Aller au contenu
Eve_*

Féminisme: et si on était en train de prendre le problème à l'envers?

Déchet(s) recommandé(s)

Il y a 11 heures, Myst a dit :

J'ai la foi qu'on est peinturé pour la première fois sur le ventre d'une femme

"Si ton ventre est canvas, mon être est Art." 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-03-03 à 07:59, 1984 a dit :

Et les enfants ? J'aime pas les concours victimaires, c'est complètement con. D'ailleurs, il ne faut pas oublier que dans les société archaïques, plus proches de la nature, les femmes étaient ramenées a leur rôle de mère, rôle sacré qui leur valait la place la plus importante. D'où le système matriarcal de ces communautés dites primitives. La Nature = la femme. La nature donne la vie, la femme aussi. Pour moi, c'est l'industrialisation, le progrès civilisationnel constants et les exigeances économiques qui ont mis l'homme au sommet de la pyramide. Car les politiques de domination basées sur la loi du plus fort continuent à exister sous des aspects plus modernes : discrimination de classe, de couleur de peau, de pouvoir d'achat, de sexisme, ect. Donc on peut pas dire que c'est juste parce que les femmes n'ont pas été considérées à la hauteur, c'est seulement que l'indépendance financière doit revenir aux hommes pour leur assurer un avenir familial et générer de la consommation diverse ( electromenager pour madame, les jouets pour les enfants, la bagnole pour popa). Si Brigitte reste a la maison, c'est surtout pour honorer sa fonction de mère pondeuse et de femme de ménage ( vision tayloriste de la chose, ça fait moins de travail à chacun de se partager la vie professionnelle et la vie familiale) et non parce qu'on suppose qu'elle est nulle ! C'est seulement que depuis toujours, la femme = les enfants. Et quand on y reflechit, ce rôle n'est pas si "horrible" que cela.

Et effectivement il y a des questions de classe par la suite, donc d'argent et de niveau social.

 

GAMIN - On parle de Néo-féminisme, ie des social Justice Warrior des réseaux sociaux et des Femen, ces mongoles qui se mettent à poil pour contester tout et n'imp.

En fait, détail, mais plus je lis là dessus, plus je m'aperçois que toutes les idées comme quoi "les sociétés primitives étaient matriarcales" semblent fondés sur de la pure spéculation et aucune véritable preuve concrète. D'un point de vue historique et anthropologique en tout cas au mieux on peut dire qu'on en a aucune idée. (et donc cette idée là est vraiment spéculative)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si on a aucune preuve que les société tribales étaient matriarcales, je vois pas pourquoi on aurait des preuves qu'elles étaient patriarcales.

Moi tout ce que je vois c'est que le masque de Toutankhamon est en fait celui de Néfertiti. Je trouve que ça illustre bien la mentalité égocentré des males, y compris dans la recherche.

masque-toutankhamon.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, el_picador a dit :

Si on a aucune preuve que les société tribales étaient matriarcales, je vois pas pourquoi on aurait des preuves qu'elles étaient patriarcales.

Moi tout ce que je vois c'est que le masque de Toutankhamon est en fait celui de Néfertiti. Je trouve que ça illustre bien la mentalité égocentré des males, y compris dans la recherche.

masque-toutankhamon.jpg

Ouais mais une société "matriarcale" tel qu'on l'entend c'est pas juste une question d'avoir une personne en situation de pouvoir, ou une divinité féminine. L'Athènes antique s'identifiait à une déesse (Athéna...) et ils n'étaient pas matriarcaux pour autant. Pareil pour Barack Obama comme président ne signifie pas que les USA sont soudainement une société où les noirs sont en haut de l'échelle sociale.

Mais bon, je me base sur des lectures récentes où on démonte en général l'idée du "Bon Sauvage", soit l'idée qui a longtemps été à la mode de penser que tous les vices actuels sont culturels et "civilisationnels" et que les sociétés primitives ont pas nos travers. Dans le cas du matriarcat il y aurait eu la même mode. On a parfois annoncé en grande pompe qu'on avait découvert une peuplade "matriarcale", pour s'apercevoir que c'était pas vraiment représentatif. 

