Aller au contenu
Kapouchet

Depotoir's Got Talent

Déchet(s) recommandé(s)

Il y a 11 heures, Cheval a dit :

bro

Ic5nmPt.jpg

T'as quand même bien évolué. Au moins t'as ton style, que je nommerai le style "dumbo sous alcool"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 12/04/2018 à 20:52, Esch a dit :

Hum... je ne me vois pas plus brillant que les autres. Avec la médication que je prends, j'ai perdu énormément en créativité (qui était peut-être un de mes points forts à l'époque, je crois) et la belle plume qu'on me reconnaissait (appelons ça un talent d'écriture pour se prêter au jeu) en a souffert considérablement.

Anecdote à mon sujet n'ayant pas vraiment rapport : j'ai encore 3 ou 4 valises pleines de bouts de papier et de cahiers Canada remplis de bord en bord sur lesquels j'écrivais tout ce qui me passait par la tête; des écrits courts et plus longs... parfois simplement des aphorismes, des vers, des textes d'écriture automatique, des idées de récits (contes, nouvelles, pièces de théâtre, peintures, photos, etc.), et d'autres fois des projets de plus grande envergure, entamés jusqu'au tiers ou à la moitié environ mais rarement terminés. Je me souviens avoir été si intense que sur mes heures de travail, j'allais me cacher dans les toilettes pour écrire. 

Bref... les flashs de génie se font plus rares dorénavant, mais au moins, j'arrive à fonctionner en société.

 

Il m'est arrivé la même chose. Je noircissais des pages entières de prose et de toute sorte de trucs (je dirais presque géniaux), j'avais des projets gradioses. Maintenant que la médication a fait de moi un membre productif et stable de la société... LE NÉANT.

J'suis contente d'être heureuse et de ne plus être tourmentée, mais j'suis un peu triste en même temps d'avoir perdu ce qui m'animait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me dit que je devrais peut être prendre de la médication, au moins moi aussi j'aurais un excuse... =\ 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu ne sais pas de quoi tu parles Gamin, la médication (du moins les antidépresseurs et les antipsychotiques) inhibent réellement la créativité. Ce n'est pas une excuse.

Les antipsychotiques sont des inhibiteurs de dopamine. La dopamine en excès dans le cerveau permet à l'imagination d'exploser et de créer des liens où il n'y en a habituellement pas, de là la facilité aux gens en manie ou aux psychotiques d'écrire et de devenir des ''machines'' à poésie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'était pas une pique, et je suis conscient de ce que tu dit.

Pour détailler ma remarque, je disais juste que je suis un de ceux qui noircissait des cahiers et qui passait entre les lattes interdimensionnels tellement il vibrait rapidement, et ça s'est éteint avec le temps. Cependant de mon côté je n'ai pas de raison précise. 

C'est un peu une remarque naïve à la "j'aurais souhaité le drame, ça aurait expliqué mon malheur".

D'un autre côté ça me fait penser aussi à un de mes ami bipolaire qui maudissait sa condition chaque fois qu'il faisait froid ou chaque fois qu'il avait une peine d'amour. Le fait de lui dire: "c'est normal" avait tendance à le calmer et lui rappeller que tout n'a pas à être ramener à sa condition.

Je dit pas que ça doit être le cas maintenant, et je suis 100% d'accord sur l'influence de la médication, c'est seulement un rappel que même sans médication c'est possible de devoir lutter pour conserver sa créativité. On vieilli après tout. 

Mais je me moque pas de toi, je me moquais de moi et de ma paresse, en réalité. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 41 minutes, Chicken of the infinite a dit :

Il m'est arrivé la même chose. Je noircissais des pages entières de prose et de toute sorte de trucs (je dirais presque géniaux), j'avais des projets grandioses. Maintenant que la médication a fait de moi un membre productif et stable de la société... LE NÉANT.

J'suis contente d'être heureuse et de ne plus être tourmentée, mais j'suis un peu triste en même temps d'avoir perdu ce qui m'animait.

il y a 17 minutes, Chicken of the infinite a dit :

Tu ne sais pas de quoi tu parles Gamin, la médication (du moins les antidépresseurs et les antipsychotiques) inhibent réellement la créativité. Ce n'est pas une excuse.

