et partagez les en 5-6 lignes.

Je commence (:

29 ans > Je me souviens que mon anniversaire fût une réussite, parce que le soir de mon anniversaire, j'ai fait l'amour avec délectation. On avait organisé une soirée Caïpirina dont je ne fis que lancer le thème, puisque ce soir là, ce fût mon amant qui les fit à tout le monde. Je me souviens que ma musique n'avait pas fait danser la foule, mes amis écoutant tous trop de choses opposées. Dans le mélange humain, il y avait ceux qui écoutaient du reggae, ceux qui tendaient plutôt vers le rap français, ceux qui préféraient le rock, le métal, et tout autre délire semi-gothique, et forcément, personne pour aduler comme moi la puissance dansante du R'n'b.

- Ca se complique -

25 ans > On remonte en 2012, et je ne me souviens déjà plus de grand chose. Heureusement, cette année là, il y avait eu les élections et Hollande avait gagné. Je me souviens que je vivais avec mon ex petit copain depuis déjà 2 ans. C'est cette année là que je suis revenue sur le dépotoir, alors que je me rétablissais du trou béant qui poussait dans mon cul, ie mon kyste pilonidal sacré, et que j'ai adopté l'amour actuel de ma vie : ma chatte Hermès, le soleil de mes nuits. En 2012, je me souviens d'avoir eu un bel été, que mon appartement était un nid douillet, mais le reste... C'est un ensemble d'émotions floues. Je me souviens seulement que c'était une chouette année, que je me sentais jolie et libre. C'est que ce kyste m'a permis de prendre beaucoup de recul sur moi même et de relativiser beaucoup de soucis que j'avais eu jusqu'alors.

-Allons bon, les vraies affaires commencent -

21 ans > euuuuuh...Putain c'est quelle année ça ? 2008. Awui. Je venais d'arriver à Paris. J'étais à la fois toute heureuse et toute stressée. J'ai commençé l'école de photo, j'avais de nouveaux copains. Je les invitais dans mon appartement sordide au 7eme étage sans ascenseur avec ma coloc sale. J'étais encore toute pleine d'énergie bordelaise, des gens hyper open toujours à vouloir sortir, vivre, découvrir des gens. J'étais tellement hippie. Elle était sympa cette année, aussi. Enfin... Avant que le torchonarrow-10x10.png brûle entre ma coloc et moi, et que je finisse par jeter ses 7 fringues par la fenêtre. Après j'ai du déménager chez mon nouveau copain, donner mon chat Léo en refuge, et à la fin de l'année, débuter ma toute première dépression (:

-Finalement je me débrouille pas mal-

17 ans > Damn, je suis certaine que ce fût une putain d'année importante, ça. 2004. Bordel, y avait quoi en 2004... Je suppose que c'était ma période adoskuat. Mais je ne me souviens pas de grand chose d'autre... J'ai eu mon bacc en 2006, donc logiquement là, j'étais à la fin de ma première seconde. Que j'avais redoublée. En vrai, je me souviens pas du tout du reste, sans doute à cause des joints que j'ai commençé a fumer à cette époque. Je me souviens de ma solitude malgré les multiples groupes de gens que je fréquentais. Il y avait pourtant Krystelle, un âme soeur, ma meilleure amie, auprès de qui je trouvais toujours un calme et une oreillearrow-10x10.png rassénérante. Mais elle n'était plus dans ma classe.

- voila voila, c'est la que le cerveau fuit -

13 ans > 2000, avant le 11 septembre, avant le modem, avant messenger. C'est l'année ou je me suis cassée le bras en jouant à Mission Impossible dans un arbre. Je me souviens de cela parce que je suis tombée un vendredi 13 à 13 ans. Et mon frère jumeau s'est également cassé le bras deux mois après moi. Le copieur.

