Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Le 2020-03-13 à 22:35, Carlos Crasseux a dit :

Qu'on se le dise bien franchement :  Tovarichtch semble bandé en permanence depuis le mois de janvier à parler du COVID-19 et s'imaginer l'apocalypse.  Sa participation dans ce sujet est comme la cerise sur le sundae de tout le reste :  le topic sur le réchauffement planétaire, son Whisky dans la révolte, son amour du film Children of Men de Cuaron, sa passion éhontée pour les guerres civiles en général...

Ça te vient d'où, cette lubie étrange ?  Pourquoi sembles-tu autant excité à l'idée qu'il y ait une crise sans issue, et pourquoi cela te fait-il dire des mensonges aux gens ?  On ne peut pas lire ton article du Parisien parce qu'on n'est pas abonné.  Je doute qu'il en soit autrement pour toi.  L'OMS affirme que 80% des cas sont bénins et que les malades se guérissent d'eux-mêmes.  Les possibles conséquences à long terme sont à surveiller, certes, mais it is what it is.  Le 20% restant, ce sont des vieux et des gens avec certaines pathologies, comme on sait déjà (hypertension artérielle, diabète, problèmes cardiaques).  L'OMS n'a absolument aucun intérêt à mentir à la population en leur cachant une obscure réalité qui fait plus de mal qu'on pense.

Tova fantasme sur une possible situation de chaos qui ferait planter notre système, voire sur une possible décroissance de la population, en fier extrême-extrême gauchiste qu'il est.

 

WootWoot espère au fond de lui une élimination rapide des gens vulnérables, espérant que ça coûte moins cher à la société et fasse payer moins de SES taxes et SES impôts. Il souhaite peut-être que le système public de santé s'effondre , en bon diffuseur de l'évangile selon Saint Jeff....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 58 minutes, Le Renard a dit :

WootWoot espère au fond de lui une élimination rapide des gens vulnérables, espérant que ça coûte moins cher à la société et fasse payer moins de SES taxes et SES impôts. Il souhaite peut-être que le système public de santé, en bon diffuseur de l'évangile selon Saint Jeff....

Dutout, au contraire, je veux plus de croissance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Nostradaw00t a dit :

il est trop tard.. un de mes ami est haut placé dans le domaine de santé et il s'attend a l'apocalypse.. il ya des milliers de cas non symptomatique au quebec qui se promènent et infectentr du monde..

Cool.

La chien de la soeur du frère de l'ami de la cousine de... zzzzzz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, 1984 a dit :

Escape Flee GIF

 

Le canardvirus bat le cours de l'or, Monseñor.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si on pouvait atteindre le stade 3 et confiner Paris, ça me réjouirait terriblement. 

Édit

Coronavirus : Par Raffaele MORELLI, psychiatre et psychothérapeute italien


« Je crois que le cosmos a sa façon de rééquilibrer les choses et ses lois, quand celles-ci viennent à être trop bouleversées. 
Le moment que nous vivons, plein d’anomalies et de paradoxes, fait réfléchir…Dans une phase où le changement climatique, causé par les désastres environnementaux, a atteint des niveaux inquiétants. D’abord la Chine, puis tant d’autres pays, sont contraints au blocage ; l’économie s’écroule, mais la pollution diminue de manière considérable. L’air s’améliore, on utilise un masque, mais on respire…Dans un moment historique où, partout dans le monde, se réactivent certaines idéologies et politiques discriminatoires, rappelant avec force un passé mesquin, un virus arrive, qui nous fait expérimenter que, en un instant, nous pouvons nous aussi devenir les discriminés, les ségrégués, ceux qu’on bloquent aux frontières, qui amènent les maladies. Même si nous n’y sommes pour rien. Même si nous sommes blancs, occidentaux, et que nous voyageons en première classe, complexe de toute puissance. Dans une société fondée sur la productivité et la consommation, dans laquelle nous courons tous 14 heures par jour après on ne sait pas bien pourquoi, sans samedi ni dimanche, sans plus de pause dans le calendrier, tout à coup, le «stop» arrive. 
Tous à l’arrêt, à la maison, pendant des jours et des jours. À faire le compte d’un temps dont nous avons perdu la valeur, dès qu’il n’est plus mesurable en argent, en profit. Sait-on seulement encore quoi en faire ? Dans une période où l’éducation de nos propres enfants, par la force des choses, est souvent déléguée à des figures et institutions diverses, le virus ferme les écoles et nous oblige à trouver des solutions alternatives, à réunir les mamans et les papas avec leurs propres enfants. 
Il nous oblige à refaire une "famille". Dans une dimension où les relations, la communication, la sociabilité, se jouent essentiellement dans ce non-espace du virtuel des réseaux sociaux, nous donnant l’illusion de la proximité, le virus nous enlève la proximité, celle qui est bien réelle : personne ne doit se toucher, pas de baisers, pas d’embrassades, de la distance, dans le froid du non-contact. Depuis quand avons-nous pris pour acquis ces gestes et leur signification ? Dans un climat social où penser à soi est devenu la règle, le virus nous envoie un message clair : la seule manière de nous en sortir, c’est la réciprocité, le sens de l’appartenance, la communauté, se sentir faire partie de quelque chose de plus grand, dont il faut prendre soin, et qui peut prendre soin de nous. La responsabilité partagée, sentir que de nos actions dépendent, non pas seulement notre propre sort, mais du sort des autres, de tous ceux qui nous entourent. Et que nous dépendons d’eux. Alors, si nous arrêtons la "chasse aux sorcières", de nous demander à qui la faute et pourquoi tout ça est arrivé, pour nous interroger plutôt sur ce que nous pouvons apprendre, je crois que nous avons tous beaucoup de matière à réflexion et à agir. 
Parce qu’avec le cosmos et ses lois, de manière évidente, nous avons une dette excessive. Il nous le rappelle au prix fort, avec un virus."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, Daleko a dit :