Les antipsychotiques sont des inhibiteurs de dopamine. La dopamine en excès dans le cerveau permet à l'imagination d'exploser et de créer des liens où il n'y en a habituellement pas, de là la facilité aux gens en manie ou aux psychotiques d'écrire et de devenir des ''machines'' à poésie.

Eh boy, on a eu vraiment le même parcours alors. Je suis soulagé de ne pas être le seul.

Tu n'as rien trouvé pour mitiger cet effet indésirable de la médication et pour retrouver un peu de ta créativité perdue? Expérimenter avec une autre molécule par exemple? De mon côté, je cherche encore.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous me donnez l'impression que la société se prive de talents à coups de pilules. 

Et si vous réduisiez les doses un peu, est-ce que vous retomberiez dans des états trop instables/psychotiques?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Esch a dit :

Eh boy, on a eu vraiment le même parcours alors. Je suis soulagé de ne pas être le seul.

Tu n'as rien trouvé pour mitiger cet effet indésirable de la médication et pour retrouver un peu de ta créativité perdue? Expérimenter avec une autre molécule par exemple? De mon côté, je cherche encore.

Honnêtement, j'ai eu énormément de peine d'avoir perdu une partie de moi-même et j'ai juste fini par me résigner à mon sort et essayer d'apprécier d'autres aspects de ma personne et de la vie. Je vivais pour l'art et maintenant je dois vivre pour autre chose et accepter que je ne serai plus jamais comme avant. C'est le prix que j'ai à payer pour éviter une vie tragique de folie et de malheur. Je crois encore être capable d'avoir certaines idées et de faire de la peinture, mais la facilité n'est plus là... Je dois travailler plus fort pour arriver à quelque chose.

Avant, ça tombait direct du ciel à mon cerveau comme si j'étais foudroyée par l'inspiration. Maintenant, je dois faire des efforts et creuser, m'appliquer. Comme tout le monde.

Je dois accepter que le génie s'est fait la malle, que les mots ne viennent plus.

Pour ce qui est d'expérimenter avec d'autres molécules c'est du essai/erreur, mais sache qu'avec toute stabilité il n'y a pas une énorme place pour la créativité et que tu as un choix à faire entre la folie et le calme. C'est toi qui voit et qui sait ce qui te convient le mieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 43 minutes, Grrrreat!™ a dit :

Vous me donnez l'impression que la société se prive de talents à coups de pilules. 

Et si vous réduisiez les doses un peu, est-ce que vous retomberiez dans des états trop instables/psychotiques?

En fait, moi je ne prends pas d'antipsychotiques, mais avec le médicament que je prends (du Vyvanse), j'ai essayé toutes les doses possibles, de 30mg (dose minimale) jusqu'à 70mg (dose maximale), et le résultat est à peu près le même, sauf pour l'insomnie qui devient presque impossible à gérer avec les plus fortes doses. J'ai lu dans un autre sujet que tu as tenté le Vyvanse toi aussi et que ça te rendait agressif... eh bien, c'est exactement ce qu'a vécu mon frère. Moi, ça ne m'a pas rendu agressif cependant, et c'est le médicament que je prends à tous les matins depuis plusieurs années.

Si je diminue ma dose, je dois me battre avec un foutu symptôme dégueulasse de brouillard mental (brain fog) qui m'empêche de fonctionner. Littéralement, ça m'empêche de sortir de ma chambre, et mes activités sont réduites au minimum. Je reste là à faire le pauvre cinglé dans mon lit, et prendre ma douche me demande un effort surhumain. Les symptômes sont similaires à ceux d'une dépression, tu me diras. C'est ce que j'ai cru aussi. Alors j'ai tenté un antidépresseur tout seul (Effexor), mais malheureusement, le brouillard mental est demeuré, et j'ai dû repartir à la case de départ. Ensuite, on a essayé de coupler le Vyvanse à l'Effexor, mais il y a eu une interaction entre les deux médicaments et le brouillard mental est encore une fois revenu.