- Allez, on remonte-

9 ans > 1996 sa race; Je m'en souviens très bien, parce que c'est l'année où nous avons déménagé dans ce lotissement tout mignon ou j'ai grandi. Ce lotissement, c'était tellement une mine de bon souvenirs que les images me hantent encore aujourd'hui. Je venais d'arriver avec la mif (mifa = famille) et mon voisin d'en face était le plus joli garçon que j'avais jamais vu. On ouvrait nos volets le matins en jouant les roméo et Juliette. Mais j'avais 9 ans, et lui 13, alors notre amour était impossible. Ses copains le faisaient avoir honte de mon âge. C'est à 13 ans - du coup je m'en souviens maintenant- que j'ai enfin pu le convaincre que notre différence d'âge n'avait pas d'importance. J'en avais 13 et lui 17, mais après le bisou, je l'ai lâché sans qu'il comprenne quoi que ce soit.

- Et pour finir -

4 ans > 1992. Non mais là, je pense que j'avais pas le temps d'enregistrer des souvenirs. Il n'y a donc rien.

 

Essayez l'exercice, vous verrez c'est assez percutant. Pour ma part j'ai toujours eu une excellente mémoire, je ne m'étonne pas trop d'arriver à remonter. Mais si on essayait de découper les souvenirs sur toutes les années, vous verriez à quel point nous avons tous du mal à nous souvenir des choses. Le but c'est d'essayer de reconstruire le puzzle.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est drôle, j'ai regardé L'effet papillon hier et devoir écrire ses souvenirs et s'en rappeler est au centre de l'histoire.

C'est franchement un exercice à faire, ça me rend nostalgique et un peu triste, mais aussi un peu plus fier de ma dernière année.

 

2016 - 21 ans : Enfermé dans un demi sous-sol à Québec à contempler la dépression et l'isolement total avec un coloc qui me fait des reproches insensés au lieu de comprendre mon désarroi (mais bon, lui aussi ça ne volait pas haut à ce moment là). Je me suis résigné à cette époque d'aller consulter un médecin en clinique sans rendez-vous. Je me rappelle à quel point j'étais chétif devant l'infirmière du tri, avec mes 4 pages écrites rassemblant mes idées noires et mes préoccupations. J'avais peur d'oublier et qu'on m'oublie. Heureusement, j'ai eu l'aide du médecin pour avoir du chômage-maladie et pour investiguer au-delà de la phobie sociale, qui, il y a de cela un an, était absolument invalidante.

2012 - 17 ans :  Enfermé dans un demi sous-sol chez ma marraine à Tracy, entrain de faire des nuits blanches et de dormir debout. Un grand manque d'énergie comme à l'habitude. J'avais enfin reçu une pompe à insuline pour remplacer mes 4 piqures quotidiennes. Mais je mangeais mal, je me laissais aller et surtout, je me posais des milliers de questions. Pourquoi je suis différent? Aucun plaisir au cégep au-delà des cours. Il aura fallu un an avant que j'intègre un groupe d'amis sans me sentir comme un intrus, mais pour découvrir que ça ne dure jamais et que la vie est mouvante et imprévisible. Je me rappelle avoir acheté un clavier et m'être inscrit pour des cours de piano, mais je n'ai duré que 3 semaines. La motivation me nargue-t-elle? Je ne savais pas encore à l'époque que c'était biochimique tout ça.

2008 - 13 ans : Secondaire 1-2, j'écoutais du VNV Nation tout les matins en dormant dans l'autobus scolaire pendant 1 heure. J'étais dans un programme d'éducation internationale et c'était ma seule obligation dans la vie. À l'époque et jusqu'à tout récemment, l'école était mon seul endroit de sociabilisation. Je ne me sentais pas apte à inviter mes amis chez moi. J'avais heureusement un groupe d'amis, mais je me sentais tout de même comme un intrus. On allait souvent manger chez l'un d'entre eux le midi, pour jouer à RockBand et subir les épisodes de SYTYCD qu'il adorait beaucoup trop. Un jour, mon colocataire de casier m'empêchait d'accéder au casier pour que j'y prenne mes devoirs. Moi, dans mon esprit d'antan, je devais absolument faire mes devoirs pour ne pas décevoir les "adultes", au point de frapper mon coloc avec une droite sur la joue. Ce qui est drôle, c'est que je voulais simplement lui donner une 'bine' sur l'épaule. En plus, c'est moi qui a pleuré après.

