Aller au contenu

Le confessionnal : toutes ces choses que vous pensez tout bas mais que vous gardez pour vous


Déchet(s) recommandé(s)

Confession :  je suis de moins en moins touchée par les histoires d'horreur entendues au boulot. Les viols, l'inceste, les agressions, la négligence, la violence physique sur femmes et enfants.

Cette position de victime et nos interventions féministes me gavent.

Je commence à avoir de la difficulté à être objective et à éprouver une sincère empathie.

Dans le milieu, c'est pas rare (je crois ? ).

J'entends souvent (et fais) la blague lorsqu'on ventile en équipe "Je n'ai officiellement plus d'âme".

Je crois que ça peut devenir problématique à long terme.

Pour le moment, ça n'a pas "trop" d'incidence sur mes interventions mais je sens que ça pourrait changer.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les soldats qui ont vécu la guerre un peu trop longtemps ont expérimenté le même syndrome. Serait-ce de la dissonance cognitive ou simplement un épuisement moral ? Je crois que plus on est exposé à la misère humaine et aux patterns destructeurs qui reviennent sans-cesse, plus on est sujet à relativiser et à perdre progressivement de son empathie et de ses idéaux. En étant confronté à ce qu'il y a de plus vil il est difficile de faire confiance au comportement humain. De se dire que ces personnes vont adopter des comportements raisonnables et se sortir par eux-mêmes de leur spirale infernale. Est-ce que les acteurs de ces drames sociaux sont en mesure de changer d'environnement et de faire une croix sur les personnes toxiques qui les entourent ? Ou doit-on absolument provoquer un changement en apportant un élément extérieur à leur dynamique ? C'est probablement dans la nature humaine de déchanter avec l'expérience du terrain à contrario des pseudo-experts dans leurs grands bureaux avec leurs thèses non-fondées et leurs belles idées.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Pandore a dit :

Confession :  je suis de moins en moins touchée par les histoires d'horreur entendues au boulot. Les viols, l'inceste, les agressions, la négligence, la violence physique sur femmes et enfants.

Cette position de victime et nos interventions féministes me gavent.

Je commence à avoir de la difficulté à être objective et à éprouver une sincère empathie.

Dans le milieu, c'est pas rare (je crois ? ).

J'entends souvent (et fais) la blague lorsqu'on ventile en équipe "Je n'ai officiellement plus d'âme".

Je crois que ça peut devenir problématique à long terme.

Pour le moment, ça n'a pas "trop" d'incidence sur mes interventions mais je sens que ça pourrait changer.

 

C'est du détachement émotionnel, ou un vrai manque d'empathie?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Pandore a dit :

Confession :  je suis de moins en moins touchée par les histoires d'horreur entendues au boulot. Les viols, l'inceste, les agressions, la négligence, la violence physique sur femmes et enfants.

Cette position de victime et nos interventions féministes me gavent.

Je commence à avoir de la difficulté à être objective et à éprouver une sincère empathie.

Dans le milieu, c'est pas rare (je crois ? ).

J'entends souvent (et fais) la blague lorsqu'on ventile en équipe "Je n'ai officiellement plus d'âme".

Je crois que ça peut devenir problématique à long terme.

Pour le moment, ça n'a pas "trop" d'incidence sur mes interventions mais je sens que ça pourrait changer.

 

C'est une bonne chose en fait.

Être capable d'avoir du détachement dans ce genre de travail fait en sorte que tu te laisses moins atteindre par les événements. Par ricochet ça préserve la tienne, ta santée mentale.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Sikaneba a dit :

C'est une bonne chose en fait.

Être capable d'avoir du détachement dans ce genre de travail fait en sorte que tu te laisses moins atteindre par les événements. Par ricochet ça préserve la tienne, ta santée mentale.

@Pandore et ça empêche pas non plus que si ça arravait à quelqu'un qui t'es proche et cher, tu éprouverais beaucoup d'émotions et d'empathie. Mais sous le coup de l'urgence, tu réagirais comme une ambulancière, sauf que tu braillerais avec elle/lui... En l'aidant...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Pandore a dit :

Confession :  je suis de moins en moins touchée par les histoires d'horreur entendues au boulot. Les viols, l'inceste, les agressions, la négligence, la violence physique sur femmes et enfants.

Cette position de victime et nos interventions féministes me gavent.

Je commence à avoir de la difficulté à être objective et à éprouver une sincère empathie.

Dans le milieu, c'est pas rare (je crois ? ).

J'entends souvent (et fais) la blague lorsqu'on ventile en équipe "Je n'ai officiellement plus d'âme".

Je crois que ça peut devenir problématique à long terme.

Pour le moment, ça n'a pas "trop" d'incidence sur mes interventions mais je sens que ça pourrait changer.

 

Tu connais l'histoire de l'enfant qui tombe et qui regarde sa mère, si elle est inquiète il se met alors à pleurer, si elle rit alors il rit?

