Aller au contenu

Recommended Posts

Des adeptes de la photographie de rue parmi nous ?

J'ai cru comprendre que le portrait en studio/environnement contrôlé est très prisé chez les photographes du Dépotoir. Mais les clichés candides en milieu urbain, ça vous branche ?

Faites-vous souvent de la street ? Avez-vous une philosophie/approche particulière lorsque vous arpentez les rues ? Quel plaisir en retirez-vous ? Lui voyez-vous un rôle, un objectif ? Avez-vous des photographes de rue préférés ? Des inspirations ?

N'hésitez pas à partager vos trucs et astuces, tant qu'à y être. Et vos shots préférées, aussi, sans vouloir bien sûr cannibaliser le sujet sur nos talents de photographes.

Et c'est quoi, votre joujou préféré pour ce type de photo ?

---

Je ne fais pas de photo de rue depuis longtemps (je ne fais pas de photo depuis longtemps tout court), mais j'en retire déjà un énorme plaisir. J'essaie de sortir à chaque fois que j'ai un creux dans ma semaine (ce qui est malheureusement plutôt rare). Je me suis donné comme objectif d'explorer Montréal cet été, d'aller là où je n'ai jamais mis les pieds encore.

Ce que ça m'apporte ? Je trouve ça apaisant, bien que ça puisse être stressant/gênant par moments. Prendre le temps de composer une image, trouver de la lumière intéressante et attendre qu'un sujet vienne terminer le tableau, je trouve ça tout simplement thrillant. C'est un peu ralentir le temps, combattre le rythme accéléré du quotidien. Je ne me considère pas du tout comme un photographe, mais j'essaie de me démarquer du « preneur d'images » qu'est devenu un peu tout le monde à l'ère des téléphones intelligents. Et quand tous les éléments s'alignent et que la shot est à mon goût, la satisfaction est instantanée. Comme une drogue.

Côté philosophie, j'essaie de toujours avoir une personne dans le cadre. Pour moi, par définition, la photo de rue implique des êtres humains. Ça m'empêche pas de trouver du beau dans l'architecture, mais c'est autre chose. Je me plais à croire que je documente mon époque (qui sait ?).

Et vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a un aspect comtemplatif à la photo de rue qui m'attire. C'est un loisir que j'aimerais pratiquer, quand mon portefeuille me fera signe. Dans la pratique, je ne vois pas la rue de la même façon que toi, je concentrerais mon attention sur les cicatrices, les traces du temps, les blessures cachées, les déchirures des quartiers. Pour moi, l'être vivant est "la rue".

J'ai hâte de voir les réponses de nos précieux photographes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 18 minutes, Grrrreat!™ a dit :

Il y a un aspect comtemplatif à la photo de rue qui m'attire. C'est un loisir que j'aimerais pratiquer, quand mon portefeuille me fera signe. Dans la pratique, je ne vois pas la rue de la même façon que toi, je concentrerais mon attention sur les cicatrices, les traces du temps, les blessures cachées, les déchirures des quartiers. Pour moi, l'être vivant est "la rue".

J'ai hâte de voir les réponses de nos précieux photographes.

J’aime bien ton point de vue. L’idée du vécu de la rue, des quartiers, des milieux de vie.

Peut-être me suis-je mal exprimé en fait. Je ne voulais pas dire que l’humain prend toute la place dans mon approche. Il est la plupart du temps dans un décor et c'est la combinaison des deux qui crée un tout, une histoire si on veut.

Parfois, je peux m’installer devant un de ces décors dont tu parles, une infrastructure qui en elle-même dit quelque chose, mais je vais quand même attendre que quelqu’un passe dans le frame. Sinon, du moins pour moi, ça peut donner l’impression que c’est un lieu inhabité. Sauf si ce qui doit être montré est l’aspect déserté d’un lieu, je préfère attendre que de la vie apparaisse. Et si ça ne vient pas, tant pis, je reviendrai à un autre moment.

