Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Salut les gros.

Je voulais vous questionner au sujet de vos rapports à la spiritualité, sachant que la yoga et autres gayzeries sont devenues archi tendance, entre les régimes détox et les bains de gros sel, il n'a jamais été plus en vogue que de cultiver son gros bouddha interne à coup de petite citations niaises en dessous des selfies ( vous aussi, ça vous rends fou ?) Mais qu'en est-il ? C'est quoi en 2018, être spirituel ? Qu'est-ce que ça apporte ? Une étiquette en plus pour avoir l'air cool sur les réseaux, ou un vrai déclic ? 

Tout le monde sait ici que je suis fan d'astrologie, et j'ai découvert qu'à 28-30 ans, on observe le retour de saturne à la position qu'il avait à votre naissance. Saturne est la planète de la maturité et du dépouillement. Généralement, à partir de 28 ans on observe cet état de maturation chez nos semblables ; on peut dire qu'on est enfin adulte à ce moment là car on a des objectifs beaucoup plus fondamentaux, comme fonder une famille ou aller vers un mode de vie plus en accord avec soi même. Et certains, à cet age là, commencent à découvrir ce qu'est la spiritualité. C'est mon cas personnel. 

Je développerai plus tard vers quel chemin je suis allée, je suis curieuse d'avoir vos avis sur tout ça en priorité.

NASMATE LES GROS

7b3c8aeef2fc5c6798e882278c80def8.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon rapport à la spiritualité: Lol, rationality ftw.

La vie c'est une suite d'événements aléatoires sur lesquels nous avons, au final, qu'un contrôle limité. Il n'y a pas de destin, il n'y a pas de "meant to be", il n'y a pas de "Dieu a un plan". Il ne faut pas non plus tomber dans le déterminisme. Acceptons 1) notre finalité, 2) la vie est injuste, 3) rien n'arrive nécessairement pour quelque chose, faut juste savoir prendre les coups. Une fois qu'on accepte d'être lucide, le reste de la "bullshit" perd de son importance. À la limite, qu'on y trouve des techniques de relaxation, fine, mais dès que ça entre dans la "croyance", c'est "dangereux".

En somme, do not believe, learn to think.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour toi, la croyance en l'alchimie est-elle dangereuse ? La méditation et son appartenance au karma/dharma, t'en pense quoi ? Pourquoi tout ceci ne deviendrait pas rationnel ? Tout part d'une constatation sur la matière et l'esprit. Il est possible, à cause de manifestations telles que les EMI et autres discours sur les réincarnations, qu'on puisse un jour prouver que l'âme surpplante la matière. Si la science le prouvait, ce serait alors ... rationnel ? Qu'en penserais-tu alors ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je combats, à longueur de journée, le SIDOS scientiste des étudiants en filières scientifiques prétentieux qui basent leurs approximations verbeuses de la station de tramway sur la dernière vidéo de Youtubeurs subventionnés comme la Tronche en Biais.
Les voir se confronter à moi sur les réseaux sociaux ont fait de moi un guerrier blacklisté et débunké des millions de fois "ahah tu utilises le sophisme de la moissonneuse-batteuse inversée" disent-ils.

A leur contact, je suis passé progressivement de zététicien athéiste à orthodoxe zoroastrien mangeur de nouilles.
C'était mon destin.


La con de sa race, ça fait quand même plaisir de retrouver la forale, quand bien même j'étais fâché avec un bon bout de temps. J'espère que cette dynamique sera continue, et que nous constituerons une zone de résistance efficace contre le cancer des réseaux sociaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 43 minutes, 1984 a dit :

Pour toi, la croyance en l'alchimie est-elle dangereuse ? La méditation et son appartenance au karma/dharma, t'en pense quoi ? Pourquoi tout ceci ne deviendrait pas rationnel ? Tout part d'une constatation sur la matière et l'esprit. Il est possible, à cause de manifestations telles que les EMI et autres discours sur les réincarnations, qu'on puisse un jour prouver que l'âme surpplante la matière. Si la science le prouvait, ce serait alors ... rationnel ? Qu'en penserais-tu alors ?

D'ici à ce qu'on puisse prouver scientifiquement que l'âme existe (déjà ça, c'est un concept ésotérique profondément inutile), ouais, perte de temps qui repose essentiellement sur des croyances irrationnelles basées sur l'imagination d'une personne ou d'une autre. Donc, oui, grande possibilité de dangerosité (manipulation, surtout).

Pour le reste, il y a la psychologie et la psychiatrie pour comprendre les fonctionnements de l'être humain. Tant qu'on me parle pas de psychologie clinique, moi, ça va. Mais le kharma, schmarma, swarma, bitch please. Sauf, bien sur, si on regarde ça de façon philsophique. Tes actions vont influencer les actions des autres envers toi... genre... NO SHIT!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai jouer au Ouija avec mon ami chez moi, le board s'est mis a bouger. J'ai poser la question : est-ce  que c"est un démon ? La réponse fut oui. J"ai demandé qu"elle âge as-tu. Il ma répondu 5800 ans. Après ca on a amené le ouija board chez un ami puis on a demandé encore si cétait un démon. La réponse fut oui encore. JE SUIS SUIVIS PAR DES DÉMONS AU NOM DU PÈRE ET DU FILS SAUVEZ MON ÂME JE SUIS DAMNÉ OH MON DIEU QUE DOIS-JE FAIRE JE PLEURE OHHHH NON MON DIEU JAI PEUR MAMAN.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Matt est convaincu hors de tout doute que Dieu n'existe pas. Il me semble pourtant que personne, philosophe ou scientifique, n'a encore fournit la preuve irréfutable de son inexistence. 

