Aller au contenu
Kapouchet

Garderie ou s'occuper de ses enfants

Déchet(s) recommandé(s)

Reste à définir qu'est-ce que des environnements "différents". Peut être l'influence social est tout simplement plus large, dans son ensemble, et non pas particulièrement dans le détail comme avec la famille.

On a le nez dedans, alors on va très bien la différence entre les Robinson pis les Nguyen, mais peut être qu'à l'échelle développementale individuel ça veut pas dire grand chose, et c'est des éléments sociaux beaucoup plus profonds qui influencent, t'sais comme le fait d'être éduqué, ou de manger de la nourriture cuisiné, le concept de l'art, le concept du language, etc. mais que chacune de leurs variantes uniques n'aient pas encore d'influence notable. Ou du moins à ce qu'on ai observé jusqu'à maintenant.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je serais curieuse de connaître l'instrument de mesure utilisé par les chercheurs pour faire les rapprochements de personnalité chez des jumeaux identiques élevés dans des milieux différents. je pense que ça nous permettrait de mieux comprendre la portée (mais aussi les limites) de cette étude.

si, par exemple, l'instrument de mesure ne permet que de comparer des traits psychologiques qui relèvent du tempérament (tels que l'introversion ou l'extraversion, l'adaptabilité, la tendance à l'anxiété, l'impulsivité, etc) je crois qu'on pourra valablement dire que cette étude ne se limite qu'au tempérament. 

les traits psychologiques qui relèvent autrement que du tempérament (le comportement/caractère) ne seraient donc pas couverts, et on parle là d'une partie importante de la personnalité d'une personne. dans ce cas, il serait hasardeux à mon avis de se baser sur une telle étude pour tirer des conclusions comme "well, ça n'a pas d'impact que vous jetiez vos enfants à la garderie car sa personnalité sera la même anyways". peut être que c'est vrai, j'en sais rien, mais si l'étude ne couvre que le tempérament, une telle conclusion me semble hâtive sachant que l'étude ne permet pas de voir en quoi ça n'a aucune influence sur le reste de la personnalité de l'individu qui ne relève pas du génétique (aka son caractère).

c'est pas en mesurant le degré d'adaptabilité chez une personne que tu es en mesure de connaître ses valeurs familiales ou la profondeur de son ressentiment face à une situation donnée, comme le fait d'avoir été jeté à la garderie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 39 minutes, Ecce Homo a dit :

je serais curieuse de connaître l'instrument de mesure utilisé par les chercheurs pour faire les rapprochements de personnalité chez des jumeaux identiques élevés dans des milieux différents. je pense que ça nous permettrait de mieux comprendre la portée (mais aussi les limites) de cette étude.

si, par exemple, l'instrument de mesure ne permet que de comparer des traits psychologiques qui relèvent du tempérament (tels que l'introversion ou l'extraversion, l'adaptabilité, la tendance à l'anxiété, l'impulsivité, etc) je crois qu'on pourra valablement dire que cette étude ne se limite qu'au tempérament. 

les traits psychologiques qui relèvent autrement que du tempérament (le comportement/caractère) ne seraient donc pas couverts, et on parle là d'une partie importante de la personnalité d'une personne. dans ce cas, il serait hasardeux à mon avis de se baser sur une telle étude pour tirer des conclusions comme "well, ça n'a pas d'impact que vous jetiez vos enfants à la garderie car sa personnalité sera la même anyways". peut être que c'est vrai, j'en sais rien, mais si l'étude ne couvre que le tempérament, une telle conclusion me semble hâtive sachant que l'étude ne permet pas de voir en quoi ça n'a aucune influence sur le reste de la personnalité de l'individu qui ne relève pas du génétique (aka son caractère).

c'est pas en mesurant le degré d'adaptabilité chez une personne que tu es en mesure de connaître ses valeurs familiales ou la profondeur de son ressentiment face à une situation donnée, comme le fait d'avoir été jeté à la garderie.

C'est l'article mis en référence dans mon livre. Je n'ai pas vraiment le temps de le lire, mais je te le laisse ici.