En passant, j’ai peut-être passé pour un prétentieux avec mon commentaire sur les téléphones, mais tu pourrais très bien faire de belles photos avec le tien (je présume que tu en possèdes un). Tu peux donc t’y mettre dès maintenant! C’est un cliché, mais: le meilleur appareil photo est celui que tu as avec toi. J’utilise d’ailleurs le mien pour tester des compositions rapidement, lorsque je n’ai pas le temps de rester sur place, et ainsi me rappeler de retourner à cet endroit plus tard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu passes pour prétentieux quoi que tu dises anyway. ;p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 48 minutes, ECHELON a dit :

Peut-être me suis-je mal exprimé en fait. Je ne voulais pas dire que l’humain prend toute la place dans mon approche. Il est la plupart du temps dans un décor et c'est la combinaison des deux qui crée un tout, une histoire si on veut.

Donc, si je comprends mieux, l'humain n'est pas central a ton approche mais plutôt une clé qui fait parler le lieu? Qui révèle le lien entre l'individu et son milieu?

Dans mon cas, je n'excluerais pas la présence de personnes dans mes photos, mais elles ne me seraient pas essentielles. Le lieu est à lui seul légitime pour moi. 

Par exemple, hier j'étais dans une ruelle à Montréal, entre Saint-Hubert et Châteaubriand. C'était une belle ruelle poquée, salie de déchets, graffitée au complet sur la gauche, puis donnant à droite sur une cours remplie de jouets et d'un module pour enfants, surplombée de balcons. Une rue vide de gens. Toute la ruelle était morne et grise, le ciel aussi. Puis de chaque côté, les couleurs de l'enfance et de la désinvolture. 

J'aurais dû prendre une photo, mais là c'est moi qui crache sur les téléphones, car je déteste prendre des photos avec mon LG. (Mais je suis d'accord, il pourrait m'aider à composer.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, Grrrreat!™ a dit :

Donc, si je comprends mieux, l'humain n'est pas central a ton approche mais plutôt une clé qui fait parler le lieu? Qui révèle le lien entre l'individu et son milieu?

Plus comme une couche, un layer de sens ajouté au cadre. Une nouvelle dimension ? Je suis à court de mots. Mais c'est loin d'être un art que je maîtrise et je n'obéis pas toujours à mes propres « règles ». Ce que je sais, c'est qu'attendre l'humain, ça forge la discipline et la patience. Ça ne veut pas dire que je vais aimer toutes mes photos ou qu'elles seront toutes satisfaisantes, mais j'aurai au moins apprécié l'expérience à chaque fois. Et ça compte tout autant pour moi.

Citation

Par exemple, hier j'étais dans une ruelle à Montréal, entre Saint-Hubert et Châteaubriand. C'était une belle ruelle poquée, salie de déchets, graffitée au complet sur la gauche, puis donnant à droite sur une cours remplie de jouets et d'un module pour enfants, surplombée de balcons. Une rue vide de gens. Toute la ruelle était morne et grise, le ciel aussi. Puis de chaque côté, les couleurs de l'enfance et de la désinvolture. 

J'aurais dû prendre une photo, mais là c'est moi qui crache sur les téléphones, car je déteste prendre des photos avec mon LG. (Mais je suis d'accord, il pourrait m'aider à composer.)

La prochaine fois, prends-la ! Essaye quelque chose, n'importe quoi. Au pire, tu la gardes pour toi et ça te donne une idée pour un autre moment. Tu étais là de toute façon, tu ne perds rien pour la prendre, cette photo.

(Merci pour tes réponses, par ailleurs.)

Il y a 13 heures, FosseAsceptique a dit :

Quel genre de rue?

Pas sûr de te suivre, Fosse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans les photos de rue(s)... j'aime l'aspect que chaque photo sera unique. Avec des gens différent. Pour ce, j'aime le médium noir/blanc. Ça rends la photo intemporelle. J'aime les reflets dans les vitres propre. J'aime le regards des gens qui semblent dans la ''lune'''. J'aime aussi les traînées de lumières la nuit...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ayoye, tes shots sont superbes, Calimero ! Et tu soulèves plusieurs points intéressants. Je ne peux pas répondre pour l'instant, travail oblige, mais j'y reviendrai demain, promis.

Merci !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, ECHELON a dit :

Pas sûr de te suivre, Fosse.

Bin chez moi, les rues c'est des rues de village ou des rangs. Ça compte tu pour de la photographie de rue?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, FosseAsceptique a dit :

Bin chez moi, les rues c'est des rues de village ou des rangs. Ça compte tu pour de la photographie de rue?

