Aller au contenu

Recommended Posts

J’ai une petite crotte sur le cœur et j’ai envie de la partager avec vous.

Suis-je le seul ici qui en a marre de la soue à cochons qu’est devenu Facebook ?

(Attention, je vais un peu sombrer dans les généralités ici.)

J’ai vu des gens blaguer autour de l’idée que Facebook est devenu infréquentable depuis qu’il a aspiré dans son vortex les baby-boomers. Autrement dit, Monsieur, Madame Toutlemonde et son frère-pas-raciste-mais. Bon, ça tire sur la caricature, mais y aurait-il un fond de vérité là-dedans ? (Honnêtement, je ne pense pas qu’on puisse réduire le tout à une question de génération.)

Je sais que la haine en ligne n’a rien de nouveau, mais pour avoir passé un nombre incalculable d’heures sur Facebook dans les dernières années, j’ai l’impression d’avoir observé en direct sa métamorphose en dépo... euh, dompe à ressentiment, en exutoire pour tous ceux qui se cherchaient un endroit où cracher leur fiel sur une base quotidienne.

Je sais que Facebook n’est pas que ça. En tout cas, j’ai déjà vu en lui un espace d’échanges intéressant.

On me dira : tripote ton algorithme, ton feed s’en portera mieux. Been there, done that.

On me dira (bis) : ben t’as qu’à ne plus y aller, c’est tout. Et c’est bien ce qui est en train d’arriver. Si ce n’était du fait que je dois l’utiliser au travail, je ne m’y connecterais probablement plus.

Remarquez, c’est peut-être ça, la source de mon problème : mon seul contact avec Facebook se fait maintenant à travers le prisme des commentaires que des trolls ou des cabochons laissent sous les publications d’un média généraliste. À l’ère du « fake news ! » lancé à tout vent, en plus. Crisse.

Bref, êtes-vous tannés de Facebook ? Y allez-vous encore souvent ? En tirez-vous encore une certaine satisfaction ? L’avez-vous abandonné pour un autre réseau social ? Pour faire davantage autre chose ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu voudrais vivre dans une bulle à l'abri de la plèbe?  Moi non, c'est pourquoi je vais lire les commentaires sur le FB du Journal de Québec / Montréal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Es-tu feu ECHELON feu mofo de feu Doyoulookgood avec le petit bonhomme qui avançait sur une ligne en continue en avatar?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'me sers encore pas mal de Facebook: avec mes vidéos YouTube, c'est là que j'fais une grosse partie de ma pub. J'ai donc "pas le choix" si j'veux avoir des views. 

En plus, j'suis abonné à plein de page et c'est là que j'me tiens au courant des nouvelles. Je follow surtout des pages ayant rapport aux films, aux jeux vidéo pis à la musique. J'ai arrêté de suivre tout c'qui est La Presse, Radio-Can pis TVA Nouvelles parce que j'étais tanné d'me fâché en lisant les commentaires.

Sinon j'comprend ton point de vue. M'semble qu'avant la venue de tous les boomers, Facebook c'était la place où j'écrivais des niaiseries pour faire rire mes chums et où j'postais des photos de soirées bien arrosées entre amis pis des memes. À c't'heure j'le fais pus, y'a trop d'mononcles pis d'matantes qui comprennent pas que c'est de l'humour et/ou du sarcasme.

Je sais, j'pourrais faire en sorte qu'ils ne voient pas mes publications et j'aurais juste à faire une mise à jour de mes paramètres de confidentialité... Mais j'en vois plus ou moins l'utilité vue qu'anyway, mes chums sont assez tranquilles sur Facebook: à c't'heure avec les conversations de groupes d'Hangout pis de Facebook Messenger, quand on a de quoi à se dire/montrer on s'écrit directement en privé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, The Flying Monsieur a dit :

J'me sers encore pas mal de Facebook: avec mes vidéos YouTube, c'est là que j'fais une grosse partie de ma pub. J'ai donc "pas le choix" si j'veux avoir des views. 