« Mais doit-on vraiment s'attarder à démontrer l'inexistence du Père Noël, des licornes et des Schtroumpfs? »

Une Force a certainement créé l'Univers. Quel nom lui donner? J'en sais rien. Avait-elle seulement un but, une vocation? La Création, le Big Bang, peu importe comment on l'appelle... était-ce un terrible accident, le fruit d'un hasard, un choc fortuit entre deux matières... ou un projet longuement prémédité? Tant de questions auxquelles on peut essayer de répondre de midi à quatorze heures, sans jamais n'avoir plus qu'un soupçon de certitude encore trop subjective. Le fait est qu'on tous est là, dans le monde physique, dans le monde « réel », soumis aux mêmes lois/caprices climatiques et biologiques.

Nous n'avons peut-être aucun contrôle sur les catastrophes, le tapage des enfants du voisin, la, les délais de livraison et le prix de l'essence, mais nous avons du pouvoir sur tout plein de choses -- petites mais significatives -- dans notre quotidien. Être conscient que telle action entraînera telle conséquence ou tel sentiment chez soi ou chez l'autre. La « suite d'évènements » dont parle Matt n'est pas parfaitement aléatoire. 

La vie reste absurde. La vie est injuste aussi, oui. Les quotients intellectuels sont distribués sans équité au même titre que les charmes et les habiletés parentales.

 

We emerge half-formed and hope whoever greets us on the other end
Is kind enough
To fill us in
And, babies, that’s pretty much how it’s been ever since

- Father John Misty

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

D'après la théorie des anciens astronautes, les humains seraient un mélange d"ADN de singes  et d"extraterrestres, ce qui fais du sens dans mon cas. Donc dieu serait en fait extraterrestre. 

Modifié par Bobby

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 48 minutes, MattIsGoD a dit :

D'ici à ce qu'on puisse prouver scientifiquement que l'âme existe (déjà ça, c'est un concept ésotérique profondément inutile),

Ce que j'aime bien faire avec l'ésotérisme, c'est lui appliquer le concept du mythe:
 

Citation

Le terme mythe est souvent employé pour désigner une croyance manifestement erronée au premier abord, mais qui peut se rapporter à des éléments concrets exprimés de façon symbolique

C'est souvent, comme la fable, une histoire montée dans le but de parler d'autres choses, le but d'instruire et enseigner, c'est une allégorie. 

On est particulièrement mauvais pour déchiffrer nos propres émotions, nos propres réflexions, nos propres impressions.

Si ton copain ou ta copine dit: "Hmm j'ai faim" - tu peux adopter une attitude d'analyse froide et répondre: "Tu viens de manger" - ou bien tout simplement comprendre, qu'en réalité, ce que la personne cherche à communiquer sans vraiment le savoir elle même, est que cette personne s'ennuie. Que quelqu'un peut dire: "Ton projet c'est de l'ostie de marde" et de comprendre que ce la personne veut exprimer, c'est: "Je me sens impuissant face aux puissances qui ont fait en sorte que mon propre projet n'ai pas fonctionné, ce qui me cause d'être fâché..." etc. 

[C'est aussi un des principes fondamentale de l'art mais ça c'est un autre sujet]

Donc la société humaine peut parler du concept d'âme, et avoir tort, tout en ayant raison dans son fond, dans la *chose* qu'elle cherche à exprimer.

Dans le cas de l'âme, on peut se débarasser du concept du revers de la main parce que ça ne peut être prouver scientifiquement, mais je trouve ça beaucoup plus intéressant de se demander: "Qu'est-ce la société humaine cherche à exprimer à travers ce concept là?"

Ça ne veut pas dire que l'âme n'existe pas, mais tout simplement que ce n'était pas entièrement la chose qu'on croyait.

Et justement, qu'est-ce que le mythe de l'âme? Qu'est-ce que la société humaine cherche à exprimer avec ce terme là?

Le terme moderne est la conscience, et l'énorme malaise relié à l'a placer dans un contexte évolutif. C'est l'expression d'une sensation de complexité exponentielle (le fait que l'intelligence humaine semble drastiquement différente de l'intélligence animale), d'une sensation qui nous semble *plus* que matérielle (et une fois qu'on se penche sur le concept des idées sociales, de la connaissance, qu'on comprend qu'il existe un Darwinisme dans le monde des idées, qu'on réfléchis au Bateau de Thésée, on se rend compte qu'effectivement, étrangement, il y existe un monde "immatériel", ça aussi c'est un autre sujet).

En tout cas, tout ça pour dire, je trouve l'ésotérisme fascinant d'un point vu social et culturel, de la même façon que je trouve fascinant d'essayer de comprendre les méchanismes psychologique d'un individu.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Bobby a dit :

D'après la théorie des anciens astronautes, les humains seraient un mélange d"ADN de singes  et d"extraterrestres, ce qui fais du sens dans mon cas. Donc dieu serait en fait extraterrestre. 

Seul un ZOZO sans aucun backgreun scientifique oserait affirmer le contraire

maxresdefault.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sujet super intéressant, merci de l'avoir apporté!

Je vais donner ici mon expérience par rapport à la spiritualité et tout ce que ça comprend ou s'y rapproche (religieux, mysticisme, spiritisme, satanisme, démonologie, luciférisme, alchimie, etc. ). J'ai vraiment fucking cheminé dans ça en partant du gentil petit garçon catholique de bonne famille qui a finalement expérimenté l'occultisme et la magie, en passant par des exercices portant sur l'aura et les chakras.