2004 - 9 ans : 3e/4e année du primaire dans un petit village, j'étais un enfant relativement heureux qui n'avait pas encore connu les peines d'amours. Je me sentais déjà seul et à l'écart des autres enfants, mais j'ai eu la chance d'être parmi un groupe qui m'appréciait. Je me souviens de mon été au camp de jour lorsque nous avons cherché une fugueuse dans les champs de maïs, ou encore lors des orages lorsque nous mettions le bordel dans la cabane. Il y avait aussi deux sœurs débiles qui m'intriguaient. L'une étant un vrai monstre, et l'autre douce et innocente qui avait peur de tout et qui faisait caca dans sa culotte. Je me rappelle des partys pyjamas et des concours de "toast" (non, pas celles avec le sperme dessus).

2000 - 5 ans : En bas de 5 ans, mes seuls souvenirs sont des peurs, des malaises et des rejets, alors je passe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de ta participation. C'est touchant de voir l'évolution à l'envers. Je me fais souvent la même réflexion, je me dis: "Imagine si tu avais su que tu allais faire ça avant" et je me demande ensuite quelles aventures il me reste à vivre dans ma petite vie de fourmi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça fait plaisir! Et je me demande comment nos souvenirs se transforment dans le temps. Aurons-nous les mêmes souvenirs dans 5 ans?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 18 heures, Caïus Lixcivius detritus a dit :

Ça fait plaisir! Et je me demande comment nos souvenirs se transforment dans le temps. Aurons-nous les mêmes souvenirs dans 5 ans?

Le souvenir n'est jamais que l'écho de lui-même, toujours renouvelé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

26 ans (2016) : Je n'ai absolument aucun souvenir de ce que j'ai fait. Pourtant je me souviens très bien celui de l'année précédente, mais faut croire que celui-ci a choisi de ne pas s'imprimer dans ma mémoire. 

22 ans (2012) : Aucun souvenir non plus. C'est déprimant.

18 ans (2008) : Ah là je m'en souviens! Je travaillais à la régie dans un théâtre, et juste avant le début de la représentation j'étais derrière la scène et je communiquais avec l'éclairagiste via un intercom relié à son casque d'écoute pour régler les derniers préparatifs avant la levée du rideau. En attendant que les acteurs soient en place, on parle de mes plans pour la soirée après la représentation, majoritairement de boire toute la nuit et faire la fête. Le metteur en scène (qui était assis dans le public) arrive en courant avec un air paniqué et me dit que les branchements ont mal été faits, qu'on m'entend dans tout le théâtre. Malaise. Je ne me souviens pas du party de fête qui a suivi, seulement de ma soirée de travail. 

14 ans (2004) : Aucun souvenir non plus. *déprime intensifies*

10 ans (2000) : Aucun souvenir non plus. Ça devient redondant.

6 ans (1998) : Aucun souvenir non plus. Je suis plate hein?

2 ans (1992) : Vous savez quoi? Aucun souvenir non plus. Explications à la fin.

En fait, les deux seuls anniversaires dont je me souviens (autre que mes 18 ans), c'est celui de mes 25 ans parce qu'une fille s'est retrouvée à poil dans mon salon pendant le party et qu'on a une étampe de ses seins en peinture sur le mur du salon pour s'en souvenir, puis celui de mes 24 ans parce que mon fiancé m'a invitée dans un resto pour finalement mettre fin à la relation en plein milieu du repas, à 1 semaine de notre rendez-vous pour la signature du contrat de mariage.