En plus, j'suis abonné à plein de page et c'est là que j'me tiens au courant des nouvelles. Je follow surtout des pages ayant rapport aux films, aux jeux vidéo pis à la musique. J'ai arrêté de suivre tout c'qui est La Presse, Radio-Can pis TVA Nouvelles parce que j'étais tanné d'me fâché en lisant les commentaires.

Sinon j'comprend ton point de vue. M'semble qu'avant la venue de tous les boomers, Facebook c'était la place où j'écrivais des niaiseries pour faire rire mes chums et où j'postais des photos de soirées bien arrosées entre amis pis des memes. À c't'heure j'le fais pus, y'a trop d'mononcles pis d'matantes qui comprennent pas que c'est de l'humour et/ou du sarcasme.

Je sais, j'pourrais faire en sorte qu'ils ne voient pas mes publications et j'aurais juste à faire une mise à jour de mes paramètres de confidentialité... Mais j'en vois plus ou moins l'utilité vue qu'anyway, mes chums sont assez tranquilles sur Facebook: à c't'heure avec les conversations de groupes d'Hangout pis de Facebook Messenger, quand on a de quoi à se dire/montrer on s'écrit directement en privé.

C'est un autre volet, tout aussi intéressant. On n'a pas tous les mêmes repères, les mêmes références culturelles, les mêmes clés de compréhension de la dynamique online

Aussi, je pensais qu'en m'abonnant uniquement à des publications scientifiques ça allait aider. Nope. Le trolling, c'est partout.

Bon, pour éviter que ça tourne en rond autour de mon rant, on peut aussi élargir la discussion aux contrecoups que subit Facebook depuis 1 an ou 2. Je pense que l'idée selon laquelle Facebook n'apporte pas que du positif dans nos vies fait son bonhomme de chemin. Certains prédisent même son déclin voire sa mort dans un avenir peut-être pas si lointain. Ce ne serait pas la première plateforme qu'on croyait éternelle à disparaître, quand on y pense. 

il y a 24 minutes, Kapouchet a dit :

Es-tu feu ECHELON feu mofo de feu Doyoulookgood avec le petit bonhomme qui avançait sur une ligne en continue en avatar?

Non. Et tu peux utiliser la messagerie privée pour ce genre de questions.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est clair que Facebook c'est rendu plein de boomers qui partages des fakenews pis qui s'engueule entre eux pour imposer leurs points de vue fermés à la discutions.

Je me souviens que le monde trouvait sa minable les forums et les surnoms parce on se cachait derrière une identité virtuelle pour troller.

Mais maintenant les boomers ont leurs vrais noms et rient des emplois et des photos des autres et les rabaissent en fouillant leurs vies privées.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est pas qu'une question de boomers, il n' y a pas d'âge pour être conspirationniste, nono de la Meute ou fan de Paulo Coelho. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le jour où j'ai accepté pour ami mon père est le jour où je suis mort.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je commence à être tanné de réorienter ma famille sur Facebook. Je suis quelqu'un de très diplomate, et j'approche les discussions sur Facebook avec beaucoup d'humilité.

Et malgré ça, y'a tellement de marde et de fausses informations qui se font partager par mes oncles et tantes, cousins/cousines que malgré toutes mes bonnes intentions je commence à paraître comme un petit criss de fatiguant. 

FrancoOuPas à quand même pas tort. 

C'est quoi l'alternative? Les ignorer? J'ai pas l'impression que c'est la bonne chose à faire. C'est peut être parce que j'ai été élevé par des bande-dessinés et que je cherche encore à jouer au super héro, mais si je peux braver de la marde pour au moins réorienter l'esprit de ne serait-ce qu'une personne, c'est un bon sacrifice pour la société humaine à long terme. 

Si tout les gens intelligents, tout les ECHELON de ce monde, se taisent face à la plèbe, bah... y'a pas grand monde qui vont apprendre quoi que ce soit, et ça changera pas. C'est pas le fun pour nous autres, mais je vois pas pourquoi ça aurait à l'être. 