Je vais donner mon expérience ici, mais je conviens qu'il se peut que tout soit dans ma tête ou soit encore inexpliqué. J'aimerais toutefois qu'on respecte mon opinion sur ce sujet délicat.

J'ai commencé mon cheminement spirituel en tant que chrétien catholique. Je croyais que Dieu s'est fait homme pour livrer un message d'amour à l'humanité et je tentais autant que possible de mettre en application ses enseignements (ne pas juger, aimer les autres, etc.) Toutefois, j'essayais aussi de ne pas trop rentrer dans les dogmes stupides du Christianisme. Je cherchais davantage à ressentir Dieu et à rationaliser son existence. Ce que j'entends par ressenti est que lorsque je priais ou allais à l'Oratoire St-Joseph, je ressentais de bonnes vibrations et un bien-être intérieur. Je me sentais heureux et mes demandes étaient parfois accordées. D'autres fois non. J'ai ressenti mon père décédé et je l'ai même vu une fois de mes propres yeux (6 ans après son décès), après l'avoir prié fortement.

En termes de rationalisation, j'entends surtout par là les arguments rationnels expliquant l'existence d'une puissance supérieure. Par exemple, en regardant la suite Fibonacci AU BAS DU MESSAGE, on se rend compte que les mêmes formes géométriques sont présentes dans un ouragan, l'univers, l'enfant à naître, les fleurs, etc. En envisageant tout ceci, je ne peux que me dire qu'il existe et que tout n'est pas le fruit du hasard.
----

Toutefois, un peu plus tard dans ma vie, j'ai commencé à expérimenter des techniques de respiration et de méditation. Le tout était jumelé à des sons contenant supposément des effets bénéfiques (style mantra Om̐, etc.et autres trucs dans le genre. Ces pratiques étaient en lien avec ce qu'on appelle l'aura, les chakras, les méridiens, les nadis, etc. J'ai vécu des ostis de plaisirs cérébraux et corporels qui dépassaient les simples bienfaits de la prière! J'en suis venu à la conclusion que soit Dieu n'existait pas et qui'il était possible de vivre des états vibrationnels forts à l'intérieur de soi sans lui. Ou qu'une puissance supérieure existait et qu'elle n'avait crissement rien à voir avec le Christianisme et les églises, etc.

----

Encore un peu plus tard, suite à une difficulté amoureuse, j'ai senti que j'étais en train de passer à côté de ma vie. J'étais gêné, pas d'emploi, peu d'amis, difficultés avec les filles, etc. Malgré un fort potentiel, j'avais des difficultés ici et là. J'ai décidé de remédier à ça en prenant le taureau par les cornes et de ne plus vivre dans la peur. Par exemple, j'ai participé à des thérapies de groupes, impro, entrainement physique, etc. Cela m'a donné une grosse confiance en moi et j'ai commencé à ne plus mettre les limites que je me mettais avant. J'ai commencé à sortir, notamment en allant voir beaucoup de spectacles métal - chose que je faisais pas souvent avant et à écouter tout style de musique métal. Cette nouvelle confiance et le fait de ne plus vouloir vivre ma vie inhibé m'ont fait explorer un terrain moins connu.

Le tout s'est transposé peu à peu vers des groupes de musique satanistes : Behemoth, Ghost, King Diamond, Belphegor, etc. Mes concerts de métal aussi commençaient à prendre cette tangente-là et j'allais voir des spectacles de Black Metal. Je ressentais des énergies spéciales en allant là et j'ai éprouvé des immenses bien-être.

Puis je me suis mis à penser qu'à Lui. Satan/Lucifer. Mes projets l'incluaient lui et tout allait à merveille. Mes projets artistiques portaient sur lui, les démons, des groupes du genre, etc. On dirait que j'étais transporté par des forces quelconques et tout allait bien dans ma vie (filles, entrainement, amis, succès, reconnaissance).

On peut dire que j'étais sataniste. Pas le mouvement philosophique à la Lavey, mais bien spirituellement sataniste. J'ai faisais des méditations qui s'inscrivaient dans ce créneau là (ouvrir 3e œil, obtenir le support des démons, influencer son entourage et obtenir des faveurs avec des techniques psychiques, etc.).

---

J'ai vécu plusieurs difficultés et j'ai perdu de mon lustre. Mais je ne suis pas prêt à dire que ce sont les mauvais esprits qui ont commencé à jouer contre moi.

Pour continuer sur le sujet du ressenti lors des prières, on m'a malheureusement dépisté récemment un déficit d'attention et une dépression saisonnière modérée. Ces diagnostics m'ont amené à la prise de médicament. Encore une fois, tout comme c'était le cas avec la respiration-méditation-sons, ces médicaments m'ont amené à éprouver beaucoup de plaisir qui ressemblait à ce que j’éprouvais lorsque je priais (ce qui renforce l'idée que la prière influe sur les neurotransmetteurs du cerveau et que ce n'est pas nécessairement Dieu qui agit). 

Voilà donc où j'en suis dans ma vie spirituelle. L'idée de simplement croire au petit Jésus, comme c'est le cas de bien du monde, est plate et vraisemblablement pas vraie. Soit y'a vraiment des forces (positives et occultes) qui régissent l'univers et qui dépassent largement le cadre des religions, soit y'a tout un monde chimique, biologique, psychologique à explorer.

Je sais que je suis un peu fucké, mais bon qu'est-ce tu veux..

Fibonacci-spirals.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, xdrox a dit :

Matt est convaincu hors de tout doute que Dieu n'existe pas. Il me semble pourtant que personne, philosophe ou scientifique, n'a encore fournit la preuve irréfutable de son inexistence. 