En quel sens ? Parce qu'ils se retrouvent avec des jeunes mères désespérées et esseulées ? Apparemment ils sont pas à gros risque pour le virus lui-même. Mais ça doit être très dur à vivre pour la mère. Tu viens de passer 48 h à galérer à le sortir, tout le monde se comporte comme si c'était la fin du monde, tu peux pas avoir l'aide de tes proches et t'as aucune idée de ce que tu fais. Ca fait 25 ans qu'avec mon amie on parle de quand on sera mamans et là elle pleurait presque au téléphone, ça fait super mal au coeur.

C'est exactement ça. Quelle période de marde quand même pour y naître. Ils ne grandiront pas dans un bel environnement.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils peuvent remercier leurs aïeux. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, 1984 a dit :

Ils peuvent remercier leurs aïeux. 

Au Québec on a une belle toune sur le sujet:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus au sud, en Toscane, les hôpitaux commencent aussi à souffrir. Comme à Grossetto, où une infirmière, Alessia Bonari, a posté sur Instagram une photo de son visage portant la marque du masque chirurgical à peine quitté lors d’une journée harassante.

 

Révélation


 

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-les-medecins-et-infirmieres-italiens-sont-bout-de-forces-6780075

Citation

Je suis infirmière et je suis actuellement confrontée à cette urgence médicale. J'ai peur aussi, mais je ne vais pas faire du shopping, j'ai peur d'aller travailler. J'ai peur parce que le masque peut ne pas bien adhérer au visage, ou je me suis peut-être accidentellement touché avec des gants sales, ou peut-être que les lentilles ne couvrent pas complètement mes yeux et que quelque chose est passé.


Je suis physiquement fatigué car les dispositifs de protection sont mauvais, la blouse de laboratoire me fait transpirer et une fois habillée je ne peux plus aller aux toilettes ou boire pendant six heures. Je suis psychologiquement fatigué, et comme tous mes collègues qui sont dans le même état depuis des semaines, mais cela ne nous empêchera pas de faire notre travail comme nous l'avons toujours fait. Je continuerai à prendre soin et à prendre soin de mes patients, car je suis fier et amoureux de mon travail. Ce que je demande à quiconque lit ce billet, ce n'est pas de frustrer l'effort que nous faisons, d'être altruiste, de rester à la maison et donc de protéger ceux qui sont les plus fragiles. Nous, les jeunes, ne sommes pas immunisés contre le coronavirus, nous aussi nous pouvons tomber malades, ou pire, nous pouvons tomber malades. Je ne peux pas me permettre le luxe de retourner dans ma maison en quarantaine, je dois aller travailler et faire ma part. Vous faites le vôtre, je vous le demande.


 

Nous publions le discours sur les réseaux sociaux de Daniele Macchini, médecin aux Humanitas Gavazzeni Clinics. Un témoignage important sur l'étendue réelle du coronavirus et sur les médecins dans les tranchées pour faire face à l'urgence.
 