---

Mais ouais, Facebook est doomed, les plus jeunes ne l'utilisent pas, les nouvelles concernant la compagnies sont de pire en pire jours après jours, je serais pas étonné que d'ici 5-10 ans on parle de Facebook de la façon dont on parle de MySpace aujourd'hui. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est bien d'être diplomate, encore mieux avec une patience et un lâcher prise sur le résultat, mais bien souvent, quand on tente de raisonner quelqu'un qui partage de la crap et qui gerbe son inopinion dans des histoires qui le concerne pas, on contribue à son braquage idéologique réactionnaire et à notre propre découragement latent.

On vivait mieux sans Facebook.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Grrrreat!™ a dit :

on contribue à son braquage idéologique réactionnaire

C'est effectivement un grave problème en argumentation. Plus souvent qu'autrement, notre prise de position contraire est suffisante à faire en sorte que l'autre personne se vautre encore plus dans son opinion, ils lisent "je ne suis pas d'accord" et c'est finit, ils ne portent même plus attention à ce que tu dit après, là dessus mon sXe je suis entièrement d'accord avec toi et c'est un point important, je suis content que tu l'apportes. 

Il existe plusieurs technique en rhétorique - et en social engineering - qui permettent d'en réduire les effets, cependant. Comme par exemple, peu importe l'opinion, il faut établir un terrain d'entente, reformuler l'opinion de l'autre afin de démontrer qu'on l'a bien compris et surtout ne pas se présenter comme un antagoniste, un bon truc aussi c'est d'adresser l'autre personnellement et le complimenter sur sa participation, etc... ;) 

Mais bien sûr ça prend un certain talent de repérage, il faut apprendre à filtrer nos interventions. Ce n'est pas tout le monde qui est ouvert, et ce n'est pas toute les techniques qui fonctionnent avec tout le monde. Pis y'en a en tabarnaque des supposé-trolls complètement morons sur qui on ne devrait même pas tout simplement poser un iota d'attention. 

Mais y'a tout un spectrum de gens, pis avec le temps j'ai appris à repérer ceux envers qui ça vaut la peine de mettre un peu d'effort. 

Je suggère aussi à tout le monde de lire ce livre (entre autres):

https://www.amazon.ca/Thank-You-Arguing-Aristotle-Persuasion/dp/0307341445

C'est vraiment une lecture le fun. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Gamin a dit :

Mais ouais, Facebook est doomed, les plus jeunes ne l'utilisent pas, les nouvelles concernant la compagnies sont de pire en pire jours après jours, je serais pas étonné que d'ici 5-10 ans on parle de Facebook de la façon dont on parle de MySpace aujourd'hui. 

Ça fait plein d'années que les gens disent que Facebook est "doomed" parce que les jeunes sont sur Snapchat ou Instagram (qui appartient à Facebook). 

L'affaire c'est qu'ils vont quand même se ramasser sur Facebook en vieillissant. Leurs intérêts vont changer et ils vont vouloir organiser des souper à la job, chercher le menu d'un restaurant et donner leur opinion de marde sur l'actualité.

Snapchat est "cool" à cause du fait que ça disparaît et les filtres dans ta face. Mais ça tout le monde finit par se tanner. Et les "story" facebook/Instagram vont prendre le relais éventuellement. 

Personnellement j'ai aucune crainte par rapport à la popularité de Facebook dans l'avenir, parce qu'ils sont "là où le monde est". Même si on chiale justement sur des phénomènes liés au fait que "Monsieur/Madame Tout-le-monde" sont sur Facebook, le problème c'est que ce genre de raisons là va jamais mener à une baisse de popularité. Ça serait comme se dire que surement le traffic va diminuer sur l'autoroute parce que le monde vont arrêter d'aller vivre en banlieue parce que ya trop de traffic sur l'autoroute.

Facebook est trop devenu un "outil" pour que les gens arrêtent de l'utiliser. Tu fais pas juste "flâner" sur Facebook, tu trouve aussi des informations, des liens et des évènements. Un site comme MySpace a jamais été proche d'atteindre ce niveau là.