2885713.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Ecce Homo a dit :

je serais curieuse de connaître l'instrument de mesure utilisé par les chercheurs pour faire les rapprochements de personnalité chez des jumeaux identiques élevés dans des milieux différents. je pense que ça nous permettrait de mieux comprendre la portée (mais aussi les limites) de cette étude.

si, par exemple, l'instrument de mesure ne permet que de comparer des traits psychologiques qui relèvent du tempérament (tels que l'introversion ou l'extraversion, l'adaptabilité, la tendance à l'anxiété, l'impulsivité, etc) je crois qu'on pourra valablement dire que cette étude ne se limite qu'au tempérament. 

les traits psychologiques qui relèvent autrement que du tempérament (le comportement/caractère) ne seraient donc pas couverts, et on parle là d'une partie importante de la personnalité d'une personne. dans ce cas, il serait hasardeux à mon avis de se baser sur une telle étude pour tirer des conclusions comme "well, ça n'a pas d'impact que vous jetiez vos enfants à la garderie car sa personnalité sera la même anyways". peut être que c'est vrai, j'en sais rien, mais si l'étude ne couvre que le tempérament, une telle conclusion me semble hâtive sachant que l'étude ne permet pas de voir en quoi ça n'a aucune influence sur le reste de la personnalité de l'individu qui ne relève pas du génétique (aka son caractère).

c'est pas en mesurant le degré d'adaptabilité chez une personne que tu es en mesure de connaître ses valeurs familiales ou la profondeur de son ressentiment face à une situation donnée, comme le fait d'avoir été jeté à la garderie.

Ce documentaire

t60090zz15x.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nos jumeaux ont étés en garderie,

Idéalement la maman aurait resté à la maison. Mais le niveau de mon salaire ne l'a pas permis.

Ils ont passés en milieu privé et en CPE,  En milieu privé ils se fesaient gardés. En CPE apprentissage par stimulation dû aux éducatrices diplômées. 

Ils ont 10ans, et sont inscrits au primaire Internationnal. Ils réussissent assez bien!

C'est weird de suivre leurs résultats VS les miens par étapes au même niveau.... (j'étais ''poche'')!

Ma maman est resté à la maison et j'ai commencé l'école à la maternelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est moins philosophique que financier. Celui qui garde le gosse, c'est celui qui peut se permettre d'avoir des congés, de démissionner pour retrouver du taf plus facilement plus tard etc

 

Tous les actifs en couple que je connais sont dans cette situation. Au point de rationaliser ouvertement leur relation oui je l'aime mais surtout c'est moins cher et j'en ai plus pour très longtemps avant que mon bide ne pousse ah la trentaine. Je crois qu'ils ont pas le temps de penser zoologie ou féminisme.

 

 

Btw à la fin ça reste souvent la femelle qui garde le môme. Chasse le naturel etc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

Un regroupement propose d’allonger le congé parental des pères

Un regroupement propose d’allonger le congé parental des pères
Photo Fotolia
 

Agence QMI

Lundi, 11 juin 2018 13:31 MISE à JOUR Lundi, 11 juin 2018 13:31

MONTRÉAL – Le Regroupement pour la valorisation de la paternité (RVP) demande au gouvernement du Québec d’allonger de trois semaines le congé parental des pères afin de renforcer le lien affectif entre ces derniers et leur enfant.

Cette proposition fait partie des cinq priorités identifiées par le RPV afin d’offrir aux pères québécois les conditions qui leur permettent de vivre pleinement leur expérience parentale.

«Les pères d'aujourd'hui veulent être davantage impliqués auprès de leurs enfants. Ils veulent faire équipe avec leur partenaire et participer à toutes les étapes du projet parental», a indiqué Raymond Villeneuve, directeur du RVP.

M. Villeneuve dit émettre ces recommandations afin que la paternité soit reconnue au même titre que la maternité dans la société québécoise.

Outre le congé parental, l’organisme propose de mettre l’accent sur la préparation prénatale des pères, de mettre en place des mesures pour la conciliation travail-famille, d’offrir des ressources communautaires dédiées aux pères et de réviser le Droit de la famille afin de l’adapter «aux nouvelles réalités familiales».

«On sent une volonté, particulièrement chez les nouveaux pères, qu'un nouveau discours sur la paternité soit diffusé», a pour sa part expliqué Diane Dubeau, présidente du RVP.

http://www.journaldemontreal.com/2018/06/11/un-regroupement-propose-dallonger-le-conge-parental-des-peres-1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×