Selon wiki:

La photographie de rue (« Street Photography » en anglais) est une branche de la photographie prise en extérieur dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans des situations spontanées et dans des lieux publics comme la rue, les parcs, les plages, les grands magasins ou les manifestations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 16/04/2018 à 10:20, Calimero is dead a dit :

Je me considère plus comme une chasseuse qu'une cueilleuse en ce qui a trait a la photo de rue. Je vais rarement attendre patiemment autour d'une belle lumière ou d'un endroit donné que le personnage se pointe. J'ai plus tendance a traquer le personnage et a attendre que la situation se présente d'elle-même.  Le contraire arrive aussi, mais c'est beaucoup plus rare. 

Pas mal, l'image du chasseur vs. le cueilleur pour comparer les deux approches. En tout franchise, je pense changer un peu la mienne prochainement. Ou du moins ne pas m'en tenir à la « cueillette ». Ça me permettra peut-être d'explorer davantage.

Citation

Niveau équipement j'utilise habituellement un petit fuji x30: complètement silencieux, discret, son écran est sur charnières, je peux donc le laisser pendre a mon cou, viser puis déclencher sans que qui que ce soit ne s'en rende compte. Les shots qui en résultent sont parfois surprenantes, à cause de l'angle de prise de vue. Sinon il m'arrive également d'utiliser mon 5dM3, mais au contraire de mon fuji, il est gros et bruyant. Difficile donc de passer inaperçue. J'ai développé un technique pour ne pas me faire agresser par les gens: je les prend effrontément en photo, mais quand je relève la tête et que je décolle l'oeil du viseur, je regarde un peu à leur droite ou a leur gauche. Résultat: ils sont tout fourrés, ils pensent que je viens de poser le monument derrière eux ou quelque chose d'autre. Ensuite je me taille avant qu'ils comprennent. Infaillible, je n'ai jamais eu de problème depuis que je fais ça.
Je vais maintenant essayer de shooter en moyen format, avec mon GFX. J'attend juste d'avoir ma Fujinon 45mm, là j'ai juste une 63 et le champs est pas assez large pour de la rue. 

C'est moi ou Fuji produit des caméras idéales pour la photo de rue ? (Pas que ça, on s'entend.) Ma première caméra était une Canon 60D. C'est avec elle que j'ai appris la triangle d'exposition, disons. Mais je ne la sortais pas souvent à cause de sa taille. Il me fallait trouver une caméra que je pourrais trimbaler sur moi en tout temps et mon choix s'est arrêté sur la X100T. Un bijou, je l'ai adorée. En fait, je suis tombé amoureux de tout l'écosystème Fuji avec elle. Et pour faire une histoire courte, je me retrouve aujourd'hui avec une X-T2. Je viens aussi d'acheter une Sony full-frame, mais je doute un jour me défaire complètement de mon kit Fuji.

J'aime bien ta technique pour mêler ton sujet aussi. Shoot from the hip a toujours été la meilleure solution pour moi, du moins avec la X100T (même si c'était vraiment à l'aveugle). Au pire, les gens se demandent pourquoi je tiens ma caméra bien droite sur mon ventre. Avec la X-T2 je peux maintenant au moins regarder sur un écran pour m'assurer que je cadre correctement. Anecdote : j'étais dans une station de métro avec une X-E2S (dont l'obturateur mécanique fait un bruit dégueu) et je voulais photographier la voie, avec les lumières et le tunnel au bout, bref, des lignes. Une fille qui me fait dos à ma gauche (alors que je pointe sur ma droite, elle est clairement hors-cadre) se retourne et me lance, dégoûtée: « Did you just take a picture of me !? ». Je suis peut-être juste malchanceux, remarque.

Pour ce qui est du moyen format, ce serait quoi l'avantage par rapport aux autres capteurs, pour de la photo de rue ? Je me doute que la qualité d'image sera difficile à égaler, mais est-ce que ça vaut la perte de discrétion ? Ou t'es rendue à un point où ça ne te dérange plus ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le sujet est intéressant.  J'éprouve un vif désir de me prêter au jeu à vous lire...  puis je me rappelle que malheureusement pour moi, le bruit qu'occasionne le déclic de l'obturateur de mon 6D pourrait probablement se faire entendre par les passagers qui attendent le métro à la station suivante.  Je m'imagine tous ces beaux moments où je devrais m'affubler d'une attitude faussement éhontée pour expliquer aux gens que je fais cela au nom de l'a-r-t.