Honnêtement, je dirais que Facebook est devenu un web parallèle. Maintenant quand tu veux savoir le menu d'un restaurant, tu vas pu chercher sur Google, tu vas sur Facebook. Tu veux savoir si le Café sur le coin de la rue est ouvert à Pâques, tu vas pas sur Google, tu vas sur Facebook. 

"Too big to fail"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, Gamin a dit :

C'est effectivement un grave problème en argumentation. Plus souvent qu'autrement, notre prise de position contraire est suffisante à faire en sorte que l'autre personne se vautre encore plus dans son opinion, ils lisent "je ne suis pas d'accord" et c'est finit, ils ne portent même plus attention à ce que tu dit après, là dessus mon sXe je suis entièrement d'accord avec toi et c'est un point important, je suis content que tu l'apportes. 

Il existe plusieurs technique en rhétorique - et en social engineering - qui permettent d'en réduire les effets, cependant. Comme par exemple, peu importe l'opinion, il faut établir un terrain d'entente, reformuler l'opinion de l'autre afin de démontrer qu'on l'a bien compris et surtout ne pas se présenter comme un antagoniste, un bon truc aussi c'est d'adresser l'autre personnellement et le complimenter sur sa participation, etc... ;) 

Mais bien sûr ça prend un certain talent de repérage, il faut apprendre à filtrer nos interventions. Ce n'est pas tout le monde qui est ouvert, et ce n'est pas toute les techniques qui fonctionnent avec tout le monde. Pis y'en a en tabarnaque des supposé-trolls complètement morons sur qui on ne devrait même pas tout simplement poser un iota d'attention. 

Mais y'a tout un spectrum de gens, pis avec le temps j'ai appris à repérer ceux envers qui ça vaut la peine de mettre un peu d'effort. 

Je suggère aussi à tout le monde de lire ce livre (entre autres):

https://www.amazon.ca/Thank-You-Arguing-Aristotle-Persuasion/dp/0307341445

C'est vraiment une lecture le fun. 

Le truc que j'enseigne à mes étudiants c'est de comparer son adversaire à Hitler. Ça fonctionne toujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, Vacpower™ a dit :

Le truc que j'enseigne à mes étudiants c'est de comparer son adversaire à Hitler. Ça fonctionne toujours.

Hey, on appel pas ça la loi de la Victoire de Dieu pour rien t'sais. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut que je vous confesse qu'une fois devant un écran d'ordinateur, un fedora me pousse sur la tête. C'est un syndrome assez difficile à vivre.
Fort heureusement, à un moment, j'ai déporté mon activité publique Facebook (les commentaires des pages de médias publics), à une activité privée, celle qui consiste en la discussion avec les groupes privés et les amis via Messenger. Et ce avant le fameux changement d'algorithme de Mark Zuckerberg qui nous enlève toute possibilité de contestation sociale etc

Et je vous assure que c'est encore pire. Dans la sphère privée, vous avez des gens qui vous répondent, donc des alertes permanentes avec des notifications en rouge qui vous ordonnent "RAYPONDEZ ARGHHH!!!".

Du coup j'ai fini par quitter ces mêmes groupes privés de discussion.
Facebook ne me sert presque plus que pour Messenger, et pour liker des memes rigolos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, ARGHHH!!! a dit :

Faut que je vous confesse qu'une fois devant un écran d'ordinateur, un fedora me pousse sur la tête. C'est un syndrome assez difficile à vivre.
Fort heureusement, à un moment, j'ai déporté mon activité publique Facebook (les commentaires des pages de médias publics), à une activité privée, celle qui consiste en la discussion avec les groupes privés et les amis via Messenger. Et ce avant le fameux changement d'algorithme de Mark Zuckerberg qui nous enlève toute possibilité de contestation sociale etc

Et je vous assure que c'est encore pire. Dans la sphère privée, vous avez des gens qui vous répondent, donc des alertes permanentes avec des notifications en rouge qui vous ordonnent "RAYPONDEZ ARGHHH!!!".