Mais ce que j'ai trouvé rapidement comme lien en ligne :

https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/first/e/eller-myth.html

https://en.wikipedia.org/wiki/Matriarchy

---

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-02-28 à 22:34, Eve_* a dit :

Je n'ai pas fini de réfléchir à ce sujet mais j' ai ce sentiment fort que je tient un truc.  Aidez-moi à y réfléchir ou bien jettez-moi une bouée, svp (les tomates ne flottent pas et leur couleur pourrait attirer des requins)

Allez, à la flotte!

Femme, fréquentant de ci de là des groupes feministes, je fais les constations suivantes :

...

Pour répondre au OP que je viens de lire.

En fait je crois que la grande erreur fondamentale c'est de mettre de côté la biologie. De la façon dont tu parles (et c'est cohérent avec le paradigme dominant dans plusieurs milieux militants et intellectuels), tout ce qui est "caractéristique masculine ou féminine" serait l'effet de la culture. La théorie que les garçons sont socialisés d'une manière et les filles d'une autre et que ceci expliquerait pourquoi adulte les hommes sont d'une façon et les femmes d'une autre.

Mais fondamentalement c'est une erreur d'évacuer l'aspect biologique de la chose. Ce n'est pas vrai que dans une population, les individus naissent avec un esprit "vide" et que ce dernier est modelé entièrement par l'éducation, l'environnement et les expériences. L'humain est un animal. On est issus d'une évolution. Notre cerveau est issus d'une évolution.

Et jusqu'à présent, la science montre assez bien que dans une population donnée, certains traits de personnalités vont être clairement réparti de façon inégale entre les hommes et les femmes, des différences qu'on observe à tous les âges (incluant carrément à la naissance). Mais comme toute chose biologique, il y a une variabilité substantielles. Il y a des femmes qui ont une personnalité plus "typique masculin" et des hommes "typique féminin", et plein d'autres degrés. (on ne parle vraiment pas d'essentialisme) Mais fondamentalement, on peut pas passer à côté (selon moi) de l'idée que la biologie joue un rôle important sur la personnalité des individus. Il y a des gens qui sont biologiquement à la naissance prédisposés à être plus impulsifs, moins empathiques, à s'intéresser à des systèmes bien défini et structurés, et ces gens sont plus souvent des hommes. Et à l'inverse des gens plus biologiquement disposés à l'empathie, à apprécier les relations sociales, à préférer le consensus à la confrontation,  seraient plus souvent des femmes. 

Évidemment, si je prend au hasard une femme je ne peux pas savoir si elle correspond à cette tendance majoritaire là chez les femmes. 

Mais bref, tout ça pour dire, selon moi, il faut être réaliste. Oui la culture joue un rôle mais la biologie a le sien, et la culture va toujours être limité par ce que la biologie permet. Donc oui on peut essayer de socialiser les garçons de manière à ce qu'ils soient plus empathiques, moins impulsifs, moins intéressés à la confrontation et plus à la collaboration. Mais même s'ils vont changer un peu, ils seront jamais aussi "bons" là dedans que la majorité des femmes. La majorité des crimes violents et des agressions physiques vont continuer principalement d'être commis par des hommes. Les hommes vont continuer de choisir plus souvent que les femmes des carrières difficile à concilier avec la vie familiale, les hommes vont continuer d'être poche à comprendre les émotions des autres.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, Vacpower™ a dit :

Ouais mais une société "matriarcale" tel qu'on l'entend c'est pas juste une question d'avoir une personne en situation de pouvoir, ou une divinité féminine.

Bah pour moi, si. Aujourd'hui ça fonctionne pas car la vie n'est plus du tout ritualisé et la foi est secondaire, mais dans une théocratie où le pharaon (ou la pharaonne) est divin, bah ça doit probablement changer la donne. C'est mon sentiment.

Aprés j'ai bien en tête que la définition du matriarcat est très fluctuante.

Citation

Le matriarcat est généralement présenté comme un type de société non sexiste au sens moderne du terme, puisqu'il n'aurait pas entraîné de rapports de domination d'un sexe sur l'autre, en particulier des hommes sur les femmes. Système social où le pouvoir est détenu par les femmes, il serait une « gynocratie »

On peut quand même pas demander aux femmes d'aller faire la guerre ou de bâtir des monuments (le rapport au temps et à la mort en fait). Elles ont des choses plus importante à faire comme s'occuper de la vie. Donc pour moi dans l'egypte ancienne, on est dans le matriarcat. ils ont l'air complémentaire ces hommes et ces femmes là.