Révélation

 

https://www.la-croix.com/Monde/Virus-epuisement-medecins-infirmieres-italiens-2020-03-14-1301084039

 

Citation

 

Dans l'un des courriels constants que je reçois de mon service de santé sur une base plus que quotidienne ces jours-ci, il y avait aussi un paragraphe intitulé "faire des affaires de manière responsable", avec quelques recommandations qui ne peuvent être soutenues.
Après avoir longtemps réfléchi si et quoi écrire sur ce qui nous arrive, j'ai senti que le silence n'était pas du tout responsable. Je vais donc essayer de transmettre aux personnes "non impliquées dans le travail" et plus éloignées de notre réalité, ce que nous vivons à Bergame pendant ces jours de pandémie de Covid-19.
Je comprends la nécessité de ne pas créer de panique, mais lorsque le message du danger de ce qui se passe n'atteint pas les gens et je sens toujours qui se soucie des recommandations et des gens qui se rassemblent pour se plaindre qu'ils ne peuvent pas aller au gymnase ou être en mesure de faire des tournois de football Je frémis.
e comprends également les dommages économiques et je m'inquiète également à ce sujet. Après l'épidémie, la tragédie recommencera. Cependant, outre le fait que nous dévastons littéralement notre NHS d'un point de vue économique, je me permets de souligner l'importance des dommages à la santé qui sont probables dans tout le pays et je ne trouve rien de moins que "effrayant" par exemple qu'une zone rouge déjà demandée par la région n'a pas encore été établie pour les municipalités d'Alzano Lombardo et Nembro (je voudrais préciser qu'il s'agit d'une pure opinion personnelle).
J'ai moi-même regardé avec une certaine stupéfaction les réorganisations de tout l'hôpital la semaine précédente, alors que notre ennemi actuel était toujours dans l'ombre: les salles lentement "vidées", les activités électives interrompues, les thérapies intensives libérées pour créer autant de lits que possible. Conteneurs arrivant devant la salle d'urgence pour créer des itinéraires diversifiés et éviter toute infection. Toute cette transformation rapide a apporté dans les couloirs de l'hôpital une atmosphère de silence surréaliste et de vide que nous ne comprenions toujours pas, en attendant une guerre qui n'était pas encore commencée et que beaucoup (dont moi) n'étaient pas si sûrs ne viendraient jamais avec une telle férocité .
(J'ouvre une parenthèse: tout cela en silence et sans publicité, alors que plusieurs journaux ont eu le courage de dire que les soins de santé privés ne faisaient rien).