Pourquoi est-ce que je me souviens d'aussi peu de mes anniversaires? J'ai des problèmes diagnostiqués avec ma mémoire à long terme, plus spécifiquement la mémoire épisodique. Suite à de nombreuses commotions cérébrales ainsi qu'un plus gros trauma crânien. Est-ce que ça peut se récupérer? Pas vraiment. Je fais des exercices de mémoire (du genre jouer à Brain Age, tel que prescrit par mon médecin) régulièrement pour ne pas perdre le peu de mémoire qui me reste. Habituellement au quotidien je me débrouille assez bien, mais en essayant de faire cet exercice ça me déprime à quel point de grands pans de ma vie sont manquants et le resteront à tout jamais, alors qu'il y a seulement quelques années j'avais une mémoire presque parfaite. Ça me fait réaliser que je devrais écrire les événements marquants de ma vie, tenir un journal, quelque chose, pour ne pas tout perdre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Koala

Merci de ta participation. Vous n'êtes pas obligés de parler de tous vos anniversaires, juste du premier de la série des 4 ans d'intervalle. J'ai lu ton post ce matin en revenant du travail, et je me suis dit " Bon dieu, il faut que je répondes à cette petite biche".

Je suis convaincue que tes oublis te causent beaucoup d'angoisse, surement parce que cela te rends différente des autres, probablement aussi parce que tu penses que c'est bien de se souvenir du passé. Mais honnêtement, je crois que ce n'est pas le cas. Le passé et l'avenir sont les deux faces d'une pièce, mais pour l'une comme pour l'autre, tu sera perdant à chaque fois si tu tables dessus. Je m'explique: les gens regrettent souvent le passé, et ils espèrent souvent de l'avenir. Regret et espoir, deux composantes du malheur. Oui, pour la simple raison qu'on projete le passé sur le présent, et qu'on attends l'avenir sans tirer pleinement de joie du moment présent. 

Toi, tu es constamment dans le présent. Ta mémoire défectueuse te permets de vivre pleinement les choses sans t'identifier à ton passé, et à ce compte, de ne pas projeter tes expériences sur l'avenir, ce que font la plupart des gens. Tu ne te rends peut-être pas compte que les souvenirs sont des choses qu'on peut vraiment trainer comme des boulets au pied. Ca empêche d'avancer, c'est une grand part d'identification que l'on a au passé qui nous fait tabler que nous sommes comme "ceci" ou comme "cela". Il n'en est rien. De plus, nous passons notre temps à essayer d'être des êtres humains plus importants que les autres, alors que le présent nous rappelle constamment que non, on est pas plus important qu'un autre. Le temps est une illusion psychologique, il n'a pas forcément tant d'intérêt que cela.

Quelque part, tu as de la chance dans ta malchance Koala. Tu n'as pas le temps de fixer ton esprit sur des choses sans importance, ce qui est important c'est toujours maintenant (: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

2016- Je viens d'avoir 30 ans et je suis satisfaite de ma fête qu'on ne souligne pas vraiment, malgré les intentions, parce que dans le fond, je n'aime pas ça fêter ma fête et être le centre de l'attention ce jour là. Je suis à Montréal, à mon nouveau travail et je vis cet changement de tranche d'âge dans un anonymat presque parfait. Je suis soulagée d'avoir quittée récemment mon ancien emploi qui me pesait, en plus pour un emploi vraiment plus payant. Par contre, je suis loin de mon conjoint qui lui est à Québec pour le travers. Malgré tout je découvre la ville et je découvre l'endroit en sacrant les deux premières semaines parque je ne n'arrête pas de me perdre. 2 mois plus tard je me trouve un emploi à Québec avec le même salaire et les mêmes conditions, de Avril à Juin je vais habiter dans le 1 et demi de mon chum en attendant qu'on puisse partir de là. Le Nelligan et le sacrilège à Québec deviennent nos lieux de prédilection pour se sauver de cette pièce bien trop petite pour deux. Des belles soirées.