Et effectivement on n'a jamais trouvé et on trouvera pas de tribu d'amazone qui seraient le penchant hardcore du matriarcat.

_____________________________

En parlant de complémentarité, de nos jours un truc dont on parle jamais, c'est de l'inutilité relative de l'homme. Une femme peut maintenant vivre sans homme, et si elle vit avec un homme c'est souvent dans une condition d'esclave domestique pendant que monsieur joue à la console. C'est un peu ça avec ma copine. La société de service à coupé les couilles aux hommes. L'homme ne met plus à mort les animaux, il ne ramène plus de bois ni d'argent à la maison et il perd peu à peu de sa virilité. Maintenant l'homme sait configurer des ordinateurs car c'est important de nos jours, mais ça ne sert à rien aux femmes, elles pourraient le faire elle même si elle n'avaient pas des enfants à éduquer. la complémentarité est cassée. L'homme est plus un boulet qu'autre chose, il faut être honnête.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eve et Adam_*
Le 16/03/2018 à 09:58, el_picador a dit :

Bah pour moi, si. Aujourd'hui ça fonctionne pas car la vie n'est plus du tout ritualisé et la foi est secondaire, mais dans une théocratie où le pharaon (ou la pharaonne) est divin, bah ça doit probablement changer la donne. C'est mon sentiment.

Aprés j'ai bien en tête que la définition du matriarcat est très fluctuante.

On peut quand même pas demander aux femmes d'aller faire la guerre ou de bâtir des monuments (le rapport au temps et à la mort en fait). Elles ont des choses plus importante à faire comme s'occuper de la vie. Donc pour moi dans l'egypte ancienne, on est dans le matriarcat. ils ont l'air complémentaire ces hommes et ces femmes là.

Et effectivement on n'a jamais trouvé et on trouvera pas de tribu d'amazone qui seraient le penchant hardcore du matriarcat.

_____________________________

En parlant de complémentarité, de nos jours un truc dont on parle jamais, c'est de l'inutilité relative de l'homme. Une femme peut maintenant vivre sans homme, et si elle vit avec un homme c'est souvent dans une condition d'esclave domestique pendant que monsieur joue à la console. C'est un peu ça avec ma copine. La société de service à coupé les couilles aux hommes. L'homme ne met plus à mort les animaux, il ne ramène plus de bois ni d'argent à la maison et il perd peu à peu de sa virilité. Maintenant l'homme sait configurer des ordinateurs car c'est important de nos jours, mais ça ne sert à rien aux femmes, elles pourraient le faire elle même si elle n'avaient pas des enfants à éduquer. la complémentarité est cassée. L'homme est plus un boulet qu'autre chose, il faut être honnête.

Pour en revenir à la biologie. Et à l'utilité de l'homme. Dans un exemple anodin et qui me vient en premier. L'arrivée du bébé. La mère physiquement brassée par la naissance (besoin de sommeil, de plus d'eau et de nourriture (pour produire du lait)  d' horizontalité (pour reposer son corp et trouver ses aises pour y accueillir différemment le bébé qui n'est plus dedans mais dessus) et d'un environnement calme et bienveillant (pour le bon rétablissement biologique). Là, l'homme formerait idéalement un cercle securisant autour de ce cercle maternant mère enfant. Cest du moins ce que nos predispositions biologiques peuvent nous pousser à faire si pas trop polluées par de la friture sur la ligne.

Il aiderait à maintenir ces besoins satisfaits. Gardant à distance les comères hostiles (et autres conseilleurs/prescripteurs fatiguants), allant cueillir des baies chez Iga et toutes victuailles de son ressort. Démontrant de l'affection pour celle qui est peut être un peu secouée par cette tempête de la vie. 