Je me souviens encore que mon gardien de nuit il y a une semaine s'est écoulé inutilement sans fermer les yeux, attendant un appel de la microbiologie du Sac. J'attendais le résultat d'un prélèvement sur le premier patient suspect de notre hôpital, réfléchissant aux conséquences que cela aurait pour nous et la clinique. Si j'y pense, mon agitation pour un cas possible semble presque ridicule et injustifiée, maintenant que j'ai vu ce qui se passe.
Eh bien, la situation est désormais dramatique. Aucun autre mot ne me vient à l'esprit.
La guerre a littéralement explosé et les batailles sont ininterrompues jour et nuit.
L'un après l'autre, les malheureux pauvres viennent aux urgences. Ils ont tout sauf les complications d'une grippe. Arrêtons de dire que c'est une mauvaise grippe. Au cours de ces 2 années, j'ai appris que les habitants de Bergame ne viennent pas du tout aux urgences. Ils ont bien fait cette fois aussi. Ils ont suivi toutes les indications données: une semaine ou dix jours à la maison avec de la fièvre sans sortir et sans risquer de contagion, mais maintenant ils n'en peuvent plus. Ils ne respirent pas assez, ils ont besoin d'oxygène.
Les thérapies médicamenteuses pour ce virus sont rares. Le cours dépend principalement de notre organisme. Nous ne pouvons le soutenir que s'il ne peut plus le supporter. On espère principalement que notre corps éradiquera le virus de lui-même, avouons-le. Les thérapies antivirales sont expérimentales sur ce virus et nous apprenons son comportement jour après jour. Rester à la maison jusqu'à l'aggravation des symptômes ne change pas le pronostic de la maladie.
Maintenant, cependant, ce besoin de lits dans tout son drame est arrivé. L'un après l'autre, les services vidés se remplissent à un rythme impressionnant. Les panneaux d'affichage avec les noms des malades, de différentes couleurs selon l'unité opératoire à laquelle ils appartiennent, sont maintenant tous rouges et au lieu de l'opération chirurgicale, il y a le diagnostic, qui est toujours le même maudit: pneumonie interstitielle bilatérale.
Maintenant, dites-moi quel virus de la grippe provoque une tragédie aussi rapide. Parce que c'est la différence (maintenant je descends un peu dans le domaine technique): dans la grippe classique, en plus d'infecter beaucoup moins de population sur plusieurs mois, les cas peuvent se compliquer moins fréquemment, uniquement lorsque le VIRUS détruit les barrières protectrices du Nos voies respiratoires permettent aux BACTÉRIES résidant normalement dans les voies supérieures d'envahir les bronches et les poumons, provoquant des cas plus graves. Covid 19 provoque une influence banale chez de nombreux jeunes, mais chez de nombreuses personnes âgées (et pas seulement) un véritable SRAS car il arrive directement dans les alvéoles des poumons et les infecte les rendant incapables d'exercer leur fonction. L'insuffisance respiratoire qui en résulte est souvent grave et après quelques jours d'hospitalisation, le simple oxygène qui peut être administré en salle peut ne pas suffire.
Désolé, mais pour moi en tant que médecin, cela ne vous rassure pas que les plus graves sont principalement des personnes âgées souffrant d'autres pathologies. La population âgée est la plus représentée dans notre pays et il est difficile de trouver quelqu'un qui, au-dessus de 65 ans, ne prend pas au moins le comprimé pour la pression ou le diabète. Je vous assure également que lorsque vous voyez des jeunes qui se retrouvent en soins intensifs intubés, prononcés ou pires à l'ECMO (une machine pour le pire des cas, qui extrait le sang, le ré-oxygène et le retourne au corps, en attendant l'organisme, si tout va bien, guérissez vos poumons), toute cette tranquillité pour votre jeune âge passe là-bas.
Et alors qu'il y a encore des gens sur les réseaux sociaux qui se targuent de ne pas avoir peur en ignorant les indications, pour protester que leurs habitudes de vie normales sont "temporairement" en crise, la catastrophe épidémiologique est en train de se produire.
Et il n'y a plus de chirurgiens, d'urologues, d'orthopédistes, nous ne sommes que des médecins qui font soudainement partie d'une équipe unique pour faire face à ce tsunami qui nous a submergés. Les cas se multiplient, nous arrivons au rythme de 15-20 hospitalisations par jour toutes pour la même raison. Les résultats des prélèvements arrivent désormais les uns après les autres: positifs, positifs, positifs. Soudain, la salle d'urgence s'effondre. Des dispositions d'urgence sont émises: une aide est nécessaire dans la salle d'urgence. Une petite réunion pour apprendre comment fonctionne le logiciel de gestion des premiers secours et quelques minutes plus tard, ils sont déjà en bas, à côté des guerriers sur le front de guerre. L'écran du PC avec les raisons de l'accès est toujours le même: fièvre et difficultés respiratoires, fièvre et toux, insuffisance respiratoire etc ... Examens, radiologie toujours avec la même phrase: pneumonie interstitielle bilatérale, pneumonie interstitielle bilatérale, pneumonie interstitielle bilatérale. Tout doit être hospitalisé. Quelqu'un déjà pour intuber et aller aux soins intensifs. Pour d'autres, il est tard ...
Les soins intensifs deviennent saturés, et là où les soins intensifs cessent, d'autres sont créés. Chaque fan devient comme de l'or: ceux des salles d'opération qui ont maintenant suspendu leur activité non urgente deviennent des lieux de soins intensifs qui n'existaient pas auparavant.
Je l'ai trouvé incroyable, ou du moins je peux parler au nom des HUMANITAS Gavazzeni (où je travaille) comment il a été possible de mettre en œuvre en si peu de temps un déploiement et une réorganisation des ressources si finement conçues pour se préparer à une catastrophe de cette ampleur. Et chaque réorganisation des lits, des salles, du personnel, des quarts de travail et des tâches est constamment revue jour après jour pour essayer de tout donner et même plus.
Ces protections qui ressemblaient auparavant à des fantômes sont maintenant saturées, prêtes à essayer de faire de leur mieux pour les malades, mais épuisées. Le personnel est épuisé. J'ai vu de la fatigue sur des visages qui ne savaient pas ce que c'était malgré la charge de travail déjà épuisante qu'ils avaient. J'ai vu des gens s'arrêter au-delà des heures où ils s'arrêtaient déjà, pour des heures supplémentaires désormais habituelles. J'ai vu de la solidarité de nous tous, qui n'avons jamais manqué d'aller voir nos collègues internistes pour leur demander "que puis-je faire pour vous maintenant?" ou "laissez cette hospitalisation tranquille." Les médecins qui déplacent les lits et transfèrent les patients, qui administrent des thérapies à la place des infirmières. Des infirmières les larmes aux yeux car nous ne pouvons pas sauver tout le monde et les signes vitaux de plusieurs patients révèlent en même temps un sort déjà marqué.
Il n'y a plus de changements, d'horaires. La vie sociale est suspendue pour nous.
Je suis séparé depuis quelques mois, et je vous assure que j'ai toujours fait de mon mieux pour voir constamment mon fils même les jours de repos, sans dormir et sans dormir jusqu'à quand je suis sans lui, mais depuis près de 2 semaines je n'ai pas volontairement Je ne vois ni mon fils ni les membres de ma famille de peur de les infecter et d’infecter à leur tour une grand-mère âgée ou des proches avec d’autres problèmes de santé. Je suis satisfait de quelques photos de mon fils que je considère entre les larmes et quelques appels vidéo.
Soyez donc patient aussi, vous ne pourrez pas aller au théâtre, aux musées ou au gymnase. Essayez d'avoir pitié de cette myriade de personnes âgées que vous pourriez exterminer. Ce n'est pas de votre faute, je sais, mais de ceux qui vous mettent dans la tête que vous exagérez et même ce témoignage peut sembler juste une exagération pour ceux qui sont loin de l'épidémie, mais s'il vous plaît, écoutez-nous, essayez de quitter la maison uniquement pour choses indispensables. N'allez pas en masse faire des provisions dans les supermarchés: c'est le pire car vous vous concentrez et le risque de contacts avec des personnes infectées qui ne savent pas qu'elles sont plus élevées. Vous pouvez y aller comme d'habitude. Peut-être que si vous avez un masque normal (même ceux qui sont utilisés pour effectuer certains travaux manuels), mettez-le. Ne recherchez pas ffp2 ou ffp3. Ceux-ci devraient nous servir et nous commençons à lutter pour les trouver. À ce jour, nous n'avons dû optimiser leur utilisation que dans certaines circonstances, comme l'a récemment suggéré l'OMS en raison de leur appauvrissement presque omniprésent.

