Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Je pense que c'est plus profond que ça. Le déni de la douceur de la plupart des femmes est un combat contre la nature qui crée beaucoup de frustrations.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si jpeg me call out pour detourner les sujets a propos du Dep', il y a pas de raisons qu'on encourage un autre membre faire de meme.

 

Je trouve vraiment deplacé de cracher sur le feminisme dans un thread qui parle des incels. Je suis pas la seule personne a voir pourquoi c'est foutrement malaisant? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wow victimisation 101

Pourquoi ce serait malaisant ? Les incels sont considérés par certains comme une réponse au féminisme. C'est pas comme si le parallèle n'était pas apparu sur les pages précédentes.

Et la seule à avoir attaqué quelqu'un en particulier, c'est toi. <3

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, il faudrait t'éduquer. Le féminisme est une doctrine. Critiquer une doctrine, à laquelle ne s'identifient pas toutes les femmes, ne revient pas à critiquer l'ensemble des gens que cette doctrine croit représenter, ni à justifier des agressions.

T'as beaucoup de mal avec des concepts très simples quand même.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, La Tsarine a dit :

Le problème c'est de se faire dire ce qu'on devrait être, en tant que femme.

Voilà, c'est ça qui est choquant. Et aussi de devoir l'expliquer.

Il y a 1 heure, Daleko a dit :

Le déni de la douceur de la plupart des femmes est un combat contre la nature qui crée beaucoup de frustrations.

Nanmé y'a aucun déni de la douceur, y'a refus de DEVOIR être douce et c'est tout, point. Je mords quiconque essaye de me dire comment me comporter, pour autant je peux être douce en beaucoup de circonstances, mais seulement avec envie et plaisir, sans contrainte et en confiance, donc pas forcément avec le premier clampin venu (encore que... infpt j'me souviens plus les lettres..^^)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, on n'a pas le droit de te dire comment te comporter. On n'en a probablement pas besoin non plus puisque la douceur est dans ta nature.

L'une des clés du bonheur est de s'accepter. Celles qui luttent finissent mal (cheveux bleus, dépression, etc.)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Daleko a dit :

Wow victimisation 101

Pourquoi ce serait malaisant ? Les incels sont considérés par certains comme une réponse au féminisme.

Tu n'es pas en train de légitimiser le mouvement incel?!

Ça me rend véritablement mal à l'aise.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, TénèbresFruitées a dit :

Tu n'es pas en train de légitimiser le mouvement incel?!

Ça me rend véritablement mal à l'aise.

Étant jeune, elle a trop lu Incel et Grételle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, TénèbresFruitées a dit :

Tu n'es pas en train de légitimiser le mouvement incel?!

Ça me rend véritablement mal à l'aise.

Plus exactement,elle decredibilise le feminisme a coup de and hominem. 

Les incels tuent des femmes parce que ce sont des femmes ( et pas parce qu'elles sont feministes) et elle trouve pertinent de changer le sujet. 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, TénèbresFruitées a dit :

Tu n'es pas en train de légitimiser le mouvement incel?!

Ça me rend véritablement mal à l'aise.

J'aimerais connaître ton raisonnement.

Je n'ai fait que réagir, vite fait en passant, à la réaction de @ShameOnYou qui réagissait à la réaction d'un crétin qui réagissait à des actes. J'ai réagi parce que moi, ça me met mal à l'aise quand je lis/vois/entends des femmes s'insurger dès qu'on associe des femmes à la féminité.

Pour ce qui est des incels, je les considère comme les cousins attardés du masculinisme. Je pense que le masculinisme est devenu légitime à partir du moment où on a trouvé tout à fait normal de dire dans l'espace public des horreurs comme « masculinité toxique » ou qu'il fallait « déviriliser » les hommes. Reste que je pense des incels la même chose que de tous les misérabilistes,  c'est-à-dire que quand t'arrives à l'âge adulte et que tu crois encore que ce sont les autres qui t'empêchent d'avancer dans la vie, c'est que c'est toi le problème. Même dans un monde sans féministes, rempli de femmes féminines et équilibrées, les incels choperaient pas, parce que personne n'est attiré par le pleurnichage, la faiblesse et la violence.

@DASRI, arrête ton char deux minutes. C'est un long sujet auquel j'ai participé avant. Je pense pas que quand l'extrait facebook a été posté par Carlos, c'était pour avoir un long débat sur son contenu, mais bien pour obtenir des réactions.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, Daleko a dit :

quand je lis/vois/entends des femmes s'insurger dès qu'on associe des femmes à la féminité.

... quand tu interprètes que les femmes s'insurgent contre la féminité, nuance. C'est le fait encore une fois d'imposer et de limiter la femme à cette douceur soi-disant exclusivement féminine. 