Certe "l'utilité" de l'homme pour la femme et de la femme pour l'homme est bien plus subtile et émotionnelle que matérielle aujourd'hui. Mais la capacité à assurer chacun dans notre réalisation matérielle n'est-elle pas un peu dépendante de notre bien être émotionnel? Jusqu'à quel point pouvons-nous nous épanouir sans nourrir notre besoin d'affection/sécurité affective et autre..? (Ce serait un gros raccourcis facile que de m'en référer à l'expérience tentée sur les soins apportés à des bébés en portant un masque couvrant toute expression d'émotions et le sort funeste de ces cobayes...)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎2018‎-‎03‎-‎16 à 09:58, el_picador a dit :

L'homme est plus un boulet qu'autre chose, il faut être honnête.

Dans ces conditions là, la femme est aussi inutile que l'homme.

Tu peux effacer n'importe quel des deux sexes de la surface de la terre et l'humanité va continuer d'exister et de se reproduire autrement. 

La diversité sexuelle était une bonne tactique de reproduction[1], mais on pourrait techniquement continuer sans. Et par "techniquement" j'entend que ça serait possible, mais pas forcément idéal. 

[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1200732/ - Evolution of sexuality: biology and behavior

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 04/03/2018 à 22:44, Carlos Crasseux a dit :

On aura surtout deviné que t'as aucune calisse d'idée de comment plugger ta grammaire inclusive pauvre fille.

Screen Shot 2018-03-04 at 10.39.56 PM.png

Le francaise féminisé est un cancer. Quand je lis un texte et que c'est écrit en inclusif, je sais que «l'autrice» est cancéreuse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le résultat du féminisme moderne intersectionnelle fait qu'un shemale est maintenant présidente de la FFQ et ca nous mène vers des politiques identitaire ultra délirante comme ici:
Fini les « monsieur, madame » à Service Canada
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1090501/service-canada-langage-neutre-fin-utilisation-monsieur-madame-pere-mere

Sinon on se ramasse avec des imbéciles qui essaient de nous faire à croire qu'un homme peut être menstrué.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 03/03/2018 à 10:31, 1984 a dit :

Le patriarcat, c'est le neolibéralisme. Celui là même qui hypersexualise le corps de tout le monde en nous motivant à nous acheter des rasoir des crèmes et des fonds de teints pour chaque parcelle de notre corps. Elles mélangent tout, ces connes. 

 

 

Selon ce que tu penses TOI mais dans la tête des féministes, le patriarcat c'est un systeme conscient ou inconscient  d'oppression des hommes sur les femmes.. ce n'est pas le «neolibéralisme».

Les pins esthétique et ls rituel de beauté autant chez les hommes que les femmes remonte à la nuit des temps. Le capitlaisme ou le «néolibéralisme» ne fait que donner des choix de produits, mais n,est pas à l'origine  de «l'hypersexualisation», qui existe depuis les tout debut des civilizations, mais qui change de forme dans le temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)
Le 20/03/2018 à 10:38, Gamin a dit :

Tu peux effacer n'importe quel des deux sexes de la surface de la terre et l'humanité va continuer d'exister et de se reproduire autrement. 

La diversité sexuelle était une bonne tactique de reproduction[1], mais on pourrait techniquement continuer sans. Et par "techniquement" j'entend que ça serait possible, mais pas forcément idéal. 

[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1200732/ - Evolution of sexuality: biology and behavior

Peut-être sur des milliers d'années, mais certainement pas en l'espace d'une génération et encore moins subitement, comme si tous les hommes ou toutes les femmes étaient "effacé(e)s" de la surface de la planète. D'ailleurs, de l'absence d'un des 2 sexes, il y a de bonnes chances qu'un autre émerge, pour maintenir la dynamique de sélection sexuelle.

Quant à la diversité sexuelle, je ne sais pas pourquoi tu te mets à la questionner aujourd'hui. Ça fait des millions d'années qu'elle existe et elle risque de durer encore un bout. Ta phrase "La diversité sexuelle était une bonne tactique de reproduction, mais on pourrait techniquement continuer sans" est particulièrement hilarante. Genre, "je suis pas un expert ni rien, mais je m'y connais quand même un peu pis en regardant ça vite de même, on pourrait fonctionner sans, la diversité sexuelle, un phénomène littéralement vieux comme le monde, fondamental à l'évolution de l'espèce et sur lequel je n'aurais aucune emprise, quand bien même je m'immolerais par le feu". Techniquement donc, ton opinion est stupide.