 

Ça va être un bel été, je le sens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’avais des emplettes à compléter au centre-ville aujourd’hui et j’ai décidé d’en profiter pour me sortir de mes habitudes (j’ai même une photo sans humain !).

Le mauvais temps rendait pas mal inutile la quête d’une bonne lumière, alors je me suis mis plutôt en mode run and gun, ou « chasseur » pour reprendre l’image de Calimero. De toute façon, il faisait froid et pleuvait/neigeait, alors je ne voulais pas vraiment y mettre plus qu’une heure.

Beaucoup de premières aussi.

Première fois que je sors la Sony depuis que je l’ai achetée la semaine dernière. Première fois que je shoot aussi large, avec une 28mm sur un full-frame, et je me suis limité à ce seul objectif. Première fois que je shoot en noir et blanc aussi (oui oui, une première fois !). Je trouvais que la grisaille s’y prêtait bien. Mais étant habitué aux couleurs, j’ai ben du mal à apprécier mes photos.

J’ai essayé d’introduire du mouvement sur certaines d’entre elles, mais ça n’a pas toujours bien fonctionné.

RSP0Jw0.jpg

iCsAvPM.jpg

4fxmvUZ.jpg

vYxdtIz.jpg

thA4adn.jpg

IVNKxDn.jpg

kfpNxtT.jpg

bn5WIXb.jpg

wDY7p6z.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Carlos Crasseux a dit :

Le sujet est intéressant.  J'éprouve un vif désir de me prêter au jeu à vous lire...  puis je me rappelle que malheureusement pour moi, le bruit qu'occasionne le déclic de l'obturateur de mon 6D pourrait probablement se faire entendre par les passagers qui attendent le métro à la station suivante.  Je m'imagine tous ces beaux moments où je devrais m'affubler d'une attitude faussement éhontée pour expliquer aux gens que je fais cela au nom de l'a-r-t.

 

Ça va être un bel été, je le sens.

Si ça peut te convaincre d'au moins essayer avec ta 6D : commence par le centre-ville, ou n'importe quel endroit avec beaucoup d'action. Non seulement t'auras moins de mal à y trouver quelque chose d'intéressant à photographier, mais tout le bruit autour de toi va enterrer ton shutter. Le seul indice qui trahira ton geste sera le fait que t'as ton appareil au niveau de ton oeil, mais rendu là le petit truc de Calimero peut t'aider. Ah, et on surestime deux choses : 1. la quantité de gens qui portent attention à ce qu'on fait (on s'imagine trop souvent que tout le monde nous regarde) et; 2. le nombre de fucks given par les gens qui nous remarquent.

J'ai eu droit à quelques sourires aujourd'hui, sans plus. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ECHELON je trouve que tu as un bon oeil pour le centre du cadre. Dans le sens où ça reste dynamique, avec les diagonales ou le mouvement. La 28mm aide dans ce cas parce que l'environnement est toujours structurant. C'est pas mauvais!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Drôle, j'ai regardé le documentaire Finding Vivian Maier aujourd'hui (une nanny qui était photographe de rue, dont tout le monde ignorait l'existence). Quelqu'un d'autre à vu? N'ayant pas de connaissance dans le domaine ma pertinence s'arrête pas mal à : "c'était nice". 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui je l'ai vu. C'était nice.

Je vais prétendre rester plus pertinent que Gamin en laissant ici un slideshow de ses photos en noir et blanc avec de la musique à faire pleurer.

Je n'y connais rien à la photo, mais il y a quelque chose de sublime dans les captures de Vivian.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 23 heures, ECHELON a dit :

C'est moi ou Fuji produit des caméras idéales pour la photo de rue ? (Pas que ça, on s'entend.) Ma première caméra était une Canon 60D. C'est avec elle que j'ai appris la triangle d'exposition, disons. Mais je ne la sortais pas souvent à cause de sa taille. Il me fallait trouver une caméra que je pourrais trimbaler sur moi en tout temps et mon choix s'est arrêté sur la X100T. Un bijou, je l'ai adorée. En fait, je suis tombé amoureux de tout l'écosystème Fuji avec elle. Et pour faire une histoire courte, je me retrouve aujourd'hui avec une X-T2. Je viens aussi d'acheter une Sony full-frame, mais je doute un jour me défaire complètement de mon kit Fuji.