Du coup j'ai fini par quitter ces mêmes groupes privés de discussion.
Facebook ne me sert presque plus que pour Messenger, et pour liker des memes rigolos.

Considérant que les algorithmes de Facebook lisent tout ce qui se passe dans les conversations Messenger, pour eux c'est une victoire.

 

Révélation

Bon calisse, je suis clairement revenu sur le Dépotoir...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sachant qu'Adblock contre bien les annonces et réclames sur Facebook, que je prête déjà une attention toute superficielle aux actualités de mon mur, et que je ne prévois pas de grand complot pour renverser le système, à priori ça va encore
Tout en étant le premier à critiquer les gens qui disent "j'ai rien à me reprocher" quand on évoque l'intrusivité de Facebook dans le cadre privé. Mais me concernant, à l'heure actuelle, l'objectif c'est d'y perdre le minimum de temps possible. Comme je l'avais lu quelque part, sur son lit de mort, on ne regrette jamais de ne pas avoir passé plus de temps sur les réseaux sociaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je passe environ 5 min par jour sur Falsebook (le seul réseau social où je suis inscrit) et c'est encore trop pour moi.

Rien ne battra jamais les forums en ce qui me concerne. (J'ai toujours été un boomer à contre courant)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 19 heures, Gamin a dit :

Je commence à être tanné de réorienter ma famille sur Facebook. Je suis quelqu'un de très diplomate, et j'approche les discussions sur Facebook avec beaucoup d'humilité.

Et malgré ça, y'a tellement de marde et de fausses informations qui se font partager par mes oncles et tantes, cousins/cousines que malgré toutes mes bonnes intentions je commence à paraître comme un petit criss de fatiguant. 

FrancoOuPas à quand même pas tort. 

C'est quoi l'alternative? Les ignorer? J'ai pas l'impression que c'est la bonne chose à faire. C'est peut être parce que j'ai été élevé par des bande-dessinés et que je cherche encore à jouer au super héro, mais si je peux braver de la marde pour au moins réorienter l'esprit de ne serait-ce qu'une personne, c'est un bon sacrifice pour la société humaine à long terme. 

Si tout les gens intelligents, tout les ECHELON de ce monde, se taisent face à la plèbe, bah... y'a pas grand monde qui vont apprendre quoi que ce soit, et ça changera pas. C'est pas le fun pour nous autres, mais je vois pas pourquoi ça aurait à l'être. 

---

Mais ouais, Facebook est doomed, les plus jeunes ne l'utilisent pas, les nouvelles concernant la compagnies sont de pire en pire jours après jours, je serais pas étonné que d'ici 5-10 ans on parle de Facebook de la façon dont on parle de MySpace aujourd'hui. 

Je pense qu’on prend le problème sous le mauvais angle. Facebook n’est pas un terrain neutre où l’information circule et est disponible à qui veut bien la recevoir, l’interpréter intelligemment et en tirer des conclusions raisonnables. Où on pourrait combattre avec les armes d'une argumentation de bonne foi.

Facebook privilégie les affects. La plateforme, by design, est axée sur le partage — très facile —, avec tes contacts, de cossins qui te font réagir, qui t’émeuvent d’une certaine façon. Pas étonnant que ce soit devenu un environnement propice aux faussetés en tous genres.

Facebook a aussi changé notre façon de consommer de l’information.

L’information se présente maintenant comme un fil vertical sans fin, qu’on rafraîchit frénétiquement pour voir ce qu’il se dit de neuf. On survole l’info, on s’arrête quelques secondes lorsque quelque chose attire momentanément notre attention, on partage, like ou commente, puis on poursuit ensuite notre scrolling. On pourrait parler aussi des nombreuses alertes et autres notifications qui sollicitent sans cesse notre attention. On n’a juste plus le temps (ou on n’a l’impression de ne plus l’avoir ?) de s’arrêter et de prendre le temps de bien s’informer.