J'ai le même opinion avec les malheurs et la société. Ceux qui tombent regardent autours d'eux pour y cerner le visage de maman et n'y trouvent que de l'inquiétude. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Sikaneba , effectivement, au moins, je n'ai aucune difficulté à faire une franche coupure une fois chez moi. C'est pas les histoires de mes résidents attitrés qui vont m'empêcher de dormir, donc oui, ça a forcément une fonction de préservation niveau santé mentale.

@FosseAsceptique , j'ai aucun trouble dépressif, doit y avoir une forme d'épuisement, cela dit. Pour ce qui est de mon empathie, j'ai tout de même l'impression qu'elle est "épuisée". À moins de faire partie de mes proches (3-4 personnes tout au plus), je suis pas l'amie qui va brailler avec la "victime" par contre, référer, agir, intervenir auprès des proches, à la limite, oui. Même si j'ai déjà trop donner.

@Gamin , j'adore ta réflexion. Ça me "rassure" dans mon "manque de coeur". J'ai beaucoup de femmes qui changent drastiquement de comportements avec moi lorsqu'elles constatent que je ne suis ni touchée ni choquée par leurs histoires d'horreur. C'est clair que ça à un impact direct et sur mes interventions et sur leur position face à leur situation de "victime".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

C'est tu moi où quand j'étais jeune l'intolérance au gluten n'existait pas? Puis c'est 99% des femmes qui sont touchées et 90% du 1% sont les fils de femmes qui capotent sur le gluten. On dirait que c'est juste la mode d'être intolérante au gluten et je ne suis plus capable de voir ça passer partout. C'est normal qu'une femme de 90lbs ait des crampes après un gros trio Big Mac.

Modifié par Kapouchet
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Confession :

Je perds la plupart de mes nouveaux amis. Ils me méprennent pour quelqu'un de détaché qui n'a pas besoin des autres, voire qui les boude. Je ne leur dis pas souvent à quel point ils sont importants pour moi, même s'ils le sont terriblement. Je ne leur dit pas que j'ai envie de les voir, que je voudrais passer plus de temps avec eux. En fait, plus la personne est importante à mes yeux, plus je serai froid et distant avec elle. Et pourtant, j'attends secrètement qu'on franchisse mes murs.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, Grrrreat!™ a dit :

Confession :

Je perds la plupart de mes nouveaux amis. Ils me méprennent pour quelqu'un de détaché qui n'a pas besoin des autres, voire qui les boude. Je ne leur dis pas souvent à quel point ils sont importants pour moi, même s'ils le sont terriblement. Je ne leur dit pas que j'ai envie de les voir, que je voudrais passer plus de temps avec eux. En fait, plus la personne est importante à mes yeux, plus je serai froid et distant avec elle. Et pourtant, j'attends secrètement qu'on franchisse mes murs.

Je te lis, je me lis.

Je peux passer des mois sans les contacter, à trouver ça plate qu'ils ne me contactent pas. 

En même temps bon les amis que j'ai perdu avec le temps c'était les connaissances de jobs, le monde avec qui tu te tient pour aller fumer un joint après la job, c'est ceux là qui partent les premiers.

Mais ouais, j'aime tellement pas ça entretenir des relations. 

Avez vous essayez d'organiser des sorties d'amis dernièrement? Je suis sur que de réaliser un blockbuster pour Disney est rendu plus facile d'organisation. Tout le monde travail, tout le monde choke, tout le monde a autre chose.

Le seul moyen d'entretenir des amitié c'est d'avoir un spot où les gens peuvent se rencontrer sans forcément que ce soit prevu, comme dans les maudit sitcoms. Comme quand on était jeune pis qu'on allait cogner chez Mathieu pour savoir si on pouvait jouer. 

Tout le monde est trop meh tout le temps, moi inclus. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Gamin a dit :

Avez vous essayez d'organiser des sorties d'amis dernièrement? Je suis sur que de réaliser un blockbuster pour Disney est rendu plus facile d'organisation. Tout le monde travail, tout le monde choke, tout le monde a autre chose.

Le seul moyen d'entretenir des amitié c'est d'avoir un spot où les gens peuvent se rencontrer sans forcément que ce soit prevu, comme dans les maudit sitcoms. Comme quand on était jeune pis qu'on allait cogner chez Mathieu pour savoir si on pouvait jouer. 

Quand c'est quelque chose d'organisé, ça finit souvent par me décevoir. Quand c'est improvisé, j'ai l'impression de le vivre avec la candeur du présent. Et ça va avec l'humeur du moment aussi.

Ah, c'est tellement vrai le dernier paragraphe, le squad de mon secondaire a tenu bon grâce à ce bon vieux sentiment de retour au bercail.

@Gamin Alors, c'est pour quand ton film? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 mois plus tard...

Les conflits basés sur des banalités de la vie me font révulser des yeux, et j'endure ça à la journée longue. Je n'arrive pas à accepter le fait qu'on puisse se crier autant de reproches autour d'un rack de glaçons, d'un plat de pâtes trop cuites, ou encore de la température d'un climatiseur. 