« Mais doit-on vraiment s'attarder à démontrer l'inexistence du Père Noël, des licornes et des Schtroumpfs? »

Une Force a certainement créé l'Univers. Quel nom lui donner? J'en sais rien. Avait-elle seulement un but, une vocation? La Création, le Big Bang, peu importe comment on l'appelle... était-ce un terrible accident, le fruit d'un hasard, un choc fortuit entre deux matières... ou un projet longuement prémédité? Tant de questions auxquelles on peut essayer de répondre de midi à quatorze heures, sans jamais n'avoir plus qu'un soupçon de certitude encore trop subjective. Le fait est qu'on tous est là, dans le monde physique, dans le monde « réel », soumis aux mêmes lois/caprices climatiques et biologiques.

Nous n'avons peut-être aucun contrôle sur les catastrophes, le tapage des enfants du voisin, la, les délais de livraison et le prix de l'essence, mais nous avons du pouvoir sur tout plein de choses -- petites mais significatives -- dans notre quotidien. Être conscient que telle action entraînera telle conséquence ou tel sentiment chez soi ou chez l'autre. La « suite d'évènements » dont parle Matt n'est pas parfaitement aléatoire. 

La vie reste absurde. La vie est injuste aussi, oui. Les quotients intellectuels sont distribués sans équité au même titre que les charmes et les habiletés parentales.

 

We emerge half-formed and hope whoever greets us on the other end
Is kind enough
To fill us in
And, babies, that’s pretty much how it’s been ever since

- Father John Misty

 

Je disais que la vie, de façon "macro", était une suite d'événements aléatoires. Genre, tu contrôles pas qu'un dude va te voler ton char, genre... GENRE! Une roche te tombe sur la tronche, tu contrôles pas ça... pis ça vient pas du fait que t'as pas été fin avec ton tinami y'a 2 ans. Cependant, de dire que tes mauvaises actions et ta vibe négative vont t'amener des conséquences négatives. NO SHIT! Les autres aussi ont un libre arbitre.

T'as ton libre arbitre et tu influences certains trucs, c'qui fait que, fuck le déterminisme. Mon point c'est juste qu'il n'y a pas de force mystique, scientifiquement prouvée, qui influence ton "destin". T'as pas de "destin". Tu fais ton chemin en fonction de tes choix et tu es confronté à un tas de shit que tu contrôles pas. Tu y réagis du mieux que tu peux. Si ça te prend des chandelles pis Hare Krishna, who cares.

Pour ce qui est de Dieu, c'est évident, qu'au sens de la Bible, il n'existe pas. Trop de shits copiées d'autres cultures, trop d’événements historiques contestables, trop de structuration politique de la religion. Donc, la thèse du Dieu créateur est facile à écarter. Pour ce qui est d'une "force" derrière la création de l'Univers, il est très peu PROBABLE (genre 0,00000000000000000000000000000001% pis j'ajouterais des 0 si ça ne serait pas esthétiquement laid) qu'une force CONSCIENTE (et c'est ça la clé) ait créé quoi que ce soit. De là à dire que je comprends les mécanismes derrière l'Univers. Non. Est-ce que je pense (et non CROIS) que c'est scientifiquement explicable. Yeah, sure. Toute théorie prouvée scientifique est vraie jusqu'à ce qu'elle soit déboutée... c'est ça qui est cool avec la science, on se remet toujours en question. C'est ça le problème avec les croyances... tu crois et c'est tout, pas de réflexion.

Bon pour toute la merde "psyrituelle", si les gens se sentent mieux, ça leur appartient. Ça m'empêchera pas de rire d'eux though et de trouver que l'absence de rationalité est dommageable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai des visions. Dans une de mes visions j'ai vu Noé, un homme bien qui vivait sur une ferme. Un extraterrestre est descendu du ciel et lui a  construit un navire gigantesque, Il lui donna aussi le pouvoir de communiquer avec les animaux. .Il lui dit ensuite  de prendre un mâle et une femelle de chaques espèces car ils allait envoyer un météore dans l'océan pour nettoyer la terre de ses impurtés. Le même extraterrestre avait fait la même chose pour les dinosaures car ils étaient impossible pour les humains de cette époque d'évoluer spirituellement car la seule chose qui importait pour eux était de survivre face a ses monstres. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, Bobby a dit :

J'ai des visions. Dans une de mes visions j'ai vu Noé, un homme bien qui vivait sur une ferme. Un extraterrestre est descendu du ciel et lui a  construit un navire gigantesque, Il lui donna aussi le pouvoir de communiquer avec les animaux. .Il lui dit ensuite  de prendre un mâle et une femelle de chaques espèces car ils allait envoyer un météore dans l'océan pour nettoyer la terre de ses impurtés. Le même extraterrestre avait fait la même chose pour les dinosaures car ils étaient impossible pour les humains de cette époque d'évoluer spirituellement car la seule chose qui importait pour eux était de survivre face a ses monstres. 

Tu es schyzo ou tu fais d'la meth.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, MattIsGoD a dit :

Ça m'empêchera pas de rire d'eux though et de trouver que l'absence de rationalité est dommageable.

Oui c'est vrai que croire en Dieu c'est le danger de l'Humanité et que les hystéries humaines ne génèrent aucun bénéfice économique. En tout cas pas un qui n'ait été démontré par une étude scientifique sérieuse.
Que des biais cognitifs qu'il est capital de chercher à supprimer pour le bon fonctionnement de la société.

Le sida scientiste en une phrase.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, MattIsGoD a dit :

D'ici à ce qu'on puisse prouver scientifiquement que l'âme existe (déjà ça, c'est un concept ésotérique profondément inutile), ouais, perte de temps qui repose essentiellement sur des croyances irrationnelles basées sur l'imagination d'une personne ou d'une autre. Donc, oui, grande possibilité de dangerosité (manipulation, surtout).

