Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Miguel de Cervantes a passé cinq ans en tant qu'esclave à Algiers. Une partie de son travail d'esclave a été de réaliser ce livre, avec l'aide de son maïtre Hassan Pacha Veneziano. J'ai réalisé la traduction sur la base du seul livre original au monde, conservé à la Bibliothèque de Catalogne. Ce livre a été dissimulé durant le 20ème siècle, à cause de la dictature franquiste, ce qui explique pourquoi les universitaires du monde entier ne le connaissent pas. En revanche, ils s'appuient tous sur la version censurée, modifiée, ignoble, aberrante et illégale des militaires français en 1870, ce qui les a menés aux pires des incohérences, dans l'irrespect absolu de l'oeuvre. Une américaine a même reçu 150.000 $ des USA pour une traduction à l'anglais de ce torchon. Le plan des français en 1870 était de ridiculiser l'Histoire de l'Algérie, afin de rendre la civilisation française évidemment indispensable. Pour tous ces universitaires tricheurs et paresseux, je suis devenue un déchet gênant que l'on ne peut traiter que par le mépris. Mais heureusement, mon livre est sorti en Algérie, où il rencontre beaucoup d'intérêt populaire. Le silence des universitaires algériens est d'autant plus désolant qu'ils défendent la version des militaires français. Heureusement, l'université de Bejaia (Algeria) a accepté de mettre en ligne une copie digitale du seul livre original existant, indisponible jusque-là en Algérie, et qui sera prochainement mis en ligne.

https://www.facebook.com/topographieethistoiregeneraledalger

DIALOGUE DES MARABOUTS de Miguel de Cervantes et Hassan Pacha Veneziano 1612: une traduction de Fred Romano (2017) (French Edition) eBook: Traduction Fred romano (2017), Hassan Pacha Veneziano, Fred Romano: Amazon.es: Tienda Kindle

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, FredRomano a dit :

Pour tous ces universitaires tricheurs et paresseux, je suis devenue un déchet gênant que l'on ne peut traiter que par le mépris.

Je suis au courant du principe du "Backfire Effect", mais je serais quand même curieux de savoir quels sont les arguments de tes détracteurs?  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les arguments des détracteurs se résument au silence indigné, aux tentatives par-derrière de saboter mes projets de conférence, au mieux, acculés, ils me ressortent la version des militaires français de 1870, en affirmant que c'est la seule version officielle depuis 150 ans. Un universitaire madrilène m'a même ri au nez méchamment quand je lui ai dit que le livre originel se trouve à la Bibliothèque de Catalogne, comme si les Catalans n'avaient même pas le niveau pour seulement posséder une telle oeuvre. Les français me reprochent mon manque de diplômes, quant aux algériens, c'est comment osez-vous remettre en question le savoir de nos professeurs, quoique les plus jeunes soient soulagés de changer d'avis et que l'université de Bejaia ait accepté de présenter une copie on-line (indisponible jusque-là en Algérie). Mais pas un seul ne répond à mes questions gênantes, comme: comment se fait-il que la "version officielle" ne présente pas l'obligatoire licence de publication (notre isbn, sous forme de loi royale, cad qui ne caduque pas et ne peut être abrogée que par un Roi d'Espagne), transformant ainsi cette version de 1870 et toutes ses publications et traductions postérieures en des oeuvres parfaitement illégales. (il manque aussi des chapitres entiers, toutes les notes en marge, une foule de détails et même des choses ont été ajoutées) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Il faut bien comprendre qu'il s'agit de la seule Histoire écrite de l'Algérie. Les militaires français ont trouvé le livre durant leurs razzias de 1830 en Alger et l'ont remis à Adrien Berbugger, sécretaire particulier du commandant des armées françaises. Celui-ci a monté la bibliothèque d'Alger sur la base de ces vols. Vous imaginez-vous l'humiliation pour les algériens? Je ne peux pas croire que la chose n'ait pas été faite à dessein: Berbrugger a réussi à ridiculiser cette œuvre et à la rendre incompréhensible, au point que de très sérieux universitaires, aux USA, en France, en Espagne, estiment que c'est l'un des personnages du livre qui a écrit l’œuvre (une pirouette typiquement cervantine, au demeurant), un "lettré catholique" qui n'a rien écrit d'autre et n'a laissé aucune autre trace dans l'histoire. De surcroit, Topographie... contient des citations intégrales de la Table d'Emeraude (la bible des alchimistes). Berbrugger était trop ignorant pour l'avoir supprimée. Mais ce détail, et des dizaines d'autres, le confirment formellement: il est IMPOSSIBLE qu'un lettré catholique ait pu écrire cette œuvre.

Modifié par FredRomano
erreurs orthographiques

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout cas madame vous direz à votre biographe de faire un peu le ménage de votre page wiki, c'est un véritable capharnaüm.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Fred.png.740118cb67aab9913673b090d17f39ae.png

Rien de moins.

J'ai commandé votre livre à la BANQ.

Je suis curieux de connaître par quel moyen avez-vous pris connaissance de l’existence du depotoir.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎2018‎-‎02‎-‎20 à 19:00, Ecce Homo a dit :

En tout cas madame vous direz à votre biographe de faire un peu le ménage de votre page wiki, c'est un véritable capharnaüm.

Je vois pas trop le problème. Je veux dire, y'a clairement un tas d'informations inutiles (comme le fait qu'elle a étudié l'énergie solaire de 2009-2010, c'est cool, mais ça a pas vraiment sa place dans le lot je crois) mais autrement le reste est pertinent et ce n'est pas illisible. 

Il y a 15 heures, André préparation H a dit :

Je l'ai feuilleté et ensuite je l'ai retourné..

Ouais, je trouve l'histoire de madame Romano intéressante, mais le sujet actuel du livre ne m'intéresse pas. J'aurais d'avantage lu un méta-livre sur les efforts de traductions et les problèmes encourus, que la traduction elle-même. Quelque chose à la "La Caverne des Idées" de José Carlos Somoza. Mais bon, je comprend le besoin de la traduction pur du livre. Une idée pour une suite éventuelle, peut être, @FredRomano ?  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par FredRomano
      Mon neurologue m'appelle neurodégénérative chronique, cad déchet même pas ambulant. Cependant, depuis que je suis malade, j'acquiers très facilement de nouvelles compétences. Ainsi, pour des besoins littéraires, je me suis mise à explorer sérieusement l'économie en anglais, un domaine dans lequel j'étais -je suis encore- totalement ignorante et en français et en espagnol me révulse. J'ai très rapidement détecté cette anormalité: le GPD, base du marché de valeurs comme des échanges monétaires ou base des prévisions budgetaires nationales, est directement hérité de la Grande Dépression US. On peut dire que c'est l'outil que les Américains ont inventé pour tenir à distance le spectre de la Grande Dépression. Ensuite, après la guerre, c'est devenu le mètre étalon pour déterminer quels pays européens avaient besoin de l'aide US et du plan Marshall. Depuis, c'est l'outil universel qui régit jusqu'à la macro-économie, bien que le reste du monde n'ait pas connu la Grande Dépression et que le plan Marshall n'est plus qu'un cauchemar du passé. Il ne s'agit d'une thèse que j'ai copiée, mais de ma manière innée de détecter des erreurs dans des systèmes.
    • par FredRomano
      Si l'on regarde l'un des indices de mesure de la prospérité, l'indice d'autonomie, les invalides sont encore plus méprisés que les esclaves... Je suis invalide moteur à 65%.
×
×
  • Créer...