Aller au contenu
Gamin

Un Tinder pour gens déprimés?

Déchet(s) recommandé(s)

Je pensais à ça, spécialement en lisant la quantité de monde downs ces derniers jours - à croire que d'entendre le soleil rire nous rappel qu'on est pas dans sa gang pis qu'y'est surement en train de rire de nous. 

J'ai abandonné Tinder dernièrement - et le monde du dating en général - ne me sentant pas dans une phase à haute-teneur en estime-de-moi. Enfin... en réalité j'ai très haute estime de moi même, mais c'est seulement parce que mes critères de satisfactions personnels sont très bas; je doute fort que ces critères là soient partagés par les madames. Qui a envie d'un pseudo-intellectuel arrogant qui travail pas? J'aurais surement de la chance avec une étudiante de 20 ans en littérature à l'UQAM qui écrit de la poésie sur Instagram, mais approchant le trentaine juste l'idée me met le mal à l'âme, le mal à l'aise pis au cœur. Me faire appeler "daddy" durant l'act, c'est soudainement moins kinky quand ça pourrait être techniquement vrai. 

Mais le désir humain continue tout de même son crie, jamais il ne se tait, on en devient seulement sourd, engourdie. Mais le désir du contact humain, autant physique que psychique, persiste et clash avec l'espoir. 

Au fond, t'es qui sur Tinder si t'as pas une photo de toi en haut d'une montagne? Excuse-moi, mais t'as jamais été planter des arbres à Kuujjuarapik? Je t'en prie. Ton sport préféré c'est pas d'aimer la vie à temps plein comme dans une annonce de serviette sanitaire?

Comment espérer pouvoir dater, quand t'as juste le goût de répondre un "boff" sans artifices ni faux sourires quand on te demande: "Pis, toi dans la vie, comment ça va?"  

Mais bien sur que c'est possible! Y'a des gens qui aiment la sincérité. Y'a des gens qui seraient d'accord avec toi. Des gens qui sympathiseraient. Des gens qui seraient content de savoir qu'ils ne sont pas seuls, qui savent que la vie suck pour tout le monde pis que l'apparence de bonheur éternel est une illusion créé par les lézards juifs qui veulent juste voler ton âme pour la donner à Xenu.

Mais quand t'es déprimé, t'as tout simplement pas l'espoir que ces gens compréhensif là soit sur Tinder - et sincèrement, ils le sont surement pas...

... parce qu'au fond qui a réellement envie de dater quand ils sont down?

Hmmm, tout le monde? mais pas vraiment? On voudrait, mais on est trop déprimé pour.

On devrait alors introduire une nouvelle application qui permettrait aux gens downs d'être deux fois plus down en se faisant rejeté par d'autre gens downs parce qu'ils sont trop downs pour être down de faire de quoi. Une application qui te permettrait d'être fucking vedge sans faire d'effort, en espérant tomber sur une fille dont les seuls critères de sélection sont que tu sois vedge et que tu fasses pas d'effort. Une application qui se ferait hijacker immédiatement par les players, qui tenteraient de toute les manières possibles d'être le plus insignifiant possible afin de ne pas dévoiler leur jeu et donc de réussir à se taper des filles psychologiquement et émotionnellement vulnérables, pour finalement se rendre compte qu'une fille qui aime la vie c'est peut être un peu plus willing qu'une fille qui veut juste regarder Yu-Gi-Oh pis manger des chips pour souper. 

Qu'est-ce que vous en pensez? Est-ce que je devrais copyrighter mon idée? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

M'en parle pas. Je me suis fait tenir la jambe par une cyber-connasse chopée depuis Tinder pour qu'on cyber-communique pendant près de deux semaines mais qui refusait tout contact IRL.
Et qui subitement vient de me dire qu'elle s'était cassée de la ville et qu'elle ne reviendra pas ponctué d'un "adieu".

Je sus toujours abasourdi par la nullité de cette cyber-romance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça me fais penser à cette fille qui m'accordait de l'attention comme pas une en me textant des petites pensées quotidiennes mais trouvant différents prétextes pour ne me transmettre ni photo ni rendez-vous. Le manège a duré quelques semaines jusqu'à ce que, de mon côté, l'amusement se transforme en écoeurement.

Ça reste mystérieux, mais rétrospective, elle devait avoir quelque chose de terrible à cacher pour se priver de rencontrer des gens ainsi.

Pour ton idée de Tinder de dépressif, Gamin, c'est probablement voué à l'échec. je vois mal pourquoi un dépressif chercherait à dater un autre dépressif.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour que deux dépressifs dépriment ensemble ? Puis c'est une solution de facilité assez commode, vu que les dépressifs sont repoussants aux yeux des gens épanouis, il y a la peur de l'escalade et un dépressif déjà c'est laid et blême et ça a des cernes sous les yeux.

Par contre Ecce, autant j'ai eu la chance avec la mienne d'avoir eu un contact réseaux sociaux + amis d'amis. En ajoutant à cela le fait que nos conversations ne redirigeaient pas sur des liens bit.ly pour avoir du sexe, on peut supposer que j'avais effectivement l'individu prévu en face.
Mais quand il n'y a ni photo, ni quoi que ce soit, et que ça devient de la conversation épistolaire, tu peux envisager n'importe quoi. Y compris BMO derrière le clavier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pis ça permet aussi aux dépressifs de pas devenir des boulets pour les gens sains. Comme ça tout le monde y gagnent.

Un site de rencontre pour les gens en marges. 

Le forum est à une section près d'être littéralement ça.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu devrais t'inscrire sur OkCupid, c'est le site de rencontre préférés des gens en marge, des SJW et autres, donc t'en a la pelle des gens déprimée, bipolaire, boderline, maladie chronique, etc. C'est quand même incroyable, j'évolue professionnellement autour de beaucoup de SJW et illes sont tous énormément vocaux a propos de leur mal être. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, D'Artagnan a dit :

Mais quand il n'y a ni photo, ni quoi que ce soit, et que ça devient de la conversation épistolaire, tu peux envisager n'importe quoi. Y compris BMO derrière le clavier.

C’est une possibilité que j’avais initialement en tête, mais les choses qu’elle m’a confiées au fil de nos conversations et sa façon de penser ont peu à peu dissipé mon doute à ce sujet. 

Et oui, le Dépotoir semble avoir été (à une certaine époque du moins) un excellent site de dating pour déprimés. Mais comme Occupation Double, les couples qui s’y sont formés n’ont pas survécu au passage du temps.

sauf pour un certain Mp3 et une autre dont le pseudo m’échappe. Ces deux là sont toujours ensemble.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plutôt que Tinder, je nommerais l'application Drizzle. Ça sonne bien et c'est conceptuellement aux antipodes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 20 heures, Kalium a dit :

Plutôt que Tinder, je nommerais l'application Drizzle. Ça sonne bien et c'est conceptuellement aux antipodes.

Le principe derrière le nom "tinder" (du petit bois) c'est que t'as juste besoin d'une allumette (a "match") pour allumer un feu. 

Je me demande ça serait quoi le principe derrière Drizzle. On appellerait ça comment quand c'est un "match" ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"you got wet." 

Vous êtes mouillés. (de larmes de désespoir en imaginant déjà votre prochain échec amoureux.)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×