Pour le reste, il y a la psychologie et la psychiatrie pour comprendre les fonctionnements de l'être humain. Tant qu'on me parle pas de psychologie clinique, moi, ça va. Mais le kharma, schmarma, swarma, bitch please. Sauf, bien sur, si on regarde ça de façon philsophique. Tes actions vont influencer les actions des autres envers toi... genre... NO SHIT!

Le problème chaton, c'est qu'on a pas encore expliqué le phénomène des expériences de mort imminentes. J'en avais déjà parlé ici, Moskva avait nié, mais aucun scientifique n'a d'explication rationnelle. Ce n'est pas un concept ésotérique du tout. 

Pour ce qui est du karma (qui corresponds au bagage de ta vie passée) au dharma ( la mission dans cette vie pour apprendre les leçons de ce karma), on ne parle pas d'action morale envers autrui mais uniquement envers soi, et quand on y réflechit c'est plutôt intéressant;  dans l'idée que notre corps n'est qu'un vaisseau, qu'il n'y a donc aucune importance à ce qu'il meure, et que l'âme seule à des choses à faire évoluer dans cette vie dans l'optique d'une prochaine... Cela permets quand même de relativiser l'aspect matériel des choses. Et le détachement, des émotions et de l'égo, est une des plus grandes leçon du bouddhisme. Cela permets d'atteindre le bonheur par le biais du recul et de l'observation des choses, sans que l'égo vienne y jouer les trublions. Alors en terme de sagesse, la croyance en la réincarnation amène plus de joie que les croyances religieuses monothéistes, de la réussite sociale, affective ou financière.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 20 heures, Gamin a dit :

"Qu'est-ce la société humaine cherche à exprimer à travers ce concept là?"

Ça ne veut pas dire que l'âme n'existe pas, mais tout simplement que ce n'était pas entièrement la chose qu'on croyait.

Et justement, qu'est-ce que le mythe de l'âme? Qu'est-ce que la société humaine cherche à exprimer avec ce terme là?

 

 Angle intéressant. Connais-tu le mythe de Psyché ? L'âme, en grec.

Le topo est fascinant :

" Psyché est l'une des trois filles d'un roi, si belle que tous les habitants du royaume l'adoraient et qu'Aphrodite en était jalouse au point de vouloir tramer sa perte. Psyché était si belle que les gens venaient la contempler comme une oeuvre d'art et désertaient les temples en hommage à la déesse Aphrodite. Cette dernière envoya Eros avec comme mission d'inspirer à Psyché l'amour pour l'être le plus hideux de la terre. Mais tel est pris (épris?) qui croyait prendre: Eros tombe lui aussi sous le charme de Psyché. Il demanda à Apollon de donner un oracle au roi lui prescrivant d'exposer sa fille sur un rocher. Là vêtue de noir, soumise, elle attend la venue du monstre mais c'est le souffle léger de Zéphyr qui l'emporte vers un palais mystérieux. Elle est la seule habitante de ce palais merveilleux où les portes sont ornées de pierres précieuses et où le dallage du sol est d'or pur. Jamais elle ne peut voir le maître de céans mais il lui rend visite toutes les nuits, la couvre de caresses et de baisers, et lui promet que leur bonheur durera toujours, à la condition qu'elle ne cherche pas à voir le visage de son amant.

7432357838_fe374b6a4f_z.jpg

Mais Psyché, qui passe ses journées seule, se plaint du manque de sa famille. Eros finit par céder en la mettant en garde, sous aucun prétexte elle ne devra dire mot de lui. Psyché reçoit ses soeurs au palais, tente d'éviter les questions insistantes de ses soeurs, mais celles ci, jalouses des richesses de Psyché et de son bonheur, la persuadent qu'elle est aimée d'un monstre car celui ci ne lui a jamais montré son visage. Elle réussissent à convaincre Psyché de découvrir son identité. Une nuit, alors que son amant est endormi à ses côtés, elle allume une lampe. Tandis qu'elle contemple avec ravissement et surprise la beauté et l'identité de son amant, une goutte d'huile tombe sur lui. Il se réveille, surprends Psyché et s'enfuit sans dire mot du palais enchanté. Commence pour Psyché une série d'épreuves, dont elle se tirera grâce à l'appui secret de Dieux tels que Zeus et Pan, ainsi qu'à la ténacité de son amour. Elle supplie d'abord les dieux de l'aider à retrouver Eros, mais ceux ci, craignant la colère d'Aphrodite, n'osent s'en mêler. Finalement, elle arrive dans la demeure de sa rivale Aphrodite qui la cherchait également partout. Cette dernière, pleine de fureur d'avoir découvert l'amour d'Eros pour Psyché, l'accable de mille tourments, la retient comme esclave et lui impose quatre épreuves réputées impossibles. Mais à chaque fois quelqu'un sera là pour l'aider.

Ainsi, elle trie des graines mélangées de toutes espèces à l'aide de fourmis, 
elle rapporte la laine d'or de moutons féroces grâce à un roseau qui lui indique le bon chemin pour traverser la rivière 
elle puise l'eau inaccessible du Styx avec l'aide de l'aigle de Zeus. Plusieurs fois, elle est tentée de se suicider, mais les éléments l'en empêchent.
Pour la dernière épreuve, Psyché doit se rendre aux enfers demander à Perséphone un précieux flacon contenant une lotion de beauté; persuadée de ne pas pouvoir y parvenir elle est sur le point de se jeter du haut d'une tour quand la tour se met à lui parler et lui indique la marche à suivre; il lui est recommandé de ne pas l'ouvrir et de ne pas partager le repas de Perséphone. 