Ma qualité de vie a été incroyablement améliorée par le Vyvanse, mais ouin... pour te donner une idée, je ne me souviens jamais plus de mes rêves au sortir de mon sommeil tellement ce médicament a mis un choke sur ma créativité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 42 minutes, Chicken of the infinite a dit :

Honnêtement, j'ai eu énormément de peine d'avoir perdu une partie de moi-même et j'ai juste fini par me résigner à mon sort et essayer d'apprécier d'autres aspects de ma personne et de la vie. Je vivais pour l'art et maintenant je dois vivre pour autre chose et accepter que je ne serai plus jamais comme avant. C'est le prix que j'ai à payer pour éviter une vie tragique de folie et de malheur. Je crois encore être capable d'avoir certaines idées et de faire de la peinture, mais la facilité n'est plus là... Je dois travailler plus fort pour arriver à quelque chose.

Avant, ça tombait direct du ciel à mon cerveau comme si j'étais foudroyée par l'inspiration. Maintenant, je dois faire des efforts et creuser, m'appliquer. Comme tout le monde.

Je dois accepter que le génie s'est fait la malle, que les mots ne viennent plus.

Pour ce qui est d'expérimenter avec d'autres molécules c'est du essai/erreur, mais sache qu'avec toute stabilité il n'y a pas une énorme place pour la créativité et que tu as un choix à faire entre la folie et le calme. C'est toi qui voit et qui sait ce qui te convient le mieux.

Bordel que ça me fait mal de lire ça, mais je pense que tu as sans doute raison.

J'ai lu un peu sur les béta-bloquants, et je me dis que c'est peut-être une dernière piste à explorer avant de dire adieu pour toujours à l'effervescence et à la créativité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 17 minutes, Esch a dit :

Bordel que ça me fait mal lire de lire ça, mais je pense que tu as sans doute raison.

J'ai lu un peu sur les béta-bloquants, et je me dis que c'est peut-être une dernière piste à explorer avant de dire adieu pour toujours à l'effervescence et à la créativité.

Et dit toi qu'il n'y a pas que ça dans la vie... La vie on peut la vivre. Ce n'est pas tragique de ne rien produire ou de ne pas laisser sa marque.

Je voulais à tout prix publier jadis ou qu'on voit mes toiles et j'ai fini par me dire que je n'ai rien à prouver ou à dire à personne. Je n'ai plus envie de partager mon monde intérieur parce que ça ne sert à rien. Je ne suis qu'un être humain qui n'a rien à dire aux autres humains.

Je parie que beaucoup de gens qui auraient des choses intéressantes à dire ont choisi de se taire.

Tu peux toujours emporter ton dialogue intérieur dans la tombe et ça ne changera rien. Poussière, nous ne sommes que poussière.

 

---------

 

Mais créer c'est sûr que c'est l'fun on peut toujours le faire pour soi-même by the way.

J'disais ça de même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Esch J'ai eu droit au même protocole  Effexor/Vyvanse et les deux sont désormais rayés de ma liste. Les deux ont tué ma flamme à leur façon.

As-tu essayé les méthylphénidates (ritalin, biphentin, concerta)? Si je compare avec la Vyvanse, mon expérience avec le Biphentin est beaucoup plus agréable. Ça réduit tout de même la créativité, mais dans mon cas, elle est un peu mieux canalisée que sans médicaments.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 16 minutes, Grrrreat!™ a dit :

@Esch J'ai eu droit au même protocole  Effexor/Vyvanse et les deux sont désormais rayés de ma liste. Les deux ont tué ma flamme à leur façon.

As-tu essayé les méthylphénidates (ritalin, biphentin, concerta)? Si je compare avec la Vyvanse, mon expérience avec le Biphentin est beaucoup plus agréable. Ça réduit tout de même la créativité, mais dans mon cas, elle est un peu mieux canalisée que sans médicaments.

Ah, vraiment? Je vais en parler à mon médecin certainement. Merci pour ça. :)

@Chicken of the infinite En rationalisant, j'arrive aux mêmes conclusions. Mais d'un autre côté, en accédant son côté mégalo, on peut se faire croire que le potentiel pour se détacher de la masse est bel et bien présent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai qu'un seul talent... Celui d'avoir l'air d'avoir du talent mais que dans le fond, jen ai pas.