Je suis une féministe féminine mais pas seulement, j'ai un côté qu'on peut qualifier de masculin (avec des traits de caractères qu'on accole plus facilement aux hommes) et j'observe souvent que tant que mon comportement colle aux stéréotypes, on ne m'emmerde pas, mais quand je décide d'être moi sans considération pour les stéréotypes, y'en a qui essaye de "me remettre à ma place"... sauf que ma place et mon comportement, c'est à moi de les définir et pas les autres (tant que je reste respectueuse des autres).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, TénèbresFruitées a dit :

Allez @Daleko, dis-moi comment devenir une vraie femme selon tes standards.

(Pour le reste, je repondrai plus tard, lorsque j'aurai quelques minutes devant moi.)

La nature se fiche des préférences. Quand on naît avec un vagin, certaines caractéristiques viennent avec notre développement naturel. Je défends une image culturelle de la femme, mais ça n'a rien à voir avec ce sujet.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hier soir, suite aux propos d'un animateur d'une station de radio bien connue pour ses dérapes, j'ai pris la liberté de discréditer son argument pro-déconfinement comme quoi ouvrir les bars ferait en sorte que la violence congugale et les féminicides diminuraient si les hommes agressifs pouvaient rejoindre leurs chums pour décompresser autour d'une bière. Il s'est rétracté rapidement lorsque je lui ai mentionné que souvent les sévices sont plus attroces dû à l'alcool. (Je n'irai pas dans les détails, vous avez suffisamment d'imagination pour avoir une idée...)

Je ne suis pas une grande féministe, en fait j'ai vécu dans une famille misogyne, alors c'était très mal vu pour une femme d'apprécier les activités masculines. Donc, puisque je suis soumise et douce, j'ai décidé d'écouter mon papa qui me conseillait sur comment être femme, et j'ai fait des métiers et des études dans des domaines typiquement féminins. Soit l'agriculture, la construction et la programmation informatique. On me comparait parfois à Claudia Schiffer, clairement que mon look négligé de métaleuse extrème confirmait ma consécration de mannequin international. 

Révélation

image.png.9bb0014a01420c6c2f06459716a8cc59.png

Mais comme je suis en constante contradiction, je suis réellement douce et soumise, parce que derrière ma rébellion se cache ma vulnérabilité de sauveuse. À bien y penser, c'est plutôt à ma propre personne que j'aurais dû lancer la bouée...

Que mon père me rejette, que les hommes de ma vie m'aient abusés, que je n'ai jamais été en mesure de vivre une relation saine: je n'ai en aucun temps souhaité de mal aux hommes. Autant mes maladroites tentatives d'affirmation me nuisent lorsque mes neurones s'échauffent, autant je convains d'être forte, agile et brillante lorsque j'ai l'Esprit refroidi. Et ma frustration fluctue suffisamment vers la neutralité pour être fonctionnelle malgré mon instabilité émotionnelle. Mes véritables lacunes sont que je veuille prouver aux autres ma valeur, alors que je n'ai que très peu confiance moi-même en mes capacités, et que je suis trop attentives aux besoins des hommes.

Ce n'est pas pour rien que je souhaite rester seule, je sais que je dois travailler sur ma personne. Une introspection qui bénéficierait également à ces hommes...

Je ne suis pas une grande féministe: quelle aberration! À quelque part, tu as raison @Daleko la libération des femmes est effectivement un facteur non négligeable des mouvements masculiniste et incel: conserver les vulves-servantes à leur simple utilité de femme objet. Sauf qu'il ne le justifie en rien! S'ils n'avaient pas été des stéréotypes, j'aurais pu m'affranchir sainement. S'ils n'avaient pas été des stéréotypes, n'y aurait-il plus aucun incel?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 16 heures, TénèbresFruitées a dit :

Ça me rend véritablement mal à l'aise.

gnu gnu
Debate noob

Est-ce que ça se peut que le développement du statut de la femme ait accéléré plus vite que le développement du statut de l'homme et que les incels soit comme la manifestation d'un écart comportemental?

Parce que de mon point de vue crissement pas intéressé, on dirait juste du monde qui on besoin de modèle réactualisé.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