Sois bien sûr que la diversité sexuelle joue encore un rôle-clef pour la reproduction. C'est grâce à elle que les individus d'une espèce sont différenciables, que certains traits restent puisqu'ils sont jugés préférables (et d'autres disparaissent parce qu'ils ne le sont pas) et qu'ultimement, une espèce évolue.

Le 16/03/2018 à 09:58, el_picador a dit :

En parlant de complémentarité, de nos jours un truc dont on parle jamais, c'est de l'inutilité relative de l'homme. Une femme peut maintenant vivre sans homme, et si elle vit avec un homme c'est souvent dans une condition d'esclave domestique pendant que monsieur joue à la console. C'est un peu ça avec ma copine. La société de service à coupé les couilles aux hommes. L'homme ne met plus à mort les animaux, il ne ramène plus de bois ni d'argent à la maison et il perd peu à peu de sa virilité. Maintenant l'homme sait configurer des ordinateurs car c'est important de nos jours, mais ça ne sert à rien aux femmes, elles pourraient le faire elle même si elle n'avaient pas des enfants à éduquer. la complémentarité est cassée. L'homme est plus un boulet qu'autre chose, il faut être honnête.

Ben voyons. Il faut n'avoir jamais vu une annonce à la TV pour dire ça. Le mari qui game à la PS4 pendant que sa femme fait quelque chose de productif. Ou encore tu le vois dans la cuisine comme un puceau dans un party d'échangistes pendant que sa femme lui lance un regard du genre: "Tasse-toi d'un pied vers la gauche, le jambon, y en a qui travaillent, ici", avant de regarder le téléspectateur la téléspectatrice d'un air complice: "Je te comprends donc ma belle, moi aussi, j'en ai un comme ça à la maison!".

Pour le milieu de ton commentaire, je suis assez d'accord. Les hommes en général sont sans aucun doute en train de se ramollir. Pas tant à cause qu'ils ne mettent plus à mort les animaux, mais la société en général se gabriel nadeau-duboise. Le confort matériel fait en sorte que les hommes ne quittent plus l'école pour aller travailler dans les champs à partir de l'âge de 12-13 ans. C'est une bonne chose, mais quand on combine ça avec les politiques de gauche mises en place depuis la révolution tranquille où la quasi-"gratuité" de tout n'incite pas un individu à travailler plus qu'il ne le faut, une culture qui ne valorise pas beaucoup la masculinité et un sentiment de pouvoir facilement faire de l'argent avec l'émergence de métiers tels que "youtubeur", on se retrouve avec des hommes qui, à 29 ans, terminent un bacc en philo à l'UQAM, ne sont pas certains de vouloir fonder une famille parce qu'ils n'ont pas eu le temps de terminer GTA V en parallèle de toute l'étude pour les examens finaux du cours Aristote IV et qui sont à toute fin pratique, à l'aube de leur trentaine, encore au stade entre l'adolescence et l'âge adulte. Ils vivent encore aux dépens de leurs compatriotes et n'ont pas de plan tangible pour les 3 ans à venir, sinon peut-être un voyage en Asie du Sud-Est qu'ils vont se payer avec ce qui leur reste de leurs bourses d'études.

En même temps, je trouve que ça fait très "gauche" de blâmer la société pour tout ce qui ne va pas. Pedro est au-dessus de cela. Dans ton cas particulier, si tu te sens comme si tu étais dans une annonce de Finish Jet Dry, c'est à toi de te responsabiliser, d'arrêter d'être un morceau de bois mort et d'aller aider ta blonde à faire la vaisselle.

Pour la fin du commentaire, extrapoler ta situation pour affirmer que tous les hommes sont des boulets, c'est très fort. Les femmes auront toujours besoin de bons hommes et inversement. Configurer des ordis, ce n'est peut-être pas ce qu'il y a de plus viril, mais ça rapporte certainement de l'argent, en 2018.

Modifié par Pedrosanchez

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 19 heures, Pedrosanchez a dit :

Peut-être sur des milliers d'années, mais certainement pas en l'espace d'une génération et encore moins subitement, comme si tous les hommes ou toutes les femmes étaient "effacé(e)s" de la surface de la planète. D'ailleurs, de l'absence d'un des 2 sexes, il y a de bonnes chances qu'un autre émerge, pour maintenir la dynamique de sélection sexuelle.