2012- J'ai 26 ans suis in love avec un Français et j'ai déménagé en France pour aller le rejoindre. Je suis contente d'être entrée dans une école de 3D assez réputée. Je rencontre plein de nouvelles personnes et je crée des liens rapidement avec des gens qui sont encore aujourd'hui mes amis. Je me sens malgré parfois mal dans ce pays qui n'est pas le mien. Je me souviens que je n'y croyais pas tellement à ça... Le mal du pays, jusqu'à ce que je réalise que ça existe pour vrai. Je rêvais d'aller voir ma famille durant le temps des fêtes mais je réalise que je n'ai pas une maudite cenne pour ça, je comprends d'ailleurs, au début de décembre, que je n'aurai pas une maudite cenne pour continuer cette école bien trop chère pour ce que c'est réellement. L'année se termine dans des repas du temps des fêtes ou même si je suis entourée de plein de gens, je me sens seule.

2008- J'ai 21 ans et je me fais harceler à mon travail. Une vielle conne avec qui je travaille est fâchée que j'ai eu le poste d'illustratrice car l'ancienne a refusée de revenir après son licenciement pour manque de travail. Je me souviens qu'elle passait son fucking temps à chialer contre tout ce que je faisais. Un jour la boss à dut s'en mêler et la vieille conne n'avait plus le droit de m'adresser la parole. Plus d'une fois elle a crié à voix haute que les gars prenait ma défense juste parce que j'étais cute. C'était très angoissant travailler dans ces conditions. Vers la fin de l'année j'ai perdu mon emploi parce que nous n'avions plus de contrats, une fois de plus. Dans ma grande chance inouï, j'ai retrouvé du travail immédiatement et j'ai commencé à travailler dans une imprimerie comme Graphiste, j'étais pleine d'incertitudes mais j'ai réussi malgré tout à faire ma place dans un domaine qui n'était pas celui auquel je m'attendais en faisant mes études. En dehors de ça, je suis encore sur les jeux en ligne, à fond la caisse même, c'est un échappatoire.

2004- J'ai 17 ans et je sors avec un véritable cave. En dehors de ça, je passe pas mal tout mon temps sur internet et les jeux en ligne, parce que je suppose que je me sens mieux quand j'incarne quelqu'un d'autre. Mon copain de l'époque s'efforce de briser ma confiance en moi sans trop s'en rendre compte. Je ne suis plus bien avec lui et... Il habite chez mes parents qui eux non plus ne sont plus capable de le supporter. C'est vraiment de la marde.

2000- J'ai 13 ans et j'habite chez ma grand-mère depuis que mon grand-père est décédé l'année d'avant. Elle habite à côté de chez mes parents et j'admets que ça devait faire mon affaire d'être toute seule la-bas et de me faire gâter. La vie était OK à la maison mais à l'école c'était souvent de la marde. Je me faisais rire de moi en raison de la grosseur de mon nez pis plein d'autres affaires pas trop de rapport. Je me souviens qu'un p'tit gars vraiment con arrêtait pas de m’écœurer et il me disait qu'il faisait ça parce qu'il était gros avant et que tout le monde riait de lui. Bra-vo champion, suis-je sensé avoir pitié de toi? Je dessine pas mal et je passe mes soirées sur des chatroom parce que les gens me semblent plus sympatiques sur internet qu'à mon école.

1996- 9 ans, Je ne me souviens plus de grand chose à partir de là.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

2016 (27 ans) : J'ai fêté ça dans un bar ou mon chum anime du Karaoké (Petite Grenouille de Lévis). J'ai bu de l'alcool jusqu'à être un déchet. Mon meilleur ami était là, il a fait de la route pour moi, d'autres amis étaient présent, ma meilleure amie, des collègues de travail, ma belle-mère et de la famille à mon chum. Je portais ma chemise en jeans à zip et mes pantalons baggies chic noirs. C'était vraiment une soirée géniale. dans la journée, j'attendais que mon ami arrive, il est arrivé un peu après le souper.