Fuji c'est la vie.
La conception de ces petites bêtes-là en font les outils parfaits pour la photo de rue. La discrétion, l'ergonomie.. Mais surtout le rendu des images, puisque Fuji a "by-passé" le passe-bas (filtre couleur) de leurs capteur pour obtenir plus de piqué et une meilleure plage dynamique sur toute la série X. J'ai accès à pas d'équipement que je peux tester à ma guise (Canon, Nikon, Sony..)  et rien n'accote Fuji, du moins pour mes besoins à moi. 

Il y a 23 heures, ECHELON a dit :

Pour ce qui est du moyen format, ce serait quoi l'avantage par rapport aux autres capteurs, pour de la photo de rue ? Je me doute que la qualité d'image sera difficile à égaler, mais est-ce que ça vaut la perte de discrétion ? Ou t'es rendue à un point où ça ne te dérange plus ? 

Outre la qualité d'image beaucoup trop fuck top, ce qui me plait dans le moyen format c'est le rendu ultra "crémeux" du bokeh. J'ai tendance a pas mal toujours shooter à ma plus grande ouverture, histoire de détacher le sujet du fond. Avec le GFX le rendu est tellement "dreamy", c'est hallucinant. La gestion des ISO est également un gros plus, on peut monter a des niveaux stratosphérique et le bruit reste minime. 
Et niveau discrétion, il reste plus discret que mon 5D. Beaucoup moins bruyant, plus léger de 30 gr (pas de miroir, yayyy) et pas beaucoup plus gros.
Point négatif: Je dois avouer que je suis un peu plus peureuse d'aller me promener dans certains quartiers avec un appareil qui vaut le prix d'un petit char autour de mon cou.

Il y a 23 heures, ECHELON a dit :

J'aime bien ta technique pour mêler ton sujet aussi. Shoot from the hip a toujours été la meilleure solution pour moi, du moins avec la X100T (même si c'était vraiment à l'aveugle). Au pire, les gens se demandent pourquoi je tiens ma caméra bien droite sur mon ventre. Avec la X-T2 je peux maintenant au moins regarder sur un écran pour m'assurer que je cadre correctement. Anecdote : j'étais dans une station de métro avec une X-E2S (dont l'obturateur mécanique fait un bruit dégueu) et je voulais photographier la voie, avec les lumières et le tunnel au bout, bref, des lignes. Une fille qui me fait dos à ma gauche (alors que je pointe sur ma droite, elle est clairement hors-cadre) se retourne et me lance, dégoûtée: « Did you just take a picture of me !? ». Je suis peut-être juste malchanceux, remarque.

Ouin y'aura toujours des gens méfiants, même si tu n'as aucune intention de les photographier. Je fais particulièrement attention quand il y a des enfants, les parents peuvent vite se montrer agressifs quand leur progéniture est dans les parages et je peux comprendre. J'ai quand même l'impression que le fait que je sois une femme m'aide beaucoup a se niveau là, les gens ne me voient pas comme une menace potentielle. 


__________________________________________


Et pour tes images je rejoins Commissaire, j'aime beaucoup tes compos! Les situations sont intéressantes, il se passe quelque chose.
Shooter en noir et blanc c'est très different que de shooter en couleur, un petit billet sympa sur le sujet: http://bernardjolivalt.blog.lemonde.fr/2014/02/12/noir-et-blanc-couleur/

_________________________________________
 

Il y a 11 heures, Gamin a dit :

Drôle, j'ai regardé le documentaire Finding Vivian Maier aujourd'hui (une nanny qui était photographe de rue, dont tout le monde ignorait l'existence). Quelqu'un d'autre à vu? N'ayant pas de connaissance dans le domaine ma pertinence s'arrête pas mal à : "c'était nice". 

Ce documentaire est vraiment très chouette. Vivian était une photographe incroyable, elle n'a absolument rien a envier aux Evan, Doisneau et autres Cartier-Bresson de ce monde. Son sens de la situation, du moment.. ça a quelque chose de triste de se dire qu'elle n'a jamais vu certaines de ses images, vu qu'elles n'étaient même pas développées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai toujours trouvé la lumière intéressante autour de la station Villa-Maria. J'étais pressé, mais j'ai pas pu m'empêcher de m'arrêter pour un cliché rapide.

55C9N3b.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×