Aller au contenu

Le classique, c'est pas fait pour relaxer. Ok ?


Déchet(s) recommandé(s)

Johannes Brahms (1833 – 1897)

L’un des leaders du mouvement romantique et l’un de mes compositeurs préférés. J’ai mis beaucoup de temps à rentrer dedans, je le trouvais un peu pompeux, et puis je suis tombée amoureuse de ses orchestrations, qui ont un son si reconnaissable.

Il venait d’une famille d’espèces de freelancers musiciens qui acceptaient tous les contrats qu’ils trouvaient. C’est comme ça qu’il a débuté, forcé à jouer du piano pour participer aux revenus de la famille. Il a commencé à composer au tout début de l’adolescence, mais il a détruit la plupart de ses œuvres de jeunesse, car il les trouvait honteuses. Il a gardé cette habitude de détruire tout ce qui le présentait sous un jour peu flatteur toute sa vie, donc il nous manque des œuvres, des explications, des lettres, des bouts de biographie, etc.

C’est devenu un grand ami du couple Schumann, qui a grandement aidé à lancer sa carrière. Il y avait un peu deux camps opposés chez les romantiques : lui et les Schumann, assez conservateurs, et Wagner, Liszt, etc. qui défendaient une modernité radicale.

Les morceaux que j’ai choisi sont très longs, c’est dans ces formes qu’il était le meilleur.

 

 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...

Hop, géant suivant !

Tchaïkovski (1840 - 1893)

La période romantique se termine tout doucement avec un immense russe. Il me fait un drôle d'effet, soit je trouve sa musique niaise, soit je l'adore. C'est sans doute un des compositeurs de génie le plus apte à parler à un public qui n'y connaît pas grand chose au classique, mais pourtant son travail n'est simple qu'en apparence. C'est assez fou aussi la clarté, la finesse, le raffinement de sa musique quand on imagine le bordel qui devait régner dans sa tête : malheureux en amour (bisexuel, il a aimé peu de femmes, des relations catastrophiques, et a dû se cacher avec les hommes), incroyablement timide, souffrant d'une peur de la scène effroyable, dépressif, hypocondriaque, certains le disaient même anti-social. Et pourtant quelle douceur dans sa musique.

Tout le monde connaît Le Lac des cygnes et Casse-noisette

Pour moi, son œuvre la plus phénoménale, son concerto pour violon :

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 semaines plus tard...

Antonin Dvorak (1841 – 1904)

On arrive à une période où des compositeurs de divers pays d'Europe commencent à se faire connaître sur la scène internationale, on s'éloigne du triangle Allemagne/France/Italie. Dvorak (ça se prononce avec un j entre le r et le a) venait de la région de Prague. Sa musique est souvent joyeuse et plein de force vitale, très colorée. Il s’est énormément inspiré de la danse folklorique. Une fois devenu directeur du conservatoire de New York, il a beaucoup écrit sur l’Amérique, dont mon morceau préféré, le Quatuor américain, et son œuvre la plus célèbre, la Symphonie du nouveau monde.

 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 semaines plus tard...

Je cherchais The Young Person's Guide to the Orchestra en français pour mes neveux pis je me suis dit que ça pourrait peut-être intéresser quelqu'un ici. C'est une pièce éducative de Benjamin Britten qui présente les différents instruments de l'orchestre.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...
  • 2 semaines plus tard...

XXème siècle, je vais plus dans l'ordre, parce qu'on s'en fout. C'est une époque qui a perdu le public mais que j'adore absolument. Les compositeurs étaient en roue libre, considérant que la musique romantique avait été au bout de ce que le système harmonique suivi jusqu'alors pouvait apporter, ça les a poussé à chercher d'autres voies et sources d'inspiration. C'est aussi l'époque où d'excellents compositeurs apparaissent de coins jusqu'alors vierges, où les femmes participent de plus en plus à la vie musicale, etc. Bref, c'est une époque très riche.

Je suis un peu obsédée par Lili Boulanger. C'est pour moi la plus grande des compositrices mais elle est morte trop jeune pour avoir véritablement laissé la marque qu'elle méritait. Issue d'une famille de musiciens franco-russes, on lui a appris à lire une partition avant de lire des mots. Elle a été malade toute sa vie et est morte à 24 ans, en 1918, en dictant à sa soeur ce chef d'oeuvre sur son lit de mort :

Avec Faust et Hélène, c'est la première femme à avoir remporté le Grand prix de Rome, un très prestigieux concours de composition (remporté par Berlioz, Bizet, Debussy, Dutilleux, etc.). Elle n'avait que 19 ans. Comme ce morceau est très long et que personne ne va l'écouter, je mets autre chose :

 

Vous avez peut-être entendu parler de sa soeur, Nadia Boulanger, une immense professeur de musique, qui voulait elle-même composer mais a renoncé, dit-on, parce qu'elle ne se sentait pas à la hauteur du génie de sa cadette. Toujours est-il que c'est elle qui a formé de nombreux grands musiciens de son siècle, la liste de ses élèves est ultra-impressionnante : Grażyna Bacewicz, Daniel Barenboim, İdil Biret, Elliott Carter, Aaron Copland, David Diamond, John Eliot Gardiner, Philip Glass, Roy Harris, Quincy Jones, Michel Legrand, Dinu Lipatti, Igor Markevitch, Darius Milhaud, Astor Piazzolla, Lalo Schifrin, Virgil Thomson, entre autres.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 mois plus tard...

Je suis allée assister à un quator à cordes au Palais de la bourse hier soir, éclairé à la bougie.

Candlelight-F%C3%A9vrier2020-47-1-scaled

C'était que des musiques de films, de GOT à Miyazaki.

JAI PRÉFÉRÉ : Le Medley d'Hisaishi, surtout avec le passage bien connu de Mononoké, et je l'ai réecouté ce matin même, j'ai chialé. Beaucoup trop beau.

Le Pallagio de Karl Jenkins, c'était aussi quelque chose.

Et pour finir dans une ambiance tout aussi différente, Carlos Gardel, "Por una cabeza"

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 mois plus tard...
  • 2 mois plus tard...

Pour le premier moment, on pourrait s'étonner qu'il fut très nécessaire de prémunir les hommes contre la passion de la mort.
Mais à la réflexion, et surtout à la réflexion profonde, on s'aperçoit que l'homme tient essentiellement aux choses de la mort...
Parce qu'elles sont l'oeuvre de ses mains.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 semaines plus tard...

Une BO de film des années 40 qui plaît généralement à pas mal de monde :

 

Et la pianiste qui a filmé sa première séance de travail sur la pièce, avec son processus en description :

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 mois plus tard...
  • 3 semaines plus tard...

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
×
×
  • Créer...