Aller au contenu
  • 3
xdrox

Le Bouffeur de conscience

Question

Je planche sur un roman depuis déjà trop longtemps.

Il s'intitule Le Bouffeur de conscience.

Avant de présenter le synopsis, j'aimerais simplement savoir ce que ce titre évoque chez vous.

Ça annonce quel genre de lecture?

La question est très sérieuse.

Mais restez spontanés.

Merci. :heart-facebook:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

8 réponses à cette question

Déchet(s) recommandé(s)

  • 4

Le Bouffeur de conscience

Ça m'inspire du Réjean Ducharme, du Houellebecq, du Vian. 

Je m'attend à une histoire sur une crise identitaire, quelqu'un qui cherche l'approbation, quelqu'un qui cherche à réajuster constamment son compas moral. Quelque chose qui se veut une critique, consciente et intelligente, réfléchie et pesé, du phénomène "SJW", de ceux qui "mangent de la moral", qui se gavent des "consciences", qui s'empiffrent des "bonnes intentions" - quitte à en vomir partout par la suite. C'est pas obligé d'être d'un point de vue négatif aussi exagéré, ça peut être du point de vue de quelqu'un qui se cherche constamment et qui a tendance à virevolter un peu trop, facilement impressionnable. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3

Ça semble annoncer un roman de science-fiction des 70's ou 80's qui critique la place qu'occupe la technologie, notamment la télévision, dans nos vies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2

C’est le nom d’une clinique réputée guérir l’angoisse existentielle de tous ses patients en utilisant des méthodes avancées en apparence bienfaitrices. Mais ce que l’on croyait être le plus prestigieux centre de psychiatrie ultramoderne du monde est en fait un camp de concentration contrôlé par un ordre mondial occulte au dessein aussi sombre que terrible.

(Je viens de lire le synopsis, ce n’est pas ça du tout..) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1

Je trouve ton titre un peu fade, pour être bien honnête. Il ne m'évoque rien de précis (excepté la fadeur).

Question d'ouverture : La conscience peut-elle ne pas être fade? Si oui, bouffons-en.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0
Il y a 13 heures, Esch a dit :

Je trouve ton titre un peu fade, pour être bien honnête. Il ne m'évoque rien de précis (excepté la fadeur).

Question d'ouverture : La conscience peut-elle ne pas être fade? Si oui, bouffons-en.

À CEUX QUI ONT DÉJÀ RÉPONDU, VOTRE RÉCOMPENSE :

Révélation

Merci. Vous n'y êtes pas du tout.

C'est en fait le surnom volontairement ridicule que se donne le narrateur, personnage des plus antipathiques -- mais étonnamment attachant -- qui se plaît, après de minutieuses et méprisantes analyses, à exposer la laideur intérieure de tous ceux qu'il croise. C'est qu'il se croit doué de perceptions extraordinaires. Il se croit notamment capable de « lire les hommes pour mieux les déchirer » et « d'infiltrer le labyrinthe de leurs pensées pour faire joujou avec les odieux secrets qui s'y sont perdus ». Tout cela pour cultiver ou plutôt nourrir sa misanthropie. Sa contradiction est de détester ceux qui semblent le fasciner. Le lecteur est personnellement invité à le suivre dans une sorte de safari humain, qui prendra rapidement les allures d'un sordide pèlerinage, le temps de traverser un parc... jusqu'à une clinique psychiatrique. Là, il fera la rencontre d'un plus gros requin.

Je me doutais bien que Le Bouffeur de conscience pouvait évoquer une réflection sociétale ou je sais pas quoi.

Ceci ferait peut-être mieux : La Dernière Indigestion

Le titre serait d'autant plus approprié puisque la lecture n'est disons pas toujours facile.

J'ai aussi en tête : Invitation à chasser le vautour et boire le thé

Peut-être le publierai-je ici-même un jour si intérêt il y a, ou plutôt si non-intérêt des éditeurs il y a.

Mais il me faudrait d'abord l'achever.

 

AUX AUTRES : RESTEZ INTÈGRES.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0
Il y a 1 heure, xdrox a dit :

À CEUX QUI ONT DÉJÀ RÉPONDU, VOTRE RÉCOMPENSE :

  Masquer le contenu

Merci. Vous n'y êtes pas du tout.

C'est en fait le surnom volontairement ridicule que se donne le narrateur, personnage des plus antipathiques -- mais étonnamment attachant -- qui se plaît, après de minutieuses et méprisantes analyses, à exposer la laideur intérieure de tous ceux qu'il croise. C'est qu'il se croit doué de perceptions extraordinaires. Il se croit notamment capable de « lire les hommes pour mieux les déchirer » et « d'infiltrer le labyrinthe de leurs pensées pour faire joujou avec les odieux secrets qui s'y sont perdus ». Tout cela pour cultiver ou plutôt nourrir sa misanthropie. Sa contradiction est de détester ceux qui semblent le fasciner. Le lecteur est personnellement invité à le suivre dans une sorte de safari humain, qui prendra rapidement les allures d'un sordide pèlerinage, le temps de traverser un parc... jusqu'à une clinique psychiatrique. Là, il fera la rencontre d'un plus gros requin.

Je me doutais bien que Le Bouffeur de conscience pouvait évoquer une réflection sociétale ou je sais pas quoi.

Ceci ferait peut-être mieux : La Dernière Indigestion

Le titre serait d'autant plus approprié puisque la lecture n'est disons pas toujours facile.

Peut-être le publierai-je ici-même un jour si intérêt il y a, ou plutôt si non-intérêt des éditeurs il y a.

Mais il me faudrait d'abord l'achever.

 

AUX AUTRES : RESTEZ INTÈGRES.

Est-ce que le protagoniste s'appel Francis Lumière? 

Vas-tu lui dédier une dédicace, une note d'introduction dans la deuxième de couverture? "À mes parent pour leur soutient, à Lux pour son inspiration." 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • -5
il y a 9 minutes, xdrox a dit :

Je planche sur un roman depuis déjà trop longtemps.

Il s'intitule Le Bouffeur de conscience.

Avant de présenter le synopsis, j'aimerais simplement savoir ce que ce titre évoque chez vous.

Ça annonce quel genre de lecture?

La question est très sérieuse.

Mais restez spontanés.

Merci. :heart-facebook:

J'aimerais juste dire que 9 personnes sur 10 planchent sur un roman.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à cette question…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×