Normalement, nul mortel ne pouvait se rendre aux enfers sous peine d'être dévoré par son terrible gardien : Cerbère. Pour passer la porte des enfers sans dommage, Psyché donne au monstre un gâteau trempé dans du vin drogué qui l'endormit. Elle n'avait pas oublié de prendre deux pièces de monnaie pour payer Charon à l'aller et au retour. Mais au retour alors que sa mission est enfin remplie, Psyché est à nouveau perdue par sa curiosité, elle se dit que l'onguent offert par Perséphone pourra peut-être lui donner la beauté qu'elle pense avoir perdu au travers de ses épreuves, et ainsi reconquérir Eros; elle débouche le flacon, une fumée noire se répand et se dépose sur son visage qui devient hideux. En se regardant dans un miroir Psyché s'évanouit. Cependant, Eros ne l'a pas oubliée, il l'éveille d'une piqûre de ses flèches et lui rend sa beauté première. Enfin, Zeus intervient enfin à la demande d'Eros qui souhaite se marier avec Psyché, et Aphrodite, débarrassée de la rivalité terrestre de Psyché, lui pardonne: Zeus  convoque les dieux pour célébrer l'immortalité de Psyché et le mariage du couple sur l'Olympe.  Les jeunes mariés auront une fille : Hêdonê en grec ou Volupté pour les Romains."

fond03_13_bis.jpg

Analyse du Mythe :

Citation

 

PSYCHE OU LA NAISSANCE DE LA CONSCIENCE :

Une interprétation possible du mythe de Psyché

Par Franklin Nyamsi,Professeur agrégé de philosophie - Lycée Delamare Deboutteville - Forges les eaux.

 Si nous partons du principe que les mythes sont des récits fabuleux d’origine populaire et non réfléchie, dans lesquels des agents impersonnels, le plus souvent des forces de la nature, sont représentés sous forme d’êtres personnels, dont les actions sous formes d’êtres ou les aventures ont un sens symbolique, le mythe grec de Psyché est donc à comprendre comme la mise en scène d’une problématique et d’expériences de la condition humaine en tant que telle. Comment lire symboliquement ce récit ? Pouvons-nous en rendre compte réflexivement, comprendre l’incompris du récit afin de mieux comprendre le sens, voire la sagesse dont il est souterrainement porteur ? Essayons-nous à cet exercice d’interprétation dans les lignes qui suivent.

I La tripartition traditionnelle de l’homme

            Il nous est dit que Psyché, personnification de l’âme humaine, est l’une des trois filles d’un Roi. Nous comprenons donc que le mythe désigne l’origine de l’esprit humain dans la rencontre des principes du monde physique, du monde mental et du monde spirituel. Corps, âme et esprit, telle est la tripartition traditionnelle de l’être humain chez les Grecs anciens, qui voit ainsi en l’humain une manifestation miniaturisée du divin. La beauté de l’âme humaine tient donc à sa tension entre la terre et le ciel, entre les mondes matériel et spirituel. C’est l’effort qu’elle déploie pour se reconnaître en sa plus profonde noblesse qui fait le sens de son existence. La royauté de l’esprit passe cependant par l’expérience des voyages hors de son empire. La tentation du voyage est attisée par l’expérience du mal, incarnée ici par la figure d’Aphrodite qui charge Eros d’inspirer à Psyché, « l’amour pour l’être le plus hideux de la terre ». La naissance à soi de la conscience passe donc par l’expérience de la déchéance, dans la douleur physique et morale que symbolise ici la notion de hideur. Car qu’il y a-t-il de plus hideux que la souffrance sans justification ?

            La tentative d’Eros d’accomplir la mission d’Aphrodite, est en tous points comparable avec celle de Satan dans le texte biblique, tentant de gagner Eve à la cause du mal, avec la permission de Yahvé lui-même, qui laisse faire Satan le Serpent. On retrouve la même histoire dans le drame de Job, que Yahvé laisse à la tentation du Diable pour prouver au Diable que Job aime sincèrement Dieu, mais aussi faire découvrir à Job lui-même le degré de pureté auquel l’amour de Dieu nous appelle.  Eros échoue à convertir Psyché à l’amour de la hideur, à la banalité du mal donc. Ainsi, toutes les épreuves de l’existence humaine ne sauraient suffire à justifier qu’elle renonce à son perfectionnement, qu’elle rejette ses plus légitimes espérances.

            A l’amour pour le mal qui culmine dans la boulimie des idoles, Psyché va préférer l’attachement désintéressé à l’être aimé, ce Dieu sans visage qui assure la fin de l’idolâtrie et la recherche d’une vie selon des principes. Psyché va aimer le Bien au lieu d’idolâtrer le mal. Comment le thème du Bien s’instille-t-il ici ? Psyché n’aime pas un être particulier – il est sans visage - ; Pysché aime l’amour lui-même, elle aime aimer. Il y a donc au cœur de l’âme humaine un appel secret et puissant du désir du Bien, de la passion désintéressée pour Autrui. L’Amour divin, c’est-à-dire charitable et donc désintéressé, est la nourriture spirituelle la plus puissante de l’âme.  C’est sur le fond de cette passion précieuse du Bien que Psyché puise des énergies pour affronter Aphrodite en son palais, symbolique de la vie terrestre elle-même qui s’apparente alors à un séjour aux Enfers. Il est ainsi dit dans le récit que « à chaque fois, quelqu’un sera là pour l’aider. » Jusqu’au voyage consacré à affronter  le célèbre Cerbère, donc la mort elle-même, Psyché réussit à trouver la ressource pour survivre : d’une part, elle enivre le Gardien, en lui donnant ainsi l’illusion d’être comblé, tout comme elle rend à la terre ce qui lui appartient, en payant ses impôts à Charon.