Révélation

En passant, les médias n’ont pas investi Facebook avec enthousiasme parce que ce serait une plateforme idéale pour faire circuler leur contenu. Avec les plus récents algorithmes, ce n’est tout simplement pas le cas. Ils se sont sentis obligés de s’y joindre parce que c’est là que les paires d’yeux sont maintenant et qu’une guerre pour l’attention fait rage. (On parle de Facebook, mais les médias ont aussi investi d’autres réseaux sociaux parce qu’ils doivent jouer du coude partout en espérant être vus le plus possible.)

Ajoute à ça que la plupart des gens s’attendent à ce que l’essentiel de l’info leur soit transmis sans avoir à sortir de Facebook, sans avoir à lever le pouce, à faire un petit effort. La nouvelle soit être résumée dans ces trois éléments : le titre du post, l’amorce en dessous et le caption au-dessus. Si tu me demandes de lire plus loin que ça, c’est du click bait ! Autrement, ils vont le lever, leur pouce : pour scroll down et passer à autre chose. Ou pour cracher des insultes gratuites. Ou les deux.

Être intelligent et rempli de bonne volonté ne sont d’aucune aide lorsque l’environnement est flawed by design, qu’il favorise des mauvaises habitudes intellectuelles. Ajoute à ça le point soulevé par @Grrrreat!™, que je partage.

Mais hey, je te souhaite bonne chance avec ta quête sisyphéenne. 

Il y a 18 heures, Vacpower™ a dit :

Ça fait plein d'années que les gens disent que Facebook est "doomed" parce que les jeunes sont sur Snapchat ou Instagram (qui appartient à Facebook). 

L'affaire c'est qu'ils vont quand même se ramasser sur Facebook en vieillissant. Leurs intérêts vont changer et ils vont vouloir organiser des souper à la job, chercher le menu d'un restaurant et donner leur opinion de marde sur l'actualité.

Snapchat est "cool" à cause du fait que ça disparaît et les filtres dans ta face. Mais ça tout le monde finit par se tanner. Et les "story" facebook/Instagram vont prendre le relais éventuellement. 

Personnellement j'ai aucune crainte par rapport à la popularité de Facebook dans l'avenir, parce qu'ils sont "là où le monde est". Même si on chiale justement sur des phénomènes liés au fait que "Monsieur/Madame Tout-le-monde" sont sur Facebook, le problème c'est que ce genre de raisons là va jamais mener à une baisse de popularité. Ça serait comme se dire que surement le traffic va diminuer sur l'autoroute parce que le monde vont arrêter d'aller vivre en banlieue parce que ya trop de traffic sur l'autoroute.

Facebook est trop devenu un "outil" pour que les gens arrêtent de l'utiliser. Tu fais pas juste "flâner" sur Facebook, tu trouve aussi des informations, des liens et des évènements. Un site comme MySpace a jamais été proche d'atteindre ce niveau là.

Honnêtement, je dirais que Facebook est devenu un web parallèle. Maintenant quand tu veux savoir le menu d'un restaurant, tu vas pu chercher sur Google, tu vas sur Facebook. Tu veux savoir si le Café sur le coin de la rue est ouvert à Pâques, tu vas pas sur Google, tu vas sur Facebook. 

"Too big to fail"

L’argument du too big to fail ne me convainc pas. Rien n’est éternel et je me méfie à chaque fois que j’entends quelqu’un dire que quelque chose — quoi que ce soit — est là pour rester.

Là où je te suis par contre, c’est quand tu dis que Facebook devient de plus en plus en Web parallèle. Ou du moins, ça me paraît clair que c’est son ambition. Bientôt on n’ira pas seulement voir le menu d’un restaurant sur sa page Facebook, c'est aussi par là qu'on fera nos commandes à livrer. Et pourquoi pas son épicerie, tant qu'à être là ? Ce genre d’intégration des fonctions existe déjà ailleurs, un genre de « super app » qui permet d’accomplir une panoplie d’actions au quotidien. WeChat en Chine en est un bel exemple.