Oh oui, grâce à la pénurie de certains appareils, moi et beaucoup d'autres collègues sommes certainement exposés malgré tous les moyens de protection dont nous disposons. Certains d'entre nous ont déjà été infectés malgré les protocoles. Certains collègues infectés ont à leur tour infecté des membres de leur famille et certains membres de leur famille luttent déjà entre la vie et la mort.
Nous sommes là où vos peurs pourraient vous éloigner. Essayez de vous éloigner. Dites à vos personnes âgées ou à d'autres membres de votre famille de rester à l'intérieur. Apportez-lui l'épicerie s'il vous plaît.
Nous n'avons pas d'autre alternative. C'est notre travail. En effet, ce que je fais ces jours-ci n'est pas vraiment le travail auquel je suis habitué, mais je le fais quand même et je l'aimerai tant qu'il répondra aux mêmes principes: essayer de faire en sorte que certaines personnes malades se sentent mieux et guérissent, ou même simplement soulagent la souffrance et la douleur à ceux qui ne peuvent malheureusement pas guérir.
D'un autre côté, je ne passe pas beaucoup de mots sur les personnes qui nous définissent de nos jours et qui, jusqu'à hier, étaient prêtes à nous insulter et à nous dénoncer. Les deux reviendront insulter et signaler dès que tout sera fini. Les gens oublient tout rapidement.

Et nous ne sommes même pas des héros de nos jours. C'est notre travail. Nous avons risqué quelque chose de mauvais chaque jour avant: lorsque nous mettons nos mains dans le ventre plein de sang de quelqu'un, nous ne savons même pas s'il a le VIH ou l'hépatite C; quand nous le faisons même si nous savons qu'il a le VIH ou l'hépatite C; quand on pique avec celui qui a le VIH et qu'on prend les médicaments qui nous font vomir du matin au soir pendant un mois. Lorsque l'on ouvre avec l'angoisse habituelle les résultats des tests aux différents contrôles après une ponction accidentelle en espérant ne pas être infecté. Nous gagnons simplement notre vie avec quelque chose qui nous donne des émotions. Peu importe qu'ils soient beaux ou laids, ramenez-les à la maison.
En fin de compte, nous essayons seulement de nous rendre utiles à tout le monde. Maintenant, essayez de le faire aussi: avec nos actions, nous influençons la vie et la mort de quelques dizaines de personnes. Vous avec le vôtre, beaucoup plus.