 

II Le malheur de la prétention et le salut par l’Amour

            La puissance de l’Amour du Bien ne garantit pas cependant que l’âme ne soit victime de ses propres ambitions. La plus osée s’appelle curiosité, prétention à se faire calife à la place du calife.  L’homme rêve de devenir maître et possesseur de la nature, et en vient à contracter le mal prométhéen de vouloir être dieu et à la place de Dieu. La science et la technique doivent-elles êtres débridées, ou faut-il au contraire les soumettre à des règles morales assurant la prégnance de l’Amour du Bien dans la société ? Voici que Psyché retrouve la hideur qu’elle voulait fuir, car la banalité du mal reprend ses pouvoirs quand la science et la technique servent d’idéologie à l’espèce humaine pour justifier tous les ravages et tous les saccages.  Devant l’horreur provoquée par l’ambition prométhéenne de l’âme humaine, Psyché est atteinte de hideur et comme Eve dans le récit de la Genèse biblique, Psyché découvre qu’elle est nue, elle a honte. Tellement qu’elle se croit destinée au néant, se voit mourir : «  En se regardant dans un miroir Psyché s’évanouit. »

            Comment sortir l’âme humaine de ce narcissisme mortel ? Le récit nous raconte la piqûre de rappel d’Eros à son amante. C’est l’amour qui réveille en l’âme humaine la nostalgie du Bien divin. L’amour, dans sa puissance de recréation, d’inspiration et d’émerveillement, rend à Psyché « sa beauté première ». Ainsi, l’amour du prochain connote t-il la trace de cette pureté originelle du désintéressement que nous évoquions plus haut. Le souffle de vie de l’âme est dans son attachement à d’autres âmes, le désir vit du désir des autres désirs. C’est seulement après ce tour des Enfers de la prétention que vient le pardon d’Aphrodite, cette agente initiatique qui libère Psyché de ses assauts, comme pour dire qu’elle mérite désormais d’être admise dans l’assemblée des élus pour la vie morale authentique.  Il est ainsi frappant de constater que la voie du salut passe pour Psyché par un double pardon : d’abord le pardon d’Aphrodite, qui fonctionne comme une purification par l’expérience multiple du mal ; ensuite seulement  le pardon de Zeus à Psyché, à travers le pardon accordé à Eros, qui a accepté la mission affreuse d’Aphrodite, mais qui l’a retournée en son contraire, révélant la nature profonde de l’Amour Divin.

            Le salut de la conscience passe donc par l’expérience du pardon. Qu’est-ce que pardonner ici ? Nouer avec autrui un rapport d’humilité et de compréhension qui prépare un règne de paix, de vérité et de justice. Pardonner, c’est à la fois se donner, mais c’est aussi recevoir de l’Autre, à qui je pardonne, l’investiture de ma propre personne comme responsabilité pour l’Autre. Si désormais Psyché peut se marier avec Eros, c’est que le message est clair : l’existence d’une âme humaine perd tout sens si elle se déconnecte de la question morale, de la recherche du Bien (justice et vérité) et de la lutte contre le mal ( ignorance, mensonge et violence).  Le plaisir (Hédonè) qu’offre l’expérience du désir sera le rappel de cette profonde vérité de l’idéal.

 

Donc, si on suit la vision des grecs de l'Antiquité, l'être humain est donc séparé en 3 partie : le corps, l'âme et l'esprit. L'âme est reliée à l'Amour, elle trouve sa source en lui et doit passer son existence à le chercher au gré des épreuves. L'amour, chez les Grec, c'est une quête morale qui vise à rechercher non pas la fusion avec un autre corps, mais la fusion avec le principe de recherche de vérité, de bien, et de justice. L'âme qui cherche l'amour est celle qui vise à l'excellence des qualités humaines, mais plus particulièrement, des qualités intrinsèques de l'âme : la joie, l'altruisme, l'équilibre entre émotion et raison, et tous les principes platoniciens que l'on retrouve par exemple, dans le banquet de Platon.

Voici un petit film sur ce mythe, il explique également la naissance d'Eros qui est constitué de manque et de ressource ( on peut ainsi expliquer pourquoi l'amour peut être passionnel, animal et destructeur, et également raisonné, divin et moteur d'evolution spirituelle) - une constituante entre l'animal et le divin.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, 1984 a dit :

Le problème chaton, c'est qu'on a pas encore expliqué le phénomène des expériences de mort imminentes. J'en avais déjà parlé ici, Moskva avait nié, mais aucun scientifique n'a d'explication rationnelle. Ce n'est pas un concept ésotérique du tout. 

Pour ce qui est du karma (qui corresponds au bagage de ta vie passée) au dharma ( la mission dans cette vie pour apprendre les leçons de ce karma), on ne parle pas d'action morale envers autrui mais uniquement envers soi, et quand on y réflechit c'est plutôt intéressant;  dans l'idée que notre corps n'est qu'un vaisseau, qu'il n'y a donc aucune importance à ce qu'il meure, et que l'âme seule à des choses à faire évoluer dans cette vie dans l'optique d'une prochaine... Cela permets quand même de relativiser l'aspect matériel des choses. Et le détachement, des émotions et de l'égo, est une des plus grandes leçon du bouddhisme. Cela permets d'atteindre le bonheur par le biais du recul et de l'observation des choses, sans que l'égo vienne y jouer les trublions. Alors en terme de sagesse, la croyance en la réincarnation amène plus de joie que les croyances religieuses monothéistes, de la réussite sociale, affective ou financière.