Quant à la diversité sexuelle, je ne sais pas pourquoi tu te mets à la questionner aujourd'hui. Ça fait des millions d'années qu'elle existe et elle risque de durer encore un bout. Ta phrase "La diversité sexuelle était une bonne tactique de reproduction, mais on pourrait techniquement continuer sans" est particulièrement hilarante. Genre, "je suis pas un expert ni rien, mais je m'y connais quand même un peu pis en regardant ça vite de même, on pourrait fonctionner sans, la diversité sexuelle, un phénomène littéralement vieux comme le monde, fondamental à l'évolution de l'espèce et sur lequel je n'aurais aucune emprise, quand bien même je m'immolerais par le feu". Techniquement donc, ton opinion est stupide.

Sois bien sûr que la diversité sexuelle joue encore un rôle-clef pour la reproduction. C'est grâce à elle que les individus d'une espèce sont différenciables, que certains traits restent puisqu'ils sont jugés préférables (et d'autres disparaissent parce qu'ils ne le sont pas) et qu'ultimement, une espèce évolue.

 
 

Jesus fucking christ, ça va? 

T'as l'air de penser que je suis une méchante SJW transexuelle anarcho-gauchiste qui sort des concepts scientifique de son cul proner l'extinction des sexes sur Tumblr. Sur la défensive much? 

Calme toi, là. Je prone pas qu'on devrait éradiquer les sexes, je ne donnais pas mon opinion. Je faisais juste exagérer et pousser à l'extrème le concept ridicule d'el_picador que l'homme est rendu inutile. 

Je veux juste terminer en commentant sur à quel point cette phrase là est fucking retardé :

Citation

je ne sais pas pourquoi tu te mets à la questionner aujourd'hui. Ça fait des millions d'années qu'elle existe et elle risque de durer encore un bout.

Je pense, surtout à lire la deuxième partie de ton message adressé à el_picador, que t'as une certain aversion pour l'intellectualisme. Je me trompe? 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 22/03/2018 à 13:46, Gamin a dit :

Jesus fucking christ, ça va? 

T'as l'air de penser que je suis une méchante SJW transexuelle anarcho-gauchiste qui sort des concepts scientifique de son cul proner l'extinction des sexes sur Tumblr. Sur la défensive much? 

Tentons ensemble de valider cette hypothèse par des faits. Voici la chose la plus personnelle que j'ai dite à ton égard dans mon message: "ton opinion est stupide". Je n'ai aucune idée comment tu en arrives à faire l'équivalence avec "une méchante SJW transsexuelle anarcho-gauchiste qui sort des concepts scientifiques de son cul prôner l'extinction des sexes sur Tumblr".

hahah mais c'est moi qui est sur la défensive...ok.

Par contre, si on doit discuter de mon opinion à ton sujet, je dois dire que le chapeau, bien qu'un peu grand pour ta tête, te fait assez bien.

Le 22/03/2018 à 13:46, Gamin a dit :

Je pense, surtout à lire la deuxième partie de ton message adressé à el_picador, que t'as une certaine aversion pour l'intellectualisme. Je me trompe?

Oui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 16/03/2018 à 06:38, Vacpower™ a dit :

Pour répondre au OP que je viens de lire.

En fait je crois que la grande erreur fondamentale c'est de mettre de côté la biologie. De la façon dont tu parles (et c'est cohérent avec le paradigme dominant dans plusieurs milieux militants et intellectuels), tout ce qui est "caractéristique masculine ou féminine" serait l'effet de la culture. La théorie que les garçons sont socialisés d'une manière et les filles d'une autre et que ceci expliquerait pourquoi adulte les hommes sont d'une façon et les femmes d'une autre.

Mais fondamentalement c'est une erreur d'évacuer l'aspect biologique de la chose. Ce n'est pas vrai que dans une population, les individus naissent avec un esprit "vide" et que ce dernier est modelé entièrement par l'éducation, l'environnement et les expériences. L'humain est un animal. On est issus d'une évolution. Notre cerveau est issus d'une évolution.