2012 (23 ans) : C'est l'année ou je suis allée au Burkina et à Boston, ainsi que l'année ou j'ai acheté ma voiture neuve et déménagé à Québec et commencé l'université. Grosse année pour moi. Je pense que ma fête je l'ai fait dans un resto à Jonquière, avec des amis, dont un que sa fête tombe 2 jours avant moi donc on avait la tradition de la fêter ensemble.

2008 (19 ans) : Je pense que j'ai fêté ça dans un bar à Saint-Ambroise, le petit bar où j'ai travaillé pendant 3 ans. Je n'ai pas de souvenirs précis.

2004 (15 ans) : Mes souvenirs s'arrêtent pas mal là. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma fête c'est le 26 décembre fak personne est disponible jamais, pis je fini la soirée en chialant que j'ai pas d'amis. Chez ma mère, la seule et unique personne qui ne me laisseras jamais tomber haha!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

2016 - J'ai 23 ans. Ma condition d'étudiante ne me permet pas de faire grand-chose pour mon anniversaire. Je suis pauvre et j'ai des tonnes de travaux à rendre. Je viens de commencer un nouveau programme universitaire et de mettre un terme à une relation toxique. Je me sens bien, sans doute mieux que jamais. Mes sympathiques colocataires, comparables aux belles-sœurs de Cendrillon, refusent de signer le bail avec moi pour une deuxième année. Malgré cela, je parviens à me trouver un petit appartement à Montréal, idéal pour une personne seule. Durant l'été, comme à tous les étés, je m'installe à Québec pour y travailler. Mon gérant ne cesse de complimenter mes performances et de me proposer différents postes. Je ne vois plus l'intérêt de retourner à Montréal ; je sens que ma place est ici. Je décide donc, sur un coup de tête, de revenir vivre à Québec. 

2012 - J'ai 19 ans. C'est une grande année pour moi. C'est que, plus jeune, j'enchaînais les épisodes dépressifs. Comme toute personne dépressive, j'évitais de me présenter à mes cours, entraînant ainsi de nombreux échecs scolaires. J'avais donc dû me résoudre à fréquenter une école aux adultes. Ce n'est que vers l'âge de 17 ans que je me suis finalement sentie apte à m'investir dans mes études, et c'est cette année que j'en viens à bout. On parle d'études secondaires, ici. Imaginez la honte. 2012 marque donc la fin de ces deux longues années éprouvantes où mon estime personnelle était mise à mal, où je devais constamment me frotter aux « t'es misérable, instable, bonne à rien » et autres sympathiques variantes. C'est aussi l'année de mon entrée au cégep ; je peux enfin tourner la page sur cette sombre période de ma vie. Curieusement, c'est aussi l'année de mon plus bel anniversaire jusqu'à ce jour. En avril 2012, je m'inscris sur le Dépotoir, intriguée par son concept. Je préfère toutefois rester silencieuse et effacée ; je me sens encore misérable et crains d'être martelée de répliques assassines. Je parviens malgré tout à faire la rencontre de belles personnes, dont je suis encore assez proche. C'est aussi l'année de la grève étudiante, qui exerce sur moi une très grande influence.

2008 - J'ai 15 ans. Je suis déprimée et passe beaucoup de temps isolée, en plus d'avoir de légers troubles alimentaires. Je déteste mon école secondaire. C'est déjà la troisième fois que je change d'école ; je n'ai plus envie de tisser de nouvelles amitiés. Lorsque l'occasion s'y prête, je retourne chez moi en douce. Malgré cela, je trouve le courage de m'accrocher, sans doute parce que j'ai fait la rencontre d'une personne intéressante sur les réseaux sociaux. Il vit à Malartic, en Abitibi-Témiscamingue. On se parle à tous les jours. Un bon huit heures de route nous sépare, mais j'y suis tout de même très attachée. Vers le début de l'été, on s'éloigne un peu, et je fais alors la rencontre (cette fois réelle) de celui qui devient ma toute première fréquentation. Comme il est plus vieux que moi, ce dernier m'annonce au bout de quelques mois qu'il refuse d'aller plus loin. Je vis ma première peine d'amour.