Et les débats publics dérivant sur des trivialités me font soupirer des tornades. Je trouve que monde suinte la négativité, l'ingratitude et le jugement gratuit et qu'il déverse continuellement et avec violence des monologues moralisateurs à nos oreilles.

Je souhaite qu'on prenne le temps d'écouter et de parler de façon posée, qu'on fasse preuve d'humilité et de sagesse. Je trouve que notre monde est un désert affectif qui donne bien peu de place aux tortues placides qui tentent de sortir la tête de leurs carapaces.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 51 minutes, Goéland a dit :

Je n'arrive pas à accepter le fait qu'on puisse se crier autant de reproches autour d'un rack de glaçons, d'un plat de pâtes trop cuites, ou encore de la température d'un climatiseur. 

Ça me fait penser à quand je vois du monde s'obstiner bec et ongles sur des choses qui prendraient 30 secondes à chercher sur Internet, comme le prix d'un article, sa disponibilité dans un magasin, la capitale d'un pays, la date d'un évènement... 

Les familles sont terribles pour ça, ma mère et mon beau-père, si mes tantes et oncles sont là, oubliez ça. Ils vont s'obstiner pendant 30 minutes à savoir si tu peux faire chauffer un plat en pyrex sur un four à induction pis se sortir des affaires comme "Hey tabarnaque je connais ça, là, des fours a induction, P'pa en avait un au chalet ostie pis il faisait chauffer son plat Dickin Decker dessus criss je m'en souviens là je suis pas folle". Ostie que c'est ridicule.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-07-03 à 15:11, Gamin a dit :

Ça me fait penser à quand je vois du monde s'obstiner bec et ongles sur des choses qui prendraient 30 secondes à chercher sur Internet, comme le prix d'un article, sa disponibilité dans un magasin, la capitale d'un pays, la date d'un évènement... 

Les familles sont terribles pour ça, ma mère et mon beau-père, si mes tantes et oncles sont là, oubliez ça. Ils vont s'obstiner pendant 30 minutes à savoir si tu peux faire chauffer un plat en pyrex sur un four à induction pis se sortir des affaires comme "Hey tabarnaque je connais ça, là, des fours a induction, P'pa en avait un au chalet ostie pis il faisait chauffer son plat Dickin Decker dessus criss je m'en souviens là je suis pas folle". Ostie que c'est ridicule.

Ça.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-07-03 à 15:11, Gamin a dit :

Ça me fait penser à quand je vois du monde s'obstiner bec et ongles sur des choses qui prendraient 30 secondes à chercher sur Internet, comme le prix d'un article, sa disponibilité dans un magasin, la capitale d'un pays, la date d'un évènement... 

Les familles sont terribles pour ça, ma mère et mon beau-père, si mes tantes et oncles sont là, oubliez ça. Ils vont s'obstiner pendant 30 minutes à savoir si tu peux faire chauffer un plat en pyrex sur un four à induction pis se sortir des affaires comme "Hey tabarnaque je connais ça, là, des fours a induction, P'pa en avait un au chalet ostie pis il faisait chauffer son plat Dickin Decker dessus criss je m'en souviens là je suis pas folle". Ostie que c'est ridicule.

Je crois qu'il faut vraiment être débile ne rien avoir de mieux comme sujet de contreverse... Désolé pour ta famille, mais c'est ce que je pense...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, LetItFlow a dit :

Je crois qu'il faut vraiment être débile ne rien avoir de mieux comme sujet de contreverse... Désolé pour ta famille, mais c'est ce que je pense...

Ah y'ont mieux. 

Du genre est-ce que la roche en face du chalet était à droite ou à gauche, c'était qui celui qui à pousser Linda dans l'eau en 1973 (Pascal dit que c'était Stéphane, Chantal elle a dit que c'était Pascal), pis pourquoi P'pa a décidé de cacher sa canne-à-pêche en 75. 

Au moins ça, ça a le mérite de pas se chercher sur internet. 

La distortion des souvenirs, y'a pas meilleur sujet d'obstinage au monde! 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Même si ils ne méritaient pas leur sort, on dirait que j'ai de la difficulté à me sentir mal pour les gens qui font des choses stupides sans raisons valables. Si tu ne veux pas tomber en bas d'une montagne ou rester prit dans une grotte, tu ne vas juste pas là...je veux dire c'était pas leur travail, aucune fondation en bénéficiait, c'était juste pour le "trip" et se vanter. Moi je n'aimerais pas me faire manger par un requin, je ne vais pas dans l'océan. Et qui ne sait pas nager rendu à 12-14 ans? Ah oui, des joueurs de soccer.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jajaja_*

Je creep sur facebook tout le monde que je croise dans ma vie.

 

Je vous ai tous creepé, un moment ou l'autre. T'es sur fbook? J't'ai trouvé. Même sous ton faux nom. Easy, vous êtes tous amis fbook.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

×
×
  • Créer...