Et jusqu'à présent, la science montre assez bien que dans une population donnée, certains traits de personnalités vont être clairement réparti de façon inégale entre les hommes et les femmes, des différences qu'on observe à tous les âges (incluant carrément à la naissance). Mais comme toute chose biologique, il y a une variabilité substantielles. Il y a des femmes qui ont une personnalité plus "typique masculin" et des hommes "typique féminin", et plein d'autres degrés. (on ne parle vraiment pas d'essentialisme) Mais fondamentalement, on peut pas passer à côté (selon moi) de l'idée que la biologie joue un rôle important sur la personnalité des individus. Il y a des gens qui sont biologiquement à la naissance prédisposés à être plus impulsifs, moins empathiques, à s'intéresser à des systèmes bien défini et structurés, et ces gens sont plus souvent des hommes. Et à l'inverse des gens plus biologiquement disposés à l'empathie, à apprécier les relations sociales, à préférer le consensus à la confrontation,  seraient plus souvent des femmes. 

Évidemment, si je prend au hasard une femme je ne peux pas savoir si elle correspond à cette tendance majoritaire là chez les femmes. 

Mais bref, tout ça pour dire, selon moi, il faut être réaliste. Oui la culture joue un rôle mais la biologie a le sien, et la culture va toujours être limité par ce que la biologie permet. Donc oui on peut essayer de socialiser les garçons de manière à ce qu'ils soient plus empathiques, moins impulsifs, moins intéressés à la confrontation et plus à la collaboration. Mais même s'ils vont changer un peu, ils seront jamais aussi "bons" là dedans que la majorité des femmes. La majorité des crimes violents et des agressions physiques vont continuer principalement d'être commis par des hommes. Les hommes vont continuer de choisir plus souvent que les femmes des carrières difficile à concilier avec la vie familiale, les hommes vont continuer d'être poche à comprendre les émotions des autres.  

Le féminisme differentialiste appuie justement sur ce point. Tous les débats sur le genre et la culture face à la biologie aboutissent aux mêmes enjeux consuméristes et capitalistes : créer des êtres interchangeables à des fins lucratives, supprimer les dynamiques familiales pour permettre la croissance des enreprises. On donne à croire aux femmes que c'est ce qu'elles veulent, elles s'imaginent s'affranchir d'un potentiel mari castrateur au profit d'un potentiel patron sans éthique sociale. 

Je reste convaincue que c'est la question du genre qui est culturelle. Elle est propre à l'Occident. Dans les autres cultures, personne ne questionne à ce point la biologie.

Pour en revenir aux sociétés matriarcales, il serait bon d'éviter d'essentialiser les termes patriarcat - matriarcat dans le sens où le pouvoir sur l'autre sexe n'est pas forcement une fin en soi. Je pense qu'une société peut être matriarcale sans renvoyer directement à une soumission de l'homme à la femme. Et c'est en cela que ces cultures n'opposent pas les sexes entre eux mais qu contraire, nourrissent leur équilibre sociétal via leurs différences biologiques. Par exemple, je ne pense pas qu'on puisse dire qu'une  tribu primitive est patriarcale seulement parce que ce sont les hommes qui vont chasser. C'est une affaire de positionnement et de culture que de juger si tel ou tel acte mérite meilleur honneur ou plus grand salaire; les sociétés archaïques fonctionnent sur un terrain d'échange et non d'opposition entre les sexes.

Pour le coup je travaille sur une série de photos qui s'inspire des cultures touareg, amérindienne et indienne, et dans chaque cas il y a de quoi reflechir sur ces notions complexes: chez les touaregs par exemple, la femme peut divorcer, garder la tente qui fait office de maison familiale ( le mari doit se trouver une autre maison) et jouer d'un instrument : elle n'est donc pas seulement une mère, mais elle est aussi une artiste et une propriétaire de fait. 

Chez certaines tribus amérindiennes, il y a une culture autour de l'identité sexuelle qui va jusqu'à l'affirmation d'une bisexualité spirituelle. Ces êtres à double identité sexuelle sont considérés comme des chamanes puissants, leur double affiliation au féminin et au masculin étant gage de sagesse. Ici aussi le principe féminin est respecté et c'est l'union des deux identités sexuées qui valorise la spiritualité de l'individu. La féminisation de la nature, considérée comme une mère, ne fait que nourrir ce respect du principe féminin. Car c'est le féminin, fécondé par le masculin, qui porte la vie. 