  • Contenu similaire

    • par ---
      http://www.okcupid.com/the-dating-persona-test
      Perso j'ai eu le Last Man On Earth, le pire truc quoi.
      Faut pas le prendre à la lettre comme le MBTI (qui n'est déjà pas l'évangile) vu que c'est à vertu comico-humiliante mais c'est rigolo.
    • par Latourette
      Un excellent documentaire sur les relations amoureuses des jeunes à l’ère des réseaux sociaux et des applications de rencontres à la Tinder et Badoo. C’est un peu pathétique parfois de voir ces jeunes accros du téléphone collectionner les rencontres et consacrer autant d’énergie à leur apparence physique, pour finalement se retrouver plus seuls que jamais.
      Mais les personnages sont attachants, articulés et j’admire beaucoup le courage (ou l’insouciance) qu’ils ont eu à confier publiquement des trucs très intimes de leur vie sexuelle.
      Ça dure deux heures en deux parties sur Télé-Québec:
      L'AMOUR AU TEMPS DU NUMÉRIQUE
    • par 1984
      Chers amis d'Outre-Atlantique,
      Connaissez vous l'emission franco-belge culte Striptease ?
      Cette émission datant de 85 vise à produire des documentaires d'un genre nouveau dans lesquels les commentateurs s'effaceraient pour laisser parler les protagonistes. L’émission aborde essentiellement des passages de la vie de tous les jours (repas de famille, séance de vaisselle, la vie d’une fermière). Le spectateur peut ainsi se reconnaître dans son intimité quotidienne : « Strip-tease : l’émission qui vous déshabille ».
      Alors qu'elle avait disparu des écrans de télévision, l'émission revient le 2 juillet avec un épisode qui frappe très fort, voire trop fort.
      Attention, je vous préviens, c'est triste, et pathétique.
      http://www.youtube.com/watch?v=KzD6R3wfIQ4
      Dans cet épisode réellement dramatique appelé "Recherche bergère desespérement", on peut découvrir Damien, un jeune éleveur de mouton qu'on pourrait qualifier d'handicapé, désespément à la recherche de l'amour. Ses grands parents, et sa mère, avec qui il vit, aimeraient beaucoup le voir enfin amoureux et heureux.
      Pour l'aider, ou l'enfoncer - c'est à votre libre appréciation -, ces derniers décident de faire appel à une agence matrimoniale d'un genre nouveau: moyennant la somme de 2000€, l'agence présente Roxana, une jeune roumaine sans aucun doute agée de moins de 18 ans, à Damien, sa maman et ses grands-parents.
      Malheureusement, la jeune fille, qui ne parle pas un mot de français, à l'air incroyablement mal à l'aise(12:05).
      Malgré les nombreuses tentatives de Damien de se rapprocher de la jeune femme ( 20:01), il arrive ce qui devait inévitablement arriver:
      elle finit par repartir chez elle.
      La famille accuse le coup, mais croit néanmoins que la jeune fille reviendra (26:00) car cette dernière à laissé Damien dans le désarroi le plus total (29:40). Il menace de massacrer sa mère et de se suicider dans un moment de désespoir (30:15). En effet, celle ci a parlé de l'agence matrimoniale autour d'elle, et l'un des amis de la famille s'oppose fermement à ces mariages arrangés (qui sont évidemment dans la limite de la légalité (32:45)).
      L'agence retourne voir Damien dans sa famille et tente de les rassurer en leur indiquant de rester discret sur leurs arrangements.
      Ils sortent le champagne..
      Finalement, on apprends que Roxanna est partie en Italie avec un autre homme. La dirigeante de l'agence les aiguille vers l'idée d'un manipulateur qui aurait déjoué leur plan initial (43:00), et les hypothèses vont bon train en présence de ce pauvre Damien, impuissant et en larmes (48:30).
      --
      L'histoire est entrecoupée - un peu sans raison, je trouve- par l'histoire d'une autre femme, plus mure que Roxanna, qui cherche également un bon parti par le biais de la même agence. Celle ci se voit proposer l'incroyable:
      Devenir la femme d'un homme, 54 ans, ayant 17 chats, vivant avec sa mère, ayant été amputé d'un bras suite à un accident de tracteur, avec des problèmes psychologiques et une face boursouflée.
      Elle refuse.
      --
      L'emission est pas mal longue, sans musique, sans sous-titres, sans voix off. Juste un montage excellent qui fait la force tragico-comique de ce genre de reportage.
      J'ai donc noté les temps de chaque passage dans ma description, afin de faciliter la lecture et éviter le "too long to WATCH".
    • par Aberration
      Bon, à la demande de je ne me souviens plus quel membre, j'y vais d'un sujet sur la fameuse friend zone. Celle où probablement chacun d'entre-vous fut déjà placé à un moment ou à un autre et dans laquelle vous avez possiblement placé des gens du sexe opposé.
      Racontez-nous votre expérience, afin de nous faire comprendre à tous comment cela fonctionne et comment l'éviter, mais surtout comment éviter d'en souffrir.
      Pour ma part, je crois que, quand une personne qu'on estime et qui nous attire (et qu'on voudrait plus avec elle, bien entendu) nous catégorise ainsi, il vaut alors mieux de prendre ses distances, afin de n'en pas trop souffrir. À moins qu'on se sente à l'aise de n'être pour cette personne que son ami(e).
      Le point important, c'est que les choses soient claires. Car ce sont les choses floues et ambigües qui nous font alors espérer plus de cette personne et finalement qui nous font ressentir le plus de tristesse.
      Note aux personnes qui considèrent des ami(e)s du sexe opposé comme de simples ami(e)s et qui sentent un intérêt univoque: Même si c'est bien plaisant d'être désiré et que vous voulez garder l'amitié de l'autre, faites votre possible pour être claires. Ne laissez pas d'espoir s'il n'y en a pas. Ainsi, si cette personne est toujours intéressée à être votre amie tout en sachant qu'elle ne sera pas plus, vous même vous sentirez mieux dans cette histoire et vous viendrez de vous faire un(e) véritable ami(e). Cela dit, c'est si l'amitié gars-filles est possible, mais il s'agit d'un autre sujet...
×
×
  • Créer...