T'sais, c'pas parce qu'on a pas encore expliqué quelque chose scientifiquement que ça veut automatiquement dire que ça sous-entend une vie après la mort, un Dieu ou whatever. Après tout, les premiers dieux étaient le soleil, l'eau et la terre... des choses qui permettent la vie. On ne comprenait pas le "pourquoi", alors, puisqu'on comprenait qu'ils nous étaient essentiels, on a créé une mythologie autour pour expliquer le phénomène. Même chose pour les trucs spirituels. On a une soif de comprendre quelque chose qui nous échappe et on se construit un système logique qui fonctionne en son intérieur pour l'expliquer. Le problème c'est que lorsque confronté aux faits, ces trucs ne tiennent jamais, à long terme, la route. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour moi la science est aussi une forme de croyance/religion dans le sens où on manipule des abstractions dont on ne peut pas vraiment prouver l'existence rééle, par exemple en ce qui concerne l'espace ou le monde quantique où tout est théorique.

De nos jours dans l'explication des recherches en science personne n'y comprend plus rien, on est trop loin dans l'abstrait et c'est très compliqué. Alors on valide parce que c'est de la science et qu'on a pas le droit d'y toucher. C'est le discours du maitre. On a pas le droit de dire qu'une bombe atomique est une dérive fanatique. On a pas le droit de dire que la science nous emmène droit dans le mur.

E=MC² est notre prière, les scientifiques sont nos prophètes et la méthode scientifique de Descartes est notre bible.

 

D'ailleurs quand les mathématiques ont atteint le bout, la science en appelle à dieu : le big bang et le code génétique par exemple (qui l'a codé ce code ?????)

On peut aussi parler du début des probabilités mathématique, les "mathématique du hasard" ou " le calcul des chances" inventé par Blaise pascal (qui était aussi théologien) dans lequel il introduit explicitement la notion d'« espérance », plus précisément de « valeur de l'espérance » d'une situation d'incertitude.

Citation

Ce travail mathématique sera utilisé à des fins théologiques, dans ce qu'on appelle le « pari de Pascal », évoqué dans Les Pensées. Celui-ci suggère l'avantage de la croyance en Dieu et de la pratique des vertus. Cet argument repose sur une utilisation de son calcul du problème des partis permettant d'évaluer le poids probable (son « espérance » dira Huygens) d'une situation incertaine et ainsi de prendre une décision « rationnelle ».

J'ai pas tout compris mais il y a plusieurs éléments qui me font dire que la science est clairement intriquée dans la religion et dans dieu et que tout cela fonctionnerais mieux si les scientifiques étaient moins fermés à l'idée d'un dieu, d'un truc au dessus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

J'ai un dvd à la maison qui s’appelle un truc du style "Ayahuasca l’expérience interdite" je m'en souviens vaguement donc je vais un peu extrapoler :

Ca raconte l'histoire d'un psychiatre Français qui a construit une clinique au milieu de la foret amazonienne et qui traite des patients dépressifs à l'Ayahuasca qui est un psychotrope qui donne des hallucinations.

Quand tu avales le produit le pattern est toujours le même : au début tu dois parler au serpent géant de la foret puis en fonction de ce qui se dit ou se passe,  tu rencontre d'autres entités genre "mère nature" et ces personnages discutent avec toi. (taper "snake ayahuasca" sur google pour voir des illustrations du trip et des entités souvent présentes)

20.jpg

Le truc c'est que le psychiatre a prouvé par la "méthode scientifique" (donc une expérience répétable dans un environnement contrôlé) que les entités rencontrées lors du voyage avaient une personnalité bien définie et étaient capable de te donner "de l'information" au cours des discutions avec l’entité, ces entités savent des choses que nous ne savons pas. Ces entités ont donc une réelle existence, ont une expérience propre et on peut leur parler par l’intermédiaire d'un psychotrope, ce n'est pas une creation de notre cerveau. CE QUI FAIT FROID DANS LE DOS.

A un moment il raconte que les paysans du coin décrivaient toujours la présence de l'homme à tête de taureau lors du trip, alors que ces gens n'avaient jamais entendu parler du Minautore.

Je suis assez naif sur le sujet et j'aime me dire que tout cela est vrai mais on peut se demander quand même si les mythes sont des fables ou est ce que ça va plus loin que ça ? Telle est la question lol

 

Bonus : Ici vous avez Mescalito que l'on peut rencontrer sous trés hautes doses de mescaline :

38a898794c9d1f140359a94603966ae6.jpg

version pepito !

2.359Poster2-2.jpg?1429272608

Bref moi j'aurais plus tendance à croire en l'existence de ces entités qu'en l'existence d'un dieu. Disons que scientifiquement c'est le truc le plus probable étant donné qu'il y a visiblement "discution" et transfert d'information.

A noter que moi personnellement sous drogue j'ai eu une vision des trois pyramides de Guizeh façon poster flou sur mon mur et à un autre moment j'ai eu furieusement l'impression d'etre sur les marches d'une pyramide maya (impression d'humidité, de vent, de hauteur, de jungle et vision d'escalier en vieille pierre). ma vision la plus nette (et donc la plus hard) etait une grille qui s'est placé sur ma vue comme de la réalité augmentée et dans chaque carré de la grille tournait une spirale, c'est resté 15 minutes comme gravé sur mes yeux c’était ma première vision j'ai eu très peur. (Les visions ne sont pas des hallucinations, c'est différent mentalement et corporellement)

Modifié par el_picador

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×