Et les tribus indiennes sont d'excellent exemples de matriarcat : la tribu des Rana Tharu, considérée comme celle des Princesses de la Forêt, fait la part belle aux femmes pour des raisons similaires. Les femmes sont les gardiennes des esprits de la forêt. La tradition et l'histoire préservent le rôle premier de ces femmes dans leurs villages. Elles travaillent, peuvent divorcer également et sont des artistes en plus d'être des mères. 

L'idée d'opposer l'homme et la femme n'a pas de sens dans les tribus. C'est pour ça que je reliais l'industrialisation et l'expansion civilisationnelles au problématiques de lutte de classe et par extension de communautés et de genre. À mes yeux le patriarcat est un système moderne, le matriarcat un système archaïque. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, 1984 a dit :

Tous les débats sur le genre et la culture face à la biologie aboutissent aux mêmes enjeux consuméristes et capitalistes : créer des êtres interchangeables à des fins lucratives, supprimer les dynamiques familiales pour permettre la croissance des enreprises. On donne à croire aux femmes que c'est ce qu'elles veulent, elles s'imaginent s'affranchir d'un potentiel mari castrateur au profit d'un potentiel patron sans éthique sociale. 

Je reste convaincue que c'est la question du genre qui est culturelle. Elle est propre à l'Occident. Dans les autres cultures, personne ne questionne à ce point la biologie.

Hier soir je lisais le chapitre qui traite de l'égalité dans le bouquin "La nouvelle grille" du fucking neurologue Henri Laborit, le pote des anarchistes et il y développe exactement ton point.

Ici un lien qui va dans le sens de tout ce que tu dis :

le feminisme comme mouvement d'asservissement de la femme. (bon E et R j'aime pas trop ça il faut s'en méfier, mais les faits sont là et appuyés sur des vrais auteurs donc bon je valide).

Je pense qu'il est inutile de continuer à déblatérer indéfiniment sur le sujet, tout est dit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous touchez un point vraiment important. Connaissez vous le documentaire "Century of the Self" ? 

Ça traite de la manipulation de l'égo - princpalement par Edward Bernays, neveu de Freud, maître de la propagande - au service du capitalisme. 

L'idée de créer et de manipuler le désire identitaire est 100% le sang qui fuel la machine capitaliste. Ça sonne peut être alarmiste, ou conspirationniste, c'est impressionnant à quel ce ne l'est pas. 

Edward Bernays est d'ailleurs le gars qui a inventé le terme "Public Relation", relation publique, ou "PR", parce qu'il savait que le terme "directeur/ministère de la propagande" était mal vu depuis la Seconde Guerre. Pensez-à ça. Quand t'utilise tes talents de propagandiste pour propagander un nouveau terme pour propagande, t'es crissement fort. 

Ou bien ses fameuses "Torches of Freedom":

Citation

On 31st March 1929, at the height of Easter Parade, a young woman named Bertha Hunt stepped out into the crowded fifth avenue and created a scandal by lightning a Lucky Strike cigarette. The incident was highlighted even more because the press had been informed in advance of Hunt’s course of actions, and had been provided with appropriate leaflets and pamphlets. What they did not know was that Hunt was Bernays’s secretary and that this was the first in a long line of events that was aimed at getting women to puff. Bernays proclaimed that smoking was a form of liberation for women, their chance to express their new found strength and freedom.

1

Le fléau identitaire individualiste nous viens très certainement de ce dernier siècle de manipulation.

En tout cas, je conseil grandement le documentaire - attention, c'est 4 heures! - c'est vraiment une perle d'information, le documentaire en 4 parties se trouve sur YouTube: 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca a l'air fort intéressant. J'adore ce genre de documentaire. Je vais essayer de le trouver avec des sous-titres, car je suis loin d'être bilingue comme vous autres.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, 1984 a dit :

Ca a l'air fort intéressant. J'adore ce genre de documentaire. Je vais essayer de le trouver avec des sous-titres, car je suis loin d'être bilingue comme vous autres.

 
 
 

Le Siècle du Soi 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×