2004 - J'ai 11 ans. Je suis en 5e année du primaire. Jusqu'ici, j'ai toujours été une mauvaise élève (j'accumulais les copies et les retenues), bien que mes résultats scolaires étaient excellents. Mais cette année, mon enseignant est jeune et stimulant. Je deviens présidente de classe et mon cercle social s'élargit. À l'extérieur de l'école, j'apprends à jouer du violon. Je continue également mes cours de natation ; je vise alors la natation de compétition. Je n'ai jamais été une grande sportive, mais cette année, fouillez-moi pourquoi, j'ai un plaisir fou à être dans une équipe de basketball. Durant le camp d'été, plus précisément lors d'une sortie de camping, je me fais un petit amoureux, sous la pression de mes amies. J'insiste sur « petit » parce que j'en ai déjà marre après trois jours et décide de l'abandonner sans honte aucune.

2000 - J'ai 7 ans. Mon grand-père du côté de ma mère est mourant. Un cancer. Il a choisit d'attendre la mort chez lui. Avant que sa santé ne se détériore, j'adorais prendre des marches avec lui dans le petit sentier qui longe sa maison de campagne. C'est un peu cliché, mais on se tenait par la main. J'ai toujours été sa préférée. À présent, il reste toujours étendu sur son lit. Il m'arrive parfois de m'étendre à côté de lui. Les paroles qu'il prononce sont à peine audibles. Je suis triste qu'il soit sur le point de partir mais je suis peut-être encore un peu trop jeune pour prendre complètement conscience de ce que la mort implique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On va tenter le coup... ça va être pénible mais  intéressant. Watch out le roman fleuve toué

2016 - J'ai 37 ans :  La pire remise en question de ma vie, Le studio où je tatouais à fermé ses portes avec 2 semaine d'avis, Mon alternative; un ami qui a un studio à joliette n'est pas viable. J'ouvre donc mon studio à l'arrache, ça roule cousis-coussa. mais on survit. Je tape le fond du baril, Surprise ! Y a un sous-sol au criss de baril... Une Psychiante me rappelle après 3 ans sur la liste d'attente. Trouble Bipolaire et TPL... Nice.  Les medocs sans au 2ieme sous-sol du baril. Ca fait quasi 2 ans je suis pas aller à Cap-Chat... ca me manque

2012 - J'ai 33 ans: L'age du christ... Sti que j'me le suis fait dire. Mais je suis heureux quand même j'ai recommencé à tatoué v'la 2 ans. Pas facile mais on y arrive. surtout dans la shop de marde ou je suis. La femme du boss est une sale germaine, j'angoisse quand on travaille ensemble. Le collègue on en parle pas. Un stéréotype, BS, Tatoueur de fond de cave avec une flopper de flo...    Faut vraiment je calme mon caractère de marde. Il me met dans le trouble plus qu'autre chose. Je fais mon deuil du Jeux vidéo, j'archive mes projets de jeux. Le dessin me prend trop de temps . La programmation me faisait chier anyways.  Je suis pas là pour les kids. C'est un gros boutte égoïste pas mal.

2008 - j'ai 29 ans: : je travaille comme designer graphique dans une PCE ( Petite Criss Entreprise) assez grosse quand même. Je prend des photos de spectacle pour notre matériel marketing. J'expérimente beaucoup autant logiciel que création. J'ai une grande gueule, une tête de cochons et les dents longues. J'ai beaucoup d'ennemi, tout es un combat à vie à la mort à cette époque. Je défend mes publicités bec et ongles. En même temps je commence à m'entrainer. Aiki Jiu-jitsu, Beaucoup de rage à sortit sur les tatamis. je fais aussi de la course ( 4-8 km 3 x semaines). La shape de dieux que j'avais... même des abs pis toute. Ma fille à un an, mon gars 4... ça commence à boiter coté famille.
J'ai ma maison dans le bois, fuck la chance que j'ai quand je regarde mes chums en appart

2004 - j'ai 25 ans: Je sort de l'école de 2D-3D ( ICARI) mon fils es né au début de l'année. Un accouchement c'est de la marde. De la douleur pis du sang.... No thanks ,on le refera pu ( que je crois). Je travaille mi-temps dans un resto sur mont-royal avec un autre job de 3D, ma première !! Yeah.   J' hais Montréal de tout mon cœur. Pendant la grossesse ma femme pis moi on à fait un road-trip. Elle ma fait découvrir la Gaspésie.. WOW Je tombe en amour solide avec le spot.