Veuillez partager et partager le message. Nous devons passer le mot pour empêcher ce qui se passe ici en Italie

 


 

membre-personnel-hopital-Brescia-equipementle-proteger-coronavirus-13-2020_3_729_486.jpg.494cc8e759cd6cae7fec7a58ff31d1c1.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 18 heures, Tovarichtch a dit :

Selon les dernières informations d'Italie et surtout de France, le nombre de cas hospitalisé grimpe chez les plus jeunes (en bas de 50 ans) sans aucune pathologie ou antécédent médical. Ce sont des personnes parfaitement en forme qui arrivent, de plus en plus, sur les lits à soins intensifs jusque dans la salle de réanimation. Nous nous basions exclusivement sur les chiffres données par le gouvernement chinois et ceux-ci mentent tout simplement. Ils nous empêchent de comprendre réellement le virus et sa maladie COVID-19.

 

Il y a 14 heures, Carlos Crasseux a dit :

L'OMS affirme que 80% des cas sont bénins et que les malades se guérissent d'eux-mêmes.  Les possibles conséquences à long terme sont à surveiller, certes, mais it is what it is.  Le 20% restant, ce sont des vieux et des gens avec certaines pathologies, comme on sait déjà (hypertension artérielle, diabète, problèmes cardiaques).

Je ne vois pas quel intérêt la Chine aurait à mentir sur l'âge des patients et c'est vrai que Tova est une petite drama queen mais j'avais moi aussi entendu plusieurs docteurs, dans plusieurs émissions, qui semblaient s'inquiéter du nombre de cas chez les "jeunes" en Europe. Le ministre de la santé a annoncé cet après-midi qu'il ne fallait pas prendre d'Ibuprofène et d'anti-inflammatoires en cas de symptômes car ils les soupçonnent d'aggraver l'état de santé de patients jeunes qui n'ont pas d'autres problèmes de santé.

https://www.lefigaro.fr/sciences/coronavirus-alerte-sur-l-ibuprofene-et-autres-anti-inflammatoires-20200314

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, MattIsGoD a dit :

Cool.

La chien de la soeur du frère de l'ami de la cousine de... zzzzzz

tu verras bien..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 41 minutes, Nostradaw00t a dit :

tu verras bien..

Que tu aies raison ou tort, ça change rien.

C'est ton fatalisme et la qualité de tes sources qui sont endormants.

On est connait très peu sur la situation, en réalité. On verra tous "bien".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On sent la fébrilité de certains membres à des milliers de kilomètres.

W00t, continue à nous abreuver d'infos. Cite seulement tes sources et évite de répondre aux pisse-froids. 

 

 

 

 

 

 

QGGcM_YdXkvYFBm1iC_Gtd4m9Nszajkwn2Tb1V-g

 

 

Source : ma bite sur ton front.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite mise-à-jour :

  • Tout se passe bien.
  • La situation est sous contrôle.
  • Il n'y a plus de morts.
  • Les malades se comptent sur les doigts d'une main.
  • Un vaccin sera disponible dès lundi.
  • Finalement, c'était juste un gros rhume.

Pour plus d'informations sur la situation mondiale, je vous invite à ouvrir le lien suivant https://www.worldometers.info/coronavirus/

Vous pouvez aussi suivre les derniers développements après les statistiques ou en cliquant sur le lien suivant (avec sources) https://www.worldometers.info/coronavirus/#news

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 3,497 new cases and 175 new deaths in Italy [source] [source] including the death of a 47-year-old paramedic in Bergamo (Lombardy region) [source] Total cases surpass 20,000. Yesterday's change was: 2,547 new cases and 250 deaths

L’Italie va faire un reset de la partie et devra recommencer avec de meilleurs choix avec sa deuxième vie 

iLfNkS5k9NnvDOrGu6e05mchat3jq6so1b5oK95F

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, MattIsGoD a dit :

Que tu aies raison ou tort, ça change rien.

C'est ton fatalisme et la qualité de tes sources qui sont endormants.

On est connait très peu sur la situation, en réalité. On verra tous "bien".

Mes sources sont excelente trouve une seule de mes sources qui est douteuse..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...