Ceci dit, ce n’est pas écrit dans le ciel que c’est nécessairement Facebook qui réussira une telle intégration au sein de son app. On peut dire qu’elle est la mieux positionnée présentement pour le faire, oui. Mais toute entreprise n’est qu’à un gros scandale de perdre ses investisseurs et de sombrer. Personne ne va se mobiliser pour sauver Facebook le jour un effet boule de neige présentera sa chute comme inévitable. On va juste sauter dans le prochain train, c.-à-d. la prochaine app tendance.

Je ne fais pas de prédiction, on verra bien. Mais si une chose peut tuer Facebook, c’est bien l’environnement toxique qu’il génère lui-même.

By the way Vac, content de te revoir, mais une chose : Snapchat, c’est p’us « cool ». C’est justement une app qui est en train de mourir. ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Perso Facebook je m'en branle, même pour une entreprise nous avons de meilleurs résultats avec Twitter, Instagram, etc. Il faut dire qu'on fait surtout dans l'adulte, donc ce n'est pas représentatif. 

Je trouve Facebook utile, mais j'ai hâte à la prochaine étape. De nos jours, c'est devenu obsolète. Et côté marketing, c'est pas mal Pay-to-play sinon tu as zéro visibilité. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

21DCAA04-21EE-44B3-8CAF-33D1DB87253D.gif.2399c593ec65fc7a3d82e01f160fdd67.gif

 

J’ai passé la semaine à me demander comment punir ce techno bro.

Comment ça se fait qu’il est en position quasi monopolistique ?

Je pourrai fermer mon compter demain matin.

Mieux je pourrai encourager des gens à faire cela, mais je ne suis pas un influenceur.

D’où mon statut quo. 

À force de filtrer tout le contenu de mon fil d’actualité, il n’est resté que poussière.

C’est devenu un gros Who's Who.

Je me balade de profil en profil de temps en temps pour voir ce que j’ai manqué ce qui a changé.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 02/04/2018 à 19:25, Echelon a dit :

En passant, les médias n’ont pas investi Facebook avec enthousiasme parce que ce serait une plateforme idéale pour faire circuler leur contenu. Avec les plus récents algorithmes, ce n’est tout simplement pas le cas. Ils se sont sentis obligés de s’y joindre parce que c’est là que les paires d’yeux sont maintenant et qu’une guerre pour l’attention fait rage. (On parle de Facebook, mais les médias ont aussi investi d’autres réseaux sociaux parce qu’ils doivent jouer du coude partout en espérant être vus le plus possible.)

Je suis pas si sûr de ton analyse. Les changements au fil d'actualité qui défavorisent les Pages (donc les médias) sont tout récents. Les médias avaient investi Facebook bien avant, et jusqu'à la fin de l'an dernier ils pouvaient certainement tirer leurs épingles du jeu (les gros, s'entend). Ils y trouvaient (une partie de) leur compte. La baisse de revenus publicitaires des quotidiens, par exemple, est d'ailleurs bien antérieure à la montée de Facebook comme plateforme «totalisante».

À en croire cet article, des médias français – qu'on décrit justement comme très enthousiastes par rapport aux possibilités de la plateforme – ont profité de sommes d'argent importantes de Facebook pour produire du contenu (plus de 100 000 euros par mois pour certains apparemment). La plateforme est était un atout pour eux. C'est à se demander pourquoi Facebook a opéré des changements qui nuisent aux Pages. J'ai du mal à croire que les médias se sont rués sur la commandite de contenus pour retrouver un même niveau de visibilité.

Pour résumer : j'ai peut-être mal compris, mais tu sembles dire que les grands médias sont allés sur les médias sociaux à contrecœur seulement. À mon humble avis, je pense qu'ils y sont allés parce qu'ils s'y ont vu la possibilité d'augmenter leur visibilité et le nombre de visiteurs sur leurs sites (ça joue sur les pubs), tout en espérant fidéliser un lectorat numérique. Ils avaient un vrai gain à faire (mais certainement pas suffisant), dans un contexte où ils étaient en perte de vitesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×