2000 - j'ai 21 ans  Celle là es clair comme du cristal:
Je revient de Niagara Falls ou je travaillais comme tatoueur, Burn out. perdu Mon père ma dit " Si t'est pas content, tu sais ce que t'à a faire" Je l'ai écouté.
Ma blonde du moment va étudier à Montréal, J'essaie de me greffer avec le message clair de "Je part pas long" à preuve j'ai déjà une job de plongeur après 2-3 jours. Elle vie avec 2 colocs et me rappelle qu'ils vivent à 3 et non à 4... je suis décrissé.  Je fini à la rue dans une ville que je connais pas trop. Le Refuge me sauve le cul ( Merci Dan Bigras). Je monte même d'un niveau et abouti dans un auberge du coeur où je découvre une fille qui y fais sont stage en Travaille Social  . *Zyng* comme y disent. Je part en appart dans st-henri avec 2 autre résidents... erreur. on ce bat apres 4 jours, les flics débarquent. Génial la vie d'adulte.  Je flush ma blonde à la st-valentin (pis c'est sa fête en plus ) Tant qu'à être mal accompagné, j'aime mieux tu seul. Y a un bogue aussi.

1 juillet 2000- Me fait siffler dans le métro Mont-royal par la fille qui faisais son stage en TS là.... Elle m'invitent à aller prendre une bière avec elle puisque tout ses chums déménage. Pourquoi j'ai dit oui?

1996 - J'ai 17 ans: 2 ième reprise de mes cours de math 436 de soir... je suis tu con coudons ? Mes chums sont toute au Cegep pis moi je glande à déprimer pis dessiner comme une machine. Mon père me le rappelle souvent de  " Faire de quoi de ma vie"  Je rêve de pouvoir tatoué. J'ai vu une shop à QC  le soir de ma première st-jean sur les plaines. Sinon c'est le flat line... je dort pis je gaspille ma vie. Pas d'ami pas de blonde. juste moi.. fuck c'est long pis mon frère qui à de sale problèmes de consommation... ça feel pas hot dans la famillia. Je travaille l'été dans un moulin à bois à 3-rivière. J'ai des amis la-bas. J'aurais peut-être du écouter l'orienteur.

1992 - J'ai 13 ans 1ere année de secondaire... outch la débarque. Je découvre NIN avec Broken. pis Downward Spiral. en cassette.. Wow Je découvre aussi les jeux de roles et autre attrape ado de Games Workshop. Je passe le plus clair de mon temps au Donjon sous la bibli Gabriel Roy ( c'est fermé d’ailleurs ) Je pense j'ai l'air bin cool pis tuff avec mon bummer. Ma mère à quitter Montréal pour migrer à Champlain. proche de 3-river.

1988-  J'ai 9 ans pis c'est flou .Mis à part que mes parent qui sont séparé d'aussi loin que je me souvienne ce separe vraiment. Ma mère part vers la grande ville. Meme si mes parent ne sont plus ensemble, ils vivent proche donc la coupure es pas pire. Là c'est fini. Go la balle de ping- pong au 2 semaine dans les bus orleans express

1984-  j'ai 5 ans  Y a pas de big brother , mais on vois beaucoup de pièce de théâtre à la maternelle... me rappelle de une . La dernière grue ou un affaire de même, ça parlais de bombe atomique à Hiroshima... c'est cool l'école
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Up. 

J'ai envie de lire des vies. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×