À part le susmentionné bien sûr!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 31 minutes, Verrat a dit :

Je n'ai qu'un seul talent... Celui d'avoir l'air d'avoir du talent mais que dans le fond, jen ai pas.

À part le susmentionné bien sûr!

Donc t'as un gros pénis dont tu sais très bien te servir et que t'aime faire sucer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, FosseAsceptique a dit :

Donc t'as un gros pénis dont tu sais très bien te servir et que t'aime faire sucer

Honnêtement, j'ai apprécié la profondeur de ta blague (oh), mais on voit que t'as passé trop de temps dessus (ah).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 19/04/2018 à 13:33, Chicken of the infinite a dit :

Tu ne sais pas de quoi tu parles Gamin, la médication (du moins les antidépresseurs et les antipsychotiques) inhibent réellement la créativité. Ce n'est pas une excuse.

Les antipsychotiques sont des inhibiteurs de dopamine. La dopamine en excès dans le cerveau permet à l'imagination d'exploser et de créer des liens où il n'y en a habituellement pas, de là la facilité aux gens en manie ou aux psychotiques d'écrire et de devenir des ''machines'' à poésie.

 

Le 19/04/2018 à 14:25, Esch a dit :

En fait, moi je ne prends pas d'antipsychotiques, mais avec le médicament que je prends (du Vyvanse), j'ai essayé toutes les doses possibles, de 30mg (dose minimale) jusqu'à 70mg (dose maximale), et le résultat est à peu près le même, sauf pour l'insomnie qui devient presque impossible à gérer avec les plus fortes doses. J'ai lu dans un autre sujet que tu as tenté le Vyvanse toi aussi et que ça te rendait agressif... eh bien, c'est exactement ce qu'a vécu mon frère. Moi, ça ne m'a pas rendu agressif cependant, et c'est le médicament que je prends à tous les matins depuis plusieurs années.

Si je diminue ma dose, je dois me battre avec un foutu symptôme dégueulasse de brouillard mental (brain fog) qui m'empêche de fonctionner. Littéralement, ça m'empêche de sortir de ma chambre, et mes activités sont réduites au minimum. Je reste là à faire le pauvre cinglé dans mon lit, et prendre ma douche me demande un effort surhumain. Les symptômes sont similaires à ceux d'une dépression, tu me diras. C'est ce que j'ai cru aussi. Alors j'ai tenté un antidépresseur tout seul (Effexor), mais malheureusement, le brouillard mental est demeuré, et j'ai dû repartir à la case de départ. Ensuite, on a essayé de coupler le Vyvanse à l'Effexor, mais il y a eu une interaction entre les deux médicaments et le brouillard mental est encore une fois revenu.

Ma qualité de vie a été incroyablement améliorée par le Vyvanse, mais ouin... pour te donner une idée, je ne me souviens jamais plus de mes rêves au sortir de mon sommeil tellement ce médicament a mis un choke sur ma créativité.


J'ai vécu ca sous Pro- Risperidone, quand je suis arrivé à ma ''bonne dose'', c'était le néant, exactement comme Esch décris. Ca marchait tellement bien, que j'avais plus aucune émotion, positive, négative, etc, un vrai zombie, j'ai du arrêter la photos pendant 3-4 mois facile. Ca ma foutu la chienne, j'ai arrêté mes pilules progressivement, j'en prends plus, mais j'ai un bon système d'appui. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, FosseAsceptique a dit :

Donc t'as un gros pénis dont tu sais très bien te servir et que t'aime faire sucer

Je ne suis pas vite vite comme Esch, s'il y avait une joke je ne l'ai pas catché... 

Et je me demande si on ses déjà rencontrer ? Comment sais-tu? 

Image result for pig wink gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, Verrat a dit :

Je ne suis pas vite vite comme Esch, s'il y avait une joke je ne l'ai pas catché... 

Et je me demande si on ses déjà rencontrer ? Comment sais-tu? 

 

Suce-mentionné. C'était que ça.

Pis non j'ai pas passé de temps sur ce jeu de mot de merde... C